Le faux débat de Québec Solidaire


D’un côté, le coprésident de la commission d’étude sur les accomodements raisonnables affirme, avec justesse, sur Cyberpresse, que:

« l’accumulation des exemptions menace d’éroder les valeurs du pluralisme en minant la culture qui doit le soutenir. L’accommodement raisonnable, s’il est incontestablement louable dans son principe, peut en venir à être nuisible dans ses effets. En d’autres mots, autant les citoyens que les juges devraient en user… raisonnablement. »

De la même façon, le Parti Libéral du Québec indique que le temps est venu de se questionner, le PQ cherche à allier ouverture aux communautés culturelles à l’idée d’indépendance et l’ADQ se positionne comme étant le parti qui défend avant tout l’identité québécoise.

Pendant ce temps, que fait Québec Solidaire? Le parti critique le fait qu’il n’y a pas de femme pour coprésider la commission. Françoise David affirme:

« Il faut une femme et, en plus, nous nous disons une femme d’une communauté culturelle, parce que dans tout ces débats dernièrement, on est allé chercher des imams, on est allé chercher des rabbins. Tout ce monde a parlé abondamment des femmes, mais les femmes, on n’est pas allé les chercher. »

Excusez-moi madame la Solidaire, mais votre parti ne se veut-il pas le champion de l’égalité des sexes? Quelle sorte d’égalité est-ce celle où on juge de la crédibilité d’un individu en se basant sur son sexe ou son origine ethnique? Quel est ce biais de facto défavorable selon lequel la commission serait forcément mieux servie par une femme?

L’égalité des sexes, ce n’est pas se la faire rentrer de force dans la bouche avec des duos de chefs de partis homme-femme ou un quota de parlementaire féminin. L’égalité des sexes, ce n’est pas non plus un pourcentage obligatoire de femmes dans la fonction publique. Ce n’est pas ça du tout.

L’égalité, c’est de choisir la meilleure personne sans égard à son sexe. Et la même chose prévaut pour ce qui est de l’origine ethnique.

Québec Solidaire, malgré tous les mérites qu’a le parti et ses nombreuses mesures progressistes, fait fausse route dans cette situation et aurait plutôt avantage à se questionner sur le fond de la question. Car c’est bien beau de finir troisième ou même deuxième à Montréal, mais le discours ne passe pas du tout en-dehors de la région métropolitaine.

Le parti devra apprendre à allier son ouverture aux communautés culturelles et celle envers les femmes à des politiques réellement égalitaristes où tout le monde, hommes, femmes, Québécois de souche, immigrants, auront l’impression d’être équitablement traités.

N’est-ce pas là le meilleur gage d’intégration?

Publicités

5 Réponses

  1. En premier lieu il faut se poser la question; comment John Charest a-t-il choisi ses deux personnages pour la commission d’étude des AR ? J’aimerais bien connaître leurs affiliations politiques.Tant qu’à Mme David, j’en ai souper de ses cris de détresse afin que la FEMME soit omniprésente dans tous les secteurs sans aucun égard à sa compétence. Je crois que Fathers-4-Justice pourrait en rajouter…

  2. Je crois que ceux qui affirment que Charest a simplement voulu enlever un argument à Mario Dumont ont raison. On remarque d’ailleurs que le changement de circonscription de Couillard (tel que vous en parlez sur votre blogue) se fait dans la région de Québec, là où l’ADQ espérait faire une percée.On verra ce que donnera cette commission. On peut se croiser les doigts!Moi aussi je trouve que Mme. David en met pas mal trop… J’étais pas mal plus sympathique à l’UFP qu’à Québec Solidaire et je sens que je vais avoir un choix difficile à faire aux prochaines élections… Voter PQ en se pinçant le nez ou voter Québec Solidaire en se fermant les yeux?! On s’en reparle!

  3. Il ne faut pas prendre Québec Solitaire trop au sérieux. C’est ce que j’ai vu de pire comme socialiste extrémiste depuis longtemps.Pour ce qui est de John, il espère certainement avoir balayé le problème sous le tapis mais je suis certain que ça va ressortir en campagne électorale. Ça risque même d’être majeur et dans la Beauce, il faudra ajouter Olymel.

  4. Point de vue intéressant.Bien sur que Jean Charest a voulu couper l’herbe sous les pieds de Dumont. Mais élections ou pas, il fallait le faire pour cesser que ce misérable politicien girouetteux cesse de se faire du capital politique à court terme en déformant les contours d’un débat qui mérite mieux que de n’être qu’un sujet électoral galvaudé.Les deux spécialistes que Charest a appelé sont détiennent une grande notoriété. Un souverainiste, un fédéraliste, avec tous deux une formation humaniste qui transcende les visions partisannes.Au mieux, présentez un mémoire !

  5. Notons que depuis que Charest a agi, on en parle beaucoup mois. Mais ce qu’il a attendu par exemple!

Comments are closed.