Sexisme à la carte

Il y avait une petite nouvelle, dans le Journal de Montréal, la veille des élections, perdue dans le tourbillon politique, à quelque part entre les baisses d’impôts de Charest, l’homosexualité de Boisclair et les culottes à Dumont: le pourcentage de professeurs masculins est en chute libre à l’école. J’avais choisi de ne pas en parler à ce moment, car il y avait tant à écrire sur la course électorale.

Je trouve que c’est particulièrement choquant de voir des statistiques semblables, où 98% des enseignants à la maternelle ou 85% au primaire sont des femmes. Quel genre de modèle va-t-on offrir aux hommes de demain? L’école est déjà entièrement féminisée de par sa façon d’être: très peu d’accent sur le sport, beaucoup de théorie et peu de pratique, apprentissage mais pas d’expérimentation, contexte d’étude en classe et peu de sorties extérieures, etc. Du sur mesure pour les filles. Et les garçons, on fait quoi avec eux?

Mais on s’en fout des garçons, non? Sept étudiants sur dix à l’université sont des femmes, est-ce que quelqu’un se plaint? Mais non! On fait même des concours au collégial pour inciter les filles à aller dans des métiers non traditionnels. Est-ce qu’on conçoit de tels programmes pour augmenter la proportion d’hommes en coiffure, en massothérapie, ou en enseignement primaire? Évidemment pas.

C’est ça, le sexisme à la carte. Quand un secteur est largement dominé par les hommes, on considère que c’est anormal et on fait tout pour y favoriser les femmes. On va même jusqu’à imposer des ratios de femmes, comme l’a décidé le PLQ pour les dirigeants de sociétés d’État. Mais si par malheur on se retrouve dans la situation inverse, c’est le silence radio. Plus rien.

Autre exemple de cette insensibilité générale: est-il normal en 2007 que les prestations fiscales fédérales des couples séparées pour un enfant soient envoyées à la nouvelle conjointe du père plutôt qu’à celui-ci?

Décidément, il y a un problème fondamental à assumer: d’un côté les femmes sont organisées, solidaires, et se tiennent les coudes. Elles votent souvent « en femme » et exigent des améliorations à leur condition de femme. Il serait peut-être temps pour les hommes d’en faire autant et de demander une réelle égalité.

Car si le féminisme a été source d’égalité dans ses débuts, il apparaît de plus en plus qu’il n’est maintenant pas étranger à un nouveau sexisme, contre les hommes celui-ci. Il est grand temps d’en arriver à une égalité dans la différence, dans le respect de chacun, afin que chacun puisse réellement atteindre son plein potentiel.

Mise à jour (14h00):

Une solution intéressante: en Suède on intègre des personnes de plus de 50 ans, surtout des hommes, dans l’école, afin de servir de modèle masculin et d’inciter à une communication intergénérationnelle. Ne serait-ce pas là une voie à privilégier?

Publicités

15 Réponses

  1. L’école devra être repensée en tenant aussi compte des besoins des garçons, c’est évident. Pour ce qui est des métiers non-traditionnels, il est vrai que l’on crie à l’inégalité quand un métier est exercé majoritairement par des hommes et non le contraire. Là où je décroche est dans le terme égalité. L’homme et la femme sont différents et ils se complètent dans un sens. Je n’ai rien contre les femmes qui exercent des métiers dits d’homme et si elles aiment leur métier qu’elles le fassent. Cependant, je comprend que pour la majotité d’entre elles, ces métiers ne les attirent pas du tout. L’inverse est aussi vrai. Pas facile d’harmoniser tout ce beau monde.

    En passant Louis (pour te taquiner). Si je me fis à tes derniers billets, le fait que le CH se soit fait éliminé par Toronto doit te faire ch… : )

  2. Je ne sais pas trop quoi en penser. Mais, je regarde autour de moi et il y a encore du chemin à faire pour une équité réelle entre les hommes et les femmes: nous sommes (les hommes) encore avantagés dans la société.

    Je trouve que de donner l’enseignement comme exemple est trop dirigé, car il me semble que l’enseignement a toujours été un domaine typiquement féminin (surtout au primaire). Et, je ne connais pas les statistiques, mais je gagerais que les postes de direction dans les écoles et les commissions scolaires sont majoritairement comblés par des hommes. Par contre, ayant terminé mes études depuis belle lurette, je suis peut-être trop déconnecté pour avoir un avis très tranché…

    En tout cas, dans mon domaine d’étude (art visuel), malgré une grande majorité d’étudiantes, j’entends un tout petit peu plus parler de confrères qui ont percé, ça dit ce que ça dit. Dans mes cours, il y avait presque la moitié des étudiantes qui n’avait rien à faire là, des petites madames qui auraient du se retrouver dans des centres communautaires à faire des petits paysages kitsch au lieu de se retrouver à l’université. Ça, c’est un autre sujet…

    Et pour les contrecoups de la sous-scolarisation des hommes, je serais bien en mal de faire des pronostics…

    Une question essentielle: est-ce que c’est vraiment plus payant aujourd’hui d’avoir un diplôme?

  3. Le féministe et le modèle qu’il a amené doit etre repensé tu as tout a fait raison…. dommage que tu n’ais pas encore compris que la même chose doit se faire du coté politique, les socialistes du Québec sont comme le féministe du systeme 🙂 ils furent nécessaire ya 50 ans , ils ne le sont plus et sont maintenant source de problèmes au Qc

  4. @Inkoghnito: Je suis un fan de hockey, mais la vie continue, non? Ils ne méritaient pas de faire les séries, aussi simple que ça. Va falloir faire le ménage!

    😉

    @Renart: Bonne question concernant le diplôme. Mais encore faudrait-il que le fait d’avoir un diplôme débouche sur un emploi. De nombreux excellents emplois sont maintenant offerts à rabais en Inde ou ailleurs…

    @François: Je crois que les Socialistes ont tout à fait leur place sur la scène politique. Je n’en connais pas personnellement, mais après 25 ans avec la droite au pouvoir, je suis certain qu’ils pourraient faire mieux que ce qu’on voit en ce moment. Le Québec ne va pas très bien en ce moment, et plus il va à droite, plus il s’enfonce.

    La différence entre les Socialistes et les Féministes, c’est que les premiers n’ont jamais été au pouvoir au Québec alors que les secondes sont partout présentement et influent sur tous les débats, partout.

    Alors oui, il faudrait davantage des premiers et moins des seconds. Sinon, ça va continuer comme en ce moment: davantage de droite, donc davantage de pauvreté, davantage de féminisme non-égalitariste et donc davantage de situations inacceptables comme celles dans le texte.

  5. Ben voyons Louis… les socialistes sont au pouvoir devoir 40 ans ! Regarde la preuve j’irai pas le chercher ben loin je vais le prendre aujourd’hui, plusieurs epiceries ne peuvent ouvrir a cause des pressions des syndicats de pas avoir plus de quatre employés.

    J’ai travaillé pendant la fin de mon secondaire et mon cegep dans une epicerie et laisse moi te dire que y’a pas grand boss qui fait travailler la mere de famille pendant des journées comme ca à moins qu’elle le demande ,c’est plutot des ti-cul comme moi qui allaient faire de l’argent facile qui en profitaient et qui étaient ben content ! Merci encore une fois a ce systeme socialiste deconnecté de la réalité qui punit ceux qui veulent travailler (souvent des etudiants, des epicerie la fds aille y’a tu plus job d’étudiant que ca! )et penalise le consommateur. Si on aurait vraiment voulu proteger le travailleur ca aurait été quoi de dire qu’il avait le droit de refuser de travailler les jours fériés, mais s’il est d’accord le boss peut l’utiliser :@ Perso j’aurai aussi travailler apres 5hrs le samedi quand mes chums rushaient trop sur l’hrs du souper, meme si on tombait a 4 employés je serais resté avec plaisir un 30 min supplementaire pour pas les laissez dans la merde, mais le gouvernement s’est amusé a nous envoyer un inspecteur ! merci encore une fois au systeme

  6. @François: Si tu crois que présentement les Socialistes sont au pouvoir, je crois effectivement que ça ne donnerait rien de discuter davantage sur le sujet puisque nous ne vivons pas sur la même planète. Je t’invite cependant à aller lire un peu sur ce qu’est le socialisme pour comprendre en quoi le fait d’avoir quatre employés sur le plancher n’en est pas.

    Personnellement, je dirais que c’est davantage une mesure corporatiste pour plaire aux dirigeants de dépanneurs.

    Et même si c’était pour plaire aux syndicats (ce qui n’est pas le cas), ça ne serait toujours pas une preuve que « les socialistes sont au pouvoir ».

    En passant, pour que les « socialistes » soient au pouvoir, il faudrait qu’un gouvernement socialiste soit élu, et il n’y a jamais eu de gouvernement socialiste d’élu au Québec. Le plus à gauche qu’a été le Québec dans son histoire, c’est la social-démocratie, et on parle de centre-gauche.

    SVP un peu de rigueur…

  7. Louis,
    Les coulisses du pouvoir via Anne-Sophie Lebeuf parlent encore de toi. Elle a bien aimé ton texte sur la cassure sociale.

  8. @Antipollution: Merci de l’info! J’adore cette émission, mais va savoir pourquoi, j’oublie toujours à quelle heure ça joue… Je vais écouter quand ils vont mettre sur le web, sur leur site: http://www.radio-canada.ca/actualite/v2/coulisses_du_pouvoir/guide-horaire.asp?regiongh=10&dt=2007-4-8&pk=828&numero=828&date=2007-4-8

  9. Louis,
    Moi aussi j’avais manqué les Coulisses du Pouvoir télévisés ce matin à 11H00 et reprises sur RDI à 13H00. J’ai eu juste le temps de capter le nom de homme en colère de loin, car je n’étais point devant la TV.
    Averlok aussi y était. Bravo le nouveau !
    Il est évident que la jeune dame fait le tour des blogueurs sans jamais s’arreter sur jesopinions car je suis très critique envers certains journalistes de Radio-Canada RDI et soyez assuré que ce n’est pas moi qui va lui évrire pour me plaindre ou m’inviter.

  10. Bonjour Louis.

    Il est intéressant de noter, quoi qu’en puisse en dire la majorité des gens, que les enfants, même en bas âge, apprennent mieux, comprennent mieux et sont mieux éduqués lorsque ce sont des hommes qui sont en charge de leur éducation. Le défi, l’excellence et la compétition sont les ingrédients nécessaires à tous les jeunes garçons. Généralement, lorsqu’il y a un père à la maison, le garçon deviendra un homme responsable. Ce qui n’est jamais, jamais le cas des familles monoparentales ou la mère est le seul parent que le garçon connaisse. En d’autres termes, l’éducation masculine n’est pas seulement nécessaire, elle est essentielle.
    Les féministes et les silencieuses en ont voulu autrement. L’éducation nationale dans les pays occidentaux est pourrie par les racines.
    C’est un assassinat silencieusement couvert par la langue de bois et la rectitude politique.

    Vous avez bien voulu laisser un message sur mon blog, je vous en remercie.

    Patschef

    http://masculinisme.blog-city.com/

  11. Bin là Louis t’as trouvé un autre sujet sur lequel on est en accord. Il y a longtemps que je déconce cet état de fait. Mais bon, on a pas le droit d’en parlé. Si on lève le sujet on est étiquetté tout de suite de misogine. Comme si il y avait un rapport de dire ça avec la misogénie. Avoir une opinion dans ce sens n’a rien de dégrandant ou même d’astreignant pour la femme.

  12. C’est le fun de voir qu’une des préoccupations de l’ADQ soit reprise par des gens d’autres allégeances.

    Le monde de l’éducation a un sérieux brainstorming à faire pour tenter de « racrocher » (comme disait Mario Dumont) les jeunes garçons à l’école.

    Vous trouverez peut-être mon exemple sexiste, mais lorsque j’étais au secondaire, les classes d’éducation physique n’étaient pas mixtes comme dans beaucoup de cas ces temps-ci. Ça fait que ça sentait la testostérone en bâtinsse dans le gymnase ou sur les terrains de baseball ou de football. Dans le vestiaire par contre, ça sentait autre chose mais bon: qu’il en soit ainsi!

    Au handball, on lançait de toutes nos forces au but sans se dire: « Ah c’est vrai, c’est Marie-Ève qui goale aujourd’hui. Je vais faire attention. »

    Des gars, ça se donne des « binnes », des jambettes. Ça se chamaille, ça se raconte des jokes grivoises. Ça s’agace à propos des filles.

    Mais surtout, un gars n’aime pas se faire dépasser par un autre, ce qui les amène à vouloir se surpasser. Être performant et compétitif à l’école l’aidera une fois rendu sur le marché du travail.

    A-t-on encore le droit en 2007 d’être juste un vrai gars sans se sentir coupable bordel?

    Les hommes, eh bien c’est difficile de les forcer à devenir enseignant. Mais de promouvoir des classes pour certains cours où les filles se retrouveraient entre filles et les gars entre gars, on peut implanter ça dès septembre si on veut.

    À moins que les castrantes féministes extrêmistes ne s’en mêlent!

  13. Je croit qu’il ne faudrait pas repencher la balance de quelque côté qu’il soit, il faudrait une société dans laquelle les DEUX sexes soient totalement égaux dans ce qui peut l’être. Mais attention, il y à quand même des différences fondamentales, les garçons étants porté à plus bouger. Ce ne sont pas tous, mais je ne croit pas me trompé en disant que c’est la majorité. Alors dans des sujets comme l’éducation, avoir des cours présentés différament pour les deux sexes ne serait pas une discrimination envers qui que ce soit, mais plutôt une tentative d’amélioré la qualité des études pour les jeunes. (je dit jeune en référend au primaire et secondaire)

    Et ceux qui nomment les travails dans lesquelles il y a plus d’un certain sexe, il faudrait voir si il y a vraiment discrimination ou ce n’est qu’un désintéressement de la part du sexe opposé. On ne va pas obligé des hommes à traviller comme coiffeur ou des femme à être plombière.

    Mais chacun devrait pouvoir choisir librement son emploi. J’ai personnellement du abandonner la technique policère pour cause de cotas, cest-à-dire qu’il doivent avoir un nombre minimum de femmes et de minorité visible. Pas croiyable, j’ai été refusé avec 80% de moyenne générale au secondaire… Je cri ici au sexisme, une copine de la même école secondaire que moi ayant eu une moyenne de 76% a été accepter. Voilà donc un autre problème, l’anti-sexisme extrémiste qui fait que l’on privatise le sexe supposément brimé au détriment de l’autre, faisant pencher la balance de l’autre côté.

  14. Ça c’est exaspérant le spam partout…

    C’est même pas fait avec classe ou rien, inséré brutalement, paf! Comme si c’était intéressant!

  15. Good site. Thanks:-)
    http://hydrocod.100megsfree5.com/hydrocodone.html effects of hydrocodone
    http://four.fsphost.com/ferta/nexium.html nexium pill side effect
    http://hydrocod.100megsfree5.com/buy-hydrocodone.html hydrocodone no prescription

Comments are closed.