Le doute

Le scandale d’Option Canada n’est pas un pétard mouillé, n’en déplaise à Jean Charest. De l’argent a été dépensé illégalement par le camp québécois du NON et nous avons maintenant la preuve que près de 10% du budget de cette option a été obtenu de manière illégale. Si le référendum avait clairement été gagné par le NON, il y aurait peu à écrire à ce sujet, sinon dans l’optique de préparer la prochaine consultation populaire.

Cependant, puisque l’écart a été si serré, si infime – à peine un demi pour cent – il devient difficile d’évaluer le poids qu’a eu l’argent illégal et de savoir si le résultat aurait été différent si le camp du NON avait respecté les règles du jeu. Combien d’affiches a-t-on pu se payer avec cet argent? Combien de réunions? Combien de publicités? Convaincre ou ne pas convaincre seulement 30 000 personnes aurait changé le résultat du tout au tout.

Et c’est là la principale conséquence de ce rapport sur Option Canada: il devient désormais possible pour les souverainistes de remettre en cause le résultat du référendum de 1995. Puisque les règles du jeu n’ont pas été respectées par le camp du NON et que le résultat a été aussi serré, le doute s’installe. Mais il y a pire encore.

Car ce qui est le plus important dans ce rapport, finalement, ce qui compte réellement, c’est ce qu’il ne dit pas. Il y a une impossibilité totale de savoir d’où provenait l’argent du camp du NON canadien qui a servi notamment à financer le fameux love-in quelques jours avant le vote. Puisqu’on ne peut retracer la source de cet argent, celui-ci doit donc être considéré comme illégal jusqu’à preuve du contraire. Combien est-ce que ça a coûté faire venir par avions, par trains, par autobus ces centaines de milliers de personnes? Et qu’aurait pu faire le camp du OUI avec de telles ressources?

En conséquence, désormais il n’est plus possible de considérer le résultat du référendum de 1995 comme étant valable.

Et la seule façon pour les fédéralistes de vouloir relégitimer ce scrutin serait de lancer une enquête publique et indépendante fédérale sur le sujet. Mais encore faudrait-il que les fédéralistes aient intérêt à vouloir faire la lumière. Qui sait ce qu’on trouverait en fouillant un peu plus cette histoire?

Parallèlement à cela, le Bloc Québécois vient de marquer de gros points auprès de la population québécoise en prouvant son utilité: c’est le seul parti au Canada qui désire que la lumière soit faite sur ces événements. Reste à espérer qu’il pourra continuer de marteler son message et qu’une enquête publique finisse par se tenir, pour dissiper le doute…

Publicités

41 Réponses

  1. « En conséquence, désormais il n’est plus possible de considérer le résultat du référendum de 1995 comme étant valable. »

    Réflexion de looser, comme les fans des Nordiques qui pleurent encore le but refusé à Alain Côté!

    Question: si je te forçais Louis à avoir une photo de la grandeur d’une affiche de Mario Dumont pendant 4 semaines juste en face de ton poste de travail (si tu travailles vu que tu vénères la pauvreté), deviendrais-tu Adéquiste?

    Non hein? Même après 20 journée de 40 heures, ça ne t’influencerait aucunement. Ça fait que arrête de penser qu’il y a 75000 personnes qui ont voté non à cause de pancartes alors qu’ils avaient prévu voter oui. Un peu naïf comme réflexion.

    Que dire des gens qui ont utilisé les installations de commissions scolaires semaine et surtout week-end un peu partout au Québec pour faire du pointage séparatiste? Retrouve-t-on ces frais dans le compte du Comité du Oui?

  2. * 20 journées de 8 heures.

    Désolé

  3. Tu vises tellement dans le mille mon Louis!

    Et on ajoute à ça le mépris total des Canadians envers les Quebecers (le dernier beau sujet de Marissal, quand même assez surprenant pour La Presse) et aussi encore mieux le scandale des commandites et ça nous donne un beau portrait de la belle famille canadienne. Main dans la main par devant, couteau dans le dos par derrière…

    J’ai besoin de dire qui tient le couteau?

  4. Pas surprenant du tout Renart. Je vous l’ai dit que Marissal est péquiste et souverainiste!

    Toi Renart: 20 jours de 8 heures avec la photo de Dumont devant toi, tu votes automatiquement ADQ?

    On est tous comme ça: les autres sont influençables mais pas MOI!

  5. C’est ça c’est ça… Trollise trollise! Hé hé!

  6. C’est plutôt toi qui trollise Renard ! Cibole! Tu as sûrement mal lu pour dire ça!

    Ma question est simple me semble: Pourquoi les autres auraient été influencés par des pancartes mais pas toi?

    Au lieu d’avouer que je marque un point, tu dis que je trolle. Wow! Quel enfantillage!

    Le premier qui dit chapeau aura une gomme…

    CHAPEAU!

    Pas fort…

  7. @ Le troll untel

    Bon sang de quoi tu parles?

    Tu ne marques aucun point parce que ton rapprochement avec les pancartes est vide de sens. Tu t’es accroché à ça comme à une bouée de sauvetage. Tu as la victoire trop facile, commences donc par retrouver le rivage…

    Le concept qui tient compte des indécis, ça ne te dit rien? L’arrivée en masse d’immigrants avant le vote ne s’est pas passée tant qu’à y être! L’influence, encore pour les indécis et conforter les fédéralistes mous, des Canadians qui sont venus nous dire we love you! ce n’est rien?

    Comme toi, j’ai une opinion assez arrêtée, t’en doute même pas, mais les autres? Je ne doute pas que tu aies réussi à convaincre bien des gens à rentrer dans ton club de gros bras, et puis tu n’as même pas de pancartes… Ouin, c’est vrai que les pancartes, c’est seulement les grévistes qui peuvent avoir ça, tu parles d’affiches?

    Tant qu’à ça, selon ta pensée, on prône des dépenses zéro pour le prochain référendum, vu que les pancartes et tout le reste ne servent à rien! Et le pire, je le pense vraiment, les affiches, c’est du gaspillage de ressources, et ça pollue le visuel! Et surtout, ça cache le ciel, qui est déjà bleu!

  8. Les souverainistes peuvent se déchirer leur chemise tant qu’ils veulent, mais en fin de compte, ça ne changera rien. Le rapport sur Option Canada ne leur a pas donné les munitions qu’ils espéraient. Que le référendum aie été volé ou non, ça ne changera rien. De l’histoire ancienne.

  9. C’est insultant pour les Québécois ce que tu avance mon Louis, t’es en train de dire qu’à cause d’un peu d’argent sale des faibles auraient changés de camp?

    Bref qu’ils étaient incapables de choisir par eux-mêmes?

    Ah pis… 2 millions pour savoir qu’on a dépensé un peu plus de 500 000 illégalement, c’est pas un peu exagéré?

    J’aimerais d’ailleurs qu’on ressorte l’histoire qui disait que le PQ aussi avait triché, mais ça c’est moins important je présume, puisque dans le cas du PQ, c’était surement pour éduquer ses pauvres faibles attirés vers le camp du non par l’argent sale des libéraux?

    Pis j’vais être vraiment poche et rajouter que même si le vote avait été oui, y’a pas un P.M. du Canada qui avait dit que ça marcherait pas anyway?

  10. Le Quebec dans les mois avant le référendum avait reçu plus d’immigrant que l’ontario…. pour une fois qu’on a une bonne nouvelle au Québec, on pourrait au moins fêter ca 😉

    Pour le reste, que le camp du NON ait triché ou le OUI ben autant 1 que l’autre c’est déplorable, mais c’est probablement plus le vote illégal que l’argent qui est la cause de la défaite

  11. @François,
    le Québec a reçu trois fois plus d’immigrants que d’habitude pendant l’année qui a précédé le référendum. Ce taux d’immigration ne s’est jamais reproduit depuis; il s’agit réellement d’une hausse unique et évidemment reliée à la campagne référendaire.

    Ça te fait plaisir de savoir que le fédéral, pour accélérer le mouvement, a pris des raccourcis administratifs, incluant l’omission de l’enquête de sécurité sur chaque immigrant? Ahmed Ressam et d’autres terroristes sont arrivés au Canada à ce moment-là, en passant par le Québec.

    Comment expliquer que Ressam, qui est arrivé à l’aéroport avec un faux passeport français et qui s’est fait prendre par la GRC… ait ensuite été accepté sans condition au Canada!

  12. Pétard mouillé veut dire premier ministre et cela s’applique bien à Johnny Charest

  13. Malheureusement pour les citoyens et la nature du débat politique qui devrait avoir lieu lors d’une telle consultation populaire, un référendum, pour ma part, n’a rien d’un noble exercice de démocratie.

    Il s’agit tout simplement d’une guerre de tranché entre deux formations politiques. Une guerre où les règles servent de cadre pour empêcher les dérapes plutôt que d’enclos pour tout contrôler les gestes qui pourraient être posés.

    Oui, Option Canada est un scandale. Oui, il faut le dénoncer.

    Mais je ne suis pas prêt à conclure que le PQ était blanc comme neige durant le référendum. Je pense que la game s’est jouée des deux côtés, et qu’on ne pouvait s’attendre à autre chose. Mon raisonnement peut paraître cynique, mais je pense que l’enjeu était trop important pour demander aux politiciens de jouer franc-jeu sans tenter le tout pour le tout, peu importe leur option.

    Quand on veut renverser un système qui est déjà établi, il faut toujours s’attendre à devoir se battre plus fort que celui qui tente de maintenir le statu quo.

    Je n’endosse en rien les gestes qui ont été commis, bien entendu. Je constate tout simplement ce qu’est devenu, à mon sens, la nature des débats politiques.

  14. Le le OUI l’avait emporté, le discours du Non de Daniel Johnson aurait blâmé: « les caisses pop et le vote gaspésien ».

    Ha ha ha.

  15. Zut, j’ai fait des fautes de frappe. Je voulais écrire:

    Si le OUI l’avait emporté, le discours de défaite de Daniel Johnson aurait blâmé: “les caisses pop et le vote gaspésien”.

    Ha ha ha.

  16. André Pratte, Le mercredi 30 mai 2007:
    « C’est pourquoi la réaction du premier ministre Charest, hier, est décevante: on aurait souhaité qu’il dénonce avec fermeté les dérapages qui ont terni la victoire du camp du NON. »

    Presse Canadienne, Le mercredi 30 mai 2007:
    « Du bout des lèvres, 24 heures plus tard, le premier ministre Jean Charest finit à son tour par déplorer que la loi référendaire ait été transgressée.

    «Le ministre des Affaires intergouvernementales canadiennes (Benoît Pelletier) a parlé au nom du gouvernement et a déploré effectivement que les lois n’avaient pas été respectées. Il l’a dit très clairement. Alors, là-dessus, là-dessus, on s’est exprimé très clairement», a déclaré mercredi le premier ministre à l’Assemblée nationale, alors qu’il était assailli de questions par les oppositions adéquiste et péquiste.

    La veille, M. Charest avait plutôt décrit comme un «pétard mouillé» le rapport d’enquête du juge Bernard Grenier, qui établit que 540 000 $ ont été dépensés illégalement par le camp fédéraliste lors du référendum de 1995 sur l’avenir du Québec.

    Mais l’aveu du premier ministre Charest n’a pas été facile. Le chef de l’Action démocratique Mario Dumont s’est étonné que M. Charest «ait utilisé l’expression «pétard mouillé» pour parler de la plus grosse infraction commise à l’encontre de nos lois démocratiques depuis qu’elles existent».

    M. Charest a, dans un premier temps, souligné que son intégrité personnelle et celle de son prédécesseur à la tête du PLQ, Daniel Johnson, n’avaient pas été mises en cause dans le rapport Grenier.

    Puis, il a accusé l’opposition d’avoir «choisi la tactique de l’insinuation alors que c’est nos réputations qui sont en jeu et on a été complètement blanchis».

  17. À Coyote Ugly

    « Tu ne marques aucun point parce que ton rapprochement avec les pancartes est vide de sens. Tu t’es accroché à ça comme à une bouée de sauvetage. Tu as la victoire trop facile, commences donc par retrouver le rivage… »

    C’est Louis qui parle de pancartes:  » Combien d’affiches a-t-on pu se payer avec cet argent? » Ah ha! Je lui ai seulement répondu.

    Réveille l’endormi!

    « Le concept qui tient compte des indécis, ça ne te dit rien? L’arrivée en masse d’immigrants avant le vote ne s’est pas passée tant qu’à y être! L’influence, encore pour les indécis et conforter les fédéralistes mous, des Canadians qui sont venus nous dire we love you! ce n’est rien?  »

    Oui, c’est rien. Le dimanche du Love-in, j’étais en plein centre-ville de Montréal avec mes familles qui étaient vu me voir car je vivais à Montréal. J’ai vu de mes deux yeux vu, pas aux nouvelles, la foule des Canadiens Anglais qui en ont profité pour visiter Montréal!

    Le lendemain, est-ce que ma décision de voter Oui a changé? Pas du tout!

    Toi et tes amis doivent arrêter de penser que 1000 pancartes de plus nous a volé notre pays.

    Arrêter de penser que les « supposés » immigrants reçus Canadiens dans l’année référendaire nous a volé notre pays.

    Arrêter de penser que le fait que Claude Dauphin ait augmenté le solde de son compte en banque nous a volé notre pays.

    Ne faites pas les nostalgiques comme ceux qui n’ont pas encore digéré le but d’Alain Côté. Ce soir-là, si les Nordiques avaient eu du caractère, ils auraient oublié ça, auraient persévéré et auraient compté deux buts suite à ça pour démontrer qu’il n’y a personne sur cette planète qui les arrêterait.

    Mais non: ils ont plutôt réagi comme s’ils étaient tous des Québécois! C’est pas de ma faute, c’est pas de ma faute, it’s not my fault!

    Et puis de toute façon, même si j’ai voté oui en 95, une victoire avec seulement 10 000 de majorité ne m’aurait pas convaincu de faire les démarches avec le Canada pour se séparer.

    Il aurait fallu une victoire de 6 à 3, et non une victoire en prolongation après que la puck ait dévié sur la tête de Brashear pour me contenter!

    À part ça, j’ai tellement raison pour les pancartes que tu n’oses même pas avouer l’évidence: une pancarte n’a AUCUNE incidence sur le choix de l’électeur, même pas sur l’indécis!

    Comme j’ai dit, tout le monde est influençable, mais pas moi!

    Pi arrêter donc de penser que ceux qui ont voté non ne sont que caves et que nous autres en 95, on avait compris. Vous réussirez peut être après ça à en convaincre quelques uns d’être souverainistes.

    Mais en attendant, il y en a beaucoup qui ne peuvent pas vous sentir tellement vous pétez plus haut que le trou. Des personnages comme André Boisclair par exemple!

    Changez d’attitude envers vos concitoyens! Vous pourriez peut-être après ça me ramener dans votre camp.

    En attendant? Non Merci!

  18. @ le Bum PAS intello (Hi hi! Ostie que chu spirituel…)

    À propos de ta petite blague « Réveille l’endormi! », la première fois que quelqu’un m’en a poussé une du genre, je devais avoir cinq ans…

    Pour le reste, juste le fait que tu ramènes Boisclair dans le décor fait en sorte que ça clôt la discussion, si discussion il y avait?!

    Merci malgré tout, tu égayes un peu cette journée maussade, à Montréal en tout cas. À Québec, ça l’air de quoi?

  19. Maudit que c’est difficile de répondre à une question simple hein?

    Ici à Québec, le mot « maussade » n’est pas assez fort!

    lol

  20. Le dimanche du love-in, un ami à moi, photographe, venait me chercher à Montréal (j’habitais dans Côte-des-neiges) en voiture. Mais avant, il devait se rendre au centre-ville pour aller acheter des rouleaux de films dans un magasin de photo; il préparait son matériel pour couvrir le jour du référendum.

    …et paf, il s’est retrouvé dans la manifestation du love-in! Malheureusement pour lui, il avait un petit drapeau du Québec dans la fenêtre de sa voiture, mais pas de drapeau du Canada.

    Des manifestants du « we love you Quebec » se sont mis à le chahuter et à secouer sa voiture; ils ont démoli ses rétroviseurs et arraché son antenne de radio, tout en hurlant « fucking frog! » à la fenêtre. Mon ami a eu la trouille de sa vie.

    C’est sûr qu’ils nous adorent, hein, les Canadiens! Mais il faut avoir une feuille d’érable tatouée sur le front, sinon ils nous crachent dessus.

  21. Ça c’est clair que c’était une bande de caves.

    Mais comme j’aime à dire, des caves y’en a partout, pour être cave, faut juste l’être, pas besoin d’être québécois ou canadien, noir ou blanc, etc.

  22. Quelle histoire HD, faut le voir pour le croire! Mais moi j’ai la foi! Hé hé!

    Oui Frank, y’a des caves partout, mais là, les caves sont deux fois plus caves à mon avis, leur contradiction est assez hallucinante! À moins de vouloir recevoir des claques sua yeule, j’irai pas narguer quelqu’un que j’hais à sa fête!

    Ça me fait penser à quelqu’un ça…

  23. Petite histoire: En 1981, j’étais réserviste dans les Forces Armées. Le soir de la St-Jean, j’étais en service au QG de la Réserve Aérienne qui était sur St-Urbain près de Prince-Arthur. Vous auriez dû voir les regards auxquels j’ai eu droit lorsque je suis passé à pied sur Prince-Arthur en uniforme pour me rendre au métro Sherbrooke.

    Les référendums ont le don de générer de l’animosité dans les deux camps…

  24. @M. David,
    Les gens se souviennent des mesures de guerre de 1970, vous avez été chanceux de ne pas avoir été lapidé !

    Pourquoi tant de publicités si elles ne servent à rien? Le love-in de Montreal avait pour unique but de faire changer les quelques 5% d’indécis, qui auraient voté OUI combiné aux nouveaux immigrants qui venaient de prêter serment à la reine et le résultat vous le connaissé.

    L’argent a toujours été le nerf de la guerre et imaginez un seul instant si le camp du OUI avait « organisé » un voyage toutes dépenses payés de 100 000 canadiens venant des autres provinces, tous favorables à l’indépendance du Québec,brandissant le fleurdelisé, nous déclarant leur amour éternel. Trois beau millions de dollars illégales !

  25. En tout cas, ce blogue a au moins le mérite de me rendre hilare de temps en temps. Une perle, vraiment:

    « Car ce qui est le plus important dans ce rapport, finalement, ce qui compte réellement, c’est ce qu’il ne dit pas »

    Ça me donne le goût, bien sûr, d’imiter mon idole Louis et d’y aller de mon crû:

    « Ce qu’il y a de plus important, dans l’éducation, ce sont tous ces travailleurs qui ne deviendront jamais professeurs… »

    « Ce qu’il y a de plus important, dans la santé, ce sont les citoyens qui n’ont jamais été malades »

    « Ce qu’il y a de plus important, au Vénézuéla, ce sont toutes ces stations de télé qui ne sont pas encore fermées »

    Incidemment, Louis, va voir ton article sur ti-pout Chavez, un Vénézuélien t’a écris. Aie au moins la décence de t’excuser à ce monsieur.

  26. @ AntiPollution
    J’y avais pensé figure-toi donc, mais je n’avais pas beaucoup de choix… Je ne pouvais pas me changer avant de partir

  27. Voyez-vous, moi, ce n’est pas le problème de « on aurait gagné sinon… » Non, on a perdu, ça finit là, on retrousse nos manches et on retourne dans le ring, au lieu de pleurer nos défaites. On apprend des coups que l’on a reçu et on s’assure qu’ils ne se reproduisent plus. Point final.

    Par contre, le rapport indique CLAIREMENT que le camp du NON a dépensé de l’argent illégalement, financé en partie par le gouvernement fédéral. Allons en-dehors des conséquences partisanes sur le vote, et regardons cette action pour ce qu’elle est: un crime, une atteinte à la démocratie et un non-respect de règles de base qui avaient pour but d’atteindre une équité financière au niveau des options et de limiter les dépenses d’un referendum coûteux.

    Et le bum… Je suis désolé de te dire ça, mais il y a des gens qui ont été convaincus ou que l’on a essayé de convaincre par cet argent, sans quoi je doute que le gouvernement fédéral et des tacticiens du NON n’aient fondé Option Canada pour effectuer des transactions illégales pour investir plus d’argent afin de convaincre des gens. Qu’on dise que cela n’a pas eu d’effet, je doute (à cause des rares indécis), mais on peut dire assurément et hors de tout doute que les types qui signaient le chéquier espéraient allègrement que leur démarche ait une conséquence majeure sur le vote, sans quoi ils ne se seraient pas adonnés à cet acte criminel et auraient « joué à armes égales ». Si ça a eu un effet ou non, les souverainistes diront que oui, les fédéralistes diront que non, mais le but premier de cette entreprise reste le même; elle fut malhonnête.

    Que Charest ne fasse pas d’excuses publiques au nom de cette dépense, qu’il refuse de condamner le geste qui vient de son entourage, je trouve ça de mauvaise foi de sa part.

    « C’est pas trop grave… le type avait 100 000$ et le voleur lui en a juste piqué 10 000. »

  28. Ce rapport n’a plus aucune pertinence. Le référendum a été perdu DEUX, 2 fois, c’est terminé.

    C’est un peu comme Chavez, il a été « élu démocratiquement par le peuple lors d’un vote » comme diraient certains ici, alors il a maintenant le droit de faire ce qu’il veut.

  29. Tant que la question référendaire vaut la peine d’être posée, elle doit l’être. Tant qu’il y a une masse critique de citoyens qui imaginent le pays, celui-ci sera à portée de main.

    Il serait illusoire de croire qu’un seul vote, qu’une seule génération, décidera de l’avenir d’un état, pour l’éternité. La plupart des pays du monde n’avaient même pas leurs frontières actuelles voilà seulement 3 générations.

    Les pays se brisent, se reforment, se déforment. Les peuples évoluent, les Croate s’éloigne linguistiquement du Serbe, le Catalan recule, le Gaélique renaît, etc. Des cultures émergent, d’autres sont digérées par l’état englobant. Certains états sont des chantiers en attente, qui ne demandent qu’à être mis en route.

    Le principe sacro-saint de l’immuabilité des frontières et de la finalité du monde actuel est une illusion perverse. C’est du Fukuyama dans toute sa myopie pédante.

  30. « Tant que la question référendaire vaut la peine d’être posée, elle doit l’être. Tant qu’il y a une masse critique de citoyens qui imaginent le pays, celui-ci sera à portée de main. »

    Penser comme ça, c’est comme affirmer que l’on doit ramener l’idée du nazisme en Allemagne étant donné qu’il existe encore des partisans là-bas.

    Euh…non merci!

    En passant, le problème du projet souverainiste, c’est leur porte-voix, pas le projet en soi.

    Et Manx, je condamne autant que toi les dépenses illégales d’Option Canada. Sauf que sans ça, imaginons en exagérant que peut être 70000 personnes auraient voté Oui et j’en doute (voir mes textes ci-dessus), tu aurais été confortable de faire un pays avec une si mince majorité?

    Pas moi.

    Et je répète pour les bockés que j’ai voté oui en 95. Mais faire partie des Nostalgiques Anonymes, ça ne m’intéresse pas. La vie continue donc passons à autre chose.

  31. Vu que Renart est incapable d’avouer que j’ai raison et qu’il se sert de Boisclair pour ne pas répondre ( je te dis que Boisclair a le dos large1), essayons quelque chose, ok?

    On se donne chacun nos adresses civiques. Les gauchistes installent des posters de Pauline Marois chez les partisans de la « drouate » et nous on installe des posters de Dumont chez Louis et sa Sainte-Trinité et chez leurs croyants.

    Et à la prochaine élection, on promet d’être 100% honnêtes envers les participants en faisant un sondage pour savoir qui parmi nous changea ses intentions de vote à cause de la pancarte, ok?

    Ben non, je niaise. Pourquoi perdre notre temps avec ça hein quand on sait très bien qu’il y a seulement les paranos, les politiciens et ceux qui impriment à grands frais ces posters qui croient qu’une pancarte influence le vote d’une personne?

    « Je ne doute pas que tu aies réussi à convaincre bien des gens à rentrer dans ton club de gros bras, et puis tu n’as même pas de pancartes »

    De quoi tu parles? Tu divagues? Tu profites du trafic d’ectasy qu’il y a dans ton bar ou quoi?

    La bouée, le rivage…kessé ça? Ah que la neige a neigé un coup parti?

    Voyons!

  32. Les deux camps ont fait des choses illégales, en 1995, comme les rejets exagéré de bulletins de votes du non par des scrutateurs séparatistes…
    Lequels est le plus grave ? Les publicités dont le montant dépassait la limite permise, ou le magouillage des bulletins de votes ?

    C’est comme le scandale des commandites, les péquistes en ont aussi profité, mais on en parles juste moins…

    Quant aux immigrants, il en rentre toujours et il faut qu’il continue a en rentrer. Ce n’est pas de la magouille politique, mais simplement parce que nous ne faisont plus d’enfants, alors il faut faire rentrer les immigrants pour compenser et payer les pensions des babyboomers à la retraite.

    500000$ sur un budget de plusieurs millions c’est bien peu. C’est la moitié de ce que ca avait couté pour rénover le bureau de Pauline Marois en 2002, avec sa toilettte silencieuse….

  33. Pourquoi Charest aurait-il a s’excuser pour Option Canada? Il n’en faisait pas parti, il n’est pas mêlé au scandale.

    Il faudrait qu’il s’excuse parce qu’il est fédéraliste ?

    Donc il faudrait que la majorité de la population s’excuse pour quelque chose qu’ils n’ont pas fait ?

  34. *Ahem…* Charest n’y a pas fait parti? Dis-moi, qui était le vice-président du comité du NON en 1995? C’est comme Paul Martin. S’il ne savait pas qu’Option Canada violait la loi de sa province, il était stupide, et s’il le savait, c’est un escroc.

    Mais les excuses que l’on demande, c’est parce que son camp a pris la population Québécoise pour des épais en ne déclarant pas leurs dépenses au DGE (si c’est pas si grave, pourquoi ne l’ont-ils pas déclaré, après tout? Pourquoi avaient-ils besoin de dépenser de l’argent illégalement, si ce n’était pour dérégler le rapport de force?). Je ne veux pas qu’il reconnaisse son blâme (le rapport n’en prouve rien, quoiqu’il blâme son chef de cabinet actuel), je veux qu’il dise clairement: « C’est vrai, Option Canada n’aurait pas du faire ça » et non « C’est un pétard mouillé, juste 500 000$ ». Car 500 000$, c’est seulement 10% de plus en un mois, mais le principe du crime reste le même.

    Pour les bulletins de vote refusés, je ne sais pas comment on fait pour faire refuser un bulletin de vote sans raison. Surtout qu’au Québec, n’importe quel signe dans une case est admissible, tant qu’elle ne dépasse pas sur l’autre. Pour avoir travaillé (très bonne job pour les étudiants d’ailleurs, car les écoles sont fermées ce jour-là, que c’est 14$/h et exempté d’impôts, puisque ça dure moins de 36h) aux dernières élections, tu peux dessiner une mona lisa miniature, tant que le dessin ne touche qu’une seule case, c’est accepté.

    500 000$, c’est 500 000$ de criminel. Vous savez, le scandale des commandites valait environ 250 millions, alors que le budget fédéral se chiffre en centaines de milliards? Option Canada, ça se chiffre à 500 000$, dans un ministère du Patrimoine qui doit en contenir proche du milliard (j’avance un chiffre, mais ce n’est pas un ministère qui demande du financement à la pelle).

    @ Bum: Je suis pas mal comme toi à ce niveau, je ne crois pas que l’on dise que cela ait changé grand chose dans l’issue finale du vote OU que si ça l’avait changé, soit par une souveraineté à moins de 51%, ça aurait été difficile à jongler. Mais je ne veux pas que l’on embarque dans les hypothétiques « si », car on a perdu ce referendum de 1995 et que je veux pas que l’on jette le blâme sur une petite organisation, mais que l’on se pose des questions pour mieux décrire le projet souverainiste, plutôt que de mettre en cause des magouilles politiques.

    Par contre, ce que je veux faire comprendre aux gens qui disent qu’Option Canada, c’est rien, un pétard mouillé, etc. C’est que c’est un CRIME, que le fédéral avait l’intention de faire de l’ingérence dans une question purement québécoise. Vous trouvez pas ça ridicule, vous, que le premier ministre provincial qualifie une ingérence fédérale dans une question provinciale de « pétard mouillé »? Moi, je ne serais pas d’accord que le camp du OUI viole des règles établies afin de garder un rapport de force égal au niveau financier entre les deux options, alors qu’il était en accord avec cette proposition.

    Et je ne dis pas qu’Option Canada a réussi son but, mais que son but premier était malsain, car il visait à pouvoir dépasser la marge de crédit du camp du NON, à payer des bénévoles, comme Lisa Frulla et Pierre Pettigrew (qui ont ensuite été présentés comme députés), pour parler dans la presse libre. À louer des établissements pour des réunions du camp du NON. Et encore, reste le fameux love-in, dont on ne connait pas les sources du financement.

    P.S. Pour les rénovations de Mme Marois, ce sont des fonctionnaires qui sont responsables des travaux et non des ministres. Je suis désolé, mais aucun ministre, fédéral, provincial, souverainiste, séparatiste, autonomiste, n’aime jetter de l’argent par les fenêtres en rénovations. Pour la question de l’immigration: en 3 mois, on a accueilli autant d’immigrants qu’en un an et quand ils entraient au Québec, on disait « bienvenue au Canada! Maintenant, vous savez pour qui voter au referendum. » Cette hausse d’immigration n’a jamais été égalée depuis et a été si peu sélective qu’un homme qui a profité de ce système pour obtenir sa citoyenneté canadienne est maintenant sur la liste des terroristes recherchés pour être soupçonnés d’être liés à Al-Qaïda. Là encore, je me fiche des conséquences de cette immigration sur le nombre de votes, mais je trouve cela malhonnête aussi, de déserrer les machines de l’immigration pour favoriser un vote en faveur d’une option.

  35. Monsieur le Bum Interné,
    c’est vraiment édifiant de vous lire. Ainsi donc, vous trouvez un point de comparaison entre les souverainistes et les nazis? Ainsi donc, il resterait des millions de néo-nazis en Allemagne, une armée occulte qui n’attendrait que le bon moment pour déferler sur nos contrées bien-pensantes?

    Attendez, on va vous trouver un souverainiste qui porte la moustache, vous pourrez le comparer à Hitler.

    Profitons-en pour condamner tous ces personnages historiques qui se sont acharnés à faire avancer leur cause malgré les vents contraires, de Jeanne d’Arc à Lech Walesa, en passant par Guiseppe Garibaldi. C’est vrai quoi; avec votre logique, on devrait s’écraser après un premier échec!

  36. Le comité du nom n’était pas relié avec Option Canada.
    c’est un peut comme dire que le PQ est la même chose que la société St-Jean Baptiste.

  37. Ben non, aucun lien voyons donc!

    Incroyable ce que l’aveuglément volontaire peut faire.

    Option Canada a versé de l’argent au camp du NON! On n’a réussi à prouver que ce qui regarde une petite somme, certes. Mais tout le monde se doute que ce fut bien plus, juste à penser au Love In tenu à Montréal in extremis. Le juge Grenier s’est fait donner un mandat limité pour tenir une enquête privée où les témoins et leurs avocats pouvaient facilement s’en sortir.

    Bref, on continue à se faire enculer…

    … et les moutons du Québec semblent aimer ça.

  38. Le juge grenier est embauché pour faire le recensement de la population du Québec. Il se promène sur la rue Sainte-Catherine et compte les passants… 1, 2, 3, 10, 53… Il poursuit méticuleusement son travail d’investigation, pendant plusieurs semaines, et demande des entrevues confidentielles à certains passants («Êtes-vous vraiment une personne?», «Combien de personnes connaissez-vous?», «Passez-vous par ici plus qu’une fois par année?»).

    Il appelle le premier ministre pour lui dire que son rapport va être en retard. Encore une fois, trois mois plus tard. Et encore une fois. Le suspense grandit…

    Finalement, il remet son rapport.

    «
    RAPPORT SUR LA POPULATION DU QUÉBEC
    par l’honorable juge Grenier

    Suite à mon investigation, j’ai déterminé que la population du Québec est officiellement de 191 personnes, mais la présence de fenêtres et de portes sur les édifices ne m’a pas permis d’aller au fond des choses. Ces chiffres devront donc être tenus pour officiels, ce qui clot l’enquête définitivement.
    »

    Jean Charest est heureux et soulagé par les résultats. Il montre fièrement une clé USB toute neuve (contenant les résultats) et retourne se coucher.

  39. Hé ho je ne suis pas sur que tu aies lu « les secrets d’Option Canada » très longtemps, car les membres d’OC ont été intimement liés à des gens du camp du NON. Le chef de cabinet de Jean Charest y est impliqué, par exemple. Sinon, OC a payé la facture de location de locaux de certaines rencontres du camp du NON. Et je doute SÉRIEUSEMENT qu’une organisation qui leur sert à dépasser la marge de crédit en payant certaines créances n’ait aucun lien avec eux. Si c’est le cas, alors le camp du NON n’a rien à se reprocher, mais le ministère du patrimoine fédéral aurait des explications à fournir.

  40. « Monsieur le Bum Interné,
    c’est vraiment édifiant de vous lire. Ainsi donc, vous trouvez un point de comparaison entre les souverainistes et les nazis? Ainsi donc, il resterait des millions de néo-nazis en Allemagne, une armée occulte qui n’attendrait que le bon moment pour déferler sur nos contrées bien-pensantes? »

    @ H. Dufort

    Tu n’as rien compris. Mais je ne t’expliquerai pas car même là, je ne suis pas sûr que tu vas comprendre.

    Mon temps est trop précieux!

  41. […] assez virulent sur nos rapports canadiens. Et je crois que j’ai bien illustré son propos sur UHEC avec ces phrases simples : « Main dans la main par devant, couteau dans le dos par derrière… […]

Comments are closed.