Santé: l’herbe est-elle plus verte chez le voisin?

La France

On entend parfois dire que la France est un exemple de réussite d’un système incluant davantage le privé qu’au Canada. Ceci est un mythe. Dans les faits, le système de santé français est davantage subventionné par l’État que le système canadien (76,3% contre 69,9%) et il défraie entièrement les coûts de nombreuses affections de longue durée, tel que le diabète, le cancer et les maladies cardio-vasculaires.
L’implication du privé en France est davantage au niveau du choix du médecin ou des conditions d’hébergement ; du reste le « privé » n’est qu’une étiquette, sans véritable influence sur le patient.

Parallèlement, le système d’assurances français interdit la discrimination et donc de poser trop de questions aux assurés potentiels. Ce qui n’est pas le cas ici : qui voudrait assurer un obèse, fumeur et cardiaque ?

Globalement, le système français est non seulement davantage public que le système canadien, mais il offre aussi un plus grand nombre de médecins per capita qu’ici (3,4/1000 habitants contre 2,1/1000) et il est légèrement moins dispendieux (2903$ par citoyen contre 3001$ au Canada).

Les Etats-Unis

Le scénario le plus probable est une américanisation progressive de nos soins de santé. « Quand on ouvre la santé au privé, on le fait dans le contexte de l’ALÉNA, où n’importe quelle compagnie d’assurance privée aux Etats-Unis pourraient réclamer un traitement égal face aux compagnies canadiennes », note Gabrielle Pelletier, de la Coalition Solidarité Santé. « À partir du moment où la santé est soumise au marché, on ne fait plus le poids face aux Etats-Unis. On risque de se faire avoir de tout bord tout côté. »

Le système de santé états-unien, un des plus privés au monde, est le plus cher parmi les pays de l’OCDE : il coûte 5635$ per capita (contre 3001$ pour le Canada). Il englobe 15% du PIB (9,9% pour le Canada). Pourtant, les Etats-Unis ont moins de physiciens, d’infirmières et de lits d’hôpitaux que la moyenne de l’OCDE. Ils ont également une mortalité infantile plus élevée, et une espérance de vie plus faible qu’au Canada.
Parallèlement, 41,3 millions de personnes (14,4% de la population) ne possèdent aucune assurance et doivent donc se priver de soins. Une étude de la Henry J. Kaiser Family Foundation a démontré que près d’un tiers de ceux qui n’ont pas d’assurance ont refusé d’honorer une prescription ou de suivre un traitement à cause des coûts prohibitifs.

Des millions d’individus au sud de notre frontière souffrent à cause d’un système privé dispendieux, inefficace et non inclusif. Et c’est ce vers quoi notre gouvernement élu entend tranquillement, mais inexorablement, nous amener, par la tromperie et le mensonge.

Une Réponse

  1. […] système universel de soins de santé. Non seulement le système de santé états-unien est-il le plus coûteux des pays de l’OCDE, mais il est tout à fait incapable de concurrencer un système comme […]

Comments are closed.