Face de mépris

Monique Jérôme-Forget était en entrevue à Radio-Canada quand on a appris que le PQ allait voter contre son budget. Voici grosso modo sa réaction:

« S’ils veulent faire tomber le gouvernement, qu’ils le fassent. Mais une élection, ça coûte 72 millions $, et gaspiller 72 millions $ pour une coquetterie, ça fait cher. »

Dans les faits, 1 milliard $ de baisses d’impôts pour les plus riches, quand les besoins sont si criants en santé, en éducation, quand les routes tombent en ruine, ce n’est PAS une coquetterie. Vendre les actifs d’Hydro-Québec pour boucler le budget, ce n’est PAS non plus une coquetterie. Hypothéquer notre avenir pour satisfaire l’appétit des plus nantis, ce n’est PAS une coquetterie. Respecter la volonté des électeurs n’est PAS une coquetterie.

Véritablement, Jérôme-Forget est en train d’établir de nouveaux standards en matière de mépris dans la politique québécoise. Et 72 millions pour se débarrasser d’elle et de ses politiques économiques faites à la va-vite, ce n’est pas si cher payé.

Le PQ prend un gros risque en votant contre le budget, mais si c’est pour nous éviter d’avoir à subir une Margaret Thatcher québécoise, ça vaudra chaque sous jusqu’au dernier. Mépriser à ce point la démocratie et le fonctionnement d’un gouvernement minoritaire, ça ne mérite qu’une seule chose: le congédiement.

Publicités

32 Réponses

  1. 72 millions pour éviter 4 ans d’enrichissement des riches et d’appauvrissement des pauvres c’est pas si cher que ça je trouve.

    Ils auraient peut-être mieux fait de consulter les autres partis avant de déposer un budget irréaliste.

    À quoi bon baisser les impôts quand on est aussi endettés et qu’il y pleins d’endroits où l’argent de cette baisse pourrait être utilisée?

  2. Une autre éléction, et c’est l’ADQ qui va se retrouver au pouvoir.

  3. Qu’est-ce que vous avez tous à chiâler! Je suis contente, moi, des 220$ de plus que je peux inscrire à mon budget! Yiiiippyyy yééé!

    Une grenouille cynique… 😛

  4. Ça serait marrant d’autres élèctions précipités comme ça.

    Total chaos.

    Comment ferais le PQ? L’ADQ n’est toujours pas prête. Les libéraux auraient le beau rôle.

  5. Mis à part les baisses d’impôts, ce budget est responsable. Attribuer plus d’argent à la santé, ce serait jeter de l’argent dans un gouffre sans fin.

    Louis, tu dis qu’ils auraient dû investir pour les routes? Ils l’ont fait! À moins que cet article, comme les autres, ait été écrit avec, comme seule base d’information, les fantasmes de ta haine profonde de tout ce qui n’est pas socialiste, et non une LECTURE du budget. Tu as glané, à gauche, à droite (ben, en fait, seulement à gauche) des titres de sites de nouvelles et te voilà critique des Finances!

    Aller en élection? YESSS SIR! Le PQ n’a même pas de chef!!!! Vive l’ADQ qui pourrait ainsi privatiser immédiatement l’entretien de la STM, fermer tous les CPE et baisser le budget de la maladie d’au moins 30% et envoyer ça au privé. Mario Dumont a prouvé, dans les dernières semaines, qu’il ferait un excellent premier ministre et qu’il saurait mettre de l’ordre dans ce fouilli laissé par les années péquistes.

    Vivement des élections!

  6. Les Libéraux auront le beau rôle?

    On se débassera des Libéraux! Wouch, wouch!

  7. « Vive l’ADQ qui pourrait ainsi privatiser immédiatement l’entretien de la STM, fermer tous les CPE et baisser le budget de la maladie d’au moins 30% et envoyer ça au privé. »

    C’est actions réglant évidemment plus de problèmes qu’elles n’ent causerait?

  8. Bien sûr, Honorius. Ça coule de source.

  9. J’ai une petite fable à vous raconter. En fait, c’est un fait vécu en entreprise, mais je vais taire les noms.

    Il était une fois une institution financière (appelons-la BANQ) qui avait un service interne d’informatique. Ce service coûtait cher, mais faisait un bon travail; il répondait aux besoins de l’institution et surtout, respectait les normes de sécurité élevées typiques du milieu bancaire.

    Une bonne journée, le patron de BANQ s’est levé de bonne humeur et s’est dit: tiens, pourquoi ne pas faire comme tout le monde et passer par l’impartition? Nous allons sauver de l’argent puisque nous n’aurons plus à gérer directement les RH des employés d’informatique, sans compter l’économie de locaux, etc.

    La direction de BANQ a donc proposé à son département d’informatique de devenir une entreprise indépendante, mais après avoir signé une entente de « priorité mutuelle » dans laquelle la nouvelle entreprise d’informatique (appelons-la « INFO ») devait s’engager à offrir les meilleurs prix possibles à BANQ, et dans laquelle BANQ s’engageait à toujours considérer les soumissions de INFO. Cela était juste et bon.

    L’entreprise INFO étant née, et tout allait pour le mieux; BANQ économisait beaucoup en RH, les contrats étaient remplis en un temps record, les partenaires étaient joyeux, le CA aussi. INFO prenait de l’expension et diversifiait sa liste de clients.

    Un beau matin, BANQ envoya une soumission importante à INFO, relativement au développement d’un système intranet ambitieux. Or, INFO était déjà sur de gros contrats provenant de nouveaux clients, et toute ses ressources étaient accaparées. De plus, INFO commençait à trouver que les contrats de BANQ n’étaient pas assez payants. Le contrat fut donc refusé par INFO, en toute légalité d’ailleurs.

    BANQ se retrouva donc, du jour au lendemain, avec personne pour faire sa job de programmation. Paniqués, les directeurs de BANQ firent le tour des autres entreprises de services informatiques, mais aucune n’avait les certifications et le niveau de sécurité requis pour travailler dans le domaine bancaire.

    Toutes sauf… un très gros joueur incorporé (appelons-le GJI). La soumissions remise par GJI était tout à fait conforme aux requis de BANQ, mais les coûts proposés étaient environ 3x supérieurs à ceux attendus. Puisqu’elle n’avait aucun autre choix, et que le temps pressait, notre valeureuse institution financière dut faire affaire avec le géant GJI, dont elle est maintenant dépendante. Ses coûts reliés à l’informatique ont triplé.

    Mais qu’est-il arrivé à INFO, dans tout cela? Après trois années de croissance continue, et face à des restructurations importantes dans les marchés, l’entreprise vécut une crise majeure et fut finalement rachetée par… GJI.

    Tel est le miracle de l’impartition.

  10. @Dufort.

    Ta fable n’est pas très convaincante. Car il s’agit d’une histoire qui se passe au Québec, où la compétition en informatique est à peu près inexistante. Et la banque dont tu parles (qui n’en est pas une, car il s’agit d’un mouvement coopératif) a raté toutes ses tentatives d’impartition, alors ce n’est pas une référence. De plus, impartir son service avec les mêmes personnes pour créer une autre entreprise, donne presque toujours des résultats médiocres. Il faut abolir et reconstruire. Comme ça, tu en profite pour sortir le bois mort. En terminant, une impartition, c’est un cas assez particulier de privatisation, qui est très complexe (car une certaine expertise doit être conservée à l’interne, ce qui créé inévitablement des guerres de tranchée).

    Privatiser, c’est une panacée, dans bien des cas. Québécor le réussit assez bien quand les gauchistes le laisse tranquille un peu.

    Mais impartir des services informatiques de banques, ce n’est pas ça qui est visé, c’est plutôt la privatisation de service gouvernementaux et para-publics, véritables repaires de syndiqués crasses et innefficaces. Voilà où un véritable gain pourrait être fait. Imaginez qu’on puisse confier la gestion des hôpitaux à Wal-Mart, par exemple. Ne serait-ce pas fantastique?

  11. @Jacques,
    il ne s’agit pas des Caisses Populaires. Tu te trompes sur toute la ligne. Quand je parle d’une banque, je parle d’une banque.

  12. Oh boy! Jacques St-Pierre au Wal-Mart, ça doit ressembler au Frère André à l’Oratoire St-Joseph…

  13. Ou plutôt à un enfant chez MacDo…

  14. Coudon Louis, tu gagnes combien pour considérer une personne riche à 70 000$ par année?

    Plus un peuple aura de gens qui gagneront ça, plus on pourra se payer des programmes sociaux inutiles comme tu les aimes!

    Shit, un québécois était considéré riche à partir de quoi selon les tables d’impôts: 54 000?

    Ça n’a pas d’allure!

    « Respecter la volonté des électeurs n’est PAS une coquetterie »

    Respecter notre volonté, c’est justement de baisser nos impôts. Le « supposé » déséquilibre fiscal explique en partie nos impôts élevés. Le déséquilibre réglé, et bien il est légitime de baisser nos impôts.

    J’espère que l’entreprise péquiste Léger Marketing oubliera son allégeance et s’empressera de faire un sondage pour savoir ce que pense les Québécois de ce budget.

    Aussi Louis, tu es pour la laïcité mais tu prônes les vertus de la pauvreté comme le faisait encore hier l’Église au Québec!

    Vive la richesse! Une richesse inexistante ne peut pas être partagée!

    Le gouvernement a déja tout l’argent qu’il lui faut pour faire la job. Qu’il la gère comme du monde en se concentrant sur les missions ESSENTIELLES de l’État et qu’il lutte contre le gaspillage et qu’il nous redonne notre argent qu’il nous a volé depuis trop longtemps.

    Si c’est ça être Thatcher, vive Thatcher!

    Et si Forget un jour devient chef du PLC, je voterai alors Libéral!

  15. Heille le bum, faudrait un peu de cohérence. C’est correct ou pas de faire un peu de fric. Si c’est correct, faudrait arrêter de cogner sur la tête de syndiqués qui font à peu près ça 50 000$…

  16. Bon point Nicolas. Les dirigeants d’entreprises gagnent sûrement plus que les employés syndiqués. La moyenne québécoise étant de 30 000$ par année, incluant le privé, tandis que la moyenne des employés syndiqués se situe à près de 40 000$.

    De nos jours, avec la hausse du pétrole et du coût de la vie, 15 ou 20$ de l’heure semble le stricte minimum.

  17. Quelques chiffres à peu près, de mémoire:

    Seuil de la pauvreté au Canada: 12000$
    Salaire moyen canadien: 32000$

    Taux d’imposition selon les revenus en 2007
    16% en bas de 29290$
    20% entre 29290$ et 58595$
    24% plus de 58595$

    Taux d’imposition selon les revenus en 2008
    16% en bas de 32000$
    20% entre 32000$ et 64000$
    24% plus de 64000$

    Quant à moi, l’an passé, j’ai gagné autour de 40000$. Ça sera peut-être jusqu’à 10000$ de plus cette année, dépendant des contrats complémentaires que je pourrais décrocher et si je veux travailler 60 heures par semaine ou pas. Je suis un technicien en multimédia et le marché est actuellement bon dans ce domaine. Pour moi, ça change absolument rien.

    Et je crois qu’il y a un méchant paquet de gens qui paient 20% d’impôts, comme moi.

    Il me semble me souvenir qu’à peu près 10% des salariés gagnent 90000$ et plus.

    Selon moi, ceux qui gagnent moins que 60000$ par année constituent la « vraie » classe moyenne. Et en haut de ça, on appelle ça la « classe moyenne supérieure » qu’on pourrait qualifier de « riche » parce que c’est quand même le double du salaire moyen canadien.

    Mais être riche, c’est bien relatif.

  18. Faut comprendre que toutes les jobs syndiquées sont automatiquement des jobs de paresseux, donc ne devrait pas être bien payées…

    Il ne faut pas demander de subtilité, non non!

    Dans un monde idéal, la productivité serait au maximum et tout le monde serait au salaire minimum (le plus bas possible, bien sûr!).

  19. @Martin

    La moyenne est de 30 000$ au Québec, plus ou moins. Moi aussi j’ai gagné près de 40 000 l’année dernière, et je me considère encore chanceux. Alors quand le Bum parle de 70 000$ par année, soit 35$ de l’heure, ça me fait bouillir.

  20. Tableau plus complet, ici, dans un article du Soleil.

    Semblerait que j’aurais droit moi aussi à une baisse d’impôt malgré que je ne change pas de braquette d’imposition!?

    Anyway. Ce 360$, gardez-le mais dépensez le bien!

    L’article du Soleil dit ceci:

    « Pour les contribuables, cet exposé budgétaire se traduira par une baisse de l’impôt pour tous ceux qui ont à en payer. Mais cela sera surtout palpable pour ceux et celles qui gagnent 60 000 $ et plus, explique le fiscaliste François Imbeau, associé au cabinet Samson Bélair Deloitte & Touche, à Saguenay. »

  21. @Martin

    Ton blogue semble réserver à une certaine élite. Je n’ai pu ajouter mon commentaire sur un de tes textes(un bon commentaire en passant).

  22. Merci de m’ignorer Martin! Je ne suis pas digne de te recevoir il faut croire!

  23. @Jimmy: Je ne suis pas toujours devant mon ordi! Surtout à l’heure des nouvelles. Je t’ai envoyé un courriel, ça devrait aller maintenant.

  24. Merci. Ton Pass n’avait pas passé la dernière fois. Je me posais des questions. Désolé.

  25. @ Nicolas

    « Heille le bum, faudrait un peu de cohérence. C’est correct ou pas de faire un peu de fric. Si c’est correct, faudrait arrêter de cogner sur la tête de syndiqués qui font à peu près ça 50 000$… »

    Tu ne sais pas lire ou quoi? Où c’est tes paradigmes qui te fait voir ce que tu veux?

    J’ai dis que ce n’est pas le salaire des employés d’entretien qui fait chier, c’est les grèves à répétition qui ont lieu à la STM!

    J’ai aussi dit que comment voulez-vous que les Montréalais puissent prendre la décision de se débarasser de leur 2e voiture et de ce fait économiser près de 6000$ par année si le système de transport en commun n’est pas fiable!

    Finalement, j’ai dit que c’est totalement anti-démocratique de faire voter les gens à main levée en présence de fiers à bras pour décider d’une grève qui aura autant de répercussion sur la vie et l’économie d’une ville.

    Et tu sauras Nico que d’afficher leur salaire dans les journaux comme La Presse l’a fait, je trouve ça indécent. Non, dégueulasse!

    Je n’ai jamais prôné les baisses de salaire pour les employés de l’État, mais bel et bien de ramener le gouvernement à ses missions essentielles, d’éliminer tout ministère, organisme et conseil qui n’ont pas à être gérés par l’État et arrêter de payer les employés qui n’ont rien à faire au nom de la sacro-sainte sécurité d’emploi.

    Si tu veux, je peux te référer à des organismes pour analphabètes. Donne-moi 5 minutes…

  26. « Il me semble me souvenir qu’à peu près 10% des salariés gagnent 90000$ et plus. »

    Au Québec, on est tellement pauvre mais surtout paresseux comme société que le vrai chiffre est qu’il n’y a que 13% des gens qui gagnent plus que 50 000$ par an.

    Faut dire que la fiscalité n’encourage pas les travaillants à faire du surtemps!

  27. « La moyenne est de 30 000$ au Québec, plus ou moins. Moi aussi j’ai gagné près de 40 000 l’année dernière, et je me considère encore chanceux. Alors quand le Bum parle de 70 000$ par année, soit 35$ de l’heure, ça me fait bouillir. »

    Qu’est ce qui te fait bouillir Jimmy? De ne pas gagner 70 000$ par année?

    Quand tu gagneras ça, tu voudras en gagner 75 000.

    Mais pour ça, il faut arrêter de se fier sur l’État Providence.

    Amen!

  28. …et travailler fort, ce qui est mal vu chez les Québécois catholiques.

    Si vous parlez avec une personne de religion communément appelée « Baptiste » , demandez-lui ce qu’il pense de l’argent, de la performance et du carriérisme.

    Vous en serez bouche-bée!

  29. @ Le Bum

    « Qu’est ce qui te fait bouillir Jimmy? De ne pas gagner 70 000$ par année »

    Non, pas du tout. Mais le fait que tu cites ce salaire comme étant « normal » me dépasse. C’est beaucoup en haut de la moyenne.

  30. Ce billet a été cité par « Les coulisses du pouvoir » ce dimanche midi!

    Bravo!

  31. Le problème est que la baisse d’impôt touche ceux qui en paient. 40% des Québécois ne paient pas d’impôt. Sur les 60% restant 55% font 40 000 / année. Donc cela fait 5 % des gens qui crachent 50% de leurs gains aux gouvernements. Vous ne trouvez pas ça normal qu’on arrête cet abus. Sous peu il restera aux Québec des retraités, des assistés sociaux et des fonctionnaires à 35k par année. Tous les autres auront foutu le camp pour arrêter de faire vivre l’appareil gouvernemental. Car c’est cela qu’on parle vraiment. Le plus claire de l’argent va pour payer la société de fonctionnaires. Comme si on n’avait pas assez de fonctionnariat comme ça. On fait garder nos enfants par des fonctionnaires (CPE). Quand tu donnes plus en impôt que ce que tu donnes à tes enfants, y a un ost… de problème. Les gens sont tellement aveuglés par fédéralisme vs souverainisme, qu’ils viennent à être les esclaves qui demandent à être attaché. Regarder devant vous, la société vieillit et y pas de relève. Dans 20 on sera comme le Nouveau-Brunswick. Tous les jeunes partiront pour de meilleurs emploies avec moins d’impôt à payer. Si c’est ça que vous désirez et bien pas moi.

  32. Encore et encore de la vieille politique qui prend les citoyens pour des cons. Charest toujours aussi arrogant avec les électeurs, leur dictant et leur clouant le bec en répétant malgré les sondages contre ça politiques que c’est lui qui détient la vérité et lui seul qui sait ce qui est bon pour le peuple.

    Dans d’autres pays, on nommerait cette attitude de la dictature. Il semble que nos politiciens sont les seuls a ne pas avoir évolué et continue a croire que le mensonge répété rendra l’électeur plus aptes a digéré leurs conneries.

    Messieurs les politiciens, nous ne sommes pas dupes de vos manipulations avec les mots et les chiffres. Tout va très bien, madame la marquise, tout vas très bien tout va très bien…

    Le peuple s’éveille, un nouvel horizon se lève, les vieux partis se meurent, enfin le peuple sera libéré de la basse politique.

Comments are closed.