Rire du monde

La semaine dernière, le ministre des ressources naturelles du Québec, Claude Béchard, mettait au défi les pétrolières de ne pas hausser leurs prix à l’approche du long congé de la fête des Patriotes. Celles-ci n’ont absolument pas écouté, et le prix à la pompe a allègrement dépassé 1,20$ le litre. Claude Béchard a répliqué en disant « à quel point ils méprisent le ministre, le gouvernement, les contribuables et les consommateurs ».

Pourtant, autant Béchard est virulent dans ses attaques verbales contre ce cartel du pétrole, autant il ne fait rien de concret et se refuse à voter la nécessaire loi fixant un prix plafond.

On se rappelle que le gouvernement précédent avait voté une loi fixant un prix plancher, protégeant ainsi les indépendants et empêchant les guerres de prix si bénéfiques aux consommateurs. Pourquoi ne pas plutôt instaurer un prix plafond, qui fixe la limite supérieure de profit des détaillants?

Par exemple, en ce moment le coût au détaillant est de 1,10$, et le profit jugé « acceptable » est de 4 cents le litre, ce qui monte à 1,14$. Donc le prix plafond serait de 1,14$ le litre. Une telle règle permettrait de s’assurer que le coût à la pompe n’augmenterait pas substantiellement lors des congés ou à l’approche des vacances estivales.

Évidemment, ça ne règle pas le problème de base, qui est que le gouvernement a refusé de contrôler sa ressource naturelle la plus importante en privatisant Petro-Canada et en laissant de grandes multinationales engranger des milliards $ sur le dos des consommateurs.

Mais au moins, ça mettrait un baume sur la situation actuelle. Et ça augmenterait la crédibilité du ministre Béchard, qui ajouterait le poids des lois à ses mots.

Publicités

21 Réponses

  1. Selon le CCPA, si le prix de l’essence à Montréal est à 1.20$ le litre, le véritable prix devrait être de 0.965$ le litre. Il y a 23.5 cents qui vont directement en surplus dans la poche des pétrolières. Et chaque cent du litre de plus en excès représente 1 million de dollars de profit par jour au Canada!
    http://policyalternatives.ca/index.cfm?act=news&call=1625&pa=BB736455&do=Article

  2. L’excuse « officielle » cette fois est que la fermeture de plusieures raffineries aux É-U a diminué la quantité d’essence disponible et la demande dépasse l’offre. Le meilleur moyen de contre ceci, c’est que nous arrivions collectivement à réduire la demande. Ça n’arrivera probablement jamais parceque nous sommes bien trop stupides pour être solidaires contre les grande pétrolières. Mais si ça vous intéresse, cliquez sur mon nom pour visiter le lien inclus dans ce commentaire.

  3. c’est toujours aussi dégeux, et le gouvernement a le pouvoir d’arrêter ça quand il le veut…

    j’attends…

  4. J’ai lu la biographie des Rockfeller et je me demandais comment un seul homme pouvait contrôler la production de pétrole, son raffinage, sa distribution (en achetant toutes les voies ferrées) ainsi que la distribution.

    Aujourd’hui c’est pire. Ils sont quelques uns à tout décider, à décider pour la planète entière. Dans cent ans que gens comprendront ce qui se passe, en lisant sur notre époque.

    Accent Grave

  5. En tout cas, moi, je trouves que l’essence n’est pas assez cher.

    L’eau embouteillée coûte près de 1,50$ le litre.

    Logiquement, l’essence devrait être plus cher que l’eau.

    De plus, il me semble, bande d’inconséquents, plus l’essence est cher, moins les gens prennent leur voiture, non? C’est pas le bonheur pour vous tous, bande d’enviros?

    Ah oui, j’oubliais, les gauchistes pensent surtout à leur portefeuille…

    Et si vous croyez sérieusement que quelques individus se sont rencontrés jeudi et se sont dit: « Tiens, on monte le prix, ça va les suer », c,est que vous êtes vraiment des clowns. Évidemment, c’est bien plus complexe que celà…

  6. Malheureusement, le prix plafond n’est pas la solution. Je crois que c’est Terre-Neuve qui a tenté l’expérience.

    Résultat:

    Les pétrolières ont diminué l’approvisionnement en essence de la province. Et qu’arrive-t-il lorsque l’offre diminue?

    Les prix ont augmenté!

    Quoi faire? Aucune idée!

    Au pire, faites comme moi: n’achetez rien dans les dépanneurs de station-service.

    Je suis obligé d’acheter leur gaz, mais pas leur boisson gazeuse!

  7. C’est bizarre la façon de calculer un profit ici. Enfin, ça explique bien des choses. Si le détaillant paye le litre 1.10$ et le vend 1.14$, il ne fait certainement pas 0.04$ de profit le litre. L’électricité qui alimente sa pompe, il doit la payer. Le caissier, il doit le payer et plus cher, le salaire minimum vient d’augmenter. Ses taxes municipales, il doit les payer. Il est certainement imposé sur son revenu. Il doit avoir des frais pour l’entretient de ses équippements. Alors, probablement que pour obtenir son 0.04$ de profit, il doit vendre son essence 1.18$/litre.
    Si les pétrolières étaient assurer de trouver preneur pour l’essence à 20.00$/litre vous croyez qu’elles s’en priveraient? Elles le vendent 1.20$ parce que c’est le prix que le consommateur accepte de payer.
    N’oubliez pas que les rafineries ne raffinent pas que de l’essence pour auto. Ils rafinent aussi de l’huile à chauffage, du carburant pour avion et d’autres produits et que la demande pour ces produits peut amener à réduire l’offre pour l’essence.
    Et je ne comprend pas l’attitude des pros Kyoto de râler sur le prix de l’essence qui favorise le diminution de la consomation. Ça manque sérieusement de cohérence.

  8. Il y un expert de Toronto qui affirme que les montées du prix de l’essence avant les longs congés sont une légende urbaine! Bien, je trouve cette légende pas mal réelle tant qu’a moi.

    http://www2.canoe.com/infos/quebeccanada/archives/2007/05/20070519-063202.html

    De plus, il dit que les consommateurs devraient acheter des actions des compagnies pétrolières afin de profiter des hausses de prix! Quel imbécile. Comme si le petit consommateur peut se payer des actions de ces compagnies! On va engraisser encore plus ses rapaces et on se fera fourrer deux fois plutôt qu’une en payant encore plus cher pour le litre d’essence et en învestissant nos économies dans les actions de ces compagnies. Ce que nous gagnerons d’un côté, nous le perderons de l’autre.

  9. @ Jimmy
    Comme ça, même si on peux démontrer la fausseté d’une légende urbaine, tu vas continuer à y croire?
    Étant un consommateur régulier d’essence, je peux t’affirmer que le prix peut fluctuer aussi bien un mercredi qu’un vendredi. C’est jusque le gens le remarque plus un vendredi précédent un long congé.
    Savais-tu que le prix des chambres dans les hotels sont plus élevés durant la période touristique. C’est pourtant la même chambre qui se loue deux fois plus cher. Et personne ne crie.

  10. Je suis aussi un consommateur d’essence, et j’ai remarqué, comme bien des gens, que le prix monte presque toujours avant un long congé. Les vacances de la construction, en particulier. Mais je n’ai pas de preuves empiriques,je te l’accorde. Cela doit se trouver sur le web je suppose. À toi de me prouver le contraire.

  11. La solution est simple, consommez moins d’essence. Prenez le train, le métro, l’autobus, la bicyclette, une trottinette, mais évitez votre auto à moins que ce ne soit complètement inévitable.

    Ça fait six ans que je ne vais plus travailler en auto, et vous savez quoi? Ça ne me manque même pas. Je prends l’autobus de St-Hubert au centre-ville à tous les jours. Je m’apporte un livre et je lis pendant tout le voyage. Pas de stress, pas d’énervement. Quand je voyageais en auto, je passais mon temps à sacrer!

    Alors gardez votre auto pour faire les courses et sortir. Vous serez moins stressés, l’air sera plus pur et l’essence sera moins chère.

  12. J’essai aussi de ne pas prendre ma voiture, lorsque je vais au dépanneur, à l’épicerie… Mais en région c’est plutôt difficile. Les vastes étendues ne se font pas à pied et il est difficile de rammener la commande en vélo.

  13. Effectivement, il y a des moments où on doit utiliser la voiture, comme pour les courses. Mais si chacun y met du sien et utlise sa voiture seulement pour le strict minimum, ça ferait diminuer la demande d’essence sensiblement.

  14. @ Philippe David

    Tu essayeras ça à Drumondville, Rismouski, Montmagny etc…

  15. Faut avouer que là où le transport en commun est disponible et efficace, c’est une solution. Mais ce n’est pas le cas partout.

    Le défaut, c’est qu’on offre très peu d’alternatives. Opter pour une voiture au diesel ou hybride peut être une bonne idée. Mais bon… on change pas de char à tous les jours ^^. C’est facile de limiter son transport par voiture parce que le transport en commun est efficace. Ailleurs, ça ne l’est pas… Alors en attendant, reste à réduire sa consommation d’essence en utilisant des automobiles moins consommatrices et en faisant un bras d’honneur peu sympathique aux pétrolières, qui alimentent les légendes urbaines en ne haussant pas les prix à cause des fins de semaine de vacances, mais bien à cause d’un événement douteux qui arrive 3 à 4 jours avant ladite fin de semaine.

  16. @ Jacques:

    Allons, ne confonds pas « gauche », « environnement » et « portefeuille ». Franchement, tu es soit ignorant, soit tu mérites d’être ignoré. Le PV est le parti le plus à droite des 5 principaux partis du Québec dans certains domaines (il prône de privatiser les universités, par exemple). Ce que les spécialistes de France disent, c’est que l’environnement n’est ni une inquiétude de gauche ou de droite, mais que le message passe mieux chez les gens de gauche.

    Pour le pétrole, les derniers rapports montrent que même si les prix sont à la hausse, au Québec, la consommation ne diminue pas. C’est à cause, en partie, du fait que l’on est pas très dépendant au niveau du pétrole, hormis dans le transport. On fait déjà beaucoup, et c’est dur de faire plus, car le changement qu’il reste à faire ne se règle plus par une hausse de tarif, mais par le temps.

  17. @Gilles Laplante: Déjà si tous ceux qui vivent dans des villes assez grosses pour avoir du transport en commun (Montréal, Laval, Longueuil et le reste de la Rive-Sud, Québec, Sherbrooke, Gatineau, etc) faisaient un petit effort ce serait déjà beaucoup. C’est certain qu’à certains endroits, on a pas beaucoup de choix. Quoique si tu vis et que tu travailles à Drummondville, tu peux probablement te rendre au travail en vélo en moins d’une demi-heure.

    Mais il y a d’autre trucs que nous pouvons tous faire et j’en ai discuté en détail sur mon propre blogue. (Comme boycotter toutes les stations des grandes pétrolières et n’acheter que des détaillants indépendants, par exemple)

  18. @Philippe David.

    Mouah Mouah. Acheter des détaillants indépendants. Wow, quelle idée de génie.

    Maintenant, petit secret: où s’approvisionnent ces détaillants indépendants, d’après toi? Chez les grandes pétrolières, qui sont les seules à pouvoir raffiner. Donc, l’argent ne change pas vraiment de main.

    Le regard des gauchistes sur cet enjeu est toujours simpliste, complètement dépourvu d’analyse sérieuse.

    Le seul moyen de faire baisser un prix, c’est de faire baisser la demande, ou de le subventionner, pour contrôler artificiellement le prix.

    Pour le pétrole, le nombre d’intervenants entre la source et la pompe est tellement grand qu’aucun gouvernement ne peut prétendre contrôler le prix de celui-ci.

    Ceci dit, je ne vois pas pourquoi tout le monde s’énerve autant. Tu achètes une voiture, tu dois y mettre de l’essence. C’est tout. Si une fluctuation de quelques cents le litre met à risque ton épicerie, cesses d’avoir une voiture.

    Quand les tomates augmentent, arrêtez-vous d’en acheter?

    @Manx:
    Tu me dis ignorant, et indiques dans ton intervention que j’ai raison d’associer la gauche à l’environnementalisme. Le PV à droite. Ben voyons. Est-ce que tu réfléchis avant d’écrire, ou est-ce que tu ne fais qu’éructer des lettres à l’écran est espérant qu’elles forment des mots?

  19. @ Jacques:
    Il n’y a qu’au Québec que la droite est attardée. Regarde par exemple aux États-Unis: ce sont Wal-Mart et General Electric qui commencent à investir en environnement, non?

    Au Japon: les chauffe-eau passifs sont de marque Mitsubishi. Ils coûtent 500$

    En France: les environnementalistes affirment clairement que leur discour est SENSIBILISATEUR, qu’il doit être politique mais ne pas se déclarer d’une seule idéologie. Ils affirment simplement que la gauche est plus sensible aux inquiétudes.

    Au Québec: Siemmens est venue proposer un plan de développement éolien de 9 TW, alors que le barage sur la Rupert en fournirait 8,5 TW (notons qu’il y a des raisons strictes pour lesquelles Hydro préfère l’hydroélectricité à l’éolien).

    Ces entreprises sérieuses ne viennent pas de gouvernements de gauche, elles viennent de la droite. Si la droite québécoise néglige souvent l’environnement, ce n’est pas mon problème. Au moins ailleurs, certains sont plus lucides que d’autres ^^.

    Et oui, le PV a proposé dans sa plate-forme de privatiser les universités. Renseigne-toi, mais le Parti Vert possède des mesures très à droite. L’environnement, quant à lui, n’est pas une mesure ni de gauche, ni de droite, c’est une mesure environnementale.

  20. Je vais aussi en ajouter un exemple que j’ai oublié:

    La première réunion de Nicolas Sarkozy en tant que dirigeant de la France concernait l’écologie et l’environnement.

    Les deux derniers porte-paroles du salon Americana sur les technologies de l’environnement à Montréal ont été… Stephen Harper cette année et Stéphane Dion cette année. Ce sont les chambres de commerce de Montréal qui suggèrent l’implantation d’une bourse du carbone, aussi.

    Et ici, disons-le, Al Gore n’est pas vu comme très « à gauche », pourtant c’est lui qui a lancé « An Inconvenient Truth ».

    Alors oui, la gauche est environnementaliste. La droite l’est aussi. Ce travail est du à un effort de conscientisation fait de la part de la communauté scientifique qui veut inclure le débat environnemental dans la politique, et cela semble entraîner des réactions à gauche et à droite. Que la gauche y soit plus sensible ou non, je ne fais que répéter ce que les environnementalistes disent.

    http://www.reporterre.net/

    Ce petit lien réunit des environnementalistes de gauche et de droite, de France et un peu partout ailleurs. Le site est très intéressant au niveau environnemental et informe, au niveau international et surtout Français, sur ce qui se fait et sur la place de l’environnement en politique.

  21. @Jacques Saint-Pierre: Tu te paie ma tête? Imagine-toi donc que je le sais que dans le fond les indépendants se fournissent des même raffineries. Mais qu’arrivera-t-il lorsque les détaillants des grandes pétrolières vont commencer à crever de faim au profit des indépendants? C’est quand même un moyen de passer le message, non?

    Quant à l’idée de réduire la demande, va voir mes autres commentaires ou le billet sur mon blogue, je propose plus d’une façon d’y arriver.

    En passant, je ne suis pas plus gauchiste que toi…

    Et avec la grève des transports en commun, j’en ai ma claque des sots sots sots solidarité en ce moment. Vous voulez savoir c’est qui les vrais profiteurs dans notre société? C’est les enfants de pute gâtés pourris qui prennent les moins biens nantis en otage quand ils font déjà le double de la moyenne de ceux-là. Pfft! Elle est belle la social-démocratie syndicaliste!

    On pourra dire ce qu’on voudra de Ronald Reagan, mais il avait la bonne méthode contre les grévistes gâtés du secteur public…

Comments are closed.