Le pouvoir du 450

LongueuilOn ne le dit pas assez souvent, mais c’est dans le 450 – Laval, couronnes nord et sud de Montréal – que les élections se gagnent et se perdent. La Presse nous apprend aujourd’hui que l’ADQ pourrait justement faire une percée sur la rive-sud de Montréal.

Le 450, c’est quoi? C’est l’urbanité de Montréal allié au sentiment de classe moyenne francophone. C’est le lourd pendule qui, lorsqu’il se met à bouger, change tout sur son passage. Québec et les régions auront beau voter comme ils le veulent, c’est dans le 450 que ça se décide.

Rappelons-nous les dernières élections. Ce sont surtout les fusions forcées qui ont coulé le PQ dans cette région. Des gens qui avaient toujours voté bleu ont voté rouge, et maintenant ces mêmes personnes songent parfois à voter ADQ.

Qu’ont-ils en commun avec les vieilles idées de l’ADQ? Pas grand chose. Mais ils ne veulent pas revivre les quatre dernières années où Charest a été sourd à leurs demandes et ils sont encore fâchés contre le PQ pour les fusions forcées. Bref, dans leur cas un vote pour l’ADQ c’est surtout un vote par dépit, un vote de contestation.

Mais élit-on un gouvernement par dépit, parce qu’on est fâché contre les autres? Dans les sondages, on aime donner des leçons, se fâcher, dire qu’on va voter pour XYZ plutôt qu’un tel ou un autre, mais le jour du vote, quand ça compte, on se pose la question: « quel est le meilleur parti pour gouverner le Québec? »

Et la réponse, invariablement, reste le PLQ et le PQ. Car ces deux partis ont une équipe. Car ces deux partis n’improvisent pas; ils sont sérieux dans leurs projets, ont monté un plan crédible, sont en mesure de faire la différence positivement.

Le 450 aura une grosse responsabilité lundi. C’est lui qui décidera du pouvoir à accorder à Mario Dumont. Le Québec veut-il vraiment retourner au temps de Duplessis, du capitalisme sauvage, du patronage et du conservatisme social? J’en doute.

Car Montréal est allergique aux idées réactionnaires de l’ADQ et la rive-sud, malgré le chant des sirènes, va réfléchir à son intérêt et à celui de sa ville-centre, et va faire le bon choix.

Publicités

15 Réponses

  1. c’est sur que venant d’un pequiste, tu n’iras pas donner un point a Dumont. moi j’en fait partie de ces gens qui en ont ras le bol de se faire mentir (ya juste harper qui tient ses promesses à date, meme si je suis contre certaines de ses idéologies). Je vais donner une chance à Dumont et s’il est poche, ben il sera juste « comme les autres » et je ne revoterai pas pour lui (comme la plupart de ceux qui votn voter ADQ lundi). Mon desir c’est que Boisclair se fasse mettre a la porte puis qu’on le remplace par Legault, mais ca ne sera pas de si tot. Moi qui a toujours voté PQ ca ne ser apas cette année, et mes parenst la même chose, ils ont déjà voté par anticipation pour l’ADQ.
    Si le PQ pouvait juste arreter de vouloir un référendum tout de suite, pis se concentrer en premier lieu a nous remettre sur les rails, APREs ils feront leur referendum et je voterai oui bien évidemment. Mais la ils me tappent sur les nerfs a vouloir faire un referendum. la province le plus en etatt de se séparer c’est l’Alberta.
    J’ai bien hate de voir le resultat en tout cas. Tant que c’est pas Charest, ca va.

  2. Ce texte me rend nostalgique. C’est exactement ce qui se disait du PQ en 76.

  3. Je crois que tu beurre épais Louis. Le capitalisme sauvage avec Dumont. Ou est-ce que tu vois ça? On voit présentement où le système que tu défends nous entraine. Dette, dette et encore des dettes. Ça fait un peu plus que 40ans qu’on gonfle la balounne en se donnant des ci et des ça. Il y a toujours une fin à ça. Ça finit toujours par péter. Il est temps qu’on cesse de la souffler et qu’on s’occupe de ce qui presse. Réseau routier, infrastructures municipales, dette, réingénérie de l’état, donner le gout au assistés sociaux de gagner honorablement leur vie au lieu de vouloir encore et encore gonfler la facture a toujours en donner et en donner. La liste est tellement longue qu’un référendum arrive au milième rang. C’est peut être la faute des gens de Québec comme vous dites qu’en 95 ça n’a pas passé, que Harper est entré, mais c’est de la faute des ceux qui défendent les mêmes idées que toi qu’on est dedans jusqu’au cou. Et là, la seul raison pourquoi l’ADQ est fort ce n’est pas à cause de Jeff Fillion, comme on se plait à dire, c’est juste que le monde se réveille et qu’ils en ont leur /%$*&*%$ de voyage de toujours payer et payer pour rien. Un bon ménage s’impose.That’s it

    La dessus que le meilleur gagne

  4. L’argent il est là, mais ça prend la volonté politique d’aller le chercher.

    Le coût des médicaments augmente de 15% par année; qui propose des solutions pour ça? Québec Solidaire propose de favoriser les génériques. Ça c’est s’enrichir.

    L’énergie éolienne confiée au privée coûte près du double de ce qu’elle coûterait si c’était une compagnie publique. QS et le SPQ-Libre proposent de s’enrichir en redonnant l’argent à l’État en plus de créer une expertise ici. Ça, c’est s’enrichir collectivement!

    Un système de santé privé coûte toujours plus cher qu’un service public. On le voit d’ailleurs aux ÉTats-Unis, qui est le système le plus privé des pays de l’OCDE et aussi le plus coûteux des pays de l’OCDE en plus de ne pas couvrir près de 15% de la population. Les pays qui réduisent leurs coûts ont choisi de ne pas permettre à des compagnies privées de s’enrichir sur le dos des malades.

    Etc.

    L’Idéologie néolibérale prônée par le PLQ et par l’ADQ, c’est davantage de privé, moins d’État, moins de filet social. Partout où ça a été imposé, les pauvres se sont appauvris et la société est devenue plus inégalitaire, avec toutes les conséquences négatives.

    Heureusement, il existe au Québec des centaines de milliers de sociaux-démocrates qui ne laisseront pas passer ces idées extrémistes, et qui refuseront de voter pour ces deux partis. Nous sommes des centaines de milliers à vouloir un meilleur avenir pour le Québec, un avenir de prospérité POUR TOUS et non pas un Eldorado pour les plus riches allié à la grande misère pour les plus pauvres.

    Ce que propose l’ADQ, c’est ni plus ni moins que l’américanisation de la société québécoise. Et il suffit d’aller se promener dans n’importe quelle ville étatsunienne pour voir à quel point ça va ma dans ce pays. Les gens ont souvent de la misère à se nourrir, et s’ils tombent malades ils ne peuvent pas se payer les meilleurs soins ou s’endettent pour le reste de leur vie.

    L’ADQ est un danger pour le Québec, et je suis heureux de constater qu’en-dehors de quelques régions et de Québec, ce parti de droite n’élira pas de députés.

    Le Québec est attaché à sa social-démocratie, et nous allons la défendre!

    Bonne journée!

  5. J’ai travaillé pendant deux ans d’un bout à l’autre des États. Nommes une ville et j’y suis allé. Il y a des méchantes lacunes de l’autre côté. Il y existe des incoérances absurdes. Mais il y existe aussi de très bons côtés. Au lieu de tout repousser du revers de la main ce que les Anti-Américains et les Castriste Québécois jouissent à faire, pourquoi ne pas prendre le meilleur des deux mondes? L’équilibre à bien meilleur gout. Mettre tout le monde sur le même côté d’un bateau finira par le faire couler. Pour le faire avancer il faut mettre du charbon dans la chaudière ce qui signifie que pour un résultat il faut un efford collectif. Si un chauffeur ne fait que se fier sur le fait que d’autre mettra du charbon inmanquablement la chaudière finira par s’éteindre… La flamme baisse au Québec il est temps de mettre du bois dans le poêle et qu’on sorte de cette idéologie socialiste d’irresponsables individuelles.

  6. Looooouuuuuiiiiis!

    Spin, spin, spin, spin, spin …

    Pauvre toi…

    Rendre la bureaucratie plus efficace pour que ce soit vraiment les pauvres qui reçoivent l’argent, c’est plus social-démocrate que ce que tu prônes, c’est-à-dire le statu quo!

    Et c’est ça que propose l’ADQ!

    C’est ça pour toi du capitalisme sauvage?

    Boy, you’ll be a man soon

  7. probablement un manque de confiance en soi ou un aveux que les 40 dernieres années ont été un echec… si remettre en question la gauche au quebec veut dire un retour a la grande noirceur ca veut dire que tous les institutions ont été un echec les gens sont aussi peu eduqué et informé qu’a l’époque. Perso je doute pas que tu es un gars avec un grand coeur mais bcp trop reveur mon cher Louis tu me confortes dans mon vote de Lucide Adéquiste 🙂

  8. @François: C’est sûr qu’il y a de beaux coins aux États-Unis. Il y a même des cités privées, bien isolées des pauvres et autres gueux, gardées par des gardiens de sécurité…

    Mais est-ce cela que tu veux pour le Québec? D’un côté des riches qui ont tout pour eux et d’un autre des pauvres qui sont dans le dénuement le plus total?

    Je note que tu parles d’équilibre. C’est exactement ce en quoi je crois. La social-démocratie, c’est l’équilibre. D’un côté on permet l’existence du marché, mais de l’autre on s’assure de l’égalité des chances pour tous et on assure une certaine forme de redistribution de la richesse.

    Le néolibéralisme qu’on tente de nous imposer, à l’aide de médias corrompus et de think-tanks à l’agenda très clair, ne correspond pas à ce que les Québécois veulent. Ils veulent une société plus riche, plus prospère, avec moins de pauvreté et davantage de cohésion social.

    À l’opposé, le néolibéralisme, peu importe le pays où il a été appliqué, a surtout engendré des inégalités sociales et il a détruit le tissu social.

    Et c’est ce que veut nous imposer Mario Dumont.

    Non, je ne veux pas de ça. Le Québec ne veut pas regarder en arrière et revenir à la Grande Noirceur. Nous devons regarder vers le futur et s’assurer que nous nous développons en laissant une chance pour tous.

    Dans mon milieu, je ne connais personne qui va voter Dumont. On dirait parfois que les gens en région ou à Québec ont un certain retard sur Montréal, ou peut-être n’ont-ils jamais fait l’expérience historique de la pauvreté urbaine absolument inimaginable qui a accompagné la révolution industrielle et l’arrivée du capitalisme sauvage?

  9. Moi , j’ai toujours été pour le PQ , mais là j’habite St-Léonard et pour voter PQ il faudrait que je vote pour Un Homme nommé Kamal EL Batal ????
    Je suis désolé mais je crois que je vais annuler mon vôte !

  10. « On dirait parfois que les gens en région ou à Québec ont un certain retard sur Montréal, ou peut-être n’ont-ils jamais fait l’expérience historique de la pauvreté urbaine absolument inimaginable qui a accompagné la révolution industrielle et l’arrivée du capitalisme sauvage? »

    Non, j’ai rien à dire. Je voulais juste te permettre de relire les conneries que tu avais écrit, c’est tout!

  11. « …mais le jour du vote, quand ça compte, on se pose la question: « quel est le meilleur parti pour gouverner le Québec? »

    Et la réponse, invariablement, reste le PLQ et le PQ. Car ces deux partis ont une équipe. Car ces deux partis n’improvisent pas; ils sont sérieux dans leurs projets, ont monté un plan crédible, sont en mesure de faire la différence positivement. »

    Ça fait 47 ans que le PQ et le PLQ s’échangent le pouvoir. S’ils sont sérieux, ont un plan crédible et sont en mesure de faire la différence positivement, pourquoi ne pas l’avoir démontré depuis environ quoi: 1982?

    Louis, tu me fais du bien. Rire, ça me relaxe!

  12. Question pour Josée. Ton attitude est assez raciste. Mais au moins tu ne te gêne pas pour le dire. On sait à quoi s’attendre. Dans St-Léonard à quoi d’autre pourvais-tu t’attendre? Les québécois de souche francophone comme les Tremblay y sont assez rare.

    Maintenant dis moi qu’est-ce qu’un vrai Québécois pour toi? Un séparatiste blanc francophone? Un francophone tout court? Un asisté sociale de souche de 25 ans qui a toujours profité du système sans jamais y contribuer? Un immigrant vivant ici depuis 5 ans qui travaille et qui paye ses impôts.

    Lequel des deux est le plus québécois: le jeune de 18ans né ici et qui s’appelle Cossette ou l’immigrant qui se nomme Vetere et qui vit ici depuis 30ans et qui contribue au système?

    Le Québec est en voie de changement sur tout les plans. La séparation de celui-ci n’y changera rien. À moins qu’on s’enferme dans l’extréme gauche et qu’on devienne le Berlin des années 2000 en construisant un mur pour se fermer sur le monde. Vive la Coré du Nord, vive Cuba, vive Castro….Vive le Québec libre…..

  13. Je suis d’accord avec toi François concernant le nom du candidat. À mes yeux, qu’un immigrant se soit assez intégré pour participer activement à la vie politique, qu’il parle français, et qu’en plus il s’identifie au projet de libération nationale du Québec, c’est extrêmement positif!

    Car nous n’avons pas le choix: nous devons intégré l’immigration. Est-il logique de chiâler que les immigrants ne s’intègrent pas pour ensuite les isoler nous-mêmes?

  14. Josée, si tu crois vraiment au projet de pays et au programme que propose le Parti Québécois, pourquoi ne pas voter pour ce candidat ? Il n’a sans doute pas beaucoup de chances d’être élu, mais s’il l’était il ferait très certainement un bon travail. Il n’est tout de même pas un candidat de l’ADQ, dont son chef a honte au point de les cacher tous, sauf Gilles Taillon qui apporte une crédibilité toute relative (son cadre financier soulève plus de questions et d’inquiétude qu’il n’apporte de réponses).
    Et même si de nombreux citoyens issus de l’immigration sont réservés face à la souveraineté, c’est le Parti Québécois qui propose la meilleure politique d’intégration des nouveaux arrivants. La déclaration d’André Boisclair au sujet du vote voilé et le fait qu’il ait montré la voie aux autres leaders et au Directeur général des élections en sont l’une des nombreuses illustrations.

  15. Je suis d’accord avec toi Alcib; ne faut-il pas plutôt encourager l’intégration des immigrants plutôt que la décourager en leur lançant le message que peu importe leurs idées on ne votera pas pour « un Homme nommé Kamal EL Batal ».

Comments are closed.