Power Corporation aime le budget

Cyberpresse est un merveilleux outil pour s’informer de ce qui se passe en temps réel: l’information y est variée, souvent mise à jour, intéressante et pertinente. Cependant, et c’est un point important, le site appartient au réseau Gesca, qui lui appartient à Power Corporation, une des entreprises parmi les plus rapaces et influentes du Canada.

Ce n’est donc pas une grande surprise de trouver dans leurs pages une publicité de Monique Jérôme-Forget vantant son budget (en bas à droite dans l’image).

Évidemment, on rétorquera que c’est une entreprise privée et qu’elle peut mettre n’importe quelle publicité là où elle le veut. C’est vrai, mais il reste que la présence d’une publicité pro-budget à côté d’un texte assez complaisant avec le gouvernement Charest, sur le site appartenant à une corporation comme Power Corporation, qui risque de s’enrichir encore davantage avec l’élimination de la taxe sur le capital promise par la ministre, voilà qui est assez douteux d’un point de vue éthique et pose la question de la crédibilité d’un tel média.

Par ailleurs, même les éditorialistes contribuent au travail de glorification de ce pitoyable budget. Ainsi, on peut lire André Pratte affirmer:

Il n’y a rien d’irresponsable, de scandaleux, d’horrible dans ce budget. Absolument rien qui justifie la tenue d’élections précipitées – une dépense de 72 millions. Demandez à une famille monoparentale d’un enfant avec un revenu de 40000$ s’il est condamnable de réduire ses impôts de 360$ par an?

Ce que M. Pratte ne dit pas, c’est que le 360$ « sauvé » par une telle famille serait rapidement éliminé par les hausses de la SAAQ, des frais de scolarité, de la carte d’autobus, des parcomètres, etc. Et on ne parle même pas ici des projets de Claude Castonguay, nommé par le gouvernement pour étudier le système de soins de santé, qui désire mettre fin à la gratuité dans le réseau. Que reste-t-il de ce 360$ après toutes ces dépenses? Par contre, une personne comme M. Pratte, qui gagne très certainement bien au-delà de 100 000$ par année, profite largement de ces baisses d’impôts octroyées aux plus riches.

Ainsi, on le constate, il y a un véritable problème de crédibilité sur Cyberpresse. Le fait que l’entreprise appartienne à une corporation qui profite largement de politiques économiques plus libérales et que les textes d’opinion soient écrits par des éditorialistes au salaire assez élevé pour leur permettre de faire partie des privilégiés de ce budget, voilà qui vient mettre un gros bémol à l’idée même de se donner la peine de lire ce qui s’y écrit sur le sujet.

Au fond, peut-être était-ce la stratégie du gouvernement Charest? On offre des baisses d’impôts, mais en les ciblant sur les plus riches, on s’assure le soutien d’entreprises qui jonglaient avec l’idée d’appuyer l ‘ADQ, parti théoriquement plus à droite, et on est certain que des éditorialistes grassement payés relaieront le message puisqu’ils ont un intérêt personnel à appuyer ce budget.

Devant la partialité et le manque de crédibilité de tels médias, il devient de plus en plus vital d’avoir des sources d’informations alternatives, non pas guidées par le profit, mais par le désir de bien informer les gens.

Publicités

34 Réponses

  1. Et j’imagine, cher Louis, que tu te proposes d’être une de ces sources alternatives?

    J’espère bien que non, car à n’être informé que par toi, les lecteurs se retrouveraient bien vite obligés de s’acheter une carte du parti communiste.

    Ce que tu oublie de dire, pour pervertir la vérité encore une fois, c’est que cette publicité est générée au hasard. Je sais, pour avoir bâti de tels systèmes, qu’il est impossible de contrôler quelle publicité apparaîtra où.

    LES LECTEURS: ALLEZ-Y voir l’article en question, vous verrez, ce ne sera probablement pas la même publicité. Vous constaterez que Louis nous ment de façon honteuse.

    Ce milieu dont tu n’as pas voulu (ou qui n’a pas voulu de toi?) n’est pas régi de façon aussi rigide que tu voudrais bien le faire croire. Un pupitre, ça ne dicte pas les articles ou éditoriaux au point de faire dire le contraire de ce que quelqu’un pense. Il se trouve que les éditorialistes de la Presse sont fédéralistes. Mais ils ont aussi Lagacé, Foglia, non? Eu aussi, ce sont des vendus je suppose?

  2. @Jacques Saint-Pierre

    Après vérification, je te concède qu’il s’agit d’une pub aléatoire. Mais les lecteurs peuvent encore la voir (comme moi à 11:45 samedi matin). C’est probablement le même message ‘aléatoire’ qui a passé à la radio hier en plein ‘Amateurs de Sport’ à CKAC. En passant, oui, on peut influencer les pubs en injectant des mots-clés dans le cookies. Finalement, Louis ne ment pas.

    À matin, Pratte se surpasse en disant que la baisse d’impôt n’étant que de 200M. Me semble que c’était 950M ? Quand j’pense à tout ce temps à chialer contre le désiquilibre fiscal et que ça fini en manoeuvre électoraliste!

    En concèdant que le pupitre ne dicte pas la direction des éditorianx (grosse graine dans l’oeil), la convergeance fait que les publications sont de plus en plus homogènes. On a un semblant de diversité en ayant plusieurs journalistes/éditorialiste mais ils parlent tous par la même bouche.

    Ça me rappel un épisode de ‘The West Wing’ où la secrétaire de presse dit à une meute de journaliste : « Ceux de Viacom, choisisser une personne, Disney aussi… […]’ pour se retrouver avec seulement trois journalistes. Pensez-y, c’est presque ça qui se produit présentement.

  3. Louis,
    J’évite toujours de fouiller dans les publications de la gang à Gesca pour appuyer une de mes « oeuvres ».
    La gang à Gesca est de tendance libérale fédéraliste, tandis que la gang de Québécor, depuis la mort du fondateur est de tendance adéquiste et conservatrice.

  4. Le gouvernement Charest a acheté une pleine page de pub dans Le Devoir également. « Votre budget » qu’a dit la madame.

    Ceci dit, c’est évident que la ligne éditoriale de La Presse est encore du côté des Libéraux dans cette affaire. C’était évident le lendemain du budget et, je ne l’ai pas encore lu, ça le sera surement encore ce samedi. Vincent Marrisal, que j’aime habituellement et qui n’est pas un fédéraliste fini, ni un vendu libéral comme les Dubuc, Pratte et Lysiane Gangon, a l’air un peu perdu ces jours-ci. Comme plusieurs analystes politiques d’ailleurs.

  5. @Christian Morissette

    Puisque la base, la fondation de l’article Louis était articulée autour du fait qu’il s’agissait d’un placement média calculé, systématique et imposé par la direction du journal, je conclue qu’il s’agit d’un mensonge, pour ne pas dire d’une diffamation. Et ton histoire d’injections dans les cookies, c’est de la bouillie pour les chats.

    Et la paranoïa entourant l’intelligentsia journalistique coordonnée et à la solde des corporations me fait toujours sourire (comme tous les autres scénarios de collusion extrêmes). Vous semblez croire, le plus sérieusement du monde, que des « bonzes » se réunissent toutes les nuits (eh oui, n’oubliez pas les heures de tombée) et décident du détail de tous les articles du lendemain. N’est-ce pas un peu fantasmagorique comme scénario?

  6. En tout cas Jacques, la grosse face à Monique est apparue toutes les fois que je suis allé sur cyberpresse depuis le dévoilement du budget…

    Si Louis, Jimmy et moi nous sommes capable d’avoir une certaine connivence, je pense que Gesca en est très capable aussi, surtout s’il s’agit d’influencer des décisions qui peuvent leur valoir beaucoup de bidous de plus. Laisse-moi rire.

    Tu penses vraiment qu’ils avancent à l’aveuglette?

  7. Le site de Cyberpresse utilise la technologie de Google pour le placement publicitaire et cette technologie essaie de placer des items en contexte de ce qui est présent dans la page.

    La publicité sur le budget a donc des termes d’indexation très en ligne avec le contenu du texte et c’est pourquoi elle y apparaît si souvent.

    Dénoncer Cyberpresse et Power Corporation n’est donc pas vraiment la bonne cible. Dénoncer (ou encenser) ceux qui ont correctement indexé la publicité du budget serait plus approprié.

    Si on essayait cette technologie sur UHEC, il serait intéressant de voir les publicités qui y apparaîtrait 🙂 🙂 🙂

  8. @Renart

    Comparer un homme en colère à Gesca me semble délirant. Mais, bon, chacun ses rêves.

    Je ne dis pas qu’il n’existe pas des orientations d’entreprise et qu’elles doivent être suivies. Bien sûr qu’elles existent. Par exemple, Péladeau a ordonné que le nombre d’articles traitant d’environnement soit augmenté. La propagande va dans tous les sens mes amis.

    Ce que je dis, par contre, c’est que dans ce cas précis, il s’agit d’un placement média fait par le gouvernement qui se gère entre un représentant des communications du gouvernement et plusieurs entreprises de diffusion (Gesca, Radio-Canada, Québécor, Voir, etc…). Ils n’appellent évidemment pas le boss de Power Corporation pour l’obliger à passer la pub plus souvent qu’une autre, bande de paranos.

    Ce que je dis, surtout, c’est que Louis ment dans son article car il ne s’agit pas d’une pub imposée par une direction.

  9. Ne s’agirait-il pas plutôt de publicité ciblée? Une tendance sur Internet depuis quelques années est d’afficher une pub qui a un rapport avec le contenu de la page. Ainsi, une pub arrimée au mot-clé « budget » s’affichera sur une page contenant ce mot.

    J’ai travaillé dans ce domaine et je peux vous garantir que c’est un concept simple mais efficace. N’importe quel programmeur peut écrire un script qui permet la pub ciblée, en moins de 2 heures (il suffit d’indexer les mots de la page web et de faire une requête dans la base de données de publicités disponibles).

  10. @Dufort

    Mais bien sûr qu’il s’agit d’une publicité dite « contextuelle »! C’est le concept même du placement média sur le web. Sutout avec AdSense de Google, ce concept a évolué et s’est perfectionné.

    Et pour faire ça, celui qui veut placer une pub, si on se fie à ce qui trotte dans la tête des collaborateurs d’un homme en colère, doit appeler tous les patrons néolibéraux de la province et les forcer à écrire des articles qui permettront un affichage de leur pub!!! Ah Ah Ah Ah !!!

  11. Jacques, c’est plutôt toi qui rêve… tu es le roi de l’interprétation erronée.

  12. @DJLordee

    Jimagine assez bien les publicités qui apparaîtraient ici:
    -Les petites annonces du JdM, section: politiciens à la retraite recherchés pour reprendre parti à la dérive

    -Chroniques du Voir: Comment haïr l’argent dans votre quotidien

    -Marie-Claire: Pourquoi Daniel Hétu revient à la mode avec sa chanson: « Je t’attendais », nouvel hymne du PQ en l’honneur de Pauline.

  13. André Pratte (1961- ), journaliste québécois. Il est l’éditorialiste en chef du journal montréalais La Presse.
    Caniche officiel du gouvernement Charest depuis avril 2003.

  14. Ha ha! Un caniche!

  15. C’est pas une publicité Google, mais AdCentric. Le Parti Libéral (mais plus probablement le Gouverment du Québec) a acheté de la pub dans beaucoup de médias, dont La Presse et Cyberpresse, mais aussi Le Devoir et probablement les Journaux de Péladeau, que je ne lis qu’à la binnerie du coin.

    Moi aussi je travaille dans les médias interactifs (le lecteur vidéo des Têtes à Claques, en Flash, avec publicité, c’est moi) et si un client paie pour de la pub, il paie pour une certaine exposition, pas pour de l’aléatoire. Enfin, l’aléatoire est limité en fonction des priorités.

    J’ai finalement lu ma Presse ce midi et, comme par hasard, la page des lettres des lecteurs était pleine de gens qui ne voulaient pas d’élections et répétaient les arguments qu’avançaient Dubuc et Pratte la veille. Le titre de ce forum: « Des élections? Non, merci! » Ça ressemble au slogan du camp du NON!

  16. Ça pue la mauvaise foi.

    Et malheureusement ça pue la vérité aussi.

    Les médias devraient être indépendants.

    @Jacques, peu importe comme la pub se rend la, ça reste une tentative d’asservissement en maquillant la réalité, ça reste une pub pour un budget, ça reste le parti libéral qui gaspille de l’argent, serais tu d’accord que l’ADQ place une pub contre le budget un coup parti?

  17. @Frank,

    Bien sûr que je serais d’accord. C’est la beauté de notre démocratie, tout le monde peut dire ce qu’il veut, toi y inclut.

    Vous n’êtes pas obligé de lire la pub, alors cessez vos jérémiades inutiles.

    Mais, ce qui est plus grave, c’est lorsque quelqu’un nous ment et tente de nous faire croire que les patrons ont placé la pub exprès. Ça, c’est de la propagande.

  18. Effectivement t’as un bon point, perso la pub je la vois pas, mais forcément des gens doivent la voir et y réagir puisque des sommes mirobolantes sont dépensées années après années sur ces dernières.

    C’est ça qui m’inquiète plus. La pub est faite pour manipuler les faibles et c’est donc ceux qui dépensent le plus cher en pub qui gagnent les faibles. D’où le danger de mettre des textes partisans avec de la pub partisane à côté des textes.

    Et bien que l’on puisse penser que la pub était pas là par exprès, quelqu’un à quand même payé pour que la pub apparaisse sur cyberpresse, et sur cyberpresse y’a des textes pro-budget, coincidence?

  19. Question:

    -pub payé avec par le gouvernement?
    -ou pub payé par le PLC?

  20. Cet article confirme mes propos dans mon billet « Aliénation médiatique » sur ce blogue.

    http://uhec.net/?p=170

    Je n’aime pas La Presse ou son penchant internet Cyberpresse. Les textes sont souvent de droite et à tendance nettement néolibéral depuis la victoire des libéraux en 2003. Les médias suivent la vague politique. Si Québec Solidaire serait au pouvoir, par exemple, La Presse adopterait un ton plus social-démocrate afin de suivre les idées de la population et vendre plus de copies.

  21. @ Frank: Comme il a été souligné dans d’autres commentaires de ce billet, cette même pub apparait dans bien d’autres publications que Cyberpresse et les autres contrôlées par Gesca. Ont-elles toutes des éditoriaux pro-budget? Car si s’est le cas et tous les éditos de la province croient que le budget est super, peut-être qu’il est pas si pire que ça?
    😉

    Louis, tu trouve pas que tu paranoyes juste un petit peu?

  22. Ce que M. Pratte ne dit pas, c’est que le 360$ « sauvé » par une telle famille serait rapidement éliminé par les hausses de la SAAQ, des frais de scolarité, de la carte d’autobus, des parcomètres, etc.

    En passant Louis, qu’est-ce qui te dit que tous ces frais là n’auraient pas été augmentés de toute façon?

  23. @Philippe, c’est peut-être pour t’endormir qu’ils font ça 😉

    Ceci dit, j’aime bien leur laisser le bénéfice du doute, mais avec toutes les magouilles perpétrées par les grosses compagnies, c’est pas évident.

  24. « Cependant, et c’est un point important, le site appartient au réseau Gesca, qui lui appartient à Power Corporation, une des entreprises parmi les plus rapaces et influentes du Canada. »

    Power Corporation, rapace?

    Je crois Louis que tu n’es pas au courant que depuis que les gauchistes ont fait fermer la gueule des Filion, Gendron, Arthur, Plante et Proulx, et bien la liberté d’expression n’existe plus au Québec!

    À ta place, je détruirais ton message et je m’excuserais avant que des huissiers ne se retrouvent chez vous avec une belle poursuite pour diffamation!

    Les gauchistes ont créé un monstre qui pourrait se retourner contre eux. Contre toi.

    Conseil d’ami: Watch out Loulou!

  25. « Ce que M. Pratte ne dit pas, c’est que le 360$ « sauvé » par une telle famille serait rapidement éliminé par les hausses de la SAAQ, des frais de scolarité, de la carte d’autobus, des parcomètres, etc »

    Coudon tab*****, tu ne sais pas compter ou quoi?

    Mettons les hausses suivantes cette année:

    SAAQ +100$ Scolarité +100$ Carte autobus +10$ Parcomètre +40 = Hausse totale 250$

    Tu suis toujours Louis? Bon

    Sans baisse d’impôt, ce contribuable sera perdant car:

    0$ – 250$ égale -250$ donc perdant de 250$

    Avec une baisse d’impôt de 360$ comme tu cites comme exemple, ça donne

    +360$ – 250$ égale 110$ donc gagnant de 110$

    Et bien tu sauras que ce 110$ dans mes poches sera mieux dépensé exemple pour m’acheter 55 pains tranchés au lieu de le donner à un bon Libéral à la tête de la SAAQ ou d’Hydro-Québec pour amener des clients Chez Parée!

    « un gros bémol à l’idée même de se donner la peine de lire ce qui s’y écrit sur le sujet. »

    J’en ai parfois à te lire aussi…

    « Au fond, peut-être était-ce la stratégie du gouvernement Charest? On offre des baisses d’impôts, mais en les ciblant sur les plus riches, on s’assure le soutien d’entreprises qui jonglaient avec l’idée d’appuyer l ‘ADQ, parti théoriquement plus à droite, et on est certain que des éditorialistes grassement payés relaieront le message puisqu’ils ont un intérêt personnel à appuyer ce budget. »

    Ouf! Paranoïaque mon Loulou?

  26. « Je n’aime pas La Presse ou son penchant internet Cyberpresse. Les textes sont souvent de droite et à tendance nettement néolibéral depuis la victoire des libéraux en 2003 »

    Jimmy, come on!

    Marissal, Lagacé, Boisvert, Peloquin, Cassidy et Foglia: Six souverainistes notoires (et fort probablement péquistes) tous à La Presse.

    Arrête bâtard!

  27. @Le bum

    Ne mêle pas tout. Je parle de philosophie de droite, pas de souveraineté.
    De plus, Lagacé ne travaille pas pour le journal de montréal?

    Et affirmer qu’ils sont tous probablement péquistes est un peu facile.

  28. Euh non, Lagacé mon vieux comme dirait Bernard Drainville est à La Presse.

    T’es bisarre toi! Toi, tu a le droit de présumer qu’ils sont de droite et moi je n’ai pas le droit de le faire pour la gauche! Descend de ton piedestal!

    Et aujourd’hui,souverainistes égalent gauchistes et presque tous péquistes (presque à cause de l’ajout du parti Québec Suicidaire) .

    C’est justement à cause de la philiosphie 100% gauchiste du PQ depuis le départ de Bouchard que je ne suis plus souverainiste.

  29. Ah, désolé. C’est nouveau. Lagacé est à la Presse maintenant. Tu as raison. Je ne lis pas La Presse.

    Et associé souveraineté et gauche n’est pas une évidence en soit. Dumont avait voté pour le OUI en 95 en passant.

  30. Le PQ 100% à gauche? Pas vraiment. Il serait communiste alors.

  31. Mmm… j’irais pas jusqu’à mettre Marissal dans le groupe des souverainistes. D’après les contacts que j’ai, il n’est pas très très péquiste. Son réseau de contacts est très gros chez les libéraux (provinciaux et fédéraux), et c’est en général lui qui sort les révélations sur le grenouillage interne côté libéral. Ils doivent donc lui faire assez confiance pour se confier à lui ‘off’ the record.

    Et regardez bien sa réaction au budget: il a quand même été le seul chroniqueur politique dans les gros journaux à défendre Charest. Auger, Fortier, Vastel et compagnie n’ont pas trop défendu Charest sur ça.

  32. Anne,

    Si tu avais vu la face déconfite de Marissal à Radio-Canada lors de la soirée électorale lorsqu’il avait à commenter la déconfiture péquiste, tu n’aurais plus aucun doute sur ses allégeances politiques.

  33. J’oubliais!

    Auger est un péquiste notoire. En plus, il est au quotidien Le Soleil, un journal péquiste dans le réseau Gesca en passant! Des pro-Lallier, pro-Agnès Maltais et pro-Ann Bourget!

  34. S’il y a bel et bien une telle power corporation qui contrôle autant les grosses finances ,provoquant ainsi tant misère et de pauvreté,pourquoi mâcher ses mots et ne pas affirmer tout haut que ce sont peut-être là parmi les pirs dégueulasses que la terre ait engendré?

Comments are closed.