Le vote juif

Non, ne fermez pas votre fenêtre de navigation, je ne vous parlerai pas de Jacques Parizeau, ni même de Yves Michaud. Il est plutôt question ici de Stéphane Dion qui émet un communiqué pour dénoncer une agression contre juif hassid de 16 ans. Celui-ci affirme qu’en tant que Canadiens, « nous devons condamner fermement de tels actes, car ils sont un affront à la tolérance et à la diversité. »

Récapitulons. Une agression a eu lieu; la victime est de religion juive. Jusqu’à preuve du contraire, il n’a nulle part été question que l’agresseur s’en soit pris à l’adolescent à cause de sa religion. Il s’agit peut-être d’une agression certes gratuite, mais somme toute banale et courante dans les rues de Montréal. Violente, injuste, inacceptable, mais pas exceptionnelle.

Mais pourquoi Stéphane Dion se presse-t-il à ce point de qualifier d’antisémitisme cette agression, tout comme le Congrès juif canadien l’a déjà fait? Au fond, il s’en fout que ce soit un Juif, un Arabe, un Tamoul ou un Chinois qui se soit fait agressé. Ce qui compte, à ses yeux, c’est de reconquérir le vote juif.

Traditionnellement, les Juifs ont toujours voté pour le Parti Libéral. Mais la position ouvertement pro-Israël de Harper durant la guerre contre le Liban et les critiques de certains libéraux contre l’État sioniste ont mis à mal cette relation, poussant de nombreux Juifs vers les Conservateurs.

Et ces Juifs, ils sont puissants. Ils ont beaucoup d’argent, contrôlent de nombreux lobbys et sont extrêmement bien organisés. En d’autres mots: mieux vaut les avoir de son côté.

Ce qui est vraiment triste dans cette histoire, c’est que Stéphane Dion se serve de l’agression sauvage d’un adolescent pour se faire du capital politique. C’est une insulte non seulement à tous ceux qui se font agresser gratuitement dans la rue sans avoir droit à ce type de communiqué mais également à tous les Canadiens, car il lance le message selon lequel il y a deux types de citoyens. D’un côté les Juifs, dont on dénonce chaque agression comme étant de l’antisémitisme, et les autres, qui ne comptent pas vraiment.

Quand une bande de Noirs tabassera un jeune Blanc à Montréal-Nord, est-ce que Dion émettra un communiqué dénonçant le racisme de cet « affront à la tolérance et à la diversité »?

Il faut cesser de tout ramener à l’origine ethnique. Et traiter toute personne de la même façon, Juif ou pas.

Peu importe s’il a des dreads, des boudins, un gros nez, la peau noire, des boutons, de grandes oreilles, des dents écartées, un hijab, des souliers rouges, une croix, des lunettes, un sac à dos, une bible sous le bras, des manières efféminées, des gros bras, les yeux bleus, les joues roses, un gros cul, un chapeau noir…

Publicités

40 Réponses

  1. J’en étais certain. Je le sentais venir ce vil article bas et raciste à plein nez. Lorsque j’ai vu les images intolérables de ce jeune agressé par un malade, je me suis dit « tiens, l’homme en colère, comme à son habitude, va dire qu’il n’y a rien là, que ce n’est pas du racisme ».

    Et voilà. Merci. Tu t’es comporté exactement comme je l’attendais.

    Relis ton article. Relis surtout le titre de ton article. Le racisme que tu prétends pourfendre suinte de chaque ligne dégoûtante de ton article.

    Quelques extraits révélateurs:
    -« Et ces juifs, ils sont puissants ». Stéréotype navrant doublé d’antisémitisme flagrant. J’ai des amis juifs qui gagnent honnêtement leur vie sans être riches.
    -« Quand une bande de noirs ». Encore, un stéréotype.

    Et pourquoi doit-on s’indigner plus promptement et avec plus de muscles dans un cas comme celui-ci, d’après toi? Serais-tu négationniste, en plus?
    6 millions, rings a bell?

    En plus, comble du comble, tu banalises la violence.
    « Il s’agit peut-être d’une agression certes gratuite, mais somme toute banale et courante dans les rues de Montréal. Violente, injuste, inacceptable, mais pas exceptionnelle »

    Arriver à inclure « banale » et « inacceptable » dans la même phrase pour expliquer la même chose, c’est prouver que notre système d’éducation est en faillite intellectuelle.

  2. 20 millions de soviétiques, ring a bell ?
    1 million de tziganes, ring a bell ?
    Massacre des Houtous, ring a bell ?
    Massacre des Toutsis, ring a bell ?
    Massacre des Palestiens, ring a bell ?

    Mais il y avait un ST-Pierre pour renier 3 fois son Seigneur, ring a bell ?

  3. St-Pierre s’est fait sonné!

  4. Quand Saint-Pierre m’insulte et me critique, je sais que je viens d’écrire un bon texte.

    Quand il ne dit rien, c’est que j’ai manqué mon coup.

    Ring a bell?

  5. Jacques Saint-Pierre, ce chiffre qu’est « 6 millions de morts » sera définitivement vrai sans aucune négation le jour où les dirigeants accepteront d’ouvrir les archives historiques de cette affaire du « génocide Juif » et trouveront le vrai coupable.

    Actuellement, le coupable c’est la Palestine [occupée] du « génocide Juif ». Si elle n’est pas coupable, pourquoi avoir crée illégalement, et par droit de veto, un État hébreu sur les terres arabes pour raison religieuse ? Cette raison se résume en trois mots : « Le peuple élu ».

    Bref, le sujet n’est pas là : on parle d’un petit garçon qui s’est fait attaquer par un mec de 24 ans suite à sa sortie de l’école juive où on leur apprend *seulement* les mots de la Torah. On sait trop peu qui était l’agresseur en question, bien qu’il soit connu de la police (donc, c’est un habitué). Ce petit indice en dit quand même long, comme le fait qu’il ai déjà attaqué plusieurs personnes de plusieurs couleur comme brun, noir et jaune et même blanc.

    Mais bon, c’est une guerre médiatique sans précédent. Faut pas toujours s’y fier.

  6. Je me suis déjà fait agresser par un gang, sur la rue Saint-Laurent; multiples fractures, hématome sous-cranien, dommages à l’oreille interne, 2 mois de convalescence et des séquelles. Mais comme je ne faisais pas partie d’un « groupe vedette » de la politique officielle de multiculturalisme du Canada, ça n’a intéressé personne. Un autre incident banal.

  7. C’est vraiment navrant ce que l’ignorance peut faire au jugement.

    Stéréotype, préjugé, sens commun, manque d’éducation, raisonnements erronés… bref aussi insensé que le billet sur Chaouilli , « l’étranger » (moi qui pensait que les Francais était la communauté la mieux intégré au Québec ? Est-elle trop intégrée à ton goût Louis?) .

    Malheureusement ce qu’écris Louis, plusieurs le pensent d’où la nécessité de sensibiliser les gens sur les idées reçues et les raisonnements au postulat faux.

    On ne peut tout d’même pas le blâmer, il ne fait qu’écrire ce qui est conforme aux préjugés populaires. Ce n’est pas illégal d’être populiste ou démagogue. Juste philosophiquement insignifiant.

    Je critique le raisonnement et les conclusions de l’auteur sur certains aspects de son texte, c’est très loin d’être un ad personae.

    Cela dit, Dion a en effet sauter précipitamment et conclu qu’il s’agissait d’un crime haineux. Prima facie, cet incident a les allures d’un crime racial, bien-sur. Ce qui saute aux yeux est le fait que la victime appartienne à la communauté juive hassidique et qu’il s’agit d’un acte totalement gratuit. Ce n’est pas à chaque jour que des individus se font sauter dessus dans les rues de Montréal pour aucune maudite raison et sans qu’il y ait des liens ou des motifs derrière l’acte.

    Seule l’enquête policière déterminera s’il s’agit bien d’une infraction à caractère racial; Ce n’est ni Dion, ni le congrès juif qui vont nous apprendre grand chose.

  8. @Marc: Si tu es dans le secret des dieux et que tu as des informations privilégiées te permettant d’affirmer que le jeune a été attaqué PARCE QUE il est juif, SVP partage ces informations avec nous.

    Sinon, jusqu’à preuve du contraire c’est une agression gratuite comme il y en a tant d’autres, et mon billet en est un de tolérance et d’égalité. Égalité pour tous les citoyens; pas de traitement spécial pour les Juifs ou d’autres groupes particuliers.

    Ta position ressemble un peu à du racisme larvé; tu juges différemment une situation selon l’origine ethnique des protagonistes, et ce, sans la moindre preuve que cette origine ethnique ait quelque lien avec la situation.

    Concernant Chaoulli, je suis très fier de ce billet. Chaoulli est un cancer qui ronge notre société. Cet individu est un affairiste qui se remplit les poches en détruisant notre système de santé. Il était très au courant de comment fonctionne notre système avant d’immigrer ici. Il a choisi de venir; il aurait pu s’intégrer au lieu de vouloir tout changer et de se créer un groupe en se remplissant les poches.

    En passant (et je ne retrouve malheureusement plus l’extrait), Chaoulli est lié à une Heritage Foundation aux États-Unis, où il a livré un discours dans lequel il décrit le Canada comme une sorte de gestapo communiste alors que les États-Unis sont le flambeau de la liberté, etc etc. C’est ce genre de malade que tu appuies?

    @H. Dufort: Je compatis avec ta situation. C’est exactement ce que je dénonce: des crimes ont lieu à tous les jours, mais quand c’est le Québécois qui est victime, personne ne prend sa défense. Je me suis moi aussi déjà fait intimider par une bande au métro Longueuil il y a de ça bien des années. Et je connais de nombreuses autres personnes à qui c’est arrivé. Est-ce qu’un politicien a pris la parole pour dire que ce crime était haineux, parce que huit noirs s’en prennent à un blanc?

    Mais si huit blancs s’en prenaient à un noir, que se passerait-il?

    C’est le deux poids, deux mesures. Si un Juif se fait attaquer, alors forcément c’est un crime haineux (même si rien ne le laisse présager), mais si un Québécois se fait attaquer, alors c’est un fait divers.

    Ça va faire cette intolérance et ce racisme larvé!

  9. J’aimerai rajouter que le vote n’a pas de couleur, ni de race, ni de sexe. Chacun vote selon ses intérêts et ses convictions et les élus ont le devoir moral et juridique de représenter l’électorat sans distinction quant à ce qu’ils sont malgré eux. Ce n’est pas un crime d’être Juif et de voter NON. Ce n’est pas un crime d’être Canadien-francais et de voter NON. Le vote est citoyen, point.

    De quel droit peut-on critiquer la prérogative démocratique d’un citoyen sur la base de son ethnie ou de sa langue ?

    On juge une société pour ce qu’elle fait non seulement pour la majorité, mais pour ce qu’elle fait également pour chaque être humain dans la société indépendamment de ce qu’il est malgré lui.

    Insignifiance animale. À quand l’appartenance rationnelle au lieu de l’appartenance instinctive ?

  10. Évidemment Louis, en bon sophiste tu as la lecture sélective. J’avais pourtant écris :

    « Seule l’enquête policière déterminera s’il s’agit bien d’une infraction à caractère racial; Ce n’est ni Dion, ni le congrès juif qui vont nous apprendre grand chose. »

    Désolé, mais ton argumentation est incohérente.

  11. Louis déclare :

    « Il faut cesser de tout ramener à l’origine ethnique. Et traiter toute personne de la même façon, Juif ou pas.  »

    Et le titre de ce billet est :

    « Le vote JUIF »

    Hmm…

    Sans rancunes, évidemment.

  12. @Marc: Oui, on peut parler de « vote juif », puisque les Juifs forment une communauté assez homogène dont le vote est très important dans de nombreuses circonscriptions, dont l’ouest de Montréal.

    Tu me traites de sophiste et tu dis que mon argumentation est incohérente. Pourrais-tu me montrer cette incohérence SVP? Tu cites le fait que « Seule l’enquête policière déterminera s’il s’agit bien d’une infraction à caractère racial; Ce n’est ni Dion, ni le congrès juif qui vont nous apprendre grand chose. », donc tu admets que j’ai raison en disant que Dion n’avait pas affaire à traiter ce crime comme un crime haineux puisque jusqu’à maintenant, il n’y a aucune preuve qu’il s’agissait d’un crime haineux.

    Non, il n’y a pas la moindre rancune, évidemment, car ton argumentation ne me convaint pas.

    Tu t’offusques parce que je traite tous les gens également; tu aimerais peut-être qu’on juge les crimes selon la nationalité de ceux qui sont victimes?

    Si un Juif est attaqué, on dénonce publiquement.
    Si un Noir est victime, on se déchire la chemise en public.
    Si un Blanc francophone Québécois se fait attaquer, on se la ferme et on encaisse.

    C’est ça ta logique?

    À mes yeux, c’est une forme de racisme.

    Pour ma part, je suis en faveur d’une égalité pour tous, sans distinction quant à l’origine ethnique. Oui je parle du « vote juif », mais cette distinction est électorale et non pas une caractéristique des gens en tant que tel. Je ne fais que constater qu’il existe un regroupement de gens qui votent de manière particulière.

    Mais pour ta part, puisque automatiquement tu sembles dire qu’à la seconde où un Juif est attaqué il est forcément victime d’antisémitisme (peu importe si rien ne le prouve), tu appuies donc l’idée qu’il existe deux classes de citoyens: les Juifs, dont toute attaque dans la rue mérite une dénonciation publique, et les autres, sur lesquelles on garde le silence.

    Dion a commis une énorme bourde en qualifiant d’antisémitisme un acte qui, à l’heure qu’on se parle, n’est toujours qu’un fait divers relativement banal. Triste, inacceptable, mais très fréquent.

    Et toi tu appuies ce deux poids, deux mesures. Tu appuies cette utilisation frauduleuse des mots et cette insulte à tous ceux qui ont déjà été victime d’une attaque gratuite mais qui n’ont jamais eu droit à une dénonciation publique.

  13. Effectivement mon Louis, cet homme, malgré un style d’écriture agréable, et bien qu’il use admirablement de la rhétorique (mais peut-être un peu trop des formules latines…), est visiblement et intentionnellement trop subjectif.

    Mais, mon cher Marc, d’utiliser les accusations de racisme de cette manière n’est-il pas seulement de la provocation?

    En y regardant de plus près, vous semblez vouloir faire croire que les juifs (ou n’importe quel autre groupe religieux ou racial), posséderaient intrinsèquement l’immunité face à toute critique. De discuter de l’immuabilité du vote juif serait un mal répréhensible? C’est une blague?

  14. Vous avez écrit :

    « Et ces Juifs, ils sont puissants. Ils ont beaucoup d’argent, contrôlent de nombreux lobbys et sont extrêmement bien organisés. En d’autres mots: mieux vaut les avoir de son côté. »

    Hum… Je connais beaucoup de puissants, qui ont beaucoup d’argent, contrôlent de nombreux lobbys, sont bien organisés ET ne sont pas Juifs.

    Parmi eux, toutes sortes de religion, d’agnostiques ou d’athées.

    Ne craignez vous pas d’attiser l’anti-semitisme, sans le vouloir peut-être, avec une religion accolée à une partie du pouvoir, étiquette religieuse que vous reniez lorsqu’elle est accolée à une agression ?

    Remember, ce fut l’un des concepts nazi, celui-ci précisément… l’argent qui, étrangement, se voit plus selon que l’on sera ou ne sera pas d’une certaine cofession.

  15. @Brij: J’aurais pu écrire: « Le lobby juif est puissant. Se membres ont beaucoup d’argent et sont extrêmement bien organisés. En d’autres mots: mieux vaut les avoit de son côté » au lieu de « Et ces Juifs, ils sont puissants. Ils ont beaucoup d’argent, contrôlent de nombreux lobbys et sont extrêmement bien organisés. En d’autres mots: mieux vaut les avoir de son côté. »

    Mais j’avais l’impression que tout le monde saisirait qu’en parlant des Juifs je ne parlais pas de la religion juive mais plutôt des Juifs en tant que force politique susceptible d’être une clientèle poussant un politicien comme Dion à qualifier d’antisémitisme ce qui, à l’heure actuelle, n’est toujours qu’une agression gratuite sans fondement.

    Je me suis peut-être mal exprimé, mais à mes yeux quand il est question de ces juifs courtisés par Dion, je pense au lobby B’Nai’Brith, au Congrès juif canadien, etc. Et on ne peut pas nier que de nombreux Juifs possèdent un énorme pouvoir financier… et donc politique!

    Bref, Dion recherche l’appui d’un groupe restreint très puissant…

    Je t’invite à te le demander: si un immigré palestinien de 16 ans avait été attaqué par un individu de 24 ans, selon le même scénario, crois-tu sérieusement que Dion aurait fait cette sortie?

    Et pire encore. Si un Québécois blanc francophone « pure laine » avec une chemise à carreaux et un chandail des Cowboys-Fringants de 16 ans avait été attaqué par un Juif de 24 ans, Dion aurait-il dénoncé cet acte de « racisme intolérable »?

    À mes yeux, c’est le deux poids, deux mesures.

  16. Louis, que tu l’écrives comme tu veux, on voit bien le fond de ta pensée. C’est clair comme le l’eau de roche.

    Cet article, je l’espère, survivra au jetable des blogues comme une épitaphe de l’intolérance de la Gauche.

    Ne l’oubliez jamais, Hitler était socialiste.

  17. « L’argent et la puissance des lobbys juifs »
    on jette ça comme ça négligemment sur un blog, ça se retrouve plus tard repris par d’autres qui expliquent qu’il faut écraser Israel parce que les juifs contrôlent le monde…

    Faut faire attention à ce qu’on dit, dans la vie. Dans certains cas, c’est au choix, du recisme larvé, ou de la bêtise, l’un n’excluant pas l’autre.

    Et même si une partie de ce que vous dites est sans doute vrai, on a connu ça aussi en France les hurlements d’andouille de Vire sur des attaques soi-disant racistes et anti-sémites qui ne l’étaient pas en réalité, ce n’est pas la peine de passer une couche dans l’autre sens.

  18. Apprenez à interprêter ses mots. Cessez de tout lire au premier degré.

    P.S.: Hitler n’était pas socialiste.

  19. Hitler socialiste? Wow, celle-là est tirée par les cheveux.

    Pour votre gouverne, Hitler a transformé de fond en comble l’ancien Parti des Travailleurs Allemands, pour le renommer le Parti National-Socialiste, plus enclin à ses idées. Il a même jeté à la porte Drexler, l’ancien chef qui lui était, peut-être, socialiste.

    Ce n’est pas parce que l’adjectif « socialiste » est présent dans le nom du parti, qu’il l’est réellement dans les faits. La proximité des grands industriels allemands dans l’entourage de Hitler démontre le contraire.

    C’est un « cheap shot » d’identifier la gauche à Hitler. Franchement. Il était foncièrement anti-communiste! Relisez vos livres d’histoire!

    En passant, Louis n’a pas voulu se montrer raciste ici. Il cite simplement les faits.

  20. @Jimmy: Tu marques un gros point ici. Hitler a pratiquement été mis au pouvoir par les riches industriels, fatigués de ne pouvoir s’enrichir à leur goût et des échecs de la démocratie allemande. Ceux-ci en avaient assez de la social-démocratie et préféraient justement le pragmatisme et le charisme d’Hitler pour représenter leurs intérêts. Ce qu’Hitler leur a bien rendu par la suite en leur permettant un énorme enrichissement.

    J’ai suivi le cours « Histoire du fascisme et du nazisme » il y a quelques années à l’UQAM, et le principal point de débat était de savoir si Hitler s’était servi des industriels pour se faire élire ou si les industriels s’étaient servis de Hitler pour servir leurs intérêts.

    En aucun cas, et je dis bien en AUCUN cas il n’a été le moindrement question que Hitler soit associé au socialisme.

    Il y a infiniment plus de ressemblance entre le charisme d’un chef se faisant élire grâce à l’appui de médias corporatifs et Hitler qu’entre Hitler et le socialisme.

    Pour revenir sur le sujet initial, tu as très bien compris mon point de vue Jimmy. Certains aussi l’ont compris, mais je trouve dommage que d’autres n’ont rien compris. J’ai probablement manqué de clarté dans ce billet et je suis prêt à en prendre le blâme pour l’incompréhension.

    Ce billet c’était avant tout une dénonciation du racisme. Parce que le racisme, c’est de juger différemment les gens selon leur origine ethnique (ou religieuse), et c’est exactement ce que fait Stéphane Dion.

    Même plusieurs jours après l’événement, on en reste toujours au même point: une agression gratuite comme il y en a des dizaines à chaque année à Montréal.

    Si la victime avait été blanche, et l’agresseur juif, Dion aurait-il dénoncé le racisme et l’intolérance de ce « crime haineux »?

  21. Des faits? Des faits?

    En voici:
    http://www12.statcan.ca/francais/census01/Products/Analytic/companion/rel/tables/canada/cdatop_f.cfm

    Les juifs, comme vous les appelez avec tant de mépris, constituent moins de 1% de la population canadienne, ils n’apparaissent même pas dans le tableau dont j’ai inclus le lien plus haut. Alors, votre « vote juif », c’est de la bouillie pour les chats. Si Dion avait voulu être opportuniste, il a monumentalement raté son coup car c’est pas moins de 1% du vote qui va changer quelque chose.

    Si vous n’êtes pas antisémites, c’est que vous êtes tellement allergiques à l’argent que vous démonisez tous ceux qui sont réputés en avoir (et c’est même pas vrai, en plus, que tous les juifs sont riches et puissants).

    Et pour Hitler, relisez votre histoire vous-même, il n’était pas si anti-communiste que ça, puisqu’il s’est appliqué à respecter leurs doctrines:

    « L’économiste libéral autrichien Ludwig von Mises observait en 1944 que le nazisme avait appliqué la plupart des mesures préconisées par le Manifeste du Parti Communiste de Karl Marx et Friedrich Engels : Huit des dix points (du Manifeste du Parti communiste de Marx et Engels) ont été exécutés par les nazis . Seuls deux points n’ont pas encore été complètement adoptés par les nazis, à savoir l’expropriation de la propriété foncière et l’affectation de la rente foncière aux dépenses de l’État (point n°1 du Manifeste) et l’abolition de l’héritage (point n°3). Cependant, leurs méthodes de taxation, leur planisme agricole et leur politique concernant la limitation des fermages vont chaque jour dans le sens du marxisme. »
    (extrait de Wikipedia, bien que des imprimés fassent bien mieux pour décrire précisément l’obsession socialiste de ce boucher)

  22. @Louis:

    Et qu’attendais-tu donc d’un cours de l’UQAM? Que le contenu en soit objectif? Tu crois qu’un gros barbu hyper-syndiqué-membre-du-parti-communiste de l’UQAM va dépeindre avec pragmatisme l’Histoire, au risque de salir son propre mouvement?

    L’UQAM, c’est un nid de marxistes en soif de manifs!

    Ton article, même si tu le défend bec et ongles, c’est un article antisémite, point à la ligne. Au mieux (et j’en doute), c’est un manifeste de banalisation de la violence contre la personne.

  23. Il ne s’agit qu’un point de vue d’un économiste libéral, mais Hitler et le Nazisme sont beaucoup plus associés à l’extrême droite qu’à la gauche, selon plusieurs experts contemporains.

    Et il est clair qu’il était anti-communiste. Il l’a déclaré plusieurs fois. Il a peut être adopté des mesures plus socialisantes afin de séduire le peuple.

    Mais, encore une fois, Hitler N’ÉTAIT PAS UN SOCIALISTE!

  24. Il voulait même détruire l’URSS, car selon lui le communisme était une invention juive!!! (Marx était juif)

  25. @Jimmy: Je crois qu’on a atteint le point de non-retour. Quoi répondre à quelqu’un qui croit que le contenu d’un cours d’université n’est pas objectif sous prétexte qu’il est donné par des professeurs syndiqués, que l’UQAM est « un nid de marxistes », qu’Hitler était socialiste.

    Tant qu’à moi, j’aime mieux ne rien ajouter.

    Je ne crois pas avoir quoi que ce soit à gagner à répondre à Jacques Saint-Pierre. Manifestement, il est le seul à détenir la vérité ici bas mais nous sommes tous trop brainwashés par les communisses péquisses marxisses du socialisse québécois pour comprendre à quel point ses idées sont « géniales »… 😀

    @Jacques Saint-Pierre: Merci pour vos commentaires. Bonne soirée.

  26. Tu as raison Louis. Il est irrécupérable.

  27. Petite définition, extraite, encore, de Wikipedia:

    « « Nazisme » est la contraction de « national-socialisme » (Nationalsozialismus en allemand, qui se démarque du « socialisme international »).  »

    Et vos experts contemporains, ils ont été à l’école où? À l’UQAM, je suppose?

    Allez, à vos encyclopédies et livres d’histoire, tout le monde! Car il est trop facile d’associer le mal à la droite, ce que vous faites constamment.

    Donc, encore une fois, Hitler ÉTAIT UN SOCIALISTE!

  28. Bien sûr, c’est ça, c’est ça.

  29. lol

  30. Bien sûr. Hitler était un socialiste. Un si grand combattant pour l’égalité et la justice sociale qu’il protégeait tout le monde, même les juifs, les noirs, les pauvres et les immigrantEs.

    Louis : Les péquistes sont loins d’êtres marxistes et/ou socialistes.

  31. @RWatch: Je le sais… J’étais ironique…

  32. Louis,

    Je veux bien vous croire lorsque vous dites vouloir dénoncer la manipulation politique.

    Toutefois, la vie ce n’est pas comme cela. Il faudrait, un instant, que vous sortiez de cette politique pour mesurer l’ampleur de vos propos. Je crois que ceux qui ont posé les premières pierres des plus grands maux de l’Histoire l’on fait sans le vouloir. Derrière, votre préoccupation de « ratissage de voix politiques » vos arguments sont nettement plus graves et dépassent peut-être votre pensée. Ils n’en sont pas moins là, vos arguments, même contraires à vous, ils sont là, ils existent et sont très largement dommageables. Je vais vous le prouver. Lorsque j’étais enfant, il y a longtemps, en France, personne ne parlait plus religion, on ne savait pas qui était chrétien, musulman ou catholique. Quelle vie rêvée !!!

    Aujourd’hui, la mondialisation (la géographique) ressort à tout propos ces connotations religieuses pour communautariser. Communautariser, c’est un réflexe de caste apeurée devant cette même mondialisation. En France, je ne peux plus faire un pas sans que l’on m’apprenne que cette personne que je connais depuis 20 ans par exemple est Juive, est musulmane, est ceci cela ! Comme je vivais heureuse lorsque je ne le savais pas. Je pouvais apprécier ou fustiger l’être humain que j’avais devant moi. Aujourd’hui, ce n’est plus possible, l’être humain n’existe plus, il est avant tout membre d’un groupe, d’une secte (eh, oui, toutes les religions sont à l’origine l’émanation de sectes…).

    C’est un refus de la mondialisation, de l’internationalisation. Ces gens là, veulent recréer des groupes, des sous groupes, ils ont peur de l’unité, de la ressemblance, de l’harmonie !

    Je le déplore, toute tentative de groupement, de regroupement est annonciatrice de heurts. Quelle erreur !

    Je préfère considérer chaque être humain, partout il y a des fous, partout il y a des sages. Le communautarisme qu’il soit revendiqué ou appliqué par les autres aux corps défendants des personnes communautarisées, est non seulement le gage d’affrontement mais surtout une monumentale erreur. Si l’on acceptait la communauté d’idées, de pensées, de désirs de vivre ensemble, on s’apercevrait que ces « communautés là » puiseraient partout dans chaque confession, dans chaque éthnie et seraient tellement plus justes et plus fortes. On se prive incroyablement d’une grande force. J’ai fait la connaissance d’un étranger Ivoirien, récemment avec qui j’ai une complicité que je n’ai jamais eu avec personne. J’ai l’impression que nous sommes frère et soeur, que nous avons reçu la même éducation. C’est beau de savoir que l’humanité peut faire un très beau pied de nez à la culture. Quant aux Juifs, je les aime, sans savoir qu’ils le sont, parce qu’ils sont aimables.

    Pour conclure, bien que le sujet soit inépuisable, je vous dirais, qu’hélas, même en France, où notre histoire nous avait vacciné instantanément des divisions religieuses, puisque laïques fervents nous fûmes, même en France, je note ce retour du groupe religieux qui nous mène droit dans le mur.

    Je ne peux pas le laisser passer. Je ne peux pas. Il faut s’en garder. Le conflit Israêlo-palestinien n’est pas le conflit de toute la planète. Il existe des Juifs sionistes, des Juifs non sionistes, comme d’autres personnes sont pour le sionnisme ou non.

    J’ai peur d’être trop longue, mais je me souviens sur un forum, il y a déjà trois ans, d’un jeune Algérien qui s’écriait sur un forum Français où la question était à l’ordre du jour : Je sais pourquoi vous faites tout ça ! (il s’adressait à des Français issus de l’immigration), vous faîtes ça à cause du conflit Israëlo-Palestinien, laissez la France tranquille, ça ne vous regarde pas !!!

    Je crois qu’il avait raison, ce jeune homme Algérien…

    Autrement dit, on ne peut ignorer les agressions xénophobes (à condition qu’elles le soient) mais, surtout, on ne doit pas se laisser aller à communautariser sans raison.

    Le pouvoir, l’argent, si je vous écoutais, je dirais que ce sont les blancs d’Occident qui le détiennent. Mais, je ne le ferai pas…

  33. Tiens, tiens, voilà le chat qui sort du sac : le vomi de Saint-Pierre sur certains profs de l’UQUAM (nettement ciblés de par leur physique ou leur orientation intellectuelle), ce n’est pas de la discrimination ou un stéréotype, ça ?
    Ce triste individu plein de préjugés et qui se prend pour un justicier aurait tout intérêt à aller suivre un cours d’histoire du XXe siècle à l’UQUAM, précisément. Mais peut-être n’aurait-il pas le niveau intellectuel suffisant : les préjugés tenaces rendent sourds et aveugles…
    Sur le fond de la question, Louis a parfaitement raison : Dion n’a agi que par pur opportunisme et ne lèverait pas le petit doigt pour un Haïtien ou un Palestinien tabassé au sortir d’une mosquée…

  34. @Monsieur Leclair:

    Je ne tenterai pas de vous calmer, vous me semblez un brin hystérique. Je vous expliquerai tout de même qu’il ne s’agissait pas de préjugés, mais bien d’une analyse soigneuse des diplômés célèbres qui ont subit un lavage de cerveau éhonté en ces murs (d’ailleurs, l’information est facile à trouver, les diplômés de l’UQAM sont étalés, tels des trophés de chasse, partout sur nos murs publicisés urbains)… Je ne les discriminent pas, je ne fais que constater qu’il s’agit d’une école d’embrigadement en règle, ce dont il faut se formaliser, obligatoirement. Et il faut parfois caricaturer, bien sûr, pour arriver à se faire comprendre ici. Sourds et aveugles, dites-vous? voilà peut-être qui explique le peu de réponses sensées que j’ai reçu ici. Il en va presque toujours ainsi des débats avec la gauche dogmatique, elle n’écoute que ses propres arguments et se vautre dans son « vomi », pour reprendre votre prose si élégante.

    Et pour le fond de la question, vous avez, bien sûr, tout faux. Car le fond de la question, il est dans le jugement premier de l’article, qui est que le « vote juif » est celui que Dion aurait tenté de s’approprier, alors que j’ai apporté la PREUVE qu’il ne peut pas en être ainsi, au commentaire 21, que vous feriez bien de relire. Dion ne me plaît guère, mais une sortie comme la sienne est requise, toujours.

    L’Histoire, incluant celle qui remonte bien avant le XXe siècle (eh oui, imaginez-vous donc que le monde tournait bien avant la Révolution française), je la connais, monsieur. Je la connais assez, en tout cas, pour savoir que tout ne s’est pas joué à la Bastille ou dans la Baie des cochons.

    Pour ce qui est de mon présumé niveau intellectuel insuffisant, qu’en sais-je? Je ne prétends pas détenir la science infuse ou connaître tout ce qu’il y a à connaître de notre si vaste monde et de notre tortueuse histoire. Mais lorsque je lis des infamies comme cet article, ce n’est plus mon intellect qui intervient, c’est ma solidarité envers un peuple qui représente, encore et toujours, la grandeur de l’humain et sa capacité de résistance. Il faudrait, en fait, se lever chaque fois, pour toutes les agressions à caractère ciblé, mais comme dans toute chose, il doit y avoir une échelle. On ne peut évidemment pas mettre sur le même pied le génocide du Rwanda et les exécutions des condamnés à mort aux États-Unis (amalgames que j’ai d’ailleurs souvent vu sur les blogues gauchistes…n’entend-on pas régulièrement dire, avec une légèreté enfantine, que Bush est le plus grand criminel de l’humanité?). De la même façon, certaines agressions, par le message et le sens qu’elles véhiculent, nous interpellent de façon plus forte, et il faut réagir de façon ferme et sans équivoque.

    En terminant, pour vous rassurer, je vous dirai que je ne suis pas triste du tout, « I often laugh my way to the bank », comme ils disent…

  35. Jacques Saint-Pierre:
    « Car le fond de la question, il est dans le jugement premier de l’article, qui est que le “vote juif” est celui que Dion aurait tenté de s’approprier, alors que j’ai apporté la PREUVE qu’il ne peut pas en être ainsi »

    il n’y a pas qu’une seule manière de voter : aux États-Unis les juifs sont numériquement 2 % de la population mais ils contribuent grandement à la caisse des deux partis politiques (plus de 60 %). c’est une forme de vote ça aussi. Ils contribuent à AIPAC, au AJC, à la ADL et a une myriade de groupes de pression juifs. Le président de l’AIPAC à l’époque (Steve Grossman) est même devenu le président du Parti Démocrate en 1997.

    http://www.jewishaz.com/jewishnews/970117/aipac.html

    C’est pour vous dire à quel point les groupes de pression juifs influencent la politique américaine.

    Devinez qui était un des grand ramasseurs de fonds pour le Parti Libéral lorsque Paul Martin était là ?

    Gerald W. Schwartz, de la compagnie Onex et sa femme la presidente de la chaîne de librairies Chapters :

    http://web.archive.org/web/20060205095731/http://www.ukar.org/schwartz/schwartz-02.html

    « Mr. Schwartz, president of Onex Corporation, and the top corporate fundraiser for Paul Martin’s successful leadership campaign, will have helped raise an estimated and whopping $11-million by the Nov. 15 leadership convention. Mr. Schwartz’s wife, Ms. Reisman, is head of Chapters Books. »

    et Schwartz est un activiste juif qui contribue à des causes juives et israéliennes. On le voit ici avec sa femme et des soldats israéliens:

    http://www.cjnews.com/viewarticle.asp?id=6791

    j’imagine que Stéphane Dion veut l’avoir de son bord. Après tout il pourrait ramasser de l’argent pour le parti conservateur étant donné que Harper est pro-Israel…

  36. Louis:
    « J’ai suivi le cours « Histoire du fascisme et du nazisme » il y a quelques années à l’UQAM, et le principal point de débat était de savoir si Hitler s’était servi des industriels pour se faire élire ou si les industriels s’étaient servis de Hitler pour servir leurs intérêts. En aucun cas, et je dis bien en AUCUN cas il n’a été le moindrement question que Hitler soit associé au socialisme. »

    je comprends pas pourquoi vous vous offusquez de l’association du troisième reich au socialisme étant donné que le parti National Socialiste était auparavant le parti des travailleurs allemands et que les nazis n’étaient à la solde de personne. C’est comme si le terme ‘socialisme’ était naturellement positif au lieu d’être descriptif et que vous ne vouliez pas qu’il soit souillé par quelques fait historiques.

    Vous allez me dire que l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques n’était pas un régime socialiste à l’extrème ?

    pour revenir à la question : est-ce qu’un industriel aurait pu publiquement dénoncer le parti de Hitler ou quiconque de haut placé au gouvernement sans risquer des représailles ? Non.

    Tu as la réponse à ta question: Hitler et ses collègues étaient maîtres de l’Allemagne, pas les industriels qui ont collaboré avec lui.

    Louis:
    « Il y a infiniment plus de ressemblance entre le charisme d’un chef se faisant élire grâce à l’appui de médias corporatifs et Hitler qu’entre Hitler et le socialisme. »

    tu opposes deux choses différentes: l’arrivée au pouvoir d’un chef charismatique et le socialisme alors que l’un et l’autre ne s’opposent pas nécessairement.

    Hugo Chavez est un chef charismatique qui a tenté un coup d’état et qui après quelques années de prison a été élu avec l’appui de certains média et du peuple d’en bas. C’est pas très différent de ce qui s’est passé avec Hitler sauf que dans le cas des nazis leur victoire électorale n’a pas été aussi éclatante que celle de Chavez. Est-ce que Chavez, du fait de son charisme et son élection, s’oppose au socialisme ou aux idées « de gauche » ?

    Et tu parles comme si le parti nazi n’avait pas été un parti populaire ou un parti de travailleurs. C’était un parti populaire chez les allemands d’en bas.

  37. Jimmy St-Gelais:
    « Il ne s’agit qu’un point de vue d’un économiste libéral, mais Hitler et le Nazisme sont beaucoup plus associés à l’extrême droite qu’à la gauche, selon plusieurs experts contemporains. »

    ces « experts » traitent « d’extreme-droite » tout ce qui est moindrement blanc et moindrement nationaliste (sauf évidemment lorsque ce sont des mouvements nationalistes au tiers-monde). En Angleterre un parti qui n’est pas ultra-libéral côté économie mais qui ne veut plus d’immigrants et veut conserver l’Angleterre anglaise s’est fait étiqueté « extreme-droite ». Où est la logique ? Où sont les standards ? Si ce n’était pas de son nationalisme le BNP serait un parti ‘kachère’ comme les autres.

    les termes Gauche et Droite ne veulent rien dire si les politiques économiques d’un gouvernement sont terminologiquement balayées sous le tapis sous prétexte que ses politiques sociales ne sont pas conformes aux concept gauchistes. Les Nazis n’étaient pas des ultra-libéraux de l’économie à la Milton Friedman alors qu’est-ce qui fait d’eux des « extrème-droite » ? Leurs politiques ultra-nationalistes. Si t’enlèves cet aspect du troisième reich il reste les politiques économiques et sociales « de gauche ».

    J’ai arrêté d’utiliser sérieusement les termes Gauche et Droite depuis des années et vous devriez faire de même

    Jimmy St-Gelais:
    « Et il est clair qu’il était anti-communiste. Il l’a déclaré plusieurs fois. Il a peut être adopté des mesures plus socialisantes afin de séduire le peuple. »

    Il était anti-communiste parce que le communisme tel qu’il était propagé dans le temps (et c’est encore le cas aujourd’hui) était en faveur de la destruction des identités nationales. Les communistes de l’époque qu’il a affronté dans les rues rejetaient non pas seulement le nationalisme mais l’idée même de nation ethnique. C’était le point de conflit entre les rouges et les bruns : les uns voulaient que l’Allemagne soit sublimée dans un gouvernement mondial de prolétaires et les autres voulaient une nation et une race forte.

    et à l’époque les partis communistes n’était pas particulièrement des partis de travailleurs non plus (et ça n’a pas changé), c’étaient des partis d’intellectuels et de pseudo-révoltés.

    Jimmy St-Gelais:
    « Mais, encore une fois, Hitler N’ÉTAIT PAS UN SOCIALISTE! »

    comme je l’ai dit : s’il n’avait pas été un ultra-nationaliste il n’aurait pas été étiqueté « d’extreme-droite ». Il ne faut pas s’arrêter aux termes il faut regarder ce qui s’est passé en réalité

  38. […] dans la lignée de la votation des groupes ethniques et de leur position en bloc (voir le texte Le vote juif de Louis), j’aimerais revenir sur un texte que j’ai lu sur le blogue de Richard Hétu sur […]

  39. […] dans la lignée de la votation des groupes ethniques et de leur position en bloc (voir le texte Le vote juif de Louis), j’aimerais revenir sur un texte que j’ai lu sur le blogue de Richard Hétu sur […]

Comments are closed.