Du pareil au même (think big, sti)

Barack Obama vient de faire la démonstration la plus claire possible du manque de choix qu’ont les électeurs étatsuniens, pris entre deux principaux partis qui se ressemblent de plus en plus. En affirmant qu’il serait prêt à envoyer des militaires au Pakistan pour lutter contre Al-Qaeda, le candidat à l’investiture démocrate pour les élections présidentielles de 2008 reprend à son compte la thèse néoconservatrice selon laquelle la seule solution au terrorisme est de traquer les terroristes partout où ils sont.

Après six ans de grande noirceur de l’administration Bush, on se serait attendu à un discours un peu différent. On aurait pu croire que les Démocrates auraient fait les choses autrement, qu’ils auraient pensé limiter l’implication de l’armée à l’extérieur et se servir de l’argent économisé pour financer des programmes sociaux dans un piteux état. Bref, on aurait imaginé un programme politique non pas de gauche (le Parti Démocrate n’est pas et n’a jamais été de gauche), mais au moins un peu plus vers le centre.

Malheureusement, la puissance des thèses conservatrices, relayées par le Project for a New American Century, un think-tank de droite à l’origine des politiques de l’administration Bush, semble avoir forcé Obama à plier l’échine et à ramper comme tous les autres acteurs donnant la réplique pour éviter le tir-groupé de médias inféodés à de puissants intérêts financiers et incapables de la moindre analyse indépendante. Un acteur, comme les autres…

Et c’est bien là ce qui est le plus triste. Mais est-ce nouveau pour autant? Pas vraiment.

En effet, les États-Unis ont peu changé, loin de là. Lorsque la constitution étatsunienne fut signée en 1776, elle était unique, révolutionnaire et elle faisait rêver une population entre au prise avec un Ancien Régime de plus en plus archaïque et incompatible avec la réalité du monde qui changeait. Et les gens qui sont partis vers les États-Unis sont partis avec cette idée d’une société parfaite, à la constitution parfaite, aux idéaux les plus purs… en faisant abstraction des travers d’une société qui, à l’époque, était de loin supérieure aux autres.

Mais aujourd’hui, le monde a changé, et les États-Unis n’ont pas suivi. On joue le jeu de la démocratie, on donne le change pour la foule. Mais cette constitution mythique est encrassée et ceux qui défendent les mythes fondateurs du « bon » américain, cet homme soi-disant moral et au-dessus des autres, sont devenus des anachronismes aux yeux du reste du monde.

Et c’est bien là tout le problème d’Obama. Lui aussi, il se croit du bon côté. Lui aussi, il ne croit pas que c’est en se remettant en question, en changeant les politiques hégémoniques et hyper-agressives des États-Unis qu’on pourra non seulement vaincre le terrorisme mais aussi améliorer le sort des plus démunis. Non, lui aussi il croit à la force du gun, puisqu’à ses yeux le fusil est entre les mains d’un Américain, un juste parmi les justes, qui répand la juste civilisation dans un monde barbare…

In the land of the free, maintenant, on a le choix entre des Conservateurs qui vont jouer les gros bras dans le monde et des Démocrates qui vont jouer les gros bras dans le monde. Le tout, dans un système politique corrompu où les plus grosses corporations financent les deux partis et où on ne sait même plus qui est le véritable président de ce pays.

« Y l’ont-tu l’affaire, les Amaricains! »

Publicités

10 Réponses

  1. Obama, Clinton etc….tous des menteurs hypocrites à la solde des « Welfare bums », les Corporations et le non moins fameux complexe militaro-industriel.

    Obama vise les noirs, Clinton les femmes et ils appellent ça la « démocratie ».

    Seuls les ignorants veulent que continuent la démocratie à gogo pour gagas qui nous affligent en Amérique et dans le monde entier.

    Je le répète Louis, seul Ron PAUL prĉche pour le respect de la vraie constitution américaine. Écoutez Ron PAUL, le seul espoir pour l’Amérique.

  2. N’est-ce pas un peu utopiste que de penser qu’Al-Qaeda cessera d’attaquer le jour où l’Occident cessera de le combattre?

    Je suis contre la guerre en Irak et je me pose de sérieuses questions sur le rôle que joue le Canada en Afghanistan, mais je crois que l’on doit continuer de traquer Al-Qaeda. On semble oublier qu’Al-Qaeda ne s’en prend pas qu’aux pays présents en Irak. Les gens qui sont morts à Bali, peuvent vous le confirmer.

    Comment combattre des gens illuminés et qui sont prêts à mourir en martyre autrement que par les armes?

    Je ne suis pas contre l’idée d’aider économiquement les pays les plus pauvres. Le problème est de s’assurer que l’argent va bien à ce quoi il est destiné. Qu’il n’aidera justement pas Al-Qaeda!

  3. À mon sens, il n’y a plus grand chose à espérer de ce dilemme du prisonnier qui se perpétue sous nos yeux lorsqu’il est question du terrorisme.

    Les États-Unis pensent déjà à envoyer des troupes au Pakistan pour traquer Al-Qaeda et pendant ce temps, nous on s’imagine que le Canada n’est pas complice de ce raisonnement et qu’il agit comme « reconstructeur dans le cadre d’une mission pour la défense du droit des femmes ». Elle est où la lumière que je l’allume ?

  4. Thierry écrit: « Comment combattre des gens illuminés et qui sont prêts à mourir en martyre autrement que par les armes? »

    Justement… Comment combattre par des armes des gens qui ne craignent pas la mort?

    Ces gens n’ont rien pour eux. Ils vivent en anarchie, une anarchie largement causée par un système international sans règles, désordonné, où c’est la loi du plus fort qui est la seule règle.

    La seule façon, à mon avis, de régler le problème est d’établir un nouveau contrat social non plus basé sur la loi du plus fort, mais sur un respect des nations et des populations. Ce qu’il faut, c’est davantage de cohérence.

    Mais comme je l’écrivais ici, le terrorisme va forcer les États à éventuellement atteindre cette cohérence qui devrait mettre fin à ce État de nature.

    Contre la force brute, il n’y a rien de pire que la force brute. Les terroristes s’abreuvent de cette force brute et elle les rend plus forts. Au contraire, c’est en établissant des règles internationales JUSTES et équitables (c’est-à-dire mettre fin aux deux poids, deux mesures qui favorisent des pays comme les États-Unis ou Israël au détriment d’autres pays et humaniser la mondialisation des marchés en y fixant des règles) et en développant une solidarité basée sur un projet humanitaire qu’on pourra vaincre le terrorisme.

    Car en ce moment, tue un terroriste et il vient d’en recruter trois autres. Ça ne mène nulle part.

    Je crois qu’il faut penser autrement et cesser de croire aveuglément les thèses de droite qui opposent la force brute à la force brute.

    Car l’homme dans un état de nature reste dans l’État de nature car il y aura toujours un plus fort que lui et ce sera la guerre. La seule façon de sortir de cette anarchie, c’est d’établir un pouvoir souverain et ACCEPTÉ de tous. Un pouvoir basé sur un contrat social équitable pour tous.

  5. Je dirais même plus mon cher Louis, instaurer un sens de la collaboration là où ça semble impossible au premier coup d’oeil. Et aussi, commencer par réparer à l’interne…

  6. pendant combien de temps encore tu vas ignorer le seul candidat qui a voté contre la guerre en Iraq et contre le Patriot Act ? Le candidat qui n’entre pas dans les deux catégories Gauche ou Droite ?

    Le seul candidat qui a dit la vérité à propos de la politique étrangère des États-Unis et qui a confronté Giuliani sur ce sujet ? Le candidat ‘isolationiste’, celui qui de tous les candidats à la présidence a recu au 2e quart le plus de dons provenant des soldats et des vétérans ?

    http://thespinfactor.com/thetruth/2007/07/17/ron-paul-leads-all-08-candidates-with-one-third-of-military-contributions-for-q2/

    et ici le commentateur de Fox tente de rabaisser la valeur des chiffres:

    52 % des dons de militaires aux candidats républicains sont allés à lui et il a eu 26 % de tous les dons pour les deux partis. (regarde où est Giuliani dans le palmarès)

  7. Du pareil au même… Et pas à peu près!

    C’est là qu’on voit prendre tout son sens le concept de concentration des médias. Quelle autre scénario offre une explication à l’éclosion de Ron Paul? Aucun. Le seul est l’existance d’un media non contrôlé par un ou quelques individus: l’internet.
    Son avancée se fait de plus en plus sur le même terrain que ses adversaires, mais reste qu’il est sorti de l’ombre uniquement grâce au réseau.
    Suivant mon raisonnement, plus il y aura d’utilisateurs qui s’informeront sur cette source plus « véritable » et qui participeront aux discussions variées, plus le système politique va refléter cet état de fait (qui reste à venir).

    Ça fait toute une (la) différence de pouvoir choisir sa source.

    @Thierry
    Et où cet échange de claques va nous mener, à long terme?
    Les « terroristes » sont l’ennemi parfait pour quiconque tire profit de l’état de guerre. Jamais on arrivera à mettre un terme à cette menace en la combattant. Et encore moins avec des armes! Car l’ennemi à été conçu sur mesures pour que les rentrées associées à ces activités guerrières se poursuivent le plus longtemps possible. L’ennemi parfait, donc. Qui peu se fondre dans la foule de n’importe lequel des pays de la planète. Qui dispose d’un tactique qui rend ses armes, a priori plutôt rudimentaires, maintenant « terrifiantes ». Et qui plus est, on arrive pas à mettre un nombre sur leurs effectifs car ils proviennent d’un vaste noyau de gens écoeurés à en mourir de se faire doubler, quand c’est pas assassiner, par un conglomérat de profiteurs… dont on fait partie.
    Merde! Ça ne va pas bien: on ne pourra jamais casser autant de gens!
    Ben non, on arrête de s’en faire des ennemi. C’est tout et c’est LA solution viable.

    Gros bon sens.

    @Louis
    Pamis les solutions possibles pour améliorer notre paysage politique global, j’aime vraiment celle de réduction de l’état. Faisons dans nos sociétés un exercice pour déterminer les pouvoirs et leurs champs d’application. Si l’exercice est fondé sur des bases de libertés individuelles, qui semble être un objectif commun en Occident, je suis convaincu que la taille sera substantiellement réduite. Plus elle sera petite, moins il y aura d’avantages à la contrôler, à l’influencer (lobbies, finacement des campagnes électorales, etc).
    Par la suite, il importerait de réglementer ultra-sérieusement tous les rouages touchant au contrôle de l’industrie des communications de masse.

    Impossible de ne pas mentionner Ron Paul, içi. Car il est le seul politicien nord-américain à militer pour de tels changements. Mais, je tiens quand même à préciser qu’il n’a pas LA solution à tous les problèmes, de mon point de vue. Juste pour pas qu’on m’étiquette trop.. 😉

  8. Du pareil au même… Et pas à peu près!

    C’est là qu’on voit prendre tout son sens le concept de concentration des médias. Quel autre scénario offre une explication à l’éclosion de Ron Paul? Aucun. Le seul est l’existance d’un media non contrôlé par un ou quelques individus: l’internet.
    Son avancée se fait de plus en plus sur le même terrain que ses adversaires, mais reste qu’il est sorti de l’ombre uniquement grâce au réseau.
    Suivant mon raisonnement, plus il y aura d’utilisateurs qui s’informeront sur cette source plus « véritable » et qui participeront aux discussions variées, plus le système politique va refléter cet état de fait (qui reste à venir).

    Ça fait toute une (la) différence de pouvoir choisir sa source.

    @Thierry
    Et où cet échange de claques va nous mener, à long terme?
    Les « terroristes » sont l’ennemi parfait pour quiconque tire profit de l’état de guerre. Jamais on arrivera à mettre un terme à cette menace en la combattant. Et encore moins avec des armes! Car l’ennemi à été conçu sur mesures pour que les rentrées associées à ces activités guerrières se poursuivent le plus longtemps possible. L’ennemi parfait, donc. Qui peu se fondre dans la foule de n’importe lequel des pays de la planète. Qui dispose d’un tactique qui rend ses armes, a priori plutôt rudimentaires, maintenant « terrifiantes ». Et qui plus est, on arrive pas à mettre un nombre sur leurs effectifs car ils proviennent d’un vaste noyau de gens écoeurés à en mourir de se faire doubler, quand c’est pas assassiner, par un conglomérat de profiteurs… dont on fait partie.
    Merde! Ça ne va pas bien: on ne pourra jamais casser autant de gens!

    Ben non, on arrête de s’en faire des ennemis. C’est tout et c’est LA solution viable.
    Gros bon sens, selon moi.

    @Louis
    Pamis les solutions possibles pour améliorer notre paysage politique global, j’aime vraiment celle de réduction de l’état. Faisons dans nos sociétés un exercice pour déterminer les pouvoirs et leurs champs d’application. Si l’exercice est fondé sur des bases de libertés individuelles, qui semble être un objectif commun en Occident, je suis convaincu que la taille sera substantiellement réduite. Plus elle sera petite, moins il y aura d’avantages à la contrôler, à l’influencer (lobbies, finacement des campagnes électorales, etc).
    Par la suite, il importerait de réglementer ultra-sérieusement tous les rouages touchant au contrôle de l’industrie des communications de masse.

    Impossible de ne pas mentionner Ron Paul, içi. Car il est le seul politicien nord-américain à militer pour de tels changements (et une source importante pour alimenter mes réflexions par les temps qui courent). Mais, je tiens quand même à préciser qu’il n’a pas LA solution à tous les problèmes, de mon point de vue (pro-vie et certains autres caractères…).

  9. Arg! Désolé.. lag.

  10. Les seuls candidats différents et qui represente une vraie altérnative (mais particulièrement bon) sont Ron Paul, Dennis Kucinich et Mike Gravel. Ils ont tous été censuré par Yahoo! à un moment donné.

    -matchafa
    matchafa.quebecblogue.com

Comments are closed.