Ça commence!

Ça ne fait pas déjà 24 heures que Mario Dumont et ses députés sont assermentés, et déjà le nouveau chef de l’opposition officielle dit qu’il votera contre le budget libéral. Tout ça, quelques jours à peine après avoir dit qu’il ferait tout pour faire fonctionner le parlement.

Évidemment, ce genre de contradictions est fréquente à l’ADQ et ça n’étonne plus grand monde. Mais avouez qu’il est difficile de ne pas rigoler quand on l’entend déclarer, le plus sérieusement du monde: « On veut que le Parlement fonctionne, mais on a des principes ». Quelqu’un devrait peut-être expliquer à Mario Dumont que le pouvoir pour le pouvoir n’est pas un principe.

Ce refus de l’ADQ d’appuyer un budget qui sera pourtant très à droite, et le fait que le PQ lui l’appuiera s’explique en un seul mot: sondages. L’ADQ ne craint pas de retourner en élections, car elle a le vent dans les voiles auprès d’un électorat n’ayant pas encore eu l’occasion de juger son amateurisme anticipé.

C’est bien beau affirmer que l’ADQ agira « de façon responsable» et saura «reconnaître ce qui est bon pour les Québécois », mais encore faut-il passer aux actes. Les Québécois ont choisi Dumont comme chef de l’opposition non pas pour qu’il bloque le parlement et nous relance en élections, mais pour qu’il s’asseoit et montre qu’il sait faire autre chose que chiâler dans le vide constamment.

Mais est-il seulement capable de penser au bien commun et de laisser tomber sa quête irrésistible du pouvoir qui le pousse depuis des années à changer de position au gré des sondages?

Publicités

20 Réponses

  1. En tout cas, pour ceux qui croyaient que Dumont n’avait pas fait volte-face au sujet des baisses d’impôt de Charest, je trouve que le dossier commence à être difficile à suivre.

    En campagne, contre les baisses, finalement pour, et là, il inclut dans les raisons de battre le budget la présence de baisses d’impôt. Certains prétendaient ici que Dumont n’avait jamais été contre la baisse en réaction à un précédent post.

    Même en leur donnant raison, il faut avouer que maintenant, il y a bel et bien eu volte-face à un moment ou à un autre.

    Mais tout ça n’est pas bien grave. Si l’ADQ change d’idée, c’est que la classe moyenne change d’idée. Depuis que Dumont à une mini-fourgonnette pour limousine, plus de critique possible, on a un parti de la famille au Québec !

  2. Avec cette déclaration, « L’opposition officielle, à moins de cas exceptionnels, vote contre le budget. On est l’opposition loyale de Sa Majesté. C’est notre première responsabilité de talonner le gouvernement dans tout son travail », on peut dire que Mario Dumont s’habille du parlementarisme parce que ça lui sied bien actuellement.

    Donc, pour ma part, je considère que cette déclaration est de la parole vide, étant donné qu’il ne se gênerait pas pour appuyer le gouvernement dans un cas qu’il considérerait comme « exceptionnel », comme il est relaté plus loin dans l’article sur cyberpresse : qu’il […] appuiera les politiques libérales qui respectent ses « principes », comme la prospérité du Québec, la promotion de l’autonomie de la province et le respect des familles et de la classe moyenne. « Face aux décisions qui contrediront nos principes directeurs, nous serons une opposition ferme et résolue » […].

    Alors tout ça pour dire qu’il veut forcer le PQ à appuyer les libéraux et leur budget, mais à quoi ça rime? Ne serait-ce que de la parti-z-ânerie mal placée? Une stratégie pré-électorale pour discréditer le PQ? Ne serait-il pas mieux pour son option — qui ne veut pas de baisse d’impôts et je suis bien d’accord — qu’il montre les dents en compagnie de son allié dans l’opposition (le PQ) pour faire peur aux libéraux et ainsi les faire reculer?

    Si les libéraux vont de l’avant avec les baisses d’impôts par certitude que le PQ ne veut pas aller en élection tout de suite et qu’il les appuiera, on pourra dire que c’est de la faute à Mario…

  3. Il n’est pas très difficile d’imaginer les props qui aurait été tenu sur ce blog à pareil date si l’ADQ avait décider d’appuyer le budget:

    « Ça ne fait pas déjà 24 heures que Mario Dumont et ses députés sont assermentés, et déjà le nouveau chef de l’opposition officielle dit qu’il votera en favur du budget libéral.

    Tout ça après s’être pratiquement déchirer la chemise au sujet de l’utilisation irresponsable des nouveaux fond d’Ottawa par les libéraux etc etc. »

    Enfin, quand c’est le diable qui agit, on peut pas vraiment le congratuler.

  4. Oh la j’oublait! Il y a 9 jours, tu écrivait ceci:

    « Suite au dernier budget fédéral, celui-ci s’est époumoné à décrier la volonté de Charest d’utiliser 700 millions $ d’Ottawa dans des baisses d’impôts plutôt que de l’investir dans des services aux citoyens. Il s’est presque déchiré la chemise et a probablement fait pleurer toutes les belle-mères du Québec en disant à quel point il était nécessaire de mettre cet argent dans la santé et l’éducation.

    Et que fait ce même Mario Dumont une semaine après les élections? Il ne ferme plus la porte à ces baisses d’impôts!

    C’est ça, de la manipulation. »

    Alors Louis, aujourd’hui, tu gagnes 2 pouces en l’air pour la cohérence, l’analyse critique et la non partisanerie!

    Oh, attend…

  5. Je suis d’accord avec l’interprétation de Mario sur les rôles parlementaires.

    C’est vrai que l’opposition vote normalement contre le budget. Or, l’opposition officielle c’est maintenant l’ADQ. Le PQ en étant autre chose de mal défini, sans tradition ni rôle désigné, a quand même la balance du pouvoir.

    Je pense que dans un contexte de gouvernement minoritaire, la responsabilité de faire tomber le gouvernement incombera à celui des deux partis qui prendra publiquement position en second. Tout ça peut se négocier au préalable, mais ça peut aussi jouer cochon…

    Surtout que le PQ n’a rien voulu savoir d’aider l’ADQ quand elle ne comptait que 4 députés. Boisclair avait alors tendance à faire une interprétation stricte des règles parlmentaires. Maintenant c’est Mario qui a le gros bout du batte… Hé, hé.

  6. Le problème, à mon avis, c’est la cohérence. Comment peut-on affirmer une journée vouloir faire fonctionner le parlement et le lendemain affirmer qu’on va voter contre le budget alors que celui-ci est précisément un budget de droite comme le PLQ et l’ADQ? C’est vraiment incohérent! Il aurait dû être conséquent avec son changement d’idée précédent en appuyant le buget et en démontrant ainsi qu’il a une parole et qu’il entend effectivement travailler pour le mieux du parlement. Il vient de perdre encore de la crédibilité.

    Je suis d’accord avec toi Renart: à mon avis c’est de la petite politicaillerie pour discréditer le PQ et chercher encore et toujours à atteindre le pouvoir, le seul but de Dumont.

  7. Message effacé par l’auteur.

  8. Le parti de l’opposition officielle vote contre le budget de tradition parce que son vote n’influence pas l’adoption ou non du budget. Un gouvernement minoritaire, c’est un gouvernement de consensus qui doit se montrer ouvert.

    J’étais bien heureux que Dumont appuie les baisses d’impôt de Charest même si je suis contre ces baisses; cela tenait d’une preuve d’ouverture et de responsabilité de sa part. 24h après son assermentation, il revient dans une politique de fermeture en annonçant sur le champ le refus de l’adoption du budget en évoquant une tradition parlementaire issue de gouvernements majoritaires.

  9. Encore faudrait-il que le budget soit déposé, ce qui n’est pas le cas. Mario Dumont est contre un budget qu’il n’a pas encore vu. Qui dit que Jean Charest va tenir sa promesse de faire des baisses d’impôts? Après tout, ce ne serait pas la première fois n’est-ce pas?

  10. Louis,

    J’ai l’impression qu’on patauge dans le provincialisme avec cette histoire. Notre gouvernement fédéral vient d’acheter 100 chars d’assauts, pour une facture de quelques 650 M$. Cela équivaut à la partie du transfert de péréquation que veut faire Charest, en diminution d’impôt aux contribuables Québécois. Tout cela est une farce monumentale. Lire le papier de Sauvé (http://www.vigile.net/spip/article5993.html) au sujet des chars d’assaut. Bien que parfois imprécis, il apporte des arguments de poids qui devraient nous faire réfléchir sur la pertinence d’une telle dépense, comme sur la pertinence de toutes nos dépenses militaires d’ailleurs. Je pense qu’au lieu de perdre notre temps à dénoncer les politicailleries québécoises, on devrait se pencher sur les inepties qui prévalent à grande échelle au national. C’est aussi nos taxes qui vont dans ce merdier.

  11. Bien d’accord avec toi Artimon. C’est un vrai scandale cet achat. Un SCANDALE et le mot est faible. On donne 650 millions $ pour des chars qui serviront à aider les États-Unis à gérer la planète… Vraiment inutile.

  12. Je ne l’aime pas (Mario) mais il faut avouer qu’il sait jouer au Échecs. En votant coute que coute contre le budjet, il force le PQ ( qui est en pleine déroute )à voter pour.

    Ce qui vas renforcer l’image des deux vieux partis qui se liguent contre la nouvelle garde qui veux « débusquer leurs extravaguances »…

    Voici…
    http://www.ledevoir.com/2007/04/13/139275.html

    « Duplessis en exemple

    Les adéquistes ont été assermentés hier après-midi dans une atmosphère de fête au Salon rouge, où le drapeau canadien brillait par son absence. Dans son discours, M. Dumont a promis une «opposition ferme et résolue» qui travaillera pour la classe moyenne. À ses dires, depuis le 26 mars, «le pouvoir politique ne peut plus se comporter en souverain aveugle et prendre des décisions contraires à l’intérêt public». Il a dit que le «Québec politique est entré dans le XXIe siècle» tout en se référant de manière «surprenante» — aux yeux de l’ancien président de l’ADQ, le politologue Guy Laforest, présent hier — à Maurice Duplessis ainsi qu’à l’ancien premier ministre conservateur John Diefenbaker. Il s’est dit inspiré par le fait qu’en 1936, le chef de l’Union nationale avait mis au jour le gaspillage de fonds publics du gouvernement Taschereau au Comité des comptes publics. M. Dumont a aussi cité un long passage de John Diefenbaker où ce dernier vantait le travail de l’opposition quand celle-ci combat «l’empiétement injuste, par le cabinet, sur les droits du peuple» et dénonce les «extravagances» du gouvernement. »

    Duplessis & Diefenbaker comme inspiration… hum!
    La vraie grosse droite des années 50, c’est ça la modernitée…

  13. La véritée c’est que la part relative de la dette par rapport au PIB baisse et que le chômage est dans un bas historique en 31ans, il est à 4,8% à Québec http://www.cyberpresse.ca/article/20070411/CPSOLEIL/70411266/6586/CPSOLEIL

    Ça sent le plein-emplois…

    Et c’est parce que les emplois qui se perdent dans l’industrie et la manufacture parce que la Chine et l’inde nous rentre dedans sont remplacé et même plus par des emplois en biotechnologie et en info-graphisme par exemple…

    C’est à ce moment qu’un partis de « gros-bonsens-eux » veux augmenter les frais de scolarité et abolir les commissions scolaires comme remède à ces extravaguances ????
    allo !

  14. Ça sent la frustration… Hum ça sent bon!!

  15. François Richard, en passant, je t’ai répondu sur mon blogue en rapport à ton commentaire (sur le texte qui discute du livre d’Hervé Kempf)…

  16. Mario Dumont est très opportuniste. Ce qu’il veut, c’est le pouvoir. Tant et aussi longtemps qu’il sera en avance dans les sondages, il sera partant pour aller en élection et fera tout pour y aller. Il fait son arrogant en disant qu’il votera contre le budget libéral et que c’est son « devoir » en tant que chef de l’opposition officielle. Il force donc le PQ à voter pour … Faut avouer qu’il est un bon joueur d’échec, mais j’ai bien hâte qu’il nous explique davantage et en profondeur ses ambissions et ses projets pour le Québec.

  17. Va faloir que vous vous fassiez une idée. Pendant les élections ils n’était pas près et il avait peur d’avoir trop de députés élus, et maintenant il est un oportiniste qui ne veux que le pouvoir… Hahahahaha vous êtes dur à suivre

  18. ADQ bashing encore une fois.

    On utilise les titres des journaux qui déforment les citations exactes et on se fait une opinion à partir de ça.

    Ça sent le … c’est ça: le spin!

  19. @Le Bum : Je ne sait pas ce que tu insinue avec ce commentaire là, mais moi je ne suis qu’un humble citoyen avec une opinion, n’aiyant jamais travaillé dans le milieux politique ou judiciaire.
    Pour ce qui est du spin, l’ADQ n’a pas a s’inquiéter , ton blog est là pour les spinner d’aplomb.

  20. Content de te compter parmi les lecteurs François.

Comments are closed.