Budget: que fera Dumont du sondage?

Le tout dernier sondage CROP l’affirme sans détour: la position de l’ADQ lors des tribulations sur l’adoption du budget a été la moins appréciée des Québécois. Mais que fera Mario Dumont de ces résultats?

En effet, le chef adéquiste a toujours été très près des résultats de sondage, changeant souvent ses politiques à la petite semaine, navigant tantôt sur l’insatisfaction vis à vis du système judiciaire, ou sur le débat des accomodements raisonnables ou concernant le Mont-Orford. L’ADQ donne souvent l’impression d’un parti à la dérive, sans direction, à la remorque de la pensée magique du jour, du consensus du soi-disant « gros bon sens ». Le parti n’a que très rarement pris une position qu’il a respecté dans le temps. Et quand il l’a fait, ça lui a pété à la figure, comme cette fois-ci.

Les Québécois ne sont pas des idiots. On élit des gens pour gouverner, pas pour se cacher. Oui, le PQ a eu tort de ne présenter que trois députés lors du vote du budget, mais la position de l’ADQ était-elle plus congruente? Le parti n’a jamais attendu de voir le budget et a décidé de voter contre « par principe » alors qu’une négociation permettant entre autres des modifications et l’élimination des baisses d’impôts consenties aux plus nantis aurait été beaucoup plus constructive.

On dit que dans la vie il faut savoir choisir ses batailles. Pour une fois – peut-être une première fois – l’ADQ a décidé de tenir son bout et de ne pas changer sa position ou revenir sur ses politiques. Et c’est une bataille qu’elle a perdu et qui discrédite durablement le parti et sa capacité à vouloir coopérer dans un gouvernement minoritaire.

Publicités

18 Réponses

  1. Contrairement à plusieurs de ses décisions politiques antérieures, Dumont ne pourra pas revenir en arrière cette fois-ci.

    Reste à savoir si les résultats de ce sondage influenceront la décision des électeurs ou s’il s’agissait d’une question secondaire pour le citoyen qui se rendra aux urnes dans un avenir relativement rapproché.

    Chose certaine, le premier test « sous pression » de Dumont ne semble pas très concluant. Certains blogistes de tendance plus conservatrice le reconnaisse d’emblée.

  2. Arrêtez!

    Les prochaines élections sont très loin et Dumont aura pleins d’autres d’occasions pour montrer qu’il a ce qu’il faut pour être le prochain Premier Ministre du Québec.

    Louis, avoue que tu t’ennuyais de faire du Dumont bashing !

    Le sondage dans ce cas-ci ne démontre qu’une chose: pour l’instant, le spin médiatique fait son oeuvre.

    Mais on passera vite à autres choses lorsque Pauline 1ere fera sa première gaffe!

  3. Les sondages parlent peu en général. Car, comme on a pu le constater aux dernières élections, et malgré les sondages, qui aurait pu prédire l’accession à l’opposition officielle par l’ADQ?

    La question du sondage, de toute façon, était biaisée. Car la vision limitée que pouvaient avoir les gens de cette situation se limitait aux coups de théatres incessants durant la semaine. J’ai adoré l’entrevue donnée, après le vote, par Mario Dumont à LCN. J’y ai vu le prochain premier ministre du Québec, sans l’ombre d’un doute.

    Lançons des élections, on verra bien. Ah oui, c’est vrai, on ne peut pas, le PQ n’a pas de chef…

  4. L’été est long et la brise, insouciante.

  5. Le but d’une élection n’est pas de faire élire les gens que l’on veut élire, c’est de représenter le droit démocratique des gens à s’exprimer suite à des changements majeurs. Même si je n’aime pas ça, les gens ont élu le PLQ dans un gouvernement minoritaire, le forçant à faire des compromis. S’il n’y avait pas de raison valable, il ne fallait pas lancer d’élections, mais c’est vrai que les baisses d’impôts outrageusement ridicules auraient du être supprimées. Par contre, avant le dépôt du budget, affirmer que son parti s’y opposera probablement, je trouve cela pas très crédible dans un gouvernement minoritaire, soit un gouvernement de consensus et de compromis.

    D’ailleurs, je me rappelle les analystes politiques qui affirmaient cette phrase: « Je crois qu’un parti qui voudrait s’opposer aux deux autres risquerait de perdre du capital politique, plutôt que d’en gagner. » Je ne suis pas sur qu’ils ont tord.

    Le sondage indique un portrait assez fiable, au moment x, de l’opinion des gens sur une question y. Habituellement, un sondage bien fait (pas de questions subversives, des questions faciles à comprendre, etc.) donne un bon portrait à ce moment-là. D’ailleurs, les sondages de la mi-campagne jusqu’à la fin-campagne ont toujours mis les 3 partis à peu près dans la marge d’erreur. Cela prouvait déjà que l’on ne pouvait vraiment s’attendre à un gouvernement majoritaire ou, à moins d’un miracle, d’un changement drastique.

  6. Mario a peut-être perdu quelques plumes, mais bien peu s’en souviendront aux prochaines élections. D’ici là, il a amplement le temps de se rattraper… Ou de faire d’autres gaffes… 🙂

    Par contre, Jean Charest devrait penser à prendre sa retraite, mais au contraire, on raconte qu’il veut être en poste aux prochaines élections. Reste à savoir si son caucus restera derrière lui.

  7. En effet, profitez en tant que vous pouvez. Ce genre d’erreur de Dumont cessera sans doute un bon jour.

    Par contre, j’ai eu un malaise en regardant le déroulement des choses pour l’ADQ. J’ai cru voir plus que de l’inexpérience, une espèce de petitesse dans l’action.

    Ne pas négotier sur la question budgétaire pour aller rencontrer de futurs candidats à Montréal. Mario Dumont aurait-il peur de faire de la vrai politique? Pas celle où donne des entrevus ou celle où on fait une déclaration frappante pour le téléjournal 22 heure.

    Plutôt la vrai politique, dans les coulisses, confrontant la réalité des chiffres, prenant des décisions. J’ai bien hate de voir si Dumont saura démontrer une certaine stature dans l’action et pas seulement en parole.

  8. Non non!!!

    Johnny doit rester en première ligne. S’il tombe, son parti tombera avec lui. Bon débarras.

    Au moins, on sait à peu près où Mario Dumont s’en va, Johnny et sa bande peuvent être assez insaisissables…

  9. Ceux qui me connaissent ici savent que j’appuyais dès le départ la stratégie de l’ADQ de se dire le premier contre le budget, laissant l’odieux de faire tomber le gouvernement au PQ. C’est juste une bon coup du point de vue purement stratégique.

    Ce qui était imprévu, c’est que le PQ se montre menaçant malgré sa situation de faiblesse. Quand il a cru qu’il n’était pas si faible, le PQ a bombé le torse. Mais quand il a vu qu’il aurait, malgré toutes ses contorsions et ses belles paroles à propos de principes, le mauvais rôle de celui qui ferait tomber le gouvernement, il a reculé.

    Le sondage sur la « perte de plumes » de Mario est un peu n’importe quoi. 54% c’est encore moins que ceux qui n’ont pas voté ADQ aux dernières élections! Personnellement, son absence de la dernière journée, je m’en bat les couilles. J’ai un peu plus de misère avec son silence complet de la semaine entière, mais encore là, sa position était connue et claire. On ne peut pas dire la même chose du PQ, qui à un moment donné avait l’air de chercher comment dépenser des centaines de millions!

    La veille du budget, le PQ et le PLQ se sont parlés. Et vous pouvez être sûrs qu’ils se sont entendus pour blâmer l’absence de Mario Dumont.

    Vous ne trouvez pas ça un peu pathétique de reprocher à Mario de ne pas être prêt à gouverner, d’être suffisant et arrogant, mais de lui crier « au secours » à la dernière minute?

    Et que voulait lui demander Charest au juste? De retirer juste assez de députés pour que le budget passe? Si on lit les déclarations de Dumont et de Charest à ce propos, ça ressemble à ça!

  10. Si Mario a perdu des plumes c’est seulement parce que le peuple n’a pas voulu comprendre que Si Charest veut pas négocier avec toi, tu peux ben faire n’importe quoi, il négociera pas avec toi.

    Mario a fait le bon choix en mon opinion en ne débattant pas pour rien puisque Charest était déjà occupé à donner des pinottes au PQ, sachant qu’ils se contenteraient de peu.

    J’ai moi aussi bien aimé le discours de Mario après le vote, qu’on le veuille ou non, c’est lui le prochain en lice pour le poste et j’ai hâte.

  11. Un bien grand débat pour si peu… Le vote était joué d’avance et l’alliance PQ-PLQ était à prévoir. De là à y voir l’incapacité de Dumont de diriger une opposition, c’est assez fort. Il n’y a pas eu de bataille de perdue puisque l’ADQ n’a pas livré bataille…

    Que dire de l’attitude du PQ qui, depuis le début des travaux de la session parlementaire, paralyse le déroulement des commissions parlementaires car il ne veut pas accepter les résultats de 26 mars et les règles parlementaires telles qu’elles ont été établies lorsque ce parti était au pouvoir et qui font en sorte que le troisième parti se ramasse avec peu de budget et de moyens de fonctionnement. L’Assemblée Nationale est une institution qui se doit d’être respecté autant lorsque l’on victorieux que lorsque l’on est perdant.

    Comme manque de coopération, c’est assez flagrant et assez enfantin comme comportement. Pas de commissions parlementaires, pas de lois, c’est aussi simple que celà. Et pourtant, personne ne dénonce cet entêtement mesquin de la députation péquiste.

  12. Vous avez probablement tous raison et tous tort en même temps.

    Parfois, je crois que l’ADQ voulait que le budget passe tel quel mais il ne voulait pas en porter l’odieux.

    Car je ne peux pas m’imaginer que l’ADQ soit contre le fait que la fiscalité devienne enfin compétitive (façon de parler) avec celle de l’Ontario, ce qui incitera les Québécois à travailler plus sans changer de braquette d’imposition.

    C’était le cas de mes employés qui gagnaient entre 21,50 et 24,00$ l’heure. En faisant du temps et demi, temps double ou temps double et demi, il pouvait dépasser l’ancienne braquette de 58 000$ pour passer du taux marginal 20% à celui de 24%. Je ne compte pas le nombre de fois où ils ont refusé de faire du surtemps en invoquant cette raison et je les comprenais.

    De plus, 280 000 nouveaux Québécois profiteront de la gratuité des médicaments. Ce n’est pas rien ça.

    Est-ce que Dumont nous aurait bien eu? Peut-être.

    Sauf qu’il avait probablement sous-estimé le spin médiatique qui en résulterait. Mais bon.

    Il sait très que ce n’est pas parce que notre devise est « Je m’en souviens » que …

  13. On se demandait il y a quelque jours qui serait perdant ou gagnant de tout ça et je disais que ça dépendrait du spin médiatique. Je pense que c’est clair à mon avis de quel côté le vent souffle.

    Maintenant, il ne faut pas se leurrer. Ce sondage ne sert qu’à mesurer l’impact du spin médiatique. Dans les faits, rien n’a bougé et tout reste dans la marge d’erreur. À mon avis, à moins d’acharnement médiatique et d’autres gaffes, l’impact sera mineur sur l’ADQ.

    En passant, YGRECK en a sorti une pas pire sur le sujet, ça s’appelle ‘où est Mario?’. Comme quoi, même les alliés de l’ADQ sont critiques. À voir ici.

  14. Heu… C’était 54% hier, et c’est 74% ce matin. C’est quoi cette merde? Je vais m’acheter La Presse d’aujourd’hui pour voir ce qu’il en est. Mais je vais dire comme l’autre, on dirait que le spin médiatique fait son oeuvre.

  15. 100 % d’accord avec ton commentaire # 13 Nicolas.

  16. En tout cas Dumont à raison sur ce projet de Loi:

    http://www.gopetition.com/petitions/representation-democratique-du-quebec-a-la-chambre-des-communes.html

  17. C’est un signe de faiblesse de la part de Dumont de ne pas avoir assisté aux discussions avec le premier ministre sur le budget….Avait-il peur ou bien il ne sais pas c’est quoi la vraie politique????Comme chef de l’ADQ, c’est plutôt drôle, parce que je m’attendait qu’Il ferait un geste semblable pour éviter Charest…Surtout qu’il a eu l’attitude immature de voter contre le budget sans même savoir en quoi cela consisterais….Bravo Dumont Bravo!! Et dire que la population a failli l’élire comme premier ministre…Laissez-moi rire!!!!

Comments are closed.