Un blogueur fatigué

Chers amis lecteurs, permettez-moi ce billet un peu plus personnel. Je suis fatigué, voilà. J’ai quelque peu délaissé le blogue depuis un mois, car je suis en plein déménagement. Ça s’est décidé comme ça, pif paf, le 2 juin, et on avait ce grand 5 1/2 à peinturer en trois couleurs pour le 25, et les boîtes à faire, et le travail. Quel temps cela laissait-il à la colère?

Ça donne aussi une leçon de vie: les gens occupés ont peu de temps pour s’occuper de politique. Quand tu travailles de longues heures et que tu es tellement crevé le soir que tu as de la difficulté à rester assis sans que tes paupières te fassent basculer vers l’avant, comment pourrais-tu t’insurger ou te préoccuper de ce que discutent des gens à Québec ou Ottawa? Comment plaindre ceux qui se font exploiter quand, sans se l’avouer consciemment, on a l’impression de l’être soi-même? Et pourtant, c’est la marche vers le bonheur…

D’une certaine manière, de garder un peuple occupé ne serait-il pas la meilleure façon de s’assurer qu’il ne s’occupe pas trop de ce que discutent les grands de ce monde? « Travaillez », disait Lucien Bouchard. « Travaillez », répondait presque Nicolas Sarkozy. « Travaillez, et vous n’aurez plus l’énergie de vous insurger » aurait-on envie de répondre.

Tout ça pour dire que je suis fatigué. Le blogueur se repose un peu, entre le travail, le trafic, les boîtes à défaire, l’adaptation de la vie à deux. Le réservoir de colère semble s’être temporairement vidé et celui de la critique politique virulente a besoin d’un peu plus de calme et de repos avant de repartir.

Merci de continuer à me lire. Car le blogueur est fatigué, mais il se reposera… et gare à vous!

Publicités

13 Réponses

  1. L’été c’est fait pour relaxer après tout !

    Ne t’en fais pas, avec tes collaborateurs et ta participation, même en cas de ralentissement, ce blogue demeurera dynamique.

    Si les blogues personnels arrivent à faire un bon billet de contenu au trois jours, pourquoi tenter d’en produire 3 par jour ? Quand la fatigue se faire sentir, il faut répartir les forces!

  2. Bon repos Louis!

    Pour un gars fatigué, t’en a dedans! C’est tellement vrai ce que tu dis, j’ai même hâte de lire comment les critiques vont arriver!

    Travaillons! Tuons-nous à l’ouvrage! Laissons le sens critique à la poubelle! Gavons-nous de produits culturels et de calories vides!

  3. Repose-toi bien Louis.

    Et si quand tu dis « la vie à deux » signifie que tu es maintenant en couple, et bien félicitations!

  4. ce n’est de mon point de vue, pas aussi simple que ça?
    le travail pour moi, c’est de la création, et mon orgueil est parfois flaté .
    la mécanique de mon corps aime aussi a etre sollicitée pour que mes pensées tournent un peu moins en rond:-(……..(divèrtion 🙂
    mais en effet ,c’est la pèriode de chomage qui m’a ouvèrt un peu les yeux sur » les magouilles  »
    diplomatiques manoeuvres de « nos représentants « 🙂
    ce n’est pas a l’école que ces sujets qui fachent sont soulevés,car violament réprouvés ?

  5. Bon repos!

    Vu que t’as des hommes en colère en backup tu peux te permettre d’être un homme en paix quelques temps.

    J’aime bien l’image du travail qui endors le monde, c’est pas fou.

  6. Louis,
    Rome avait ses « pains et ses jeux » il y a 2000 ans, l’Allemagne nazie avait sa « liberté par le travail », nos extra-lucides veulent qu’ont perdent la vie à la gagner et moi je proclame : « Louis, si ton blog nuit à ton travail, arrête de travailler ». Bon repos !

  7. Moi je pense que pour une démocratie vraiment saine il faudrait que la conscience individualiste et citoyenne soit mise de l’avant par l’éducation. Réfléchir, s’informer et se forger un jugement sont des réflexes qui se perdent. L’égoïsme ambiant, si on s’y laisse entrainer, ne permet que de penser à comment on va pouvoir contenter ses désirs matériels pour atteindre le bonheur. La recherche du bonheur devrait aller au-delà de soi, de l’amour, de la famille, de l’amitié.

  8. N’abandonne surtout pas !

    Lorsque dans ta vie rien ne va plus, que les problèmes tourmentent ton esprit et que l’argent te cause tant de soucis repose-toi s’il le faut, mais n’abandonne surtout pas.

    Lorsque trop d’erreurs ont été commises que tout ton univers menace de s’écrouler et que fatigué, tu te sens la confiance t’abandonner, repose-toi s’il le faut, mais n’abandonne surtout pas.

    Tu sais, la vie est parfois étrange, avec son lot de surprises et d’imprévus et il ne nous est pas donné de savoir à l’avance combien d’étapes nous devrons franchir ni combien d’obstacles nous devrons surmonter avant d’atteindre le bonheur et la réussite.

    Combien de gens ont malheureusement cessé de lutter alors qu’il n’aurait peut-être fallu qu’un petit pas de plus pour transformer un échec en réussite ? Et pourtant, un pas à la fois n’est jamais trop difficile.

    Tu dois avoir le courage et la ténacité nécessaire pour faire ce petit pas de plus en affirmant que la vie est une grande et puissante amie qui se tient toujours à tes côtés prête à te porter secours.

    Tu verras alors que cette attitude appellera au plus profond de toi-même des forces de vie que tu ne soupçonnais même pas et qui t’aideront à réaliser ce que tu entreprendras. Mais surtout et avant tout quand dans ta vie des moments difficiles viendront,

    repose toi s’il le faut mais n’abandonne surtout pas !

    Auteur inconnu

  9. Merci pour vos commentaires; ça fait du bien de vous lire! Je ne lâcherai surtout pas; je suis juste très épuisé…
    Merci pour les bons mots!

  10. @Louis

    Félicitations pour « la vie à deux ». Même si l’adaptation peut être difficile, ça a définitivement ses bons côtés.

    Ton blogue aussi. Il donne lieu à des discussions intéressantes.

    Amusant ta référence au travail et celle d’antipollution aussi. Par coïncidence, à cause du billet sur l’édito de Pratte, je me suis amusé à faire des recherches et j’ai trouvé un rapport de CIRANO qui contredit la position des lucides sur la productivité du travail.

    Par contre, tu n’aimerais pas le reste des conclusions. 😉

    Lâche pas!

  11. – et surtout la bonne vieille recette garantie depuis 3000 ans par l ‘ Empire romain
    « PANEM ET CIRCENSES  » , du pain et des jeux
    ( au choix selon les époques & lieux : foot ( soccer ) hockey , Formule 1 , abrutissement Télévision .

    – bien sûr çà mène à la décadence et aux  » grandes invasions barbares  » , mais ça c’est aux générations suivantes de se les taper !

  12. Louis:
    « D’une certaine manière, de garder un peuple occupé ne serait-il pas la meilleure façon de s’assurer qu’il ne s’occupe pas trop de ce que discutent les grands de ce monde? « Travaillez », disait Lucien Bouchard. « Travaillez », répondait presque Nicolas Sarkozy. « Travaillez, et vous n’aurez plus l’énergie de vous insurger » aurait-on envie de répondre. »

    c’est un bon point sauf que le barrage principal entre le peuple et la politique ce sont les média et leur traitement de l’information. Ce sont les média qui tiennent l’esprit des gens occupés à choses insignifiantes.

    Mais puisque les gens n’ont pas tout le temps nécessaire pour surveiller leurs dirigeants et que les média ne les surveillent que superficiellement c’est un argument de plus pour réduire la taille de l’État.

    Si tu donnais des milliers de dollars à chaque année à un groupe d’investisseurs mais que tu n’avais pas le temps de les surveiller et non seulement ça si ce groupe d’investisseurs étaient dans les faits au-dessus de la loi, est-ce que tu te sentirais entre bonnes mains ?

    la justice peut punir Vincent Lacroix mais qu’est-ce qu’elle peut faire contre l’État ? Le 1 milliard du registre des armes à feu, il est où ? Qui va être puni pour avoir gaspillé tout cet argent ?

  13. Tu m’excuseras pour ma lenteur à t’écrire sur ce blogue. Fais attention à toi Louis, la santé est ce qu’il y a de plus important (même si parfois on la néglige, on se croit toujours à l’abri.)Continue ton travail et je suis bien heureux de voir des gens qui ne pensent pas comme toi venir sur ton blogue et donner leurs idées.

Comments are closed.