Pas sérieux

Caricature de Serge Chapleau, 21 mars 2007Le refus de l’ADQ de présenter son cadre financier dès le début de la campagne manquait cruellement de sérieux. On disait qu’on préférait attendre le budget fédéral pour le faire. Drôle de position pour des fédéralistes se disant autonomistes. Néanmoins, on a fini par le présenter, hier, et franchement ça fait un peu pitié.

Leurs chiffres semblent tout droit sortir d’un conte de fée. D’un coup de baguette ils vont sauver 150 millions $ en éliminant les commissions scolaires, mais ils ne parlent surtout pas des coûts qui seront engendrés pour les municipalités. D’un autre coup de baguette, ils vont réduire les dépenses de l’État de 1% sans expliquer comment ils allaient s’y prendre. D’un autre coup de baguette ils veulent remettre sur le marché du travail 25 000 assistés sociaux, sans avoir la moindre idée si le marché est capable d’accepter 25 000 nouveaux travailleurs. D’un autre coup de baguette, ils disent vouloir sauver de l’argent en faisant payer les prisonniers, alors que ceux-ci sont dans une pauvreté la plus totale à 98%…

Et ce cadre financier en est un de 1,7 milliards $, chiffre tout à fait irréaliste.

En clair, Mario Dumont n’a pas besoin de cadre financier. Les gens, surtout en région et à Québec, là où le conservatisme a toujours eu le haut du pavé et où on se demande parfois si les Lumières y sont passées, veulent voter pour lui parce qu’ils s’identifient à son franc-parler et à son charisme. Ils le trouvent beau, ils le trouvent fin. Ils trouvent son discours différent. Qu’importe si ce qu’il propose est un retour en arrière de 50 ans et ne tient pas la route; le choix est émotionnel plutôt que rationnel.

Pendant ce temps, on apprend aujourd’hui qu’un candidat de l’ADQ a fraudé le DGE en falsifiant des signatures de citoyens qui ne l’ont jamais appuyé pour qu’il devienne candidat. C’est une autre preuve – mais en fallait-il vraiment une autre – que l’ADQ est le parti d’un seul homme et n’a pas d’équipe, tout au plus des poteaux.

Le 26 mars prochain, les Québécois auront à faire un choix important. Ils auront le choix d’un gouvernement pour les quatre prochaines années. Administrer l’État est quelque chose de complexe et d’extrêmement important. Quelque chose qu’on ne confie pas à une bande d’amateurs comme l’ADQ.

On peut détester le PLQ pour ses réalisations, ou ne pas être trop chaud à l’égard du PQ d’André Boisclair. Mais il reste que ce sont les deux seuls partis en mesure de gouverner le Québec et quiconque donne son vote à l’ADQ se condamne à le gaspiller en l’offrant à un parti qui ne va nulle part et a fait de l’opportunisme et de la démagogie sa seule raison d’être.

Mise à jour (15h45):

Pour alimenter le débat, voici un commentaire qui m’a bien fait rigolé sur le blogue de Patrick Lagacé:

johny partition

en effet, les utopies péquistes et les mensonges libéraux ne justifient pas l’ignorance.
comment se forme une dictature selon hannah arendt dans son classique « sur le totalitarisme », il faut :
– une masse de gens dépolitisés
– un leader charismatique
– et que cette masse de gens soit prête à défendre le leader contre les évidences, qu’ils ignorent volontairement ou involontairement.
oui c’est ça, l’équipe de mario à de l’expérience… et quand je vois ce cher mario parler des « vraies » « vérités » pour les familles de la classe moyenne silencieuse, j’ai peur.
voici les Minitères que Mario Duplessis metterait en place :
– Ministère des affaires qui vont ben
– Ministre de l’abolition de l’état
– Ministère de la Vérité pour la Famille
– Ministère du Culte Adéquiste, pour polariser le Québec contre Montréal et ses terroristes. (Les bienfaiteurs du terroir de bonne volonté infinie contre l’Intelligensia totalitaire du plateau)
le « désir de changement et de constestation », ça forme pas un gouvernement!

Il marque un point le Johny!

Publicités

30 Réponses

  1. […] Ce n’est pas pour rien que Dumont n’a pas avancé ses chiffres trop tôt: en plus de ses adversaires, la plupart des analystes trouvent irréaliste son cadre financier. Certains blogueurs aussi. […]

  2. Hé, hé. Bravo! Et pour le style, et pour le fond.

    (Et désolé si le trackback de mon propre billet affiche mal ses accents ici)

  3. Merci!

    Oui je sais, je suis en ISO-8859-1 plutôt qu’en UTF-8. Ça fait ça dans les archives aussi, mais bon…

    Sur le fond, je suis d’accord avec toi, mais je crois qu’on n’a pas fini de voir le bout de cette idéologie là. Elle a la couenne dure, et le conservatisme a le vent dans les voiles dans les campagnes, et pas seulement au Québec.

  4. J’espère juste une chose, c’est que les gens vont se réveiller d’ici au 26. Il est plus opportuniste qu’autonomiste. Il se cherche des électeurs autant qu’il se cherche des candidats. Il navigue sur la vague des idées populaires…. Ça paraît bien comme ça, c’est accrocheur mais aussitôt qu’on tente de creuser le moindrement, c’est évident que c’est n’importe quoi…..

  5. Bien d’accord avec toi. Il faut absolument que les gens réalisent que l’alternative au PLQ ce n’est pas l’ADQ. L’ADQ c’est le PLQ mais en plus radical et en moins expérimenté. L’ADQ ce serait un cauchemar pour le Québec: quatre années de chaos social.

    Mais les gens de Québec ont toujours été très conservateurs. Rappelons-nous que c’est à cause d’eux que le référendum de 1995 n’a pas passé… Et c’est à cause d’eux que Stephen Harper est aussi fort aujourd’hui…

    À Québec, on aime tellement être différent que c’est parfois presque maladif. On veut du changement, ok, mais SVP pas n’importe quoi comme changement. Changer pour le pire, c’est ridicule!

  6. Ta vision et celle de Johny au sujet de l’ADQ me rejoint. Très bon choix de caricature.

  7. Bon, il est temps de réveiller car le petit Mario est un train de nous monter un coup fourré et nous,pôvres Québécois,nous nous penchons aveuglément par en avant pour recevoir le coup.Non, mais c’est sérieux 40% des électeurs de la région de Québec s’apprêtent à voter ADQ.Et 11 onze des comtés menacés sont actuellement représentés par des libéraux, Seul le comté défendu par le ministre Couillard semble être sûr pour le parti libéral.Québec solidaire et le parti Vert ont 11% ce qui pourrait permettre à des candidats adéquistes de se faufiler.J’habite Québec et cela sent.
    J’en appelle à tous les nationalistes et aux péquistes ALLEZ VOTER pour arrêter la machine avant que nous nous réveillions,mardi le 27, avec le bordel dans la maison.
    Il faut être sérieux jugeons les compétences et les comportements de certains candidiats adéquistes avant de mettre notre « X ». Protègoens des émules de Jeff Filion et d’André Arthur.

  8. J’ai toujours un petit plaisir à lire le genre de commentaire qui prône la différence de Québec. Un jour les représentants de planète Montréal devront réaliser que Québec a ses besoins propres, les régions on leurs besoins propres. La réalité montréalaise est loin, et même très loin de la réalisté du reste de la province. Ce ne sont pas les régions qui sont loin de Montréal mais Montréal qui est loin des autres. Ce en kilométrage et en mentalité

    Pour ce qui est de la faute des québécois si ça n’a pas passé en ’95 moi je dirais que c’est la faute des souverainistes qui n’ont pas été assez nombreux à dire oui. Quand c’est du bon bord c’est grace à eux et quand c’est de l’autre côté c’est à cause d’eux. Ç’est assez simpliste vous ne trouvez pas?

  9. Bien d’accord avec toi Jean-Jacques! C’est la même situation ici à Montréal: dans Gouin la division du vote entre PQ et QS pourrait permettre au PLQ de passer…

    Je suis un partisan de mesures plus progressistes que ce que propose actuellement le PQ, mais soyons logique: le système actuel ne permet pas la pluralité et il faut absolument s’unir contre Mario Dumont.

    Tous les progressistes québécois devraient voter PQ pour faire front commun à la montée de l’ADQ!

    Quatre ans, c’est long. On ne veut pas de quatre années avec Duplessis… oups, scusez, Dumont au pouvoir.

  10. Oubliez ça, l’ADQ ne prendra jamais le pouvoir lundi prochain. Nous aurons un Gouvernement Libéral/minoritaire, même si Charest a été plus qu’ordinaire durant cette campagne.

    Les moins pires l’emporteront…par la peau des fesses.;)))

  11. Louis, ton blogue est super intéressant ! Tes posts sont variés, tu es bien documenté, tu maîtrise bien tes sujets et ton interaction nous tient sur le qui-vive.;)))

    Tu es intéressé et par le fait même intéressant ! Bravo et longue vie à ton blogue !

    J’en suis devenu accro !!!

  12. Merci beaucoup Jici! C’est vraiment le fun d’avoir des commentaires positifs comme ça! Mais sérieusement, c’est surtout la qualité des commentaires qui fait la force d’un blogue et je dois dire que depuis quelques jours c’est un gros WOW de ce côté-là!

    Merci à vous tous pour votre participation! 😀 Mais je suis en congé ces jours-ci; le blogue est pas toujours aussi actif!

    Et j’espère que tu as raison pour les élections… J’aimerais encore mieux Johny boy pendant quatre ans que Duplessis boy. L’idéal selon moi ce serait encore PQ minoritaire. Ça forcerait peut-être Charest à partir et qui sait… peut-être que dans ma boule de crystal d’ici peu on verrait apparaître Bernard Drainville comme chef du Parti Québécois?!

  13. Bonjour,

    Il est clair que l’ADQ ne prendra pas le pouvoir lundi prochain. Cependant, la venue d’un troisième joueur sur l’échiquier politique québecois ne peut qu’être salutaire pour nous. Les gouvernements de coalition sont monnaie courante en Europe et l’expérience actuelle au niveau fédéral nous démontrent qu’un gouvernement minoritaire n’est pas le chaos prédit par certains.

    Chose certaine, j’ai rarement vu un tel intérêt pour une campagne électorale depuis bien longtemps.

  14. Voici la philosophie des gauchistes:

    1. Si on manque d’argent, on en fera imprimer plus, c’est toute.
    2. La société distincte, on va la payer avec l’argent de l’Alberta
    3. Éliminer les paliers inutiles et couper les emplois des fonctionnaires qui n’ont rien à faire, ça n’a pas de bon sens.
    4. Le rôle des impôts, c’est de créer des nouvelles jobs de fonctionnaires, pas de donner des services aux citoyens.
    5. Créer des programmes que la population demande vraiment, ce n’est pas de la démocratie; c’est du populisme
    6. Un vote pour l’ADQ, ce n’est pas un vote pour leur programme; c’est un vote de contestation
    7. Créer des nouvelles structures gouvernementales pour donner des jobs à ces petits amis, c’est pas grave.
    8. Que les artistes parlent de pauvreté en mangeant du caviar, ce n’est pas paradoxal
    9. Que la réglementation soit faite pour favoriser les amis au lieu de protéger le citoyen, c’est normal.
    10. Pourquoi me casser la tête à réfléchir sur la politique quand on peut tout simplement reprendre ce que rapporte les médias et les politiciens et le répéter en faisant semblant que c’est moi qui en a eu l’idée?

    Vous faites dures les gauchistes!

    Aye les Montréalais: cessez de vous comporter comme des insulaires de l’Île de Guiligan et ouvrez-vous les yeux sur ce qui se passe l’autre bord du pont Jacques-Cartier.

    On s’en va dans la schnoutte et moi, je ne suis pas interessé à ce que le Québec fasse partie du Tier Monde.

    J’aime plus le Québec que vous autres. C’est pour ça que je veux qu’on agisse maintenant.

    Il faut moins d’ingérence gouvernementale dans nos vies. On a tout ce qu’il faut pour devenir un grand Peuple. Pas besoin du PQ ou du PLQ pour ça!

    Parce que tout ce que touche le gouvernement tourne à la catastrophe et au gaspillage: Métro de Laval, Stade Olympique, Grande Bibliothèque, Murdochville et Chandler…

    Un jour, vous allez devenir adulte et comme moi, vous rirez du temps où vous pensiez que l’interventionnisme était le meilleur moyen d’avoir une économie forte.

    Wake up Montreal!

    PS: Ah oui, en passant, si l’ADQ ne l’emporte pas, je souhaite un gouvernement péquiste. Ainsi, à chaque fois que Boisclair essaiera de créer un autre programme social financé par l’argent de l’Alberta, et bien on verra la réplique cinglante de Dumont au Téléjournal. Et enfin, la populasse se rendra compte soir après soir que les politiques de gauche du PQ et du PLQ sont tout à fait ridicules, compte tenu du fait que la province est pauvre, pas à cause du fédéral, à cause de notre mauvaise gestion depuis l’entrée du PQ au pouvoir en 1976.

    La dette doit être ramenée à 25% du PIB, sinon le Québec ne sera plus compétitif au niveau mondial.

  15. Oups, il manque quelque chose d’important.

    Si l’ADQ n’entre pas, je souhaite un gouvernement MINORITAIRE péquiste avec l’ADQ comme OPPOSITION.¸

    Voilà. Mon commentaire était incomplet.

  16. Ah pi tiens!

    Tu dis dans mon blog et je cite: « Un parti politique ne doit pas changer ses propositions au gré du vent »

    Ok. Ton chef, Boisclair, a dit qu’il ne souperait plus avec les chefs syndicaux et puis, une semaine après, il dit le contraire.

    Boisclair et le PQ souhaitaient la fermeture de CHOI-FM à Québec, mais la semaine dernière, il est allé à l’Université Laval et il a repris de façon opportuniste le slogan de la lutte contre la fermeture d’une radio au Canada: « LIBERTÉ LIBERTÉ LIBERTÉ! »

    Avant l’élection de Boisclair comme chef, le programme du PQ disait qu’un référendum sera tenu dès le premier mandat. Boisclair dit maintenant le contraire.

    Pauvre mec. Tu ne fais que répéter ce que tu entend. Une fois de temps en temps, assis toi tranquile et réfléchi sur ce que tu entends. Et fais-toi ta propre idée, pas celle de Claude « je fais la morale aux autres même si j’ai déja voler un coat » Charron

  17. Merci pour ton commentaire « Le Bum intello ». À ce que je vois, tu assumes très bien ton côté « bum ». Aura-t-on la chance bientôt de voir l’intello?

    p.s. Si le néolibéralisme fonctionnait si bien, on aurait au moins un exemple d’un pays ayant réduit la pauvreté avec ces réformes. Un seul. Mais non. Par contre, il y a des dizaines d’exemples de pays dont le niveau de vie a baissé et de pays qui sont justement retournés dans le Tiers-monde avec ces mesures.

  18. …Et si le modèle québecois fonctionnait, on nous citerait en exemple partout dans le monde.

    Et ce n’est vraiment pas le cas, mon « ado » en colère.

    Va voir l’exemple de l’Irlande, qui, il n’y a pas si longtemps, était le plus pauvre des 25 pays de l’Europe du temps.

    Maintenant, elle est… la plus riche.

    Et c’est loin d’être sur le modèle du Québec que l’Irlande s’est basé pour devenir ce qu’elle est… Mais ça, Claude Charron et l’UQAM ont oublié de t’appeler pour te le dire…

    Une chance pour la population du Québec que tu ne sois pas devenu journaliste. On l’a échappé belle!

    De toute façon, pour paraphraser ce que chantait le groupe Urge Overkill dans Pulp Fiction:

    Boy, you’ll be a man soon!

    Oui oui, le Bum intello

  19. En plus, mon p’tit gars faché faché, comment peut-tu défendre une politique social-démocrate qui nous place 56e sur les 60 états/provinces nord-américains pour ce qui est du revenu moyen?

    Et le taux de chomage est toujours plus élevé ici que la moyenne canadienne? Et qui compte le plus de fonctionnaires per capita? Et le plus d’assistés sociaux entièrement aptes au travail per capita?

    Ah, j,oubliais: Léo-Paul Lauzon ne t’a pas parlé depuis 10 ans.

    Ah ok…

  20. Je n’aime pas vraiment ton ton condescendant et méprisant, alors je ne vais pas t’écrire d’autres messages après celui-ci.

    Premièrement, le Québec est extrêmement riche, et c’est bel et bien un des endroits en Amérique du Nord où il y a le moins de pauvreté et ce, malgré le travail de sape néolibéral en place depuis des années. As-tu déjà été aux États-Unis? J’ai déjà été à New York, Orlando, Detroit. De la pauvreté extrême, rien de comparable à ce qu’on vit ici. Aucun filet social. Des gens qui n’ont pas les moyens de se soigner, des gens qui vivent dans des conditions dignes du tiers-monde. C’est ça ton idéologie? Non merci, pas pour moi.

    Ensuite, concernant l’Irlande, le revenu moyen a peut-être augmenté, mais la pauvreté est la misère y sont toujours très présentes. Mais si on parlait aussi de l’Argentine, que les politiques néolibérales ont ramené dans le tiers-monde? Ou bien du Chili? Ou encore de la Russie? Ou pourquoi pas d’une grande partie de l’Afrique, dont les conditions de vie sont pires aujourd’hui qu’elles ne l’étaient dans les années 70. Et si on parlait de l’Angleterre, où les privatisations massives ont jeté à la rue des milliers de personnes, où le nombre d’accidents de trains a augmenté, où la pauvreté a augmenté. Ça, c’est du concret. Et c’est ça que tu veux pour le Québec? Non merci.

    Concernant le taux de chômage, c’est une mesure subjective qui peut être interprétée de plusieurs façons. Mais il faut aussi tenir compte des facteurs locaux tels que le facteur saisonnier (un pêcheur est officiellement sur le chômage la moitié de l’année). Et il faut aussi se demander: est-ce que quelqu’un qui travaille est forcément moins pauvre? Travailler au salaire minimum, c’est vivre dans la pauvreté. Alors même au plein emploi, si on est plus pauvre, où est l’avantage? Il y a des pays européens où le taux de chômage est beaucoup plus élevé qu’ici, mais ces pays sont plus évolués que nous socialement et ont un filet social plus solide. Le taux de chômage n’est pas une mesure fiable; il faudrait plutôt s’intéresser au seuil de pauvreté, à la pauvreté en général. Et celle-ci est pire dans un pays comme les États-Unis, avec un faible taux de chômage, qu’ici, avec un taux de chômage supérieur.

    Comme je te l’ai déjà écrit, c’était mon dernier message à ton endroit. J’aime beaucoup discuter avec toutes sortes de gens aux idées différentes, mais je n’ai pas envie de subir ton agressivité et tes insultes.

    Au revoir.

  21. @ bum intello

    Je vais dire comme Louis, on a vu ton côté « bum » et « ado fru », mais on attend encore ton côté intello.

    je te cite: « 6. Un vote pour l’ADQ, ce n’est pas un vote pour leur programme; c’est un vote de contestation »

    Essaierait-tu de nous faire croire que l’ADQ a un programme? Que son cadre financier tient debout? Que l’ADQ puisse arriver à Québec, abolir tout ce qui ne fait pas leur affaire, sans plan de rechange précis? Je crois que même Mario Dumont n’a pas conscience des vraies conséquences de ses engagements. Pas plus qu’il ne sait en calculer les vrais coûts. En plus de promettre qu’il va tout faire ça en neuf mois? Il faut vraiment être naif à l’extrême pour gober tout ça! Quand l’ADQ va présenter un programme qui va vraiment se tenir debout, je serai probablement le premier à voter pour eux. En attendant, les seuls choix qui s’imposent sont le PLQ et le PQ.

    Le hic avec le PQ, n’en déplaise aux souverainistes (et je sais que je suis dans leur territoire ici, mais à chacun ses convictions), c’est que si un gouvernement adéquiste représente probablement quatre ans de chaos social, un éventuel gouvernement péquiste ne causerait pas moins de remous avec ses référendums ad nauseam jusqu’à ce qu’ils obtiennent une victoire du oui et leur menace de déclarer la sécession unilatérale un an après si les négociations n’aboutissent pas, ce qui je soupçonne est un peu trop radical pour tout le monde sauf les purs et durs.

    Pris en sandwich entre ces deux choix aussi radicaux un que l’autre, je crois que je risque d’opter pour celui qui finalement va faire le moins de remous… Parce qu’en fin de compte je suis écoeuré du brassage de merde…

  22. Pour ce qui est de l’Argentine plusieurs ont tendance à conmmaître la même erreur. La débacle de ce pays a commencé sous le régime de Peron dans les années 40-50. L’Argnetine à cet époque était l’un des pays les plus riche du monde qui basait son économie sur l’élevage et l’agriculture. Peron a vidé les campagnes, le moteur éconmique du pays, pour assayer de se lancer dans l’industrialisation en surpeuplant des villes comme Buenos Aires. Naissance des ‘Villas miserias’. Ajouter à ça un côté socialiste qui voulait tout donner gratuit à tout le monde. Conséquance la chute économique du pays. Par la suite régime militaire, et tout le tralala. en 84 suite au retour d’un gouvernement civil avec l’élection de Raul Alphonsin les gouvernements n’auront suite aux pressions toujours plus pesantes de la gauche en plus de la corruption gouvernementale pu sortir le pays de sa misère. Se servir de l’exmple de l’Argentine ici n’est pas de mise. Au contraire, les économistes ont plustôt tendance à dire que si le Québec continue dans cette voie, ce sera l’Argentinisation du Québec. Tout le contraire de ton exemple. Les problème sont lointains. Ils ne dates pas la dernière crise qui a refoutu le pays encore plus sur le cul.

  23. @François: Les vrais problèmes de l’Argentine ont commencé quand celle-ci est devenu le cas « école » des politiques de réajustement du FMI. En tant que cas école, elle représente le succès ou les échecs de ces politiques. Son économie a été ruinée, sa monnaie dévaluée, et la pauvreté y a explosé. Tout ça, sous la gouverne du FMI.

    L’argentinisation du Québec, à mon avis, ce serait d’appliquer les mêmes politiques économiques. Des politiques proposées par Mario Dumont, mais aussi par Jean Charest et André Boisclair, dans une moindre mesure…

  24. Pour ce qui est du Fond Monétaire International je suis d’accord avec toi, ils ont leurs tors mais c’est loin d’être l’unique problème… Ce n’est qu’une brique sur la mur en entier. La syndicalisation et le pogne foufounne des argentins ont pesé aussi. Pour éviter que ça nous arrive il faut absolument consacrer une partie de l’économie à la dette et faire augmenter la cote du Québec. Et contrairement à ce que tu dis je ne crois pas que nous soyons si riche. Au contraire… On est sur la pente descendante. L’appauvrissement de la classe moyenne le démontre bien. Et ça je sais de quoi je parle j’en fais parti. 80 heures semaines à deux pour en avoir de moins en moins. Donc quand on me dit de vouloir en donner plus au systeme pour en faire profiter les autres non merci… Je fais grandement ma part depuis presque 25 ans déjà

  25. La véritable question, à mon avis, c’est savoir de quelle classe moyenne on parle. Il y a une étude (publiée il y a quelques années, par Tremblay, un chercheur de l’UQAM en gestion) qui démontre que la limite entre ce qu’on donne et reçoit à l’État est aux environs de 45 000. En d’autres mots: quelqu’un qui gagne davantage donne davantage à l’État que ce qu’il reçoit, alors que quelqu’un qui gagne moins de 45 000$ reçoit davantage de l’État en services que ce qu’il paie.

    Concernant le syndicalisme et le « pogne-foufoune » argentin, je ne suis pas du tout au courant. D’après ce que j’ai lu sur le sujet, l’Argentine a vraiment plongé lorsque le FMI y a appliqué des politiques économiques ultra-libérales.

    Des politiques ressemblant à ce que désire offrir Mario Dumont pour les Québécois.

  26. La question est plutiôt où commence la pauvreté…Je trouve personnellement que la barre est haute, donc par ricochet la barre de la classe moyenne s’en trouve élevé aussi. Pour ce que je paye versus mes services alors je ne suis pas en accord non plus. Je dois voir un médecin actuellement et j’en suis incapable. J’ai dû me défaire de ma moto par manque de moyens à cause des hausses de couts pour supporter le systme de la Payette. J’ai plein d’exemple comme celle là.

    J’y ai vécu il y a quelque année en Argentine, et j’y ai de la famille. C’est pour ça que je sais que les problèmes de ce pays sont très profonds et qu’il ne sont pas nécessairement tous reliés au FMI. Je ne peut pas être en accord avec ton idéologie. Moi Je crois que pour que le Québec puisse se sortir du trou, il doit absolument dégorossir la machine et il se doit d’être moins interventioniste. La survie d’un peuple passe avant tout par sa capacité de responsabilisation individuelle et non sur sa passivité et à attendre que le gouvernement prenne tout le monde par la main.

  27. Tu connais sûrement mieux l’Argentine que moi si tu y as vécu, alors je vais prendre ton expérience…

    Cependant, si vraiment pour « sortir le Québec du trou » (mais sommes-nous seulement dans le trou?) il suffisait d’appliquer des politiques néolibérales, pourquoi aucun pays les ayant appliquées n’a réussi à réduire la pauvreté et à améliorer le sort de ses plus démunis?

    Regarde ce qui fait la plus grande richesse du Québec: des sociétés d’État prospères qui enrichissent notre collectivité (au lieu d’envoyer les profits dans les poches d’actionnaires anonymes), un système de santé imparfait mais universel et un système d’éducation permettant à tous d’espérer gravir les échelons sociaux.

    C’est la social-démocratie qui est notre richesse et notre force. Il y a plusieurs exemples de pays qui se sont améliorés en passant du libéralisme économique à la social-démocratie, mais très peu dans le sens inverse.

    À mon avis, ce n’est pas un hasard, et je crois qu’il est important de continuer à se battre pour éviter que le Québec ne retourne au temps pas si lointain où Duplessis installait des pancartes aux frontières se vantant que les employés ici étaient les moins bien payés en Amérique du Nord…

    Le Québec est sorti de son arriérisme et de la Grande Noirceur en s’enrichissant collectivement. Et aujourd’hui, je crois qu’il faut lutter contre ceux qui veulent prendre ce qui nous appartient pour le donner aux plus offrants.

  28. Ces idées sont belles et virtueuses. Parcontre la conjoncture mondiale est très différante de celle de l’époque de Duplessis et de la révolution tranquille. Les 33000 pertes d’emploi dans le secteur manufacturier uniquement en février démontre que nous devons en tant que collectivité nous retrousser les manches pour travailler et non enrichir les pauvres en appauvrissant la classe moyenne. Tous les chefs de partie s’entendent sur une chose… C’est le mauvais état des finances publiques. La Nouvelle Zélande et l’Irlande sont deux exemples qui se sont pris en main et qui ont changé les choses. Mais ça tous et chacun trouverons des pours et des contres à tout. Il y a au moins un point que tout le monde ici partagent, c’est l’importance d’aller voter lundi… La dessus bon vote à tous et que la majorité l’emporte

  29. IL PLEUT AUJOURD’HUI
    ÇA NE PEUT-ETRE QUE LA FAUTE DE DUMONT ET L’ADQ

  30. Le feu aux poudres Louis, c’est toi qui l’a mis en disant:

    « Merci pour ton commentaire « Le Bum intello ». À ce que je vois, tu assumes très bien ton côté « bum ». Aura-t-on la chance bientôt de voir l’intello? »

    Et à Philippe David, je répète ce que j’ai dit à Louis concernant les gauchistes. Ton texte répètent à 100% le spin médiatique que le PQ et le PLQ ont parti au sujet de l’ADQ.

    Philippe, fais ta propre opinion sur ce que tu entends, au lieu de servir de haut-parleurs pour diffuser le message de ceux qui croient que le modèle québécois is the way to do things.

    Je fais appel à l’intelligence qui sommeille à l’intérieur de chacun des Québécois. Il ne faut plus se contenter d’être un état quelconque mais plutôt être un leader sur la scène internationale.

    Et ce n’est pas en continuant sur cette voie que le Québec le deviendra.

    En passant Louis, tu n’as pas osé commenter mon top 10 du bon gauchiste. Pourquoi?

    Pourquoi tout est plus gros au Québec? Les structures inutiles, vous prônez ça? Compare la structure municipale de Chicago et compare-la à celle de Montréal: pourquoi une si grosse différence? On est incapable d’être efficace au Québec? Il faut graisser le plus d’amis possibles, c’est ça votre philosophie les gauchistes?

    Quand vous aurez géré une entreprise qui tourne 7 jours/24 heures, géré 8 superviseurs et 170 employés syndiqués, vous saurez c’est quoi la signification des mots « efficience » et « efficacité ». Parce tous les jours, tu dois te battre pour demeurer numéro 1 dans ton marché. Le Québec doit relever le défi de l’efficience: tout le monde en sortira gagnant.

    Gauchistes: Vous êtes contre ça remettre les assistés sociaux apte au travail à la tâche? Moi, je suis entièrement pour. Et il faut prendre l’argent économisé et donner un revenu annuel plus que décent à ceux qui sont inaptes au travail, genre 25 000$ minimum.

    Ça, c’est ce que vous appelez une mesure de droite?

    Wake up!

Comments are closed.