Censure à claques

Québec Pluriel, un obscur groupuscule devant soi-disant favoriser l’intégration des communautés culturelles, dénonce le dernier vidéo des Têtes à claques, le Cannibale. Ce qu’on reproche? D’avoir vu deux blancs dans une marmite entretenue par un noir qui à l’évidence serait un cannibale. Québec Pluriel demande donc des excuses au nom de la communauté noire pour ce clip « insultant, diffamatoire, irrespectueux et raciste ». L’organisme envisage aussi d’aller en cour.

Sérieusement, qu’a-t-on le droit de dire ou de ne pas dire? Il serait peut-être temps d’en faire une liste descriptive et inclusive, avec des exemples concrets. Par exemple, indiquer hors de tout doute qu’il est interdit de montrer un individu noir cannibale dans la jungle, car ceci est une insulte à tous les Noirs, qu’on traite de cannibales. Ou encore: interdiction de faire des vidéos sur la crucifixion de Jésus, car on y dépeint négativement les Juifs. Ou encore: on ne doit pas montrer de films avec des femmes prostituées, car on insulte toutes les femmes.

Ça va faire!

On peut détester autant qu’on le veut un pays comme les États-Unis. Autant sa population est souvent ignorante, autant son système politique pourri et créateur d’inégalités. Cependant, ils ont un droit fondamental qui est celui de la liberté d’expression. N’importe quel zozo peut dire des conneries et tant qu’il ne menace personne on le laisse parler. C’est un formidable exutoire.

Ici, par contre, les tensions ne s’expriment pas; elles sont refoulées. On hésite avant de dire quelque chose qui pourrait paraître extrémiste. On a peur de ses opinions. Et avec les dénonciations inutiles de groupes comme Québec Pluriel, il deviendra de plus en plus difficile de s’exprimer, de peur de se faire poursuivre ou traîner dans la boue.

Très peu de gens appuient le racisme. On n’aime pas ça; ça ne fait pas partie de nos valeurs. Mais en dénonçant tout et rien sans raison, des organismes comme Québec Pluriel contribuent au refoulement collectif de ce qui autrement aurait pu être sainement exprimé. Et c’est connu: plus on refoule de telles idées, plus fort est le risque de finir par connaître une explosion.

En effet, le débat sur les accomodements raisonnables a démontré qu’une problématique longtemps cachée dans l’ombre peut soudainement exploser et vite dégénérer, car soudainement beaucoup ont eu l’impression d’être libérés d’un poids. Ils peuvent soudainement s’exprimer, donner leur opinion! Certains extrémistes obtiennent même une crédibilité qu’ils n’avaient pas.

Dans le cas présent, la vidéo est inoffensive. Absolument coquine, et sans méchanceté. Et même s’il en avait été autrement, qui peut se permettre de jouer les moralisateurs et décider de ce qui est acceptable ou non? À la limite, si les Têtes à Claques faisaient des vidéos racistes, les gens cesseraient de les visionner, tout comme la majorité de la population ne visite pas les sites néo-nazis ou autres ordures.

Québec Pluriel a raté une belle occasion de se taire et vient de se discréditer durablement. Non seulement l’organisme a manqué à sa mission en jouant ainsi les petits Inquisiteurs de salon, mais elle a contribué également par son zèle à envenimer la situation et à permettre aux vrais racistes d’obtenir une tribune qu’ils n’auraient pas eu.

À trop crier au loup…

Il serait peut-être temps de reconsidérer la charte et de voir de quelle façon on peut réellement protéger la liberté d’expression. Car s’il est utile de défendre les droits des minorités, cela ne doit pas se faire au détriment de la liberté de s’exprimer.

Dire ce qu’on pense, que ce soit politiquement correct ou pas.

Sans censure.

Publicités

13 Réponses

  1. Très vrai! C’est d’un ridicule! Les Têtes à claques passent leur temps à rire du québécois moyen et c’est beaucoup pour ça qu’ils ont tant de succès!

    Une autre chose, Louis, le sketch en question est assez vieux (en tout cas, pas le dernier, j’ai du le voir voilà un mois ou deux)… alors je trouve encore plus drôle que Québec Pluriel revienne là-dessus après tant de temps, la preuve que ça ne devait pas être si raciste que ça.

  2. Je crois que si l’utilisation irrespectueuse du nom d’un de ses héros est jugée offensante par la communauté noire, elle fait bien de le faire savoir sinon nous ne le saurons jamais. Si dans n’importe quelle émission canadienne on mettait en scène un terroriste-séparatiste-du-Québec qu’on appellerait René Lévesque, il y en aurait une gang d’offusqués, y compris moi.

    Malheureusement, l’hystérie collective qui a actuellement cours quant aux accommodements raisonnables fait immédiatement dériver le débat sur notre propension à se laisser manger la laine sur le dos. On se regarde encore le nombril plutôt que de saisir cette opportunité de mieux connaître l’Autre.

    C’est faux de prétendre que si les Têtes à claques diffusaient des capsules racistes, les Québécois cesseraient de les écouter. C’est le propre du racisme d’être fondé sur l’ignorance. La plupart des racistes se défendent de l’être et souvent ils ignorent même qu’ils le sont! Je suis d’avis que tout le monde est raciste à un certain degré, y compris moi. Dès qu’on généralise sur d’autres cultures on risque le racisme, c’est aussi simple que ça. Et la nature de l’humour est plus souvent qu’autrement de se moquer des autres. Le rire a une fonction sociale qui, selon certaines théories, sert surtout à souder un groupe ensemble. L’humour le plus politiquement correct est donc, et oui, de rire de soi.

    Petite question en passant: avant de faire votre recherche Google, vous connaissiez Kunta Kinté?

  3. Pas de tensions aux États-Unis? Au contraire!

    La récente controverse sur Don Imus est un bon exemple.

  4. « Une autre chose, Louis, le sketch en question est assez vieux (en tout cas, pas le dernier, j’ai du le voir voilà un mois ou deux)… alors je trouve encore plus drôle que Québec Pluriel revienne là-dessus après tant de temps, la preuve que ça ne devait pas être si raciste que ça »

    Renart, ça été long parce que ça été difficile pour Québec Pluriel de trouver des mots pour défendre sur la place publique une chose aussi ridicule !

    Il se cherchait une cause noble pour justifier leurs subventions mais n’en a pas trouvé. Il a alors décidé de s’attaquer à quelque chose de connu de tous pour mettre leur nom sur la mappe!

    Québec Pluriel: quel gâchis ma foi!

    PS: Shit Louis et Renart, nous sommes d’accord sur quelque chose ! On fête ok? Le Piedmontais ferait l’affaire? Ah non. Je n’aime mieux pas y croiser Guy Cloutier!

    Hihi!

  5. encore dans le mille le bum…

  6. Pourquoi toujours présumer que les organismes du genre cherchent bêtement la publicité et ne vivent que par et pour les subventions? Ça ne se peut pas sur Terre du monde de bonne foi?

  7. Oui Martin ça s’peut mais Québec Pluriel ne semble pas en faire partie.

  8. Ah oui Martin, pour répondre à ta question, j’avais déja entendu le nom Kunta Kinté mais à savoir si c’était une expression, un peuple ou une personne, ne savait pas.

  9. On a ouvert les portes dans les années ’80 avec les turbans et l’uniforme de la GRC. Puis les acomondements raisonables et déraisonables. On récolte les fruits du laxistme d’un peuple qui pour avoir l’air ouvert et corect accepte tout. Alors aujourd’hui certain en profite.

    Pour répondre à ta question Martin Kunta Kinté c’est le personnage princiopale de la série historique Racine qui nous raconte l’histoire de l’esclavage des noirs aux USA. Kunta Kinté c’est le personage principale qui grace à sa rapidété arrivait a se sauver des ses gardiens. On va lui couper un pied pour l’empêcher de courir.

  10. Et bien, Kunta Kinté est un personnage historique, pas seulement un personnage de fiction. Moi non plus je ne le savais pas. Et Québec Pluriel ne sait pas que nous ne savons pas.

    Et si la communauté noire le considère comme une figure héroïque tel un Martin Luther King, alors elle a raison de s’offusquer. La mise-en-demeure n’est pas la meilleure méthode pédagogique, j’en conviens, mais faudrait arrêter de réagir au quart de tour à chaque fois qu’une minorité visible ose critiquer. Si le sketch n’était pas spécialement choquant de racisme, les réactions à cette affaire l’étaient plus souvent qu’autrement.

  11. Je n’avais pas vu le clip, je viens tout juste de le voir. Ma question est:compte tenue de ce que le nom de Kunta Kinté représente pour la population noir était-ce nécessaire de l’utiliser? N’y aurait t’il pas un autre nom plus drôle? Je ne crois pas qu’on trouverait drôle que pour un sketch les anglais de l’ouest utilisent par exemple le nom de Louis Riel pour faire une joke qui mettrais le peuple francophone dans une situation ridicule. Je ne sais pas je lance la question…

  12. Personnellement, je ne suis pas un grand fan des Têtes à Claques. Ça ne me fait pas tellement rire, alors je ne les défends pas avec une grande conviction. Mais quand même…

    Ce que j’ai vu dans ce vidéo, ce sont deux individus ignorants que leur racisme discrédite. Car faire la simpliste équation suivante : Noir = Kunta Kinté, c’est faire preuve de racisme par ignorance (Tous les noirs se valent, sont pareils, etc.). Au fond, si le Noir est franchement stéréotypé dans le clip, les deux Québécois le sont tout autant et ce sont eux qui sont véritablement ridiculisés: la femme est en train de bouillir et pense à sa sacoche perdue, etc. Sans remettre un prix de la tolérance au créateur du vidéo, je serais prêt à dire que ce vidéo est une démonstration de l’ignorance crasse de certains individus, ignorance qui mène au racisme.

  13. Non mais ça va faire là, pour reprendre l’expression du chanteur amtateur/policier à la voix de cul. Ces petits rigolos de descendants de cultivateurs agenouillés, frustrés du fait que leurs ancêtres ont étés des faibles, que la France a préféré la Guadeloupe à la Nouvelle-France, que pendant 200 ans ils ont étés les derniers esclaves blancs de la planète, il faudrait qu’on accepte qu’ils profanent nos aïeux, sous prétexte que leur nouvelle religion est l’humour ouvrier ?!!! Non mais ça va pas?!!! Le clip était drôle jusqu’à ce qu’ils aient usé du nom de Kunta Kinté, POINT BARRE.

    Les têtes de pioche qui disent: «je savais même pas qui était ce Kunta Kinté» ou autres âneries du genre «il n’y a pas de preuves qu’il était l’aïeul d’Alex Haley», so f…kin’ what?!

    Le jour où un humoriste noir fera un sketch où un personnage noir s’adresse de façon cavalière à une vielle dame en disant : «Hey! Donaldô! Amène-don’ ton cul d’rrrouti d’palette par icitte!», laissez-moi vous dire que ça chaufferait sur les ondes de CHOI FM et autres tribunes (ex: notre charmante nouvelle opposition officielle…). Rappelez-vous l’impopularité de Michel Mpambara dans la région de Québec, où pullulent des furoncles dans le genre X…

    Les têtes d’oiseau qui n’ont pas compris la symbolique quasi-sacrée de Kinté, faites l’exercice suggéré par cette Madame Ntap: remplacez le nom par celui de MLK ou de Rosa Parks. Même insulte intolérable.

    Alors ça commence à faire. Je n’ai nullement besoin d’un organisme comme Québec Puriel pour dire que ÇA NE SE PASSERA PLUS COMME ÇA, OSTIE!

    Que QP et la soi-disant Ligue des Noirs cherchent à se crédibiliser en exploitant cette histoire, je n’en ai cure. Je ne me sens pas représenté par eux. Mais le fait que des activistes ayant trop de temps sur les mains soient dans l’erreur, cela ne signifie pas, tout bonnement, que les Têtes à claques ne le sont pas aussi. Il s’agit là d’une analyse manichéenne simpliste. A et B s’opposent. A a tort donc B n’a pas tort.

    pfff,
    Nation foutue, futur miné, analphabètes régionaleux consanguins à l’opposition officielle, intellect en déficit, au profit de l’humour ouvrier, viaducs qui nous tombent sur la gueule…

    PS: À voir; on r’jôserô du non-racisme au Québec… :

    http://www.dailymotion.com/relevance/search/le%2Bcannibale%2Bparodie%2Bde%2Bl/video/x1vmn9_le-cannibale-parodie-de-la-parodie

Comments are closed.