Liberté d’informer ou de déstabiliser?

Plusieurs dénoncent la fermeture de la RCTV (Radio Caracas Television), propriété du groupe 1BC, par le gouvernement vénézuelien comme étant un geste antidémocratique, totalitaire ou injuste. On devrait au contraire la garder ouverte et célébrer la diversité de l’opinion vénézuelienne. Dans l’absolu, ce discours se tient.

Cependant, dans le monde concret, la capacité à émettre des ondes dans un pays doit être soumis à des règles strictes, afin non seulement de protéger les gens, mais également le pays lui-même. C’est pour cela que nous avons le CRTC au Canada, et que celui-ci a voulu retirer la licence de la radio-poubelle CHOI de Québec si celle-ci continuait d’utiliser les ondes publiques pour polluer.

De la même façon, le Vénézuela peut-il accepter qu’une télévision se substitue au rôle politique et incite à la déstabilisation du pays? Doit-elle forcément renouveler la licence de diffusion par voie hertzienne, d’une durée de vingt ans, et qui venait à expiration le 27 mais 2007?

Depuis l’élection de Chavez en 1998, un réseau assez fermé de médias privés (dont faisait partie RCTV) s’employaient à occulter la réalité en affirmant que la majorité n’appuyait pas le gouvernement, que seuls les quartiers de pauvres – les zones « rouges » – étaient derrière lui, qu’il vaudrait mieux tourner le dos aux politiques de Chavez. Ces médias, possédés par une élite extrêmement pro-Washington et hostile aux politiques progressistes de Chavez, se sont servis des ondes publiques pour s’opposer aux politiques du gouvernement. Jusque là, ce n’était pas bien grave, même si RCTV (avec Venevision) détenait près de 85% des ressources publicitaires de la presse et contrôlait 80% de la production et de l’élaboration des informations relatives au Venezuela.

Cependant, lors du coup d’État raté de la CIA en 2002, des stations comme RCTV sont littéralement tombées dans l’illégalité. Non seulement RCTV a relayé le message d’un de ces patrons, Ortega, désirant devenir calife à la place du calife, mais elle a lancé des « chasses à l’homme » en publiant une liste de personnalités recherchées. Et le lendemain, alors que les partisans de Chavez marchaient par milliers pour permettre au président démocratiquement élu de prendre le pouvoir, RCTV diffusait des soaps américains, des recettes culinaires et autres insanités, laissant volontairement dans le noir la population vénézuelienne sur le drame en train de se jouer. On interrompait seulement les émission occasionnellement pour laisser parler le général Lucas Rincón, qui annonçait la soi-disant démission du président Chávez. Des centaines de citoyens se sont massés devant les bureaux de la station de télévision, ont lancé des pierres aux journalistes et ont exigé que la télévision diffuse leur message d’appui au président Chavez. Mais encore à ce moment, le réseau refusait de reconnaître l’autorité du président du pays.

Comme le souligne avec justesse Maxime Vivas,

« Un peu partout sur la planète, pour un comportement analogue à celui de RCTV durant le coup d’Etat, la sanction aurait plutôt été une fermeture immédiate et définitive, une saisie des biens, un jugement des dirigeants et/ou proprietaires des médias. »

Le gouvernement devait sévir, et sa seule erreur est d’avoir attendu cinq ans pour le faire. Il aurait fallu fermer RCTV dès le lendemain du coup d’État manqué et juger, condamner ceux qui ont violé la loi et révoquer la licence de la télévision qui a nui à la stabilité du pays et a fait du mensonge et de la propagande sa seule raison d’être.

Car utiliser les ondes publiques et un privilège, et se servir de celles-ci pour calomnier et organiser une campagne de déstabilisation contre un gouvernement élu et légitime, c’est illégal.

Et il sera possible de continuer d’écouter RCTV par satellite. De toute façon, ceux qui partagent l’idéologie de ce réseau en ont parfaitement les moyens…

À lire:
Dans les laboratoires du mensonge au Vénézuela
Venezuela : Chávez, les putschistes, la télé et le peuple, par Maxime Vivas.
Hugo Chávez et RCTV : censure ou décision légitime ?
L’empêcheur de tourner en rond

Un nouvel effet domino

Publicités

44 Réponses

  1. En encourageant la fermeture de stations de radio ou de télé dans le monde sur la base de « stabilité de l’état », on se tire dans le pied. Après tout, le mouvement souverainiste a toujours tablé sur une certaine ouverture d’esprit dans l’espace médiatique. Au Canada (comme en Grande-Bretagne), c’est la liberté d’expression qui permet à des mouvements souverainistes, réformateurs ou autonomistes de vivre.

    En fait, vouloir légiférer intelligemment, on règlementerait le financement des médias et non leur contenu. Ainsi, je ne serais pas surpris que ces radios « révolutionnaires » soient financées par des groupes étrangers politisés (l’ingérance politique est condamnable parce que contraire à la souveraineté de l’état) ou par des sources impossibles à identifier (de l’argent qui ne vient « de nulle part », c’est suffisant pour lancer une enquête). Sans compter les possibles entourloupettes du côté fiscal.

    Bref ce n’est pas le discours qu’on devrait essayer de contrôler, mais la transparence et le respect de la souveraineté de l’état.

  2. Je n’en reviens pas, je suis complètement sidéré…

    La décision de fermer RCTV est purement politique et n’a rien à voir avec la justice. Chavez se vante sans cesse de défendre l’intérêt du peuple et sa volonté mais il commet ici une véritable attaque à la liberté de presse. La population connaît bien les tendances libérales de la chaîne de télé, pourtant ils sont seulement 13% à appuyer la décision du président. Pourquoi? Tout simplement parce qu’ils ne veulent pas se retrouver avec des émissions d’information qui ne proviennent que d’une seule opinion (dans ce cas-ci, les loyalistes à Chavez). Tout le monde ici au Québec connaît les tendances politiques des journaux fédéralistes (comme La Presse) et souverainistes (comme Le Devoir). Pourtant ceux-ci restent d’excellentes sources d’information peu importe l’allégeance politique de ses lecteurs. Avec cette fermeture, on se dirige vers une convergence médiatique Louis, quelque chose dont je sais tu ne supportes pas.

    « Car utiliser les ondes publiques et un privilège, et se servir de celles-ci pour calomnier et organiser une campagne de déstabilisation contre un gouvernement élu et légitime, c’est illégal. »

    Allô presidente, ça te dit de quelque chose? L’émission hebdomadaire (qui sera bientôt quotidienne) animée par Chavez ou celui-ci exprime ses opinions sur la politique du pays dans le but d’insulter et rabaisser ses opposants, le tout déguisée en émission de variétés, ne tient pas exactement de la vertu non plus.

    Imagine un peu Harper ou Charest animer une émission le dimanche soir à Radio-Canada dans le même genre… Tu m’excuses une minute, j’ai envie de vomir…

  3. Ça dépend beaucoup oû on prend nos infos, mais tout porte à croire que RCTV était une chaine respectable qui opérait depuis 53 ans.

    Le fait que la décision mème de ne pas renouveler leur licence a était hautement suspecte. Comme tu le souligne Louis, ici au Canada, cette décision aurait été prise par le CRTC qui aurait tenu des audiences avant de rendre une décision, et il aurait été hautement inaproprié au Premier ministre du Canada d’intervenir.

    Le fait que ce soit Chavez lui-même qui ait pris cette décision serait considérée ici et dans la plupart des démocraties comme inaproprié et empreint de totalitarisme.

    Que RCTV ait été responsable ou non du putch de 2002, elle à droit à procès, comme c’est l’usage ici. Il ne semble pas que c’aie été le cas. Il semble que Chavez travaille à simplement museler son opposition. Mais c’est totalement légal qu’on dit. Après tout, il a été élu démocratiquement. À ça je répondrait que pratiquement tous les dictateurs depuis Jules César ont tenu les mêmes propos.

    Un archevêque vénézuélien le compare à Hitler et Mussolini. Et selon un sondage, 70% des vénézuéliens seraient contre la fermeture de RCTV.

    http://www.cyberpresse.ca/article/20070528/CPMONDE/70528083/1030/CPMONDE

  4. La position que tu prônes ici, Louis, c’est celle du totalitarisme au nom de l’idéologie. Jeu très dangereux et extrêmement naïf. Si le Canada adoptait une politique semblable à celle du Venezuela, mais à l’inverse puisque nos gouvernements sont de droite, ton blogue serait fermé dans l’heure.

    Il est important de s’informer ailleurs que dans les journaux syndicaux. J’invite les blogueurs à s’informer de façon intelligente en allant consulter le site antagoniste.net, site qui, contrairement à bien des sites que je connais, documente extrêmement bien ses articles. Faites une recherche sur Chavez et son vrai visage vous sera révélé.

    En passant, j’ai quelques amis Vénézuéliens, dont un de mes ex-employés, qui, après avoir lu ton article m’ont confié être ébahi que quelqu’un puisse tenir un tel discours. C’est un peu comme un grand brûlé qui entendrait quelqu’un vanter les mérites des pyromanes.

    En passant, Louis, puisque tu trouves normal que ce poste de télévision DOIVE donner son appui à ti-pout Chavez (je te cite: « Des centaines de citoyens se sont massés devant les bureaux de la station de télévision, ont lancé des pierres aux journalistes et ont exigé que la télévision diffuse leur message d’appui au président Chavez. Mais encore à ce moment, le réseau refusait de reconnaître l’autorité du président du pays. »), j’attends ton manifeste d’appui à Harper et Charest, sinon, je te ferme!

    Le rêve vénézuélien est terminé. Welcome to the nightmare.

  5. Beau sujet à discussion.

    Néanmoins, la station ayant fonctionné depuis ces événements, on ne pouvait la fermer cinq ans plus tard. Au pire, il aurait fallu la fermer dès que d’autres actes d’une gravité semblable aient lieu.

    La liberté de presse n’est pas sacrée, mais presque. Y toucher constitue un acte de faiblesse. Quel message envoie-t-on maintenant aux médias? Je pense que c’est ça la vraie question.

    Les télédiffuseurs peuvent prendre parti pour un groupe ou un autre. Ne sous-estimez pas le téléspectateur qui sait faire la part des choses. Si personne n’écoutait cette station, elle fermerait ses portes.

    Accent Grave

  6. Louis a le don de trafiquer la nouvelle pour en tirer le jus qui sert sa cause. Ici, dans le cas de la fermeture sauvage de cette vénérable station de télévision, Louis y voit la libération du peuple du joug capitaliste (lire: d’une source additionnelle d’information).

    Mais, il y a quelques temps, Louis s’inquiétait justement de l’inverse: de la concentration des médias au Québec et de

    Dans un article pompeusement intitulé « Aliénation médiatique » (voir: http://uhec.net/?p=170 ), Louis instruisait ses ouailles sur les terribles dangers de la concentration des médias:
    « La concentration de l’information dans toutes les sphères de la communication laisse perplexe et soulève un problème éthique »

    Il semble que pour Louis, l’éthique soit un bien de consommation réservé au Québec. En effet, selon lui, les Vénézuéliens n’ont qu’à consommer la source unique d’information qui leur sera désormais offerte: l’indigeste discours de leur grassouillet dictateur.

  7. Donc…. on devrait faire fermer CNN aux USA?

    Je me souviens, mon exemple le plus flagrant de nouvelles rapportées différament selon le réseau.

    Quand les états-unis ont commencé à faire des trous en Irak, on a eu droit à CNN à des irakiens qui dansaient en disant des « thank you mister bush » à la caméra, tout allait bien. À TV5, toujours en Irak, toujours le même jour, on avait des irakiens qui maudissaient le non de Bush, qui disaient à quel point c’était mauvais pour leur pays.

    Évidemment ni l’une ou l’autre des 2 chaines a présenté l’envers de la médaille. D’où l’importance selon moi d’avoir plusieurs réseaux afin d’avoir une chance de voir les 2 côtés de la médaille.

  8. @Frank: Est-ce que CNN a violé la loi? A-t-elle volontairement décidé de mettre de côté sa mission d’information pour lancer une chasse à l’homme contre les gens élus au Sénat et à la Maison Blanche?

    Les lois sont différentes aux États-Unis; ce pays possède une liberté d’expression assez impressionnante, malgré la censure omniprésente sur les médias corporatistes.

    Mais au Canada – tout comme au Vénézuela – la PERMISSION d’utiliser les ondes PUBLIQUES présuppose un certain niveau de qualité qui doit être assuré aux citoyens. Quand on dit des conneries, il arrive ce qui est presque arrivé à CHOI-FM. Et quand on participe à un putsch et qu’on est le soutien idéologique de criminels, on doit se faire fermer.

    Je suis d’accord avec Accent Grave: c’est une erreur de la fermer 5 ans plus tard. Le gouvernnement vénézuelien a sûrement fait le calcul que ça aurait été trop controversé de le faire à l’époque, mais il aurait sans doute fallu le faire de toute façon.

    Ceci dit, est-ce que ça aurait été légal, puisque la licence était ASSURÉE jusqu’en mai 2007? D’un point de vue légaliste, il était peut-être impossible de lui retirer la licence à ce moment.

    Dans tous les cas, la décision du Vénézuela, tout comme celle du CRTC dans le cas de CHOI, est motivée par le bien du public et par le respect des lois. Quand une télévision ou une radio abuse de son PRIVILÈGE de profiter des ondes publiques, elle se voit enlever ce PRIVILÈGE.

  9. Je l’ai dit, je le répète. L’état (ou un organisme mandaté par l’état, ce qui revient au même) ne devrait PAS avoir le droit de fermer un poste de radio ou de télé à cause du contenu diffusé.

    Même dans des cas d’appel à la violence ou de propos diffamatoire, l’état devrait plutôt laisser le problème se régler dans le réseau juridique (poursuites collectives, mise en demeure, amendes).

    L’état devrait toutefois avoir le pouvoir de valider l’origine du financement d’un diffuseur, afin d’éviter le financement par des intérêts étrangers (interventionnisme déguisé, propagande ennemie) ou l’évasion fiscale. Dans la plupart des cas, les radios de propagande reçoivent des gros montants de la part de sources extérieurs (des organismes caritatifs bidon, le financement des services secrets d’un autre état, des mécènes rigoristes à la George Soros, etc).

    Bref ce n’est pas le contenu mais bien le type de financement qui devrait être contrôlable. Et dans le cas du Vénézuéla, de la Russie et de l’Iran, la nature exacte des gestes de censure par l’état n’est vraiment pas claire. Ça ressemble vraiment beaucoup à une tentative de museler l’opposition politique légitime.

    ps: Actuellement, la classe moyenne fuit le Vénézuéla. Je ne parle pas des « gros riches » qu’on s’amuse à démoniser, mais bien des gens des strates moyennes de la société. Dans pas longtemps, le pays va être en pénurie de travailleurs qualifiés, ce qui risque de causer des sérieux problèmes économiques. J’ai connu plusieurs jeunes, bien éduqués mais si super riches, qui ont fui ce pays pour s’établir à Montréal.

  10. Un jour, je l’espère, les Vénézuéliens, si l’accès à Internet leur est toujours permis, liront ce blogue. Ceci suppose, évidemment, qu’il existera encore.

    Un jour, je l’espère, les Vénézuéliens verront qu’il s’en trouvait, de par le vaste monde, pour croire au mensonge de leur bien aimé dictateur. Qu’il s’en trouvait, de par le vaste monde, pour tenter de convaincre leurs concitoyens que la liberté d’expression doit être CONTRÔLÉE, que la liberté est une denrée qui ne doit être dispensée qu’à ceux qui sont d’accord avec le gouvernement.

    Évidemment, vous aurez compris que je parle ici des Vénézuéliens qui auront réussi à sortir à temps de ce goulag…parce que les autres, ils seront occupés à faire la queue avec leur ticket de rationnement.

  11. @ Louis

    Ici au Canada on a un processus à suivre pour porter plainte qui est à l’abri des ingérences politiques. On ne peut pas comparer CHOI avec RCTV. CHOI a failli perdre sa licence du à des plaintes répétées de diffammation par des citoyens, pas parce qu’ils faisaient la promotion d’idées politiques contraires au gouvernement en place.

    Si vraiment la chaine avait pris directement part à un putsch, comment se fait-t-il qu’il n’y aie pas eu de poursuites judiciaires contre les dirigeants?

    En plus, ici, ni Charest, ni Harperm ni aucun autre premier ministre n’aa le pouvoir de décider du renouvellement d’une licence de diffusion. Question de transparence. Qu’en est-il de Chavez.

    Ton pote Chavez est juste une autre confirmation de l’adage « Le pouvoir corrompt. Le pouvoir absolu corrompt absolument. »

    Un dictateur de gauche ou de droite demeure un dictateur.

  12. « Est-ce que CNN a violé la loi? A-t-elle volontairement décidé de mettre de côté sa mission d’information pour lancer une chasse à l’homme contre les gens élus au Sénat et à la Maison Blanche? »

    Non effectivement, mais elle maquille l’information, ce qui est bien plus grave à mon avis que de publier des infos qui ne font pas plaisir aux autorités.

  13. @ Dufort
    MAlheureusement pour le Vénézuela c’est effectivement la fuite du pays…. moi c’est pire c’est une dentiste qui était maintenant à Montreal et grace à la souplesse de nos ordres professionnels elle avait la chance de travailler au Bureau en Gros Par contre, je dois admirer qu’elle allait alors retourner a l’université pour etudier et avoir une nouvelle carriere dans un domaine different… nouveau pays, nouvelle vie, nouveau travail…. WOW

    @Louis
    Tu ne trouves pas que le systeme judiciaire en pénalisant le réseau pour des centaines de milliers de dollars Choi (et le gang bang n’est pas fini) et en mettant en faillite Jeff Fillion n’ont pas assez payer ? Le systeme à fait sa job non ? Je trouve ca plutot dangereux moi un organisme qui se mele de ca et décide ce qui est bon et pas… surtout quand l’on sait que des compétiteurs de choi était derriere ca… Ca sent le lichage de cul pour avoir des licences !

    En passant as tu déjà écouté Choi ? en dehors de quelques niaseries indéfendable comme Chiasson (300 000 $ alors que des victimes de viol n’ont pratiquement rien, mais prouve que le systeme judiciaire marche) ce réseau la remettait le systeme en question et sauf pour nos amis libéraux, les gauchistes et séparatiste ainsi que ceux du CRTC je ne voyais pas de mal a ca

  14. Jacques, question hors propos : est-ce que tu es prof ou l’as-tu déjà été?

  15. @Renart,

    Je ne sais pas si ta question vise à vous alimenter dans la vendetta de l’hommme en colère vs Jacques Saint-Pierre, mais je te répondrai quand même, car je te trouve très gentil (sans sarcasme, aucun).

    Non, je ne suis pas professeur. Toutefois, depuis toujours, j’ai été très impliqué dans le milieu de l’éducation (public et privé, eh oui). J’ai aussi été sollicité par le ministère de l’Éducation, il y a quelques années, pour participer à l’élaboration de l’un de leur programme.

    J’ai un intérêt particulier pour l’éducation. Et surtout, j’ai des enfants qui vont à l’école et pour lesquels je ne veux que le meilleur (qui ne correspond certes pas aux normes de nos épouvantables réformes).

    J’ai offert plusieurs formations professionnelles aux adultes dans le cadre de mon métier, mais je ne suis pas un professeur à proprement parler.

    Est-ce que cette question vient parce que j’aurais un ton professoral, ou bien cherches-tu à savoir si je suis le Jacques Saint-Pierre qui est professeur d’université?

    Si c’est le cas, autant te dire, vous ne m’identifierez jamais, c’est peine perdue. Je ne suis pas celui-là, je suis celui-ci…

  16. @Jacques

    Pour te raconter ça le plus court possible, je lisais une partie d’un de tes textes à ma copine, cette partie, en fait :

    « Au risque de me faire plein de nouveaux amis, je dois dire que ces baisses d’impôt, à mon niveau d’imposition, et pour mes compagnies, vont représenter tout un pactole et que j’en suis bien heureux. J’attendais un tel événement pour me payer un petit extra. Je vous tiendrai au courant de ce que je me paierai avec ce surplus. »

    Alors elle m’a dit que je devrais googliser ton nom pour voir… Eh! oui! Y’a deux profs qui ont ton nom, et un statisticien en prime!

  17. @Renart

    Désolé de te décevoir, je ne suis aucun d’eux. Je suis, en fait, l’un de ces nombreux anonymes électeurs de l’ADQ qui sont surgit de nulle part aux dernières élections. Je suis de la majorité trop longtemps silencieuse. Je suis un homme blanc, d’Amérique, Chrétien, Hétérosexuel, Marié, Père, Professionnel, conservateur et donc, nécessairement, un salaud d’enfant de putain.

    Je suis, avant tout, un gars bien ordinaire qui en a soupé des discours appuyés sur du vent, du syndrome de la victimisation des violents et de l’adoration des causes à la mode.

  18. Jacques,

    ce n’était que de la curiosité, j’essaye seulement de comprendre. C’est bien évident que nous sommes diamétralement opposés en tout, et je n’irai même pas jusqu’à dire que tu es un « salaud d’enfant de putain », car je ne m’abaisserai pas au jeu du troll…

    Par contre, si tu es vraiment le chef de plusieurs entreprises, ce qui serait assez surprenant (quel genre de patron passerait des heures et des heures, surtout de nuit, à bloguer, sans que cela nuise à son entreprise?), ta propagande serait trop reliée ouvertement à ton petit confort familial, donc, nous donnerait beaucoup trop de munitions à bas prix.

    Le plus plausible serait que tu es engagé directement (sûrement à gros prix) pour faire ce travail d’argumentation pour la drouate : étant donné que les blogues sont assez à la mode depuis quelque temps et qu’il faut vous positionner le plus possible et continuer dans la voie adéquiste, qui est pas mal à la mode aussi, je te ferai remarquer! Alors, à propos de cette « adoration des causes à la mode », je pourrais bien t’en peinturlurer de force aussi, ce ne sont simplement pas les mêmes causes!

    Pour ma part, je suis aussi un gars bien ordinaire, j’ai la chance de pouvoir faire assez d’argent pour ma subsistance en peu de temps, ce qui me laisse beaucoup de temps pour faire ce que je veux. Si j’étais un autre homme, je ne perdrais pas mon temps ici et je ferais encore plus d’argent. Mais, j’aime mieux m’impliquer dans des projets créatifs à but non lucratif et engagé (même si pour votre gang ce n’est que du vent!). Et si, et je dis bien si, ça finit par me payer un peu, je serai content, ça m’aidera à encore plus m’impliquer. Sinon, ce n’est pas grave, je ne suis pas un matérialiste maladif, je ne me bats pas pour augmenter mon luxe, je prône le renoncement de cette poursuite du bonheur par les biens matériels, car il est vain.

    Si un enfant peut se contenter d’une boîte et délaisser le jouet à l’intérieur, nous serions collectivement très capables de l’imiter un tout petit peu en arrêtant de produire des jouets pour avoir l’impression d’acheter quelque chose, et bien paraitre. L’ostie de Paraitre, c’est bien ça le problème majeur dans notre société!

    Désolé pour tes yeux de chrétien! Tu es pratiquant, mon Jacques?

  19. Être payé pour garder les souverainistes occupés et pour faire déraper leurs échanges? C’est un peu gros, mais ce n’est pas impossible. Enfin, après le cas « MisterP », c’est toujours une possibilité!

    Dans un autre ordre d’idées, avez-vous remarqué à quel point les militants du PLQ sont absents du Web? Je n’ai pas trouvé beaucoup de blogues Libéraux québécois, alors que les blogues supportant le PQ, QS, l’ADQ et les Verts sont très nombreux…

  20. @ H. Dufort

    J’ai déjà essayé de commencer des discussions sur des blogues libéraux, mais ça n’a rien donné. Moins le blogueur répond et participe, moins son blogue fonctionne. L’interactivité crée de l’activité, justement!

    Je remarque ce problème-là chez plusieurs blogueurs, même péquistes ou adéquiste. (La pire affaire, c’est le blogue de QS qui ne permet pas les commentaires…) Un blogue demande un minimum d’implication à l’externe et un minimum d’assiduité à l’interne.

  21. @ Louis

    Tiens. il semble que ton ami Chavez n’a pas encore fini. Sa prochaine cible c’est Globovision qu’il accuse de transmettre des images subliminales incitant l’assasinat du président.

    Juste à voir ce lien RSS que j’ai pris sur ton blogue, justement:
    http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3222,36-916130,0.html?xtor=RSS-3208

    RCTV n’était que le début. Ça commence à ressembler à une campagne de répression. Toujours convaincu que Chavez est un bon gars?

  22. La preuve est faite: tu n’es qu’un ***** communiste!

  23. … et si CHOI est une radio poubelle, ce blogue est un blogue poubelle car tu véhicules beaucoup plus de haine dans ton blogue depuis 3 mois qu’eux depuis 1997!

    Depuis janvier 2007, la meilleure radio qui se fait au Québec, c’est CHOI-FM, period!

  24. Il ne faut pas oublier que Jacques Parizeau prévoyait prendre le contrôle des ondes publiques dès le lendemain du référendum de 95 si le Oui l’emportait.

    Chavez et Parizeau, même combat: le communisme et le retrait des libertés individuelles.

  25. Autant c’était prévisible de voir Louis défendre Chavez, autant ce l’était aussi de voir le bum intello défendre CHOI… 😀

    Faut pas se poser de questions…

  26. Je te mets au défi Phil d’écouter CHOI pendant une semaine les 4 heures du show du matin et les 3 heures du retour à la maison.

    Si tu n’aimes pas ça, je serai déçu de toi!

    Le défi s’adresse à tous ceux que ça intéresse.

    Le départ de Filion a créé une nouvelle dynamique à la station et vous ne trouverez pas mieux.

    À moins que vous ne soyez fans de la radio de JP Coallier

  27. tant qu’a écouter 98.1 avec Claude Gravel le matin sur les ondes traditionnelles (je me demande si y’en a qui vont comprendre ici….lol) essait dont le 93.3 avec Bouchard le matin

  28. J’écoute régulièrement Bouchard mais il est tellement bucké que je suis déçu 7 fois sur 10.

    Dominic Morais réussi à aller des interviews extraordinaires parce que c’est un travailleur persévérant, ce que devrait être tous les journalistes et les aspirants if you know what i mean!

  29. @Renart,

    Difficile de répondre à toute ton intervention, il y en a trop. Mais je vais au moins te dire que je ne suis engagé par personne. Ce n’est peut-être pas une preuve, mais si tu as pris le temps de visiter mon blogue, tu verras que j’y tiens les mêmes propos. Ce sont mes idées. Certaines ont d’ailleurs déjà été publiées.

    Et, oui, je suis patron. Et, justement, c’est pour ça que la plupart de mes interventions se passent le soir, pendant que je continue à travailler. Je ne sais pas combien de temps tu as dans une journée, mais, moi, j’exploite au minimum 19 des 24 heures d’une journée. J’ai aussi une grande famille, des amis, des causes sociales (eh oui), l’écriture, plusieurs loisirs et je suis patron.

    @Louis. Désolé pour cette intervention, je n’aime pas être hors propos. Je trouve très important de rester sur le sujet. Mais il me fallait, par politesse, répondre à Renart. J’espère que tu pardonneras (mmm…ben non, tu ne m’aimes plus).

  30. @ Le Bum

    Désolé, mais je vais te décevoir. Les quelques fois qu’il m’arrive d’écouter la radio, c’est pour de la musique et ma préférence est CHOM. Je trouve la radio à blabla terriblement ennuyeuse.

  31. Facile d’être en faveur de Chávez depuis le Canada.

    Ici il faut réunir certaines conditions pour cela. La condition numéro 1 est le ressentiment social créé par la propre opposition actuelle lorsqu’elle dirigeait le pays pendant 40 ans.

    C’est bien ça le plus grave. Il n’y a pas d’alternative à tout cela !

    Comme on dit ici : sería como escoger entre Guatemala y Guatepeor !!

    (ce serait comme choisir entre Guatemala=Guatemauvais et Guatepire)

    Tous sont coupables de cette situation et personne n’ose (ou ne peut??) proposer une solution à cette crise profonde que traverse le pays.

    Ici, dans les supermarchés y’a plus de viande, d’oeuf, d’huile, de sucre, de haricots noirs, de farine de maïs pour la traditionnelle arepa, plus de lait écrémé, plus de mayonnaise, plus de porc, plus de poulet…

    @ Jacques
    Tu ne sais pas à quel point ton discours est hélas proche de ce qu’il se passe ici, au Venezuela. Je lis ce que tu écris, et il est triste de voir le reflet de mon quotidien de la sorte…

  32. « Quand on dit des conneries, il arrive ce qui est presque arrivé à CHOI-FM. »

    et

    « Dans tous les cas, la décision du Vénézuela, tout comme celle du CRTC dans le cas de CHOI, est motivée par le bien du public et par le respect des lois. Quand une télévision ou une radio abuse de son PRIVILÈGE de profiter des ondes publiques, elle se voit enlever ce PRIVILÈGE. »

    Il est clair en se fiant à ces deux affirmations que tu n’as jamais écouté CHOI, que tu ne comprends rien aux supposés organismes de réglementation et que tu t’es uniquement fié sur le spin journalistique, féministe et syndicaliste pour penser ça.

    Mais dans le fond, suis-je surpris?

    Poser la question, c’est y répondre!

    Mais aujourd’hui, ça ne me tente pas de t’éduquer sur la façon que fonctionne le CRTC. Une autre fois peut-être…

  33. @ Philippe.

    Je comprends ton point mais essaie une semaine pour voir. Profites-en le plus vite possible car le meilleur animateur, Gilles Parent, quittera bientôt la station, genre dans la semaine du 20 juin.

  34. @ Le Bum

    Ça risque d’être difficile. Je suis à Montréal et le site de CHOI est filtré à mon travail…

  35. @Gael,

    Je suis avec toi de tout mon coeur. J’ai quelques amis originaires du Venezuela, j’ai fréquenté la (très) vivante communauté sud-américaine de Montréal, communauté, en passant, très « entrepreneure ». Les Vénézuéliens que j’ai rencontré ont du coeur au ventre.

    Continue ton courageux travail d’information. Je visiterai ton blogue de temps en temps.

    Et surtout, ne vas pas croire que le discours de Louis est représentatif des Québécois. La majorité des gens savent faire la part des choses et reconnaître un dictateur quand ils en voient un. Mais Louis est un cas à part d’aveuglement idéologique.

    Buen valor a los Venezolanos!
    (Bon courage aux Vénézuéliens)

  36. @Gael: Je compatis avec ta situation, mais que fais-tu de ceux qui n’ont pas les moyens de s’acheter de la viande, des oeufs, de l’huile, du sucre, des haricots noirs, de la farine de maïs pour la traditionnelle arepa, plus du lait écrémé, plus de mayonnaise, plus de porc, plus de poulet? C’est bien beau d’avoir des épiceries bien remplies, mais que faire si la population est trop pauvre pour se l’acheter?

    Depuis que Chavez est au pouvoir – démocratiquement élu et réélu – la pauvreté a diminué au Vénézuela, et ses réformes sont en train de devenir un exemple de réussite pour l’Amérique du Sud.

    Personnellement, j’hésiterais avant d’encenser Jacques Saint-Pierre. Tu risques seulement de le pousser à continuer à écrire des conneries et à vivre dans son petit monde fermé où tout ce qui est en-dehors de son champ restreint de pensée inscrit entre la droite et le encore plus à droite est mauvais.

    Ce type est un exemple de spin le plus machiavélique et mauvais qui soit. Un type qui blâme la gauche pour le suicide des aînés, qui tique sur le fait que je qualifie d’extrême-droite des gens qui frappent une parade gaie, et qui est incapable de la moindre réflexion logique et incohérente.

    C’est un troll, et le mieux à faire avec les trolls c’est de les ignorer.

  37. @Gael:

    Ne soit pas dupe…

    Louis dans sa réponse, ose te faire la leçon sur ta situation réelle. Il t’expliques, si sagement, que ta réalité n’est pas la réalité. Que tes souffrances ne sont pas vrais, que tu ne comprends pas. Que c’est ce qu’il pense qui est réel. Sans avoir mis les pieds chez-vous, il prétend connaître votre situation…

    Je suis, je le répète, de tout coeur avec votre peuple Gael et j’espère sincèrement que l’Occident saura vous venir en aide de la façon la plus appropriée qui soit.

  38. @Louis:

    Je te l’accorde, je suis en effet incapable de la moindre réflexion inconhérente…tout à fait exact…

  39. @ Louis: Je regrette, tu fais fausse route au sujet de Chavez. C’est un dicatateur mégalomane et s’il a été élu et réélu, il l’a fait en étouffant son opposition, pas démocratiquement. Mais naturellement Hitler, Staline, Pinochet, Castro, Les deux Duvalliers et Mao ze Dong ont tous dit être élus démocratiquement.

    La condition du Vénézuéla ne s’est pas améliorée, elle ressemble aux pires années du régime communiste en URSS. Et seuls les apparatchiks de Chavez s’enrichissent. Gael en est le témoin parmis plusieurs si tu veut bien ôter tes oeillères.

  40. @Philippe David: Les élections vénézueliennes ont été légitimes, même Jimmy Carter de l’AEA l’a affirmé. SVP ne compare par un grand démocrate élu et réélu plusieurs fois à un Hitler qui a détruit la démocratie dès son arrivée, à un Staline qui n’a jamais appartenu à la démocratie, à un Pinochet qui a fait un coup d’État contre le démocrate Allende (à l’image de Orteaga contre Chavez). C’est vraiment n’importe quoi ces comparaisons.

    Chavez a été réélu parce que le peuple l’aime, parce que ses politiques ont réduit la pauvreté et ont amélioré les conditions de vie des gens.

    Évidemment, le chemin est encore long, mais les progrès sont réels.

    Ce n’est pas moi qui a des oeillères, mais bien toi, si tu refuses d’accepter le résultat des élections démocratiques et le choix du peuple vénézuelien. Le peuple a parlé, il a sauvé son président, et celui-ci améliore ses conditions de vie.

    Évidemment, ça ne fait pas l’affaire de l’élite blanche du pays, mais ils sont en minorité.

  41. Cher Louis,

    Il y a des fois ou ton aveuglement idéologique me surprend vraiment.

    D’abord, si tu pouvais interroger chacun des dictateurs que j’ai nommé ci-haut, ils t’auraient tous sans exception dit qu’ils ont été confirmés démocratiquement dans leurs fonctions à plusieurs reprises. Sauf que comme tu leur mentionne toi-même, leur « démocratie » est factice. Comme exemple, ton ami Castro a aussi été porté au pouvoir par un coup d’état contre Batista en 1958. Depuis, il y a eu plusieurs élections à Cuba et Castro est toujours au pouvoir. Alors il te dira sûrement qu’il gouverne selon la volonté du peuple. Sauf qu’en réalité on sait très bien qu’à Cuba il n’y a que le parti communiste et mal a celui qui irait se présenter contre Castro. Alors elle est où ta démocratie?

    Dans le cas de ton pote Chavez, il a peut-être été élu démocratiquement la première fois. Je lui donnerai le bénéfice du doute là-dessus. Mais depuis, il se maintient au pouvoir par des méthodes qui sont tout sauf démocratiques.

    Il utilise toutes les branches de son gouvernement pour récompenser ses supporteurs et punir ses opposant. Ses ministères se servent d’une base de donnée contenant l’allégeance politique de 12.5 millions de vénézuéliens, la base Maisanta, pour filtrer les candidats aux postes gouvernementaux et à l’aide sociale, selon un article paru dans Foreign Policy. Ses opposants sont littéralement mis sur une liste noire.

    Chavez a décrété une loi forçant les vénézuéliens à suivre 4h par semaine de cours « d’éducation socialiste » et les employeurs devront former des « conseils de travail bolivariens ». D’abord pour les employés de l’état et bientôt pour ceux du secteur privé. Selon El Universal (journal mexicain), citant le ministre du travail et de la sécurité sociale Jose Ramon Rivero.

    Chavez a ordonné que tous les membres des forces armées saluent les officiers en disant « Mère patrie: le socialisme ou la mort », malgré le fait que la constitution vénézuélienne défend toute politisation des forces armées. (Miami Herald)

    Et maintenant, Chavez commence à museler toutes les stations de radio et télé qui le critique en utilisant de faux prétextes. Oui, oui Louis. Tu as bien lu. DES FAUX PRÉTEXTES! Si une chaîne de télévision supportait un coup d’état dans un état normal, la chaîne ne serait pas fermée, mais les responsables auraient été traduits en justice. Et c’aurait été fait tout de suite et non cinq ans plus tard. Pourquoi alors Chavez a-t-il choisi d’attendre cinq ans pour ne pas renouveler la licence de RCTV, Mère-grand? C’est pour mieux te museler mon enfant! S’il n’avait que traduit les responsables en justice, quelqu’un aurait peut-être pris la relève.

    Sa prochaine cible: Globovision, qu’il accuse de transmettre des images « subliminales » incitant à l’assassinat d’el Presidente. (Selon AFP)

    La comparaison entre Chavez et Hitler (aussi « élu démocratiquement » en 1933) ne vient pas de moi en passant, elle vient de l’archevêque vénézuélien Baltasar Porras Cardoso.

    Et c’est MOI qui ai des oeillères?

    Je reconnais ne pas toujours avoir la science infuse, mais j’ai assez étudié l’Histoire pour reconnaitre les agissement d’un dictateur quand je les vois. Et son socialisme, comme celui de Staline et Mao, ne profite qu’à sa « nomenklatura ».

  42. Petite note sur Hitler:

    Comme nous voyons Hitler à travers le prisme de l’Histoire écrite par les vainqueurs. On a souvent tendance à oublier que Hitler était un leader très populaire et adulé de son peuple au moment où il a été porté au pouvoir, jusqu’à sa chute. Il a pris une Allemangne moribonde, trainant encore le boulet du traité de Versaille, et avec sa plateforme national-socialiste (notez le terme socialiste ici, il n’est pas là par accident), l’a relevée au rang de puissance économique et militaire et lui a redonné sa fierté nationale.

    Pourtant aujourd’hui, l’histoire le reconnait comme le pire despote jamais vu.

    Un petit quelque chose à ruminer…

  43. Wow Philippe: dans les dents!

    Excellentes répliques! You’re the man!

  44. «One man, one vote, one time.»
    – Edward Djerejian (à propos de l’élection d’un régime dictatorial)

Comments are closed.