Le calvaire génétique

On apprend aujourd’hui que selon certains chercheurs, il existerait des gènes responsables du suicide et que ces gènes seraient activés selon le moment de la naissance de l’enfant.

Où s’arrêtera cette nouvelle frénésie du tout génétique?

Un jeune se suicide; ce n’est pas parce qu’il n’aimait pas la vie, parce qu’il se sentait exclu, parce qu’il n’arrivait pas à se montrer à la hauteur d’un monde où la compétitivité est le dogme principal. Il ne faut pas non plus blâmer le manque de perspectives, l’impression que l’avenir est bloqué. Non, c’est génétique!

On se questionne sur la légitimité de remettre en société un pédophile ayant purgé sa peine en prison et on se demande d’où vient cette déviance. Ce n’est sûrement pas un retard émotionnel, ni même un blocage à un certain âge mental ayant empêché le développement d’une saine sexualité adulte. Non, non. C’est génétique; même Sarkozy l’affirme.

Vous êtes déprimé? Vous perdez l’appétit? Attention: rien à voir avec une rupture avec une amie de coeur ou au changement de saison: c’est le gène de la dépression qui sommeillait en vous et attendait de prendre posession de votre humeur!

Il y a trop de violence dans les banlieues? Ne blâmez pas la chômage, les problèmes d’intégration des immigrants, la pauvreté. Non, non! Ce sont tous de la racaille; ils sont génétiquement violents et il n’y a rien de mieux à faire que de les emprisonner!

Vous êtes pauvre, vous vivez dans la misère? Rien ne sert de blâmer un système économique favorisant les plus aisés et cherchant à réduire au minimum la mobilité sociale. Ne blâmez pas non plus les frais de scolarité trop élevés, le salaire minimum trop faible. Non, non, vous souffrez du gène de la pauvreté, qui se transmet de père en fils depuis des générations!

Ce type de raisonnement semble tout droit sortir d’un vieux documentaire sur le darwinisme social du dix-neuvième siècle, où on blâmait les voleurs et les pauvres d’être irrémédiablement voleurs ou pauvres. Une époque où on séparait les gens, où on les excluait. L’époque des Misérables, où Jean Valjean se faisait répondre par l’inspecteur Javert qu’il resterait toujours un bagnard et un truand puisqu’il avait volé du pain pour se nourrir.

C’est pratique, les gènes. Ça évite de trop se questionner sur le monde qui nous entoure. Ça permet de renforcer l’idée que celui qui échoue n’échoue pas parce que le système est injuste, mais plutôt parce qu’il avait une défaillance en lui. Ça lance le message suivant: « notre société est parfaite et si vous n’êtes pas d’accord vous avez un problème psychologique, mental ou génétique ».

En définitive, on ne cherche plus les causes sociales à l’origine des ratés de notre société; on préfère jeter le blâme sur les éléments qui en sont la démonstration et faire porter sur eux – sur eux seuls – le poids de notre échec collectif.

Publicités

13 Réponses

  1. Mais si la génétique expliquait tout (ce que je ne crois pas), on pourrait dire aussi que la pollution pourrait possiblement occasionner des mutations génétiques, donc…

    Comme dans tout, la réponse repose dans le multiple.

  2. Vous simplifiez malicieusement la chose.

    Lorsque les médias font référence à un article scientifique il faut aller le lire, découvrir qui en est l’auteur, la raison de sa publication, etc. Ensuite, peut-être pouvons-nous porter un jugement.

    On peut toujours s’amuser, bien sûr. Mais alors il faut changer de ton.

    Des prédispositions au suicide ça existe monsieur. Quand il ne s’agit pas d’une maladie mentale, de multiples facteurs peuvent pousser des gens à s’enlever la vie. La question est peut-être celle-ci (je l’ignore): pourquoi, dans certaines circonstances dramatiques, certains s’enlèvent la vie alors que d’autres ne passeront jamais à l’acte? La question se pose.

    Accent Grave

  3. @Renart: En effet… C’est un grave danger à mon avis, et un signe d’une tentation de justifier une façon de vivre qui n’est pas nécessairement saine.

    @Accent Grave: Désolé, mais je n’achète pas du tout l’idée que le suicide serait du domaine de l’inné. Ce qui pousse les gens à se suicider, à mes yeux ce n’est pas les gènes, mais plutôt la vie, précisément l’incapacité de la vivre dans le bonheur.

    Je trouve que c’est ridicule cette folie de tout blâmer sur les gènes.

    En même temps, c’est une excellente façon d’encourager le statu quo social, car si tout est la faute des gènes, il n’est plus besoin de se questionner sur la société…

  4. C’est bien, on pourra dès la naissance classé ceux avec des gênes forts et les autres avec les gênes faibles!

    Ensuite on pourra encourager des politiques plus natalistes pour les forts!

    Enfin nous allons pouvoir séparer les supérieurs des inférieurs scientifiquement. Ça ne s’est jamais tenté dans toute l’hisoire de l’humanité.

    ……..

    Euh attendez…

  5. C’est vrai que les facteurs poussant une personne au suicide ne sont pas génétiques. Cependant, deux personnes ayant, depuis leurs naissances, dans une vie identique pourraient ne pas réagir de la même façon. L’une pourrait songer au suicide alors que l’autre, non.

    C’est là que les gênes peuvent fournir une certaine explication.

    Comme toi, je crois fermement que l’erreur serait de se contenter d’une explication génétique. Mais ne pas considérer la génétique à sa juste valeur en serait également une.

  6. Il faut être un accroc de la politique ou être un grand masochiste pour vouloir finir comme ça :http://galeriedephotos.cyberpresse.ca/index.php?t=Black&a=352&c=51&m=cp

  7. Sarko et sa bourrique. Le nouvel élu viendra-t-il au Canada à cheval ?http://galeriedephotos.cyberpresse.ca/index.php?t=Black&a=352&c=51&m=cp

  8. Ah! Le vieux débat sur le tout-social contre le tout-génétique.

    Rien ne sert de s`arracher les cheveux, ni l`un ni l`autre n`a raison, la réalité étant une imbriquation complexe des deux tendance par l`entremise d`un système complexe que bien peu de gens ou de journalistes sont équipés pour analyser.

    Bien des choses sont inscrites dans nos gènes et bien des facteur externes agisse qussi sur les gènes et leur régulation.

    D`un autre côté, il n`est que quelq

  9. (suite) oops,

    D`un autre côté, il n`est que quelques râres maladies génétique qui sont causée que par un seul gène facilement isolable dans des conditions expérimentales.

    Vrai, il faudrait voir l`article original car lorsqu`un travail scientifique se rend dans les médias, il y a presque toujours un but recherché par l`équipe en question et ce but est bien souvent une recherche de fond dans le but de poursuivre ces même études…

    Dans ce cas précis, l`auteur de l`étude semblait évoluer en dehors des cercles universitaires habituels, donc on comprend le besoin de médiatiser ses travaux et il faudrait d`autant les prendre avec un grain de sel.

    Combien de fois la cure contre le cancer ou le vaccin contre le sida aurait-il été touvé si s`il aurait fallu en croire tout ce qui se rend dans les médias ??

    Ceci-dit, il est vrai que, par exemple, la maniaco dépréssion et d`autre types de comportement dépressifs ont de fortes incidences familiales dit génétique.(c-a-d transmissible malgré les adoption par exemple.)

    Donc, on ne peut pas rejeter ces travaux sur la simple base du dégout envers l`idée du tout génétique, il fait pouvoit les analyser et voir s`il ne pourrait pas y avoir des pistes de recherches intéressantes…

    Ce n`est que dans une couverture médiatique populiste que l`idée du tout génétique contre le tout-social a des effets pervers et mène à des combats idéologique qui n`ont rien à voir avec la science comme telle.

    La vraie science se pose toujours des questions, elle n`est jamais certaine de ces certitudes, d`ou la nécéssitée de chercher toujours a comprendre.
    Personne n`est plus critique des conclusions d`une équipe scientifique qu`une autre équipe scientifique…

    François Harvey
    -Biochimiste

  10. @François: Merci de ton point de vue de biochimiste. Je suis d’accord qu’il faut continuer à se questionner, de toutes les façons possibles.

    Le débat entre l’acquis et l’inné ne se réglera pas en criant « génome »!

    Je voulais surtout dénoncer dans ce texte le fait que de plus en plus c’est l’inné qui semble prendre le dessus et que cela a des répercussions sociales, notamment sur la façon dont on conçoit la nécessaire redistribution de la richesse, ou l’intégration des gens, etc.

  11. Oui, effectivement il y a tros souvent une sorte de récupération politique de certaines théorie(une théorie reste toujours à prouver) scientifiques.

    Historiquement, il y a eu le darwinisme social, et le racisme-pseudo-scientifique du côté de l’extremme-droite. Il y a eu aussi, le « lamarkisme » qui était appuyé par les régimes communismes comme théorie de l’évolution. Une vielle théorie déchue qui a mené l’URSS à conduire pendant des années des expériences d’amélioration du blé pour les climats sibériens qui se sont tous soldé par des échecs et ont ralenti le dévelopement de nouveaux cultivars dans ces pays pendant longtemps.

    Tu dit, que de plus en plus c’est « l’innée » qui prend le dessus sur l’acquis.

    C’est surtout dans les médias grand publique que ce phénomène est encore en montée et il fait comme un effet de balancier aux théories des années 60 qui elle, expliquait tout par le social.

    Dans les publication scientifique, on se rend plutôt compte de plus en plus que, oui le génétique contrôle beaucoup de chose mais qu’il est lui même beaucoup contrôlé, modulé, activé, par l’enviroment, l’histoire de vie, bref que les deux s’enbriquent d’une façon que nous commençons à peine à entrevoir.

    Bref, au niveau de laq communautée scientifique, le vieux débat de l’innée contre l’acquis est en train de disparaitre au profit d’une nouvelle vision du système.

    C’est comme si la génétique était la toile de fond et qu’il nous restait néamoins à la peidre à notre guise…

    Savait-tu, par exemple, qu’il est maintenant prouvé que si tes ancêtres ont subit une famine, tu seras plus susceptible au diabète… comme si lorsque l`espèce vit en situation de famine, l’expression des gènes responsable de la gestion de la glycémie se « fine-tune » pour vivre en situation de famine…

    Si deux générations plus tard, c’est l’abondance de sucre… bien ces même personnes seront plus sujette au diabète… ( c’est encore une théorie je crois )

    He!

  12. Drôle comme vous vous indignez de la façon la plus hystérique lorsqu’un scientifique publie une étude de la sorte.

    Et pourtant, il n’y a pas 10 jours, vous vous extasiez devant un avis de scientifiques au sujet du réchauffement climatique. Alors là, il n’y avait aucun doute, c’était CERTAIN qu’ils avaient raison.

    Bon Dieu que vous êtes biaisés. C’est de la mauvaise foi pure et simple, pour ne pas dire de la vile propagande…

  13. Effectivement, on s’emballe un peu trop pour bien peu. Après tout, ce n’est qu’une simple théorie.

    Il peu être plausible que certains traits innés peuvent prédisposer quelqu’un au suicide. Par exemple son caractère, qui est décidément inné peut certainement influencer la façon qu’une personne réagit à une situation. De la même façon, puisque nous ne naissons pas tous avec les mêmes talents, il est cetain qu’une personne peut être prédisposée à une meilleure carrière qu’une autre. On parle ici d’une prédisposition, et non d’un absolu. D’autres facteurs viendront sûrement décider si cette personne réalise son potentiel. Mais il est certain que si quelqu’un est né avec un QI au dessus de la moyenne, il aura plus de facilité à réussir, ça ne veut pas dire qu’il le fera cependant.

    Beaucoup, pour une raison ou une autre, ne réaliseront pas leur potentiel inné. Soit à cause de leur contexte social, ou à cause d’évènements particuliers (ex: divorce des parents, mortalité, etc.).

    Par contre, il est beaucoup trop simpliste d’affirmer qu’il existe un gène de la pauvreté, ou du suicide, ou de l’homosexualité, ou même de la pédophilie (s’il faut croire M. Sarkozy). On ne saurait nier l’influence des expériences acquises et du contexte social global sur l’aboutissement d’une personne. Je crois que les deux ont une influence.

Comments are closed.