Mario, Mario, Mario…

Mario DumontMario, Mario, Mario. Cher Mario…

Mario Dumont n’a pas complètement tort quand il affirme que de nombreux nationalistes déçus par la mise en veilleuse du projet souverainiste déclarée par Mme. Marois risquent de rejoindre son parti. Il n’a pas tort non plus d’en parler publiquement et de faire appel à la désertion du PQ. C’est juste le timing qui est absolument mauvais.

En effet, c’était quoi l’urgence de « réapparaître » dans la presse au début août? On ne peut pas laisser les gens en vacances un peu, non? On l’endure déjà le reste de l’année, avec ses mimiques et ses comparaisons boîteuses, avec ses affirmations gratuites et ses lieux communs néolibéraux. ON LA CONNAÎT LA CASSETTE DUMONT!

Ok Mario, on le sait que tu espères profiter de ce qui risque de devenir les ruines du PQ. Tu la veux pour toi l’aile-droite du Parti Québécois, ces néolibéraux qui par une contorsion de l’esprit peuvent croire à la souveraineté du Québec sans pour autant croire à la souveraineté du peuple qui y habite. Tu les veux ces têtes fortes de droite qui voteraient pour toi si ce n’était de la croyance – maintenant erronée, merci madame Marois – que le PQ est le véhicule politique qui conduira rapidement le Québec vers sa destinée. On l’a compris ta stratégie de charognard qui réclame son dû alors que le corps est encore chaud.

Bon, maintenant qu’on se comprend, qu’on a vu clair dans ton jeu, est-ce que tu peux nous laisser finir notre verre de fin d’après-midi les deux pieds dans l’eau? On s’en reparlera dans trois semaines.

p.s. La prochaine fois, quand tu auras l’air de ça sur une photo, raconte une histoire de pêche; tu vas avoir l’air moins niaiseux… « J’en ai pêché un gros de même! »

Publicités

21 Réponses

  1. L’ADQ de droite?

    Mais pourtant des universitaires non-alignés ont analysé, après de nombres analyses et selon des modèles rigoureux des sciences poltique, tous les programmes pour conclure que:

    le PQ était de gauche
    le PLQ de droite
    et l’ADQ au centre!

    Source : http://www.pulaval.com/catalogue/
    parti-liberal-enquete-sur-les-realisations-8935.html

  2. Leurs définition à eux c’est le centre droit. Le problème c’est que Dumont à raison et que le électeur souverainiste vont probablement le rejoindre, surtout ceux qui croit que nous n’avons jamais tenter de passer par l’autonomiste avant de devenir souverainiste (vive les amnésies).

    C’est vrai, mais je suis d’accord avec toi Louis, le monde s’en CALISS, personne ne vas le lire, ni l’écouter.

    Mais je paris un 20$ qu’il vas la ressortir au moin une dizaine de fois dans la période de septembe à décembre 2007 et encore plus s’il y a d’autre élection.

    C’est simple pour Mme Marois de régler ce problème. Il est vrai qu’un projet de souveraineté immédiat comme réclamé par plusieurs n’est pas viable.

    1- le monde ne suivrait pas
    2- ca ne réussirais pas même avec 50% 1 des votes

    Elle doit arrivé rapidement et nous dire : voici notre projets qui vas nous mené vers la souveraineté. Un plan sur 4-8 ans à la limite.

    Elle rejète la souveraineté immédiate et le vote référendaire. Cela ne signifie pas que le PQ ne doit pas entreprendre les démarches pour atteindre ce but.

  3. @ Protheo

    Erreur mon ami. Selon l’étude en question réalisée par François Petry, les programmes électoraux de l’ADQ aux 3 dernières élections (1994, 1998, 2003) sont clairement situées sur le spectre comme étant en de centre ou de centre-gauche, c’est-à-dire en faveur de l’État-Providence.

    Réouvrez votre livre, c’est à la page 78, figure 5.1.

    Pour les intéressés Cf. « Le parti libéral / Enquête sur les réalisations du gouvernement Charest », Le Presses de l’université LAVAL, collection Prisme.

    Il s’agit d’une étude pluridisciplinaire réalisée par des universitaires indépendant. Cette étude démontre clairement que, selon ses plateformes, l’ADQ a toujours été un parti de Centre…

    http://www.pulaval.com/catalogue/
    parti-liberal-enquete-sur-les-realisations-8935.html

    Bonne journée
    GL

  4. Honnêtement, je n’ai pas vu grand débat politique à ce sujet:

    PQ – centre-gauche ou centre-droit (léger débat);
    PLQ – centre-droite à droite
    ADQ – centre-droite à droite

    C’est une convention acceptée par à peu près tous les politologues, les analystes politiques et les simples commentateurs.

    Affirmer quelque chose d’aussi incroyable que de dire que l’ADQ n’est pas un parti de droite… C’est quelque chose que je n’achète pas.

    Y a quand même des limites à affirmer qu’un parti fédéré par les gens d’affaires, ayant prôné l’impôt régressif unique, étant en faveur d’un désengagement général de l’État et ayant adopté le petit cathéchisme néolibéral n’est pas de droite.

    À mon avis, il est clair que l’ADQ est un parti de droite, et son défi maintenant est de rallier l’aile-droite du PQ, les souverainistes déçus qui seront tentés de voter pour un vrai parti de droite puisque Marois a gelé tout projet référendaire.

  5. La droite et la gauche ne veulent pas dire grand chose pour le commun des Québécois. Beaucoup ont voté pour Mario parce qu’ils ne voulaient ni de Charest ni de Boisclair.

    Mario est rassurant, dans son air candide, zézayant, avec ses one-liners. Il ne semble pas vouloir nous prendre pour des caves, il joue bien la game. Mais le plus évident, c’est que son succès n’est dû qu’au vide qui l’entoure. Le PQ et les Libéraux ne sont que des machines à placer du monde et les francophones avaient besoin d’un break.

    Il a parlé des familles, des personnes âgées, de ces cossins qui rassurent. Il a fait le gars qui « comprend » le vrai monde, qui parle comme le vrai monde, qui se fout des chiffres, des affaires compliquées, des analystes et de toute la « gimmick » politique. D’où son entrée en force. D’ailleurs, ces promesses pour les familles, les personnes âgées, les enfants, étaient relativement social-démocrates. Il s’est donc fait élire sur quelques promesses à gauche au sein d’un obscur programme à droite accompagné d’une version de l’indépendance à l’aspartame, encore une fois rassurante pour le « peup ».

    Comme on m’avait dit, immédiatement avant que je décide de ne plus répondre aux appels de l’ADQ, en 2003 : « Dites leur n’importe quoi, en autant qu’on gagne leur vote. » J’avais levé les feutres.

    Eh bien, leur truc a marché en 2007, mais rien de surprenant, la campagne a été un one man show accompagné de deux clowns. Je suis tout à fait d’accord que les programmes adéquistes prêchent souvent plus au centre-gauche, malgré une volonté de réduction de l’état et d’économie d’échelles avec l’aide du privé.Par exemple, en 2003, l’ADQ était le premier parti à inclure une ébauche de revenu de citoyenneté dans son programme. Les seuls qui proposaient ça à l’époque étaient le Front commun des personnes assistées sociales. C’est pas peu dire.

    Une étrange contradicion, mais pour gagner des votes quand on a pas un rond, on essaie de « ploguer » des choses qui plaisent en espérant que le monde ordinaire ne sache pas compter.

    La démonstration fut éloquente cette année.

  6. Enelevez la peau du visage de Dumont et vous découvrirez celui d’un vieux curé.

    « Selon l’étude en question réalisée par François Petry, les programmes électoraux de l’ADQ aux 3 dernières élections (1994, 1998, 2003) sont clairement situées sur le spectre comme étant en de centre ou de centre-gauche, c’est-à-dire en faveur de l’État-Providence.
    Réouvrez votre livre, c’est à la page 78, figure 5.1. »
    (Guillaume Lamay)

    Bordel, le type a un manuel pour penser!
    Y’a tu aussi un chapitre qui dit quelle main on doit utiliser pour s’essuyer?

  7. @Guillaume
    « Erreur mon ami. Selon l’étude en question réalisée par François Petry, les programmes électoraux de l’ADQ aux 3 dernières élections (1994, 1998, 2003) sont clairement situées sur le spectre comme étant en de centre ou de centre-gauche, c’est-à-dire en faveur de l’État-Providence. »

    Je n’ai pas l’intention de débattre sur le fait qu’il soit de gauche ou de droite. Ce que j’affirme c’est la position qu’ils disent avoir en public soit celle d’être du centre-droit. J’aimerais juste rappeller leur nouveau LOGO : ‘>’. Ce logo à été présenté un peu avant les dernières élection. Lors de sa présentation il avait été clairement dit que c’est pour démontré que l’ADQ passait de la droite au centre droite.

    Le parti se classe comme étant de centre-droit. L’important c’est ce qu’il pense et non un étude qui fait des relations et … BLABLABLA.

    @Éric Bondo
    « Eh bien, leur truc a marché en 2007, mais rien de surprenant, la campagne a été un one man show accompagné de deux clowns. »

    Je suis totalement d’accord avec toi, rappelez-vous de leur nom officiel qui était enregistré au bureau des élections et qui apparaissait sur votre bulletin de vote : ADQ, le parti de Mario Dumont

  8. Allez! Mario au pouvoir aux prochaines élections!

    Alors, les libéraux seront relayés aux limbes de la disparition prochaine, et le PQ pourra encore s’exercer à ne PAS gouverner…

    Ça ne me dérange pas de tester le jeune homme. S’il nous met dans la shnoute avec la privatisation, la gauche va revenir plus forte. Si son autonomisme n’avance pas à cause de la fermeture d’esprit des canadians, le projet souverainiste reviendra en force.

    Une belle stratégie, non?

  9. Mario, Ti-Jean ou Pauline.
    C’est du pareil au même lorsqu’on considère qu’ils tentent tous de profiter du système en capitalisant sur des sujets « chauds » pour la société. Les tactiques prennent divers noms, selon qu’elles proviennent de la gauche ou de la droite. J’hésiterais seulement à mettre l’Option Citoyenne dans ce paquet, car ils sont tous trop jeunes, dans la vie ou en politique, pour maîtriser les tactiques usuelles. Mais ça viendra…

    Ces sujets « chauds » pour la société, qui ne sont souvent que des irritants ayant une espérance de vie très limitée (les accomodements raisonnables, par exemple), prennent par l’initiative des partis des airs d’Idéologies politiques aptes à faire partie de leurs programmes. Et considérant qu’en tant que population, nous sommes bien entraînés à aller vers les cibles que les médias de masse nous indiquent comme étant les principales, les plus importantes, c’est inexorablement vers celles-ci qu’on se tourne.

    Moi, j’appelle ça un système « hijacké ». Je n’ai plus aucune envie de discuter soit des chefs, soit de leurs « visions », car je n’ai plus AUCUNE confiance en eux ou en leurs messages.

    Mon attention est, maintenant qu’un « chevalier » s’est levé, axée vers l’élément le plus critique de notre paysage politique: son usurpation.
    Depuis que je suis l’évènement Ron Paul, je n’arrive plus à me concentrer sur les questions politiques « régulières », car toutes sans exception sont assujetties au mode de fonctionnement de notre système. Qui, pour ceux qui sont d’accord avec ma courte analyse, ne sert plus du tout les intérêts de ses citoyens.

    D’ailleurs, en est-il encore un parmi vous pour douter de cet état de fait?

    Conséquemment, aucun des partis ou chefs politique actuels ne mérite qu’on s’y attarde. Il importe plutôt d’axer le discours sur les vrais problèmes. Parler de ce qui ne fonctionne vraiment pas dans notre système, soit le système lui-même. Avec un peu de chance, ces échanges pertinents éveilleront la conscience politique de plus de gens. À terme, des meneurs se lèveront et élèveront le niveau des débats politiques pour enfin en venir à corriger les plus gros impairs de notre système désuet.

    Réveillons-nous et parlons des vrais problèmes! Arrêtons d’aider la machine boiteuse en joignant ses fausses causes, car se faisant, nous lui donnons notre accord tacite. Les politiciens actuels et leurs organisations sont à mettre au rang d’objets dépassés. Cela fait des décénnies qu’on voit tous des inégalités flagrantes se perpétrer pour le compte des plus fortunés. Et ce, à répétition. Quels sont les solutions apportées par les « réguliers »? Aucunes! Ils ne parlent même pas des dits problèmes!

    Bon, assez de temps passé sur ces dinosaurs en voie d’extinction.
    Que diriez-vous de réduire l’appareil gouvernemental? 🙂

  10. @Renart

    Parfaitement d’accord. Laissons la droite prendre le pouvoir et se planter elle-même.

    Tout comme en environnement (voir http://pourquedemainsoit.blogspot.com/2007/08/la-droite-ne-peut-tre-cologiste.html), la droite est incapable de vraiment gérer pour le bien commun et se tire dans le pied en voulant protéger les intérêts des classes sociales aisées qu’elle représente.

  11. Effectivement, comme disait FrankyBolds, la politique est actuellement d’un terrible ennui puisque les hommes et femmes politiques sont eux-même d’un ennui déplorable.

    Les partis politiques sont pire que des accros au crystal meth. Ils ne voient plus clair, détruisent tout autour d’eux et s’accrochent à leur dépendance tout en entraînant une société avec eux.

    Quant au pourquoi, je débats pas mal là dessus en famille ces temps-ci, et j’aurais tendance à dire que le désir de confort à court terme rend les gens socialement paresseux, et le citoyen dort debout. Quand le citoyen dort, les politiciens dansent.

    Le pire, c’est que ça ne coûte que 5$ pour entrer dans un parti politique. Sauf que ça coûte 10 000$ pour avoir ton mot à dire. Ou une gang organisée qui fait du noyautage, comme ce fut le cas avec le tandem Boisclair-Girard au PQ.

    Comme j’avais déjà proposé à certaines personnes du mouvement social : « Si 10% d’entre nous prenaient leur carte de peu importe lequel des grands partis, on en prendrait le contrôle. Après, l’ADQ peut devenir un parti communiste, comme les Libéraux, et Québec solidaire un parti fasciste. À peine 250 000 personnes sur près de 8 millions sont membres d’un parti. C’est un pet. Mais le gros du problème réside là. »

    Ils m’ont regardé avec ces yeux de gauche brûlée.

    « Puisqu’il en est ainsi, sauver mon propre cul je m’en vais de ce pas, leur répondis-je…

    L’idée tient toujours.

  12. Mario ? Vous voulez dire le gars qui est allé parader chez les juifs et laissé tomber ses troupes lors du budgget ?

    Non Merci.

  13. Mario ? Vous voulez dire le gars qui est allé parader chez les juifs et laissé tomber ses troupes lors du budget ?

    Non Merci.

  14. @Éric Bondo

    « Le pire, c’est que ça ne coûte que 5$ pour entrer dans un parti politique. Sauf que ça coûte 10 000$ pour avoir ton mot à dire. Ou une gang organisée qui fait du noyautage, comme ce fut le cas avec le tandem Boisclair-Girard au PQ. »

    10 000$, je sais pas ce que ta essayé de faire, mais entk je suis certain que tu n’as jamais essayé de parlé pcq soit tu pense que tu ne seras pas entendu mais ce n’est pas réellement vrai.

    Entk pas au PQ, dans un congrès, si tu sort quelques chose hors norme et non ordinaire, tu vas être regardé croche si ta jamais parlé avant ou si tu ne t’implique pas déjà ailleur dans l’organisation. Mais habituellement, les autres qui parle comme toi sortent des rang afin de discuter et d’appuyer ton point.

    C’est sa la démocratie dans un parti politique, peut-être qu’à l’ADQ et au PLQ sa coute cher, mais pas au PQ.

  15. Dumont sucks, Chavez rules !

    Quatre mots suffisent pour résumer 50% des billets à paraître d’ici la fin de l’année!

    Bonne année à tous.

  16. On pourrait dire que l’ADQ est au centre au niveau de la question nationale. Elle est entre le fédéralisme et l’indépendance. Elle prône l’autonomisme (quoi qu’en 95 Dumont s’était prononcé pour le OUI).

    Mais au niveau socio-économique, il est évident qu’elle est à droite. Son programme de 2003 était franchement anti-syndical et pro-privatisation. Maintenant, la plate-forme est plus « soft » et diluée, mais il serait étonnant que la base de la pensée de Mario ait changé en si peu de temps.

    L’objectif envers les électeurs est de brouiller les cartes et de faire croire que l’ADQ est au centre sur tous les points. Ce qui est faux.

  17. Il va falloir en revenir du fait que Dumont ait voté oui en 1995!

    Moi aussi j’ai voté oui en 95. Pis! Évoluer serait-il interdit au Québec? Si oui, sacrez vos ordis aux poubelles mes amis!

    Les représentants actuels de l’option souverainiste ne sont pas crédibles et le monde et les circonstances ne sont plus ce qu’ils étaient en 95.

    Dumont l’a compris et bien du monde l’a compris si l’on se fie aux élections du 26 mars.

    Quand VOUS l’aurez compris, il nous fera plaisir de vous accueillir à bras ouverts.

  18. @Jimmy: Personnellement je crois que l’ADQ est un parti fédéraliste. L’autonomisme, sans la moindre revendication, est une coquille vide qui ne sert qu’à mousser son message du genre « vieux partis contre moi ».

    Sérieusement, quand on parle aux Adéquistes (du moins ceux qui ont une compréhension de base de la politique… N’oublions pas qu’une étude a démontré que les Adéquistes sont ceux qui ont le moins d’éducation de tous les principaux partis politiques) et qu’on leur demande concrètement ce qu’est « l’autonomisme », ils ne savent pas quoi répondre.

    La vraie question, au fond, est la suivante: est-on en faveur du maintien du Québec au sein du Canada (fédéralisme) ou de l’accession du Québec à son indépendance (indépendantisme).

    L’autonomisme est, à mes yeux, une forme particulière de fédéralisme prônant justement une plus grande autonomie du Québec dans le cadre fédéraliste actuel. Mais ça reste du fédéralisme.

  19. Bonjour à vous,
    Hum Ouais…
    Moi aussi j’ai voté OUI en 95. Et j’étais prêt a accepter le résultat tel qu’il soit.
    Malgré la défaite, je n’ai pas été vraiment déçu. L’idée était de leur « botter le cul » à Ottawa et c’est ce qu’on a fait. Le problème a été que c’était Jean Chrétien et Stéphane « Kyoto » Dion à Ottawa. Et au lieu de dire au reste du Canada qu’il était temps de donner plus de pouvoir à Québec, ils ont pris la solution inverse.

    Mario n’est peut-être pas un Bourassa, Lévesque, Parizeau ou Bouchard. Mais, le printemps dernier, c’était le moins pire des autres.
    Pour l’équipe sans expérience. Je vous avouerais que j’ai dis à un ami « Ils ne sont pas prêt. Il ne faut pas qu’ils prennent le pouvoir maintenant. » Au lendemain de l’élection, Mario travaillait déjà à trouver de bon candidat pour la futur élection. La prochaine fois, il va être prêt!
    Pour ce qui est du commentaire « N’oublions pas qu’une étude a démontré que les Adéquistes sont ceux qui ont le moins d’éducation de tous les principaux partis politiques ». Je n’ai peut-être pas votre niveau d’étude, je ne le sais pas! Cependant, j’ai vu couler pas mal d’eau sous le pont. Et je ne me sens pas ignorant pour ça.
    Une étude affirmant que le niveau de scolarité des péquistes et des libéraux est supérieur à celui des Adéquistes ne veut absolument rien dire.

    Vous savez, on n’a pas nécessairement besoin d’être un universitaire pour être lucide.

    Pour ceux que sa touchera, excusez ce commentaire !
    Au plaisir !

  20. @Louis

    Bien sûr que l’ADQ, avec son programme actuel, est fédéraliste. Elle met un peu de saveur nationaliste dans ses idées pour rendre confus les électeurs. Mais c’est de la foutaise car l’opportunisme règne dans ses rangs.

    Ce parti tourne au gré du vent. Si la souveraineté redevient populaire, je suis certain que Dumont va suivre la vague, comme toujours dans tous ses dossiers.

  21. "Elle met un peu de saveur nationaliste dans ses idées pour rendre confus les électeurs."

    Encore une fois Jimmy: ceux qui ont voté ADQ ne savaient pas ce qu’ils faisaient hein? Tous les autres, surtout les Péquistes EUX, ne se font pas manipuler!

    C’est un argument aussi poche que ceux qui disaient que la question référendaire de 1995 n’étaient pas claire! Ou ceux qui disent aujourd’hui que le référendum a été volé!

    “N’oublions pas qu’une étude a démontré que les Adéquistes sont ceux qui ont le moins d’éducation de tous les principaux partis politiques”.

    Ah oui! Pi? S’il est vrai que le PLQ et le PQ comptaient plus de gens éduqués, et bien ça donne un maudit bon argument pour qu’on fonce dans la réforme de l’éducation! Regardez ce que ces gens "éduqués" ont fait du Québec! Un gâchis!

    Vive les gens d’action et out les idéologues !

Comments are closed.