Chapeau, M. Boisclair!

La démission de Boisclair est la meilleure chose qui puisse arriver au Parti Québécois. En faisant enfin face au constat qu’il n’est pas l’homme de la situation et en évitant le drame d’un long déchirement public qui aurait miné la crédibilité du parti, celui-ci démontre à tous ses détracteurs qu’il a avant tout le bonheur de son parti à coeur et non pas seulement le sien.

Que va-t-il se produire maintenant? Il est probable que les appels pour que Duceppe vienne à la rescousse soient nombreux, mais est-ce que Duceppe sera réellement la solution? Il est très apprécié Duceppe, il a le ton juste pour critiquer, pour dénoncer, mais qu’en est-il pour gouverner?

Il faut souhaiter que le PQ tienne une nouvelle course à la direction du parti, et ce le plus tôt possible. Si on pouvait se choisir un nouveau chef à l’automne, celui-ci disposera vraisemblablement de plusieurs mois avant le déclenchement probable d’élections. Mais les militants sauront-ils faire un meilleur choix cette fois-ci?

En effet, il faut rappeler que ce sont ces militants du PQ qui ont choisi Boisclair. Dans un système de votation complètement débile où l’appui se mesurait en cartes vendues et où on votait par téléphone (on se rappelera qu’une plante verte et un chien avaient voté), il ne serait pas impossible de se retrouver encore une fois avec le mauvais chef.

Ce qu’il faudrait, c’est une véritable course à la direction où ce seraient les délégués et les représentants qui choisissent lors d’un premier tour et où les membres auraient à se prononcer sur une lutte finale à trois ou quatre.

Le PQ ne peut se permettre de se tromper encore une fois.

André Boisclair a fait du mieux qu’il a pu et il a essayé de s’adapter à ce qu’on lui demandait; il a tenté d’être à la hauteur. En ce sens, il mérite le respect de tous. Et il a sû se retirer au bon moment.

Maintenant, il devra participer au choix du prochain chef du parti et être l’excellent bras droit que sa personnalité lui permet d’être.

Pour le bien de tous.

Publicités

73 Réponses

  1. EFIN IL A COMPRIS!

  2. Bravo!

    Cet homme remonte dans mon estime.

  3. Sont fous… mais reelement les péquistes sont completement fous LOL ils ont tellement rien compris
    Le probleme au PQ c’est pas le chef c’est l’idéologie au complet du parti qui refuse de se moderniser. La vieille gang au PQ va devoir comprendre qu’on est pas en 1970 sinon le resultat sera encore pire a la prochaine election

    Le bloc en plus ouf… il va etre decapité a la veille d’une election… deja qu’il allait se faire planter ca va etre l’enfer a l’election LOL

    Le PQ ne disparaitra pas a court terme, je n’y crois pas, mais va etre condamner dans l’est de l’ile et à quelques régions pauvres du Quebec qui voient leur poids demographique diminuer de plus en plus ce qui fera que le PQ plus ca va aller plus va s’affaiblir.

    Si le PQ veut reprendre le pouvoir il faudrait qu’il ait chercher un chef comme Joseph Facal, un chef moderne, mais comme ca sera pas le cas ben vous voici condamner à être un tier parti a vie 🙂

  4. Tu sais, remplace PQ par ADQ, et on disait la même chose il y a 5 ans. Il faut pas se cacher de l’importance du chef, mais l’importance du programme l’est aussi. Sauf que même si le programme faisait pas la job selon les gens qui ne l’ont pas consulté, Boisclair n’a pas fait la job. Le programme doit être revu, mais il faut aussi quelqu’un capable de le présenter comme il faut, de convaincre les gens que ce programme est bon!

    François, quand je t’entends, j’ai l’impression qu’on veut d’un perpétuel bipartisme. Qu’il n’y a pas de place au Québec pour 3 partis ou pour une pluralité de groupes. Je sais que c’est pas ce que tu penses non plus, mais moi je crois que la démocratie, c’est pas deux partis qui se passent le pouvoir, comme des coureurs qui se passent un témoin, mais bon…

  5. Le prochain chef devra avoir du charisme et partager la vision social-démocrate du PQ. Et celui-ci devra trouver le moyen de faire cohabiter tout le monde dans l’optique d’une élection référendaire.

    Sinon, je ne vois pas comment cesseront les disputes et les déchirements entre l’aile gauche, l’aile droite et les « purs et durs ».

    Ça va prendre un vrai chef, capable de parler au monde les yeux dans les yeux.

  6. L’impatience des Péquistes est la source de tous ses problèmes.
    À vouloir aller trop vite, on se « pète » le nez.
    Quand l’aile radicale de ce parti comprendra-t-elle qu’il faut les conditions gagnantes ? Et ce n’est pas Gilles Duceppe qui replacera les choses. Je vous prédis qu’il va, lui aussi, se « peter » le nez.
    Par rapport au départ d’André Boisclair, il a définitivement fait le bon choix.
    Maintenant, c’est aux têtes grises du parti de faire leurs preuves. La balle est maintenant dans leur camp. J’ai bien hâte de voir qui sera le sauveur!

  7. Je milite dans le PQ depuis sa fondation.Je crois que nous sommes à la veille d,ateindre le fond du baril.Aurons-nous le courage de remettre la souveraineté dans une perspective actuelle? je n’en suis pas certain.
    Pourquoi? On intellectualise la souveraineté, on reste au niveau des idées…donc coupés de la population. Nous sommes convaincus d’avoir raison et nous nous enfermons dans notre chapelle. Nous n’avons pas renouvellé l’argumentaire et nous ne sommes plus capables de faire vibrer le peuple québécois.
    André Boisclair a essayé de rajeunir un peu le parti mais le club des « mémères » lui a mis le bâtons dans les roues.
    Quant à l’avenir…peut-être qu’un chef charismatique pourra revigorer le parti, sinon le parti méritera la titre de PARTI des babyboomers et il s’éteindra tout tranquillement aux soins palliatifs de la nation.
    Triste fin pour un parti qui détruit de si grands chefs.

  8. Le Parti québécois étant la seule formation politique à n’avoir jamais eu de jeune premier comme chef se devait d’élire André Boisclair au détriment de la candidate plus mûre et plus expérimentée Pauline Marois.
    Mais, qu’à cela ne tienne, maintenant qu’il s’est payé, de surcroît, le premier leader gai du Québec et du Canada, il devra faire amende honorable et faire place à une femme.
    Celle-ci sera-t-elle choisie ou couronnée ?
    Sera-ce Pauline Marois, Lise Payette ou … Ségolène Royal ? (Mdr !)

  9. Si aux dernières élections j’ai voté PQ pour la première fois depuis 1989, c’est grâce à Boisclair, qui me semblait pouvoir faire le pont entre les générations.

  10. J’abonde dans le sens d’un chef plus consensuel (est-ce que le consensus est possible au PQ?) et charismatique, voire même stratégique, si c’est possible de qualifier un chef de cette manière…

    J’explique sommairement mon choix dans mon blogue, pour ceux que ça intéresse, sans vouloir détourner le débat à mon profit mon Louis! Hé hé!

    Voilà le lien :

    http://renartleveille.blogspot.com/2007/05/changer-boisclair-contre-curzi.html

  11. si on enleve le coté hysterique de la dame je pense que la vision que les gens ont de Curzi est bien resumé 🙂 Tout comme du PQ

  12. Bravo François, t’as bien appris tes leçons du parfait fédéraliste opportuniste!

    La dame aurait bien pu avoir en face d’elle Jean Charest (ou encore mieux PKP) qu’elle aurait dit les mêmes choses : elle a eu l’opportunité d’avoir un homme public à sa disposition et elle en a profité pour décharger sa rage.

    En passant, son discours était anti-riche, pas anti-souveraineté, allo!

  13. vois-tu c’est une autre preuve de votre manque de jugement… je fais parti des gens qui aime le Canada, qui trouve que l’on a un beau pays, mais pourrait etre convaincable à un référendum avec un vrai leader et une economie en santé.
    le probleme c’est que le referendum je veux pas en entendre parler ca me tape sur les nerfs autant quand j’entends charest parler de federaliste ou le PQ de separation.
    Le Quebec a changé le débat est gauche-droite comme une société normal et non pas souveraineté-federaliste, ce debat la tape sur les nerfs de la majorité des gens de la province.

    Charest p-t qu’il se serait fait rentré dedans jaurai été aussi content mais dans le cas ici je pense plutot que c’était le fait que des artistes comme Curzi sont plein aux as grace aux subventions payé par l’argent de la classe moyenne et qu’apres ils disent comment penser au reste de la population alors qu’on a un systeme en faillite et une classe moyenne qui surtaxé s’appauvrie.

    P.S je suis ben conscient qu’il a encore des bastions souverainistes dur comme par exemple l’est de l’ile mais le metissage qui amenera la disparition du  »pure-laine » va probablement calmer ce débat la a long terme, tandis qu’en région, sauf le saguenay, le message ne passe plus

  14. Ouf. « Curzi plein aux as grâce aux subventions »…

    Encore les clichés…

  15. Course à la chéfferie? Ça en vaut vraiment la peine? Pour élir qui de toute façon… J’ai l’impression que les militants veulent un chef PARFAIT, ce qui est probablement impossible dans la situation actuelle.

  16. François, si tu t’adresses à moi, je vais te répondre, sinon désolé, je parlerai dans le vide interstellaire : qui le voudra attrapera le message. Alors, ils sauront bien décider qui de nous deux a le plus de jugement… tout le monde à droit à son opinion et le choix des arguments ; pour ce cas précis, je trouvais que celui du vidéo de la dame hystérique est trop sujet à interprétation pour être valable.

    Premièrement, je suis bien content de ne pas m’être trompé sur le fait que tu es fédéraliste : c’est plutôt les adéquistes qui viennent mettre la bisbille ici habituellement (c’est bien parfois la bisbille…).

    Tu as bien le droit d’aimer le Canada et j’ai le droit de vouloir l’aimer aussi, mais comme voisin officiel. En passant, il y a plein de beaux pays sur la planète, c’est un drôle d’argument à mon avis, ça ne te coûtera pas plus cher d’aller le visiter que tu en fasses parti ou non.

    Si je comprends bien, Pierre Curzi ne peut pas être riche (il n’est quand même pas milliardaire…) parce qu’il est un artiste? Parce que la culture est subventionnée en partie? Alors, les hommes d’affaires ne devraient pas pouvoir être riches non plus, car ils sont subventionnés aussi parfois (et il y a même des milliardaires dans le lot)… Ton jugement est fort pratique, même pour un gars comme moi qui penche à gauche, admets-le!

    Être souverainiste et être péquiste est deux choses. J’ai plein d’amis qui ne sont pas « pure-laine » dans le sens où tu l’entends et qui sont souverainistes. Alors pour accepter des sophismes du genre « je suis ben conscient qu’il a encore des bastions souverainistes dur comme par exemple l’est de l’ile mais le metissage qui amenera la disparition du ”pure-laine” va probablement calmer ce débat la a long terme, tandis qu’en région, sauf le saguenay, le message ne passe plus » , ça ne passe pas, et en plus c’est bizarrement formulé, je suis désolé de te le dire. La première raison de mon attachement au Québec est bien le français, je ne pense pas que cela soit ton cas…

  17. Depuis longtemps, j’en suis venu à la conclusion que personne ne pourrait être un assez bon chef pour survivre longtemps à la tête du PQ. Le PQ a vu toute une suite de chefs illustres se succéder, et presque tous ont vu leur tête rouler. Comme Louis disait, ça prendrait un chef charismatique, mais ce genre de chef ne pousse pas dans les arbres. Dans le choix de successeurs, je n’en vois aucun.

  18. Il n’y a qu’un mots qui résume tous: enfin

  19. Réponse a Renard

    « Premièrement, je suis bien content de ne pas m’être trompé sur le fait que tu es fédéraliste : c’est plutôt les adéquistes qui viennent mettre la bisbille ici habituellement (c’est bien parfois la bisbille…). »

    Je suis justement Adéquiste (bien que déçu dernièrement) c’est pour ça j’ai bien mentionné que j’étais convaincable à la souveraineté. Mon point n’est pas là. Mon point est que les gens sont TANNÉS d’en entendre parler c’est tout. C’est ça que vous comprenez pas vous les souverainistes ou fédéralistes, autant quand un ou l’autre veut me convaincre ça me tape sur le nerfs comme la majorité des gens. Dans 10-15 ans il sera peut-être temps de ressortir l’idée, de refaire le débat, mais pour le moment les gens ne veulent pas en entendre parler… tu peux voir ça comme de l’égoïste, de l’individualiste, d’un manque de sacrifice des gens, peu importe la raison les gens veulent avoir une économie qui marche, un état qui fait pu des gaspillage a répétition et avoir plus de liberté économique (exemple baisse d’impôt)

    Pour ce qui est de Curzi, financer la culture parfait j’ai pas de problème, mais une fois qu’un artiste est établie je ne crois pas qu’on devrait continuer a le financer…. s’il a du talent mais doit avoir des subventions pour partir c’est parfait mais une fois qu’il a réussit je vois pas pourquoi on doit continuer a le subventionner, tout comme une entreprise qui fait des profits faramineux, je ne comprends pas le bien fondé des subventions.

    Enfin pour la langue… mais qu’est-ce que tu dis la ? J’ai déjà dit dans mes posts précédents que j’étais fier de voir des neo-quebecois parler un français aussi bon et même mieux (pas trop difficile remarque 😛 ) que le miens. J’ai aussi dit qu’une des grandes réalisations du PQ était certainement la loi 101 en 1977… Mes enfants, je tiens à ce qu’il parle anglais et si je reste avec ma copine actuelle la langue maternelle de leur mère (langue asiatique), mais évidemment ma priorité demeure le français…. Ou est-ce que tu as pu aller chercher que je n’avais pas d’attachement envers le Français ?

    Enfin que tu aimes l’idée ou pas, la souveraineté a fait une certaine percé chez les gens de minorité ethnique je te l’accorde, mais on se le cachera pas… ça reste en majorité une histoire de ‘’pure laine’’ Aussi, tu regarderas les chiffres, la région de Québec et de Chaudiere-Appalache à complètement abandonné le PQ sauf St-Roch (l’équivalement de Mercier à Mtl) et les idées de gauche ne passe plus. Dans les autres régions ont assiste à une chute brutal. Triste pour le PQ et les souverainistes (oui je sais, il peut avoir différence), mais c’est comme ça.

  20. Ça rejoue en ce moment!

  21. @Louis, la nouvelle formule de la course à la chefferie qui tu proposes ressemble pas mal à la course du PLC. Avec cette formule, il on eu le problème de Dion et déjà on revendique sa tête s’il ne gagne pas les prochaines élections.

  22. Il n’avait aucun autre choix que de quitter sans délai avec la seule compensation de pouvoir se dire « et maintenant vous essayez de faire mieux, les québécois n’en veulent pas de référendum ».

    En ce qui concerne son élection via une méthode de votation boiteuse, c’est toujours comme ça: Quand il n’y a pas de candidat de qualité, c’est le système en place qui en désigne un. ON pourrait tirer à la courte paille que ça ferait la même chose.

    Accent Grave

  23. Quand tu dis:
     » mais est-ce que Duceppe sera réellement la solution? Il est très apprécié Duceppe, il a le ton juste pour critiquer, pour dénoncer, mais qu’en est-il pour gouverner? »

    Tu démontres parfaitement le problème fondamental du PQ. Il n’est même pas arrivé que vous allez tous vous mettre à douter et à le descendre!!!

    De toute façon, dois-je le répéter? La souveraineté doit être enterrée avec le marxisme et le communisme.

    Il faut qu’ils ferme ce parti et le reparte sous un autre nom. Pourquoi pas: « Le parti FTQCSN »

  24. La souveraineté ne sera jamais enterrée.

  25. Ben oui, check ben…

  26. flute, avec lui j’avais l’assurance que le PQ resterait dans les oubliettes un bon bout!

    @ Martin, la souveraineté est déjà dans une urne 😉

  27. ET voilà! Le PQ vient de crusifier son Messie.
    C’est Charest qui doit rigoler.
    Tant que le PQ n’aura pas régler son problème de chef, il ne pourra s’opposer aux politiques des libéraux. Vous vous imaginer, aller en élection sans chef. Déjà que le PQ n’a plus d’argent. En appuyant les libéraux, le PQ va se mettre encore plus de partisants à dos. Ça ressemble tellement à la débandade de l’UN.
    C’est maintenant qu’on va pouvoir savoir si Duceppe a menti en disant qu’il ne cherchait pas la place de Boisclair. S’il devient le nouveau chef du PQ, c’en est un autre qui va partir en élection avec un handicap, celui de menteur.
    Il me semble que si le PQ abandonnait la souveraineté pour devenir le parti de la gauche, se serait plus intéressant pour la province. On pourrait voter pour des idées et non pour un rêve.

  28. Je vais vous donner l’opinion d’un souverainiste qui n’est pas péquiste .

    Le choix en Boisclair que la base du parti avait fait, était un bon choix. C’est plutôt le parti lui-même qui s’est sabordé en oubliant la promotion de l’identité québécoise très tendance depuis quelques temps avec le multiculturalisme fédéral à outrance, accompagné des accomodements raisonnables qui ont piqués au vif l’identité québécoise et le grand mutisme sur la souveraineté du Québec .

    Le 50% de l’électorat adéquiste de la dernière élection,sont des souverainistes qui ont trouvé dans ce parti politique une option pour la défense de leur identité québécoise .

  29. @Folliculaire: C’est un risque, c’est sûr. Mais que peut-il arriver de pire que l’élection d’un chef qui rendait les gens aussi indifférents que Boisclair?

    Et n’oublions pas… On jugera de Dion après les élections fédérales. Ici on trouve qu’il a l’aitr d’un clown, mais va savoir au Canada-anglais…
    😉

  30. Dans le monde de la politique, les meilleures, comme les pires, événements peuvent survenir. Ce qui vient d’arriver au chef du P.Q. André Boisclair est assez grave, merci. Mais il peut sûremente se consoler en se comparant au violent idiot de la Maison-Sale, George W. Bush.
    Effectivement, les affaires de ce tyran texan vont de mal en pis. S’il continue de se dandiner comme un paon en érection et à gaffer devant une maman-monarque qui remplaça momentanément Barbara sa mère, c’est parce que ses adversaires démocrates ont une peur bleue d’exiger sa démission par purs opportunisme et calcul politiques. Or, les vrais leaders dans une réelle démocratie, les électeurs, eux, en ont assez de ce bâtard de bouffon et environ 40 p. cent d’entre eux veulent sa destitution, appelée “impeachment” par les Amerloques, soit sa mise à exécution euh en accusation … (Mdr !)
    hyperlien

  31. tu es ben raciste Yvon… Amerloque… apres si yen a un qui dit fucking french tu dois etre un des premiers a jouer la vierge offensé

    Je crois pas qu’un pays comme nous peut juger des americains, apres tout on a eu chretien pendant 13 ans tout comme au Quebec ont a Henry Massé qui lui ne fut meme pas élu.

    Enfin, ctai quoi le but de blaster les américains sans aucun lien avec le sujet ou un commentaire du forum… ton anti-americanisme essait dont de le controler…. ca me dégoute !

    sur ce je retourne a mes études… si je coule mon exam de l’ordre je mettrais ca sur la faute des mechants américains ca l’air qui sont responsable de tous les tords dans ce monde

  32. Si certains prétendent que l’homosexualité de Boisclair a causé sa déchéance (www.lifesite.ca), les gais québécois nient, bien sûr, qu’il en soit ainsi.

    Un éditorialiste de « La Presse » Alain Dubuc propose une explication oh combien plus juste de la cuisante défaite du jeune premier, élu au dépens d’une Pauline Marois.

    « Ce sont les défenseurs des deux pôles dogmatiques du mouvement souverainiste qui se sont précipités comme des chacals sur leur chef affaibli, ceux qui ne veulent pas que l’on touche à l’option,[l’indépendance NDLR] et ceux qui veulent garder intacte la conception classique de la social-démocratie [que les socialistes français rejettent NDLR].

    Les mêmes mécanismes de déni se manifestent dans le rêve qu’un sauveur, vraisemblablement le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, permette au PQ de faire l’économie de la grande réflexion que ce parti a trop longtemps repoussée [comme le PS français].

  33. Tu es bien ignare, François, ne sachant absolument pas écrire dans ta propre langue.
    Tu commets des fautes à la pelle en sorte que je n’ai même pas le goût de te répondre.
    Si tu épouses l’idéologie de George W. Bush, je ne peux que te conspuer et te suggérer de déguerpir d’ici au plus sacrant et aller te faire tuer en Irak ! Cela mettra fin au dégoût que je t’inspire ! (Mdr !)

  34. ca prouve que tu ne sais pas quoi me répondre 🙂
    lache ton anti-américanisme tu vas être plus heureux apres 🙂 j’ai pas dis d’être d’accord avec tout… juste pas être raciste 🙂

  35. C’est quoi le racisme, pour toi, François ? Peux-tu nous raconter ton vécu en ce domaine ?
    C’est quoi l’anti-américanisme ? Être contre George W. Bush et ses vues et politiques ?

  36. François, pourquoi, en partant, n’es-tu pas capable d’écrire qu’une partie de la population est tannée d’entendre parler de la souveraineté au lieu d’écrire : « Mon point est que les gens sont TANNÉS d’en entendre parler c’est tout ». Ça s’appelle généraliser, bien que tu finisses ton point en disant « comme la majorité des gens », ce qui amoindrit un peu ta généralisation.

    C’est les gens qui me font rire, car ceux qui disent « on veut pas de référendum », devraient plutôt dire « on ne veut pas de la souveraineté ». Mais il faudrait ajouter des arguments à ça et c’est peut-être trop compliqué. Un référendum est un exercice démocratique, pas un groupe rock qui n’est plus à la mode. Et c’est beaucoup mieux de se ranger du côté de l’autonomisme, et de prôner pleins de changements dans la constitution canadienne au profit du Québec quand il est prouvé que ça ne sera pas un cadeau de tenter de le faire. Et le plus drôle, c’est que j’ai écrit un texte ici (le plus informatif que j’ai pu écrire depuis que je collabore à UHEC : http://uhec.net/?p=200 ) sur la situation législative qui bloquerait tout projet de changement de la constitution et il n’y a pas grand adéquistes qui s’en sont intéressés. J’attendais justement beaucoup de voir quels arguments ils pourraient me sortir, et non, même pas une insulte facile comme on le voit si souvent… Sûrement que mon texte est sosso… ça doit être ça!

    Alors, j’ai bien hâte de voir Dumont Premier se faire fermer la porte au nez par les Canadians avec ses idées de grandeur constitutionnelle s’il prend le pouvoir aux prochaines élections. Et, pour ce qui est du PQ (il ne faut pas oublier qu’ils ont eu presque un tiers des votes), si ce parti continue sa descente avec un autre chef « clean » et « straight » (pour plaire au plus grand nombre…), eh bien, je te donnerai raison et, qui sait, je m’achèterai peut-être des boxers avec l’unifolié dessus alors… (Ça me surprendrait beaucoup, je ne m’en achèterais même pas avec des fleurs de lys dessus…)

    Aussi, il vous faudrait arrêter de nous voir comme des gauchistes finis, surtout quand ça concerne l’économie (pour ce qui est de l’écologie et du social, ils devraient s’abreuver à une économie forte, mais réaliste). Je vais parler pour moi, mais je ne pense pas que les entreprises ne doivent pas faire des profits, je demande simplement aux entreprises (surtout les plus riches) de « donner au suivant », en fait, d’avoir un peu de morale. Juste ça réglerait la majorité des problèmes. Mais bon, à l’instar des automobilistes dangereux, il faudra parler au portefeuille par des lois (et par des photo-radars) plutôt que par des paroles et des messages (comme les annonces de la SAAQ…).

    Concernant le français, je te piquais juste un peu sur la qualité de ton français écrit, je sais que ce n’est pas très fin… Mais tu as semblé le comprendre inconsciemment, car dans ta dernière réponse tu t’es dépassé, tant dans la syntaxe que dans l’orthographe. Et je viens de lire ton texte à Yvon, et celui-là, ça parait qu’il a été écrit assez rapidement… Bon, je suis peut-être un peu snob là-dessus, mais je crois que c’est important, étant donné qu’on échange des idées. C’est un effort de bien écrire, et je ne trouve pas ça facile : je me relis, je change des tournures de phrases, je passe pratiquement toujours mes textes dans Antidote.

    P.S. En passant, quand vous parlez d’Américains, toi et Yvon, je me sens insulté, car je suis un américain autant que les habitants des États-Unis, et des pays du centre et du sud de l’Amérique.

    😉

  37. Chut Yvon, il commence à y avoir une discussion sensée avec un adéquiste ici! (Si le chapeau vous fait, mettez-le, et chialez encore!)

    Hé hé!

    Sans niaiser, c’est bien mieux le dialogue que le ton insultant, non? En tout cas, faut se forcer!

  38. Donc, si j’ai bien compris, l’adéquisme est une sorte de succursale du bushisme et que les membres de l’ADQ sont des adeptes de ceux du GOP (Grossiers Obèses Pédophiles) ? On attend vos scandales à caractère sexuel de pied ferme !

  39. Go Yvon!

    Si tu veux servir de chair à canon, vas-y!

    Moi, j’ai assez donné…

  40. La démission de Boisclair n’était qu’une question de temps. Question de se sauver d’un putsch, Boisclair a quitté.

    Cela dit, le leadership n’est pas le seul problème du PQ. Présentement, le PQ comporte en son sein des représentants de tout le spectre politique, autant à gauche qu’à droite.

    Je crois fondamentalement que l’une des erreurs du PQ a été d’accepter la formation du groupe SPQ-Libre en son sein. Ces représentants d’extrême-gauche sont reconnus pour être maîtres dans le grenouillage de couloir et dans le plantage de couteaux dans le dois. Ils n’ont malheureusement pas le courage de fonder leur propre parti et d’essayer de vendre leur salade; ils se sont servis du PQ avec le résultat que l’on a maintenant.

    S’ils tiennent tant à leur programme d’extrême-gauche, qu’ils aillent rejoindre Québec Solidaire; ce n’est pas un chef de plus ou de moins qui semble déranger QS.

  41. « Si je comprends bien, Pierre Curzi ne peut pas être riche (il n’est quand même pas milliardaire…) parce qu’il est un artiste? Parce que la culture est subventionnée en partie? Alors, les hommes d’affaires ne devraient pas pouvoir être riches non plus, car ils sont subventionnés aussi parfois »

    La différence, c’est que la culture est toujours subventionnée, alord que les homme d’affaire, ce n’est qu’à l’occasion.

    Une émission télé est subventionnée à 66%: est-ce normal? Non mon ami, pas du tout.

    « François, pourquoi, en partant, n’es-tu pas capable d’écrire qu’une partie de la population est tannée d’entendre parler de la souveraineté au lieu d’écrire : “Mon point est que les gens sont TANNÉS d’en entendre parler c’est tout”. Ça s’appelle généraliser, bien que tu finisses ton point en disant “comme la majorité des gens”, ce qui amoindrit un peu ta généralisation. »

    Bisarre que tu accroches là-dessus alors que c’est toujours ce que fait Louis, généraliser. Et tu passes ton temps à le « congratuler »…

    « J’attendais justement beaucoup de voir quels arguments ils pourraient me sortir, et non, même pas une insulte facile comme on le voit si souvent… Sûrement que mon texte est sosso… ça doit être ça! »

    C’est en plein ça mon coyote!

    Je ne sais plus quoi penser du PQ.

    Je suis persuadé que Boisclair était de centre-droit, les membres du PQ devaient le savoir et ils ont voté pour lui quand même.

    Et quand il a voulu amener le parti le centre-droit, PAF! On aiguisait déja les couteaux! Pourquoi l’avoir élu?

    Je n’aimais pas l’individu mais j’espérais qu’il change le programme du parti et qu’il envoie les partisans de la go-gauche vers le Parti Suicidaire.

    Et bien non. Il a lâché le parti en loser, sans avoir réussi à faire comprendre que c’est le programme qui fait que le PQ est maintenant troisième, pas le chef.

    Continuez à vous vautrer dans le gauchisme irresponsable et le PQ deviendra moribond. Modernisez le programme et vous ramenerez les 18-40 ans vers vous.

  42. Shit, excusez mes fautes d’orthographe.

  43. Je n’ai pas ma carte du PQ.

    Je ne suis pas gauchiste.

    J’attends avec une telle impatience tes arguments en béton au sujet de mon texte « Les douze travaux des Québécois » que j’en suis aussi dur. Quelle excitation!

    Prouve le qualificatif de ton pseudonyme, j’aimerais bien ça!

    Même si mon texte est sosso, tu devrais être capable de le lire!

    Argumente pour une fois! Let’s go!

    Des idées une à la suite de l’autre!

  44. Même si aux yeux de certains, ce journal est trop à droite pour être considéré, je vous invite quand même à lire l’analyse d’Alain Dubuc, éditorialiste à La Presse. Il décrit de façon intelligente les problèmes fondamentaux de ce parti et l’épisode Boisclair.

    http://www.cyberpresse.ca/article/20070508/CPOPINIONS/70508163/-1/CPOPINIONS

  45. DJ Lordee,

    La Presse est oui bien à droite et fédéraliste, mais je lis quand même régulièrement cyberpresse, je suis capable de m’ouvrir aux autres opinions, j’essaye de ne pas rester dans ma tour d’ivoire comme certains…

    Concernant ton autre commentaire, je ne crois pas que QS soit si à gauche que ça. Moi je prends un peu de tout partout et certaines de leurs idées me plaisent, comme certaines autres de l’ADQ me plaisent aussi. Je ne crois surtout pas en un extrémisme global, peut-être parfois quelques solutions extrémistes quand il le faut, tout dépendant du problème à régler. Mais je ne rentrerai pas ici dans le sujet.

    Eh oui, même si je suis souverainiste, je suis capable d’avouer que le parti Québécois à des problèmes majeurs, que Québec Solidaire en a aussi, est-ce que les adéquistes sont capables d’en faire autant, étant donné qu’il se trouve que certaines personnes comme nous trouvent des failles énormes à leurs idées?

    La récente victoire morale les rend comme des taureaux en rut, les testicules bien gonflés. J’espère qu’ils se calmeront un jour pour qu’on puisse discuter…

  46. On n’a jamais assez donné, l’éveillé. Surtout quand on est bozéjeune. Allons-y donc ensemble, la main dans la main, ne serait-ce que pour pourfendre les frileux homophobes de la droite républicaine et … adéquiste ?

  47. @Renart,

    L’ADQ ne doit pas se réjouir tant que ça de ce qui se passe présentement au PQ. Étant donné que la session vient de débuter et que tous les yeux sont tournés vers eux, ils devront contrôler leur « rut » et éviter de s’opposer pour le principe de s’opposer. Je crois que même s’il y avait une certaine animosité entre Dumont et Boisclair, les intérêts du Québec auraient primé. Maintenant que le PQ semble en déroute pour un bout de temps, l’ADQ devra nécessairement revoir sa stratégie. Le gagnant dans tout ça est certes Charest qui en profitera certes pour essayer de reconquérir l’électorat adéquiste. C’est déjà le cas avec le renoncement au Mont-Orford qui va coûter entre 5 et 15 millions en rupture de contrat (on devrait demander au Parti Libéral de payer ce montant et non pas aux citoyens).

    On verra donc plus vite que prévu si l’ADQ a la maturité requise pour jouer un rôle plus important dans la politique québecoise.

  48. Bah… Yvon, je viens d’ouvrir un peu ma garde dans mon commentaire #44, mais je ne recevrai qu’un mitraillement de conneries pour sûr…

    Je jure sur mon honneur que je tomberai (virtuellement, on s’entend) si je reçois des arguments non empreints de condescendance!

    Avis au tireur!

  49. DJ Lordee,

    cette phrase « (on devrait demander au Parti Libéral de payer ce montant et non pas aux citoyens)» est assez représentative du problème politique au Québec. Et c’est bien pour ça que tout le monde soit en furie et essaye de trouver des coupables. On s’obstine à savoir, c’est à qui la faute. Le problème c’est qu’il y a des coupables partout…

  50. Cher Éveilleur : on risque toujours gros quand on s’ouvre et qu’on est vulnérable par surcroît.
    N’est-ce pas ce qui a manqué à Boisclair, désormais, Boismort ? Il n’a jamais su assumer, encore moins montrer, sa fragilité. Il est donc passé pour un « stiff », un être froid, sans chaleur ni sentiments.
    Si tel est le triste sort d’un homme gai, celui des hommes « straigts » doit bien être un vrai calvaire !

  51. Yvon,

    De toute façon avec ce gars-là, c’était une image, je n’ai pas besoin de m’ouvrir ou de me refermer, je suis une de ses cibles favorites!

    Et ça me touche…

  52. @Renart,

    Je ne comprends pas vraiment le sens de ta réponse #50 mais bon…

    Dans le cas précis du Mont-Orford, on ne cherche pas les coupables; on les connaissait depuis le début de cette épopée. Des contributeurs du Parti Libéral; des copains de Charest. Jamais au grand jamais la population n’a demandé la vente du Mont-Orford. C’était un geste purement partisan, sans aucun fondement politique ni fondement démocratique.

    Si tu considères cela comme un problème politique au Québec, alors je ne comprends plus rien. À cette enseigne, que l’on privatise l’Assemblée Nationale… (sarcasme)

  53. Je n’arrive pas à suivre le fil de discussion 😆 seulement je suis d’accord avec #41.

    Rappelez-vous que Bernard Landry a ouvert la porte aux clubs politiques pour consolider ses appuis. Et la saison des idées, tenter de plaire à la fois aux radicaux et aux modérés avec un programme comportant un superbe projet de pays mais aussi la nécessité de faire un référendum le plus vite possible.

    Deux belles patates chaudes laissées par Landry ! Il a bien fait de se sauver en courant du PQ. J’aurais envie de publier 500 émoticônes qui rigolent mais je m’abstiendrai…

    Renart, tu t’adresses à qui dans ton dernier message ? As-tu besoin d’une modératrice ?

  54. C’est moi ou les émoticônes planent dans les airs !?

  55. Les armes aussi touchent et, justement, les médias parlent des armes que Boisclair auraient rendues !
    On croit rêver, mais la vie politique, surtout depuis Bush fils, est devenue très belliqueuse et … armée jusqu’aux dents !

    Boisclair rend les armes

    Tommy Chouinard La Presse

    Ébranlé par la contestation de son leadership qui gagnait chaque jour en intensité, André Boisclair a rendu les armes mardi. Il a quitté la tête du Parti québécois après un règne tumultueux de 18 mois.

  56. Dj Lordee, désolé, je m’explique plus clairement.

    Je faisais allusion à toutes les mauvaises décisions (comme celle du Mont Orford) qui ont coûté et coûteront cher aux contribuables. Si on accumulait les montants de toutes ces gaffes, je crois qu’on ne parlerait pas des mêmes choses ici!

    Au lieu de couper dans les services à la population, il faudrait couper dans le pouvoir de dépenser des politiciens pour avoir une saine gestion des deniers publics… C’est absurde ce que je dis (parce que nous votons pour qu’ils fassent ce travail), mais c’est une bonne image pour dire que le pouvoir (de dépenser) aurait intérêt à être freiné parfois. Il reste à trouver comment.

  57. Hey Yvon! Je viens d’aller faire un petit tour sur tes blogues… étourdissant!

  58. « Argumente pour une fois! Let’s go! »

    Relis mon texte Coyote! Pas besoin de se perdre dans le verbiage pour argumenter!

    Beep beep!

  59. Je crois qu’il n’avait pas le choix. Il aurait pu faire avancer le PQ, mais sans l’appuie de la population et d’une partie du PQ, il avait les main liées.

    Le PQ vas devoir débattre lors de la prochaine course, ce qui risque de le faire évoluer. Ma seule peur est le manque de temps. Si le PQ prolonge la vie de gouvernement afin de ce trouver un nouveau chef, l’ensemble des citoyens vont finir par leur remettre sur le dos à la prochaine élection et la cause n’aura avancé.

  60. Beep beep! Ha! ha! ha!

  61. « Étourdissant », dis-tu ? J’ajouterais abasourdissant, ahurissant, hallucinant, tordant, débilitant et mets-en encore une couche ou deux.
    Avertissement : mon blogue ne convient ni aux âmes sensibles, aux non-avertis, aux frileux, aux punaises de sacristie, ni aux coincés de la fesse gauche.
    www2.blogger.com/home

  62. Yvon, qu’est-ce que tu veux dire par les « coincés de la fesse gauche »?

    Première fois je vois cette expression!

  63. C’est une pure invention que j’aurais mieux rendue par « coincés des fesses, du postérieur, du ou par derrière » ou un truc du genre. Autrement dit, ceux et celles qui ont les deux fesses serrées et qui sont tellement constipés qu’il faut leur administrer purges et lavements à heures régulières. Mdr !

    www2.blogger.com/home

  64. Mon choix se porte sur Henri Massé,dans cette guerre que va se livrer les militants du Parti Québécois, toutes les raison qui militent en sa faveur sur mon blog à http://jesopinions.blogspot.com

  65. Ah! la question concernait le choix de « la fesse gauche », pourquoi pas la « droite »?

    Trève de plaisanterie, t’as vu sur le dernier texte que notre ami Jacques se dévoile?

  66. @ Yvon Thivierge: « Rendre les armes » est tout simplement une métaphore qui veut dire démissionner, s’avouer vaincu. Il vient de la vieille tradition qui veut qu’un chef vaincu dans un conflit dépose son épée aux pieds du vainqueur. Je ne crois pas que Tommy Chouinard aie eu d’arriêre pensée dans son choix d’expression.

    Personnellement, je préfêre le commentaire de Vincent Marissal qui disait qu’André Boisclair s’est servi du couteau qu’il avait entre les dents en début de campagne pour se faire hara-kiri 😀

  67. @Philippe David Je veux bien et je ne blâmais point le journaliste. Je contemplais l’obscure origine et la dure histoire de la politique qui a emprunté des termes au domaine de la guerre.

  68. @Renart. Jacques se révèle, dis-tu ? Par devant ou par derrière ? Mdr !
    Ceux qui s’empressent de préciser « mais je ne suis pas riche, moi » me font penser à ceux qui ajoutent « mais je ne suis pas raciste » ou qui disent « manger au Le Fouquet’s, c’est pas cher » !

  69. Moi, de mon côté, je verrais bien un gars comme Stéphane Bergeron, député de Verchères et actuel porte-parole du PQ en environement prendre la place.

  70. Boisclair : fossoyeur de l’indépendance

    Nestor Turcotte
    Matane

    Du théâtre de guignol. Du burlesque raffiné. Du loufoque calibré. Dernière scène d’un psychodrame trop longtemps affiché. La pièce joue ses dernières lignes devant un public parsemé. Les spectateurs, fatigués, désabusés, ont quitté la salle froide où l’enthousiasme a fait place à la morosité.

    Jadis, les premiers sièges étaient occupés par une jeunesse pâmée. Surexcitée, elle piaffait d’impatience de bâtir le pays qu’elle continuait à chanter. Aujourd’hui, elle pitonne sur l’ordinateur, communique avec le monde extérieur oubliant que le sien est en train de s’effondrer.

    Jadis, les militants chevronnés causaient entre eux. S’encourageaient, s’embrassaient, s’épaulaient. Aujourd’hui, ils ont quitté la grande salle enfumée. Ils sont allés vivre en silence leur désespoir, leur enthousiasme écrasé. Ils ont quitté les quartiers où ils étaient tant mobilisés. Ils ont senti la trahison orchestrée. Ils ont vu ce que les leurs étaient capables de faire dans des attitudes bien camouflées. Capables de leur faire faire, en faisant semblant de croire à ce qu’ils les invitaient à croire, les bras croisés. Les militants, les plus vieux surtout, ont le cœur brisé, l’espérance amochée, les horizons bouchés.

    Aujourd’hui, ils voient la chicane et le principe de la terre brûlée. Ils voient la magouille, la folie du pouvoir dans les esprits s’installer. Ils en ont marre de voir tout ce travail fait pour reprendre les vieilles guerres oubliées. C’est ce qui arrive quand on n’est pas capable de définir, de bien camper l’objectif qui doit être sans cesse bien gardé.

    Sur la scène où les lumières se sont éteintes presque en simultanée, un profond silence s’est installé. Dans les coulisses, quelques-uns sont encore là à jaser. A se demander ce qu’il y a bien pu arriver. Quand un peuple ne reste pas sans cesse éveillé, il arrive qu’il se fasse bien fourrer parce ceux-là mêmes qui devaient le libérer.

    Depuis la mise en scène du bon gouvernement en 1976, savamment présenté par des clowns longtemps préparés, je me tue à dire que le pays dont on nous a fait rêver n’était pas rivé aux tripes de ceux qui essayaient de nous en parler. Plus de trente ans à faire semblant, en pensant qu’avec le temps, on finirait par oublier.

    Je les ai vus faire à longueur de journée. Tous ceux qui ne voulaient que le pouvoir afin, disaient-ils, afin de mieux réaliser le pays que nos ancêtres n’avaient pu faire lever. Je les ai vus, manigancer les stratégies, faire des discours vides et édulcorés, oubliant de parler de l’unique réalité qui aurait dû les alimenter. Je les ai vus imaginer le pays à faire… sans en parler et faire rêver le peuple en oubliant, volontairement, de leur dire quel prix il fallait payer.

    Ils ont eu le pouvoir. Ils l’ont eu quatre fois plutôt qu’une, et ils s’en sont servis pour s’amuser. Engraisser leur pension. Les multiplier pour ceux qui, habilement, ont réussi à faire croire qu’il fallait aller dans l’autre pays pour batailler.

    Aujourd’hui, ils se chicanent entre eux sur les écrans de télé. Pour rien d’autre que le pouvoir qui leur a échappé. Prolonger des années afin d’empiler un peu plus d’argent et des pensions davantage gonflées. Boisclair est en train d’enterrer les années de lutte de ses devanciers. Il ne sera que le fossoyeur du parti qu’il a détourné. Merci, jeune diplômé de Harvard, d’avoir obtenu une maîtrise qui vous a permis de si bien travailler.

  71. Très beau texte Nestor, tu m’as fait revivre de vieilles heures.

  72. Je crois qu’il faut un chef de transition au PQ, comme l’est Stéphane Dion pour le PLC et Benoit XVI au Vatican.

    Pourquoi? Les libéraux fédéraux tout comme le PQ ne formeront pas le prochain gouvernement. Ça donnerait quoi à Pierre Curzi d’aller se casser la gueule.

    Avoir la chefferie du PQ dans mon agenda, je me donnerais rendez-vous pas pour cette course-ci mais la suivante. Sinon, ce serait un suicide politique.

    Mais une chose est sûre: je m’arrangerais pour que les purs et durs aillent se faire voir à Québec Solidaire. Ainsi, plus de chicane et un programme de centre-droit deviendrait possible.

    Seulement là, la génération X pourra retourner au bercail et redevenir souverainiste.

    En attendant…

Comments are closed.