ADQ: qu’éliminerait Mario Dumont après les commissions scolaires?

On apprend aujourd’hui que le chef de l’ADQ, Mario Dumont, désire abolir les commissions scolaires, les taxes scolaires et les élections scolaires. Le but affiché, c’est de vouloir éviter un « intermédiaire bureaucratique coûteux ». Mais que serait donc un discours de Mario Dumont sans attaque en règle contre la « bureaucratie »?

Réorganiser les commissions scolaires et le financement, personne n’est contre, si c’est fait avec professionnalisme et que ça sert un noble but – et non pas par simple opportunisme politique. Le problème, à mon avis, c’est l’élimination des élections scolaires.

Bon, d’accord, vous n’allez sûrement pas voter à ces élections. Vous n’êtes pas les seuls: à peu près 5% de la population y va. Mais est-ce si surprenant? Ces élections ne sont devenus qu’une façon de choisir ceux qui vont subir les décisions de Québec. Alors qu’elles devraient permettre des confrontations et un débat pour l’avenir, elles ne servent plus qu’à élire des fonctionnaires appliquant ce que le ministre de l’éducation a choisi.

En ce sens, il faudrait augmenter le pouvoir des conseils scolaires plutôt que de chercher à le diminuer comme Dumont le propose.

Mais là où ses idées sont beaucoup plus dangereuses, c’est quand on regarde son argument de sauver des coûts en éliminant ce processus démocratique. Mais pourquoi s’arrêter là?

  • On pourrait éliminer les élections municipales pour sauver de l’argent.
  • On pourrait éliminer les municipalités pour se débarrasser de la bureaucratie. Tout serait géré de Québec.
  • On pourrait éliminer les élections provinciales (après une victoire de l’ADQ, bien sûr) pour éviter les coûts reliés à cet exercice.
  • On pourrait éliminer le parlement, qui coûte cher avec tous ces députés, ces maudits fonctionnaires à entretenir grassement.
  • On pourrait éliminer les palais de justice et tous ces maudits bureaucrates de juge et d’avocats qui coûtent cher. On réintroduirait simplement le lynchage public sur décision du leader maximo Dumont.

Vous avez d’autres idées, soumettez-les moi!

Mario Dumont est dangereux pour la démocratie au Québec. Non seulement s’oppose-t-il à tout ce qui a permis à notre province de se sortir de la grande noirceur, mais ses idées réactionnaires menacent de nous y renvoyer pour de bon. Si on suit ses idées jusqu’au bout, on voit poindre le retour du patronage, une augmentation de la pauvreté, une diminution des processus démocratiques, et le retour du capitalisme sauvage.

Avec des idées comme les siennes, on n’est pas loin de Duplessis, qui affichait fièrement, aux frontières, que les employés des mines du Québec étaient les moins biens payés en Amérique du Nord!

Publicités

6 Réponses

  1. Attention Louis,Il y en a qui sont proche de peser sur le bouton de la censure.Il semble que des mots comme fédés, fédérasses ou fédérastes ne plaisent pas à certain, ce sont les mêmes qui, il n’y a pas si longtemps avaient trouvé le terme péquistes parce que cela résonnait comme communisse.

  2. Mario Dumont et sa gang tentent seulement de faire des clips pour attirer l’attention sur eux.Le ragoût de pattes de cochons adéquiste a comme principal ingrédient le rappetissage du Québec à un État squelettique que les Conservateurs pourront cacher dans leur placard de la droite. Mario Dumont ne fait que répéter, comme un perroquet, les sornettes des radios-poubelles de Québec.Il n’y a pas de Mystère de Québec là dedans !

  3. Le mystère, selon moi, c’est que des gens soient assez perdus pour en venir à voter pour un opportuniste dangereux comme lui. Logiquement, quelqu’un qui fait 60 000$+ par année a avantage à voter ADQ. Mais n’importe qui qui gagne moins de 45 000$ par an fait une erreur objective en votant pour ce parti de droite, puisque le démantèlement de l’État ne profite qu’aux plus riches.Je crois que Dumont joue sur le manque de scolarité des régions pour se faire élire. Il se présente comme étant une source de changement, mais il ne semble que ce n’est qu’à Montréal que les gens réalisent que ce « changement » n’est qu’un grand retour en arrière…« Le ragoût de pattes de cochons adéquiste a comme principal ingrédient le rappetissage du Québec à un État squelettique que les Conservateurs pourront cacher dans leur placard de la droite »J’adore la formulation!

  4. Effectivement, c’est une belle formulation. J’aime aussi ta théorie, Louis, selon laquelle Dumont profite du peu de scolarité de la population rurale.Pour une fois, on pouvait lire quelque chose d’intelligent dans le Journal de Montréal. Ça disait que, lorsque Dumont parle des «régions», ça ne veut absolument rien dire. Effectivement, Montréal, Laval et Québec sont aussi des régions.Ce n’est qu’une façon comme une autre de gagner le vote de la population rurale sans réellement s’engager envers eux.

  5. Un très chic type, ce Dumont. Quand il aura remplacé le PQ hors de l’île de Montréal, vous devrez cesser de chier sur la scolarité de l’électorat adéquiste.Car vous savez quoi? Ce sera en grande partie un ex-électorat péquiste.

  6. Bien qu’il faille se méfier des discours du style Dumont, n’oublions pas qu’il a raison sur un point c’est que bien des services gouvernementaux existent et tant que le Québec n’est pas indépendant, ils ne représentent que dépenses supplémentaires pour nous qui payons les taxes et impôts….

Comments are closed.