La génération-mauviette

11 juin 2020 - Leave a Response

Le grand philosophe arabe Ibn Khaldoun écrivait : «Les temps difficiles créent des hommes forts, les hommes forts créent des périodes de paix, les périodes de paix créent des hommes faibles, les hommes faibles créent des temps difficiles. » Nul besoin de se questionner bien longtemps pour comprendre où nous en sommes dans le cycle, soixante-quinze ans après la fin de la seconde guerre mondiale. La présente génération montante constitue le pinacle de la faiblesse.

46876063455_1af1c40f2e_k

Source de l’image

Les hommes qui ont vécu les tranchées du début du siècle, les horreurs innommables de l’Europe en guerre, ou qui ont été témoins indirects d’Hiroshima et de Nagasaki n’ont pas peur des opinions qui s’opposent aux leurs. Au contraire, ils comprennent, de par leur expérience, que de permettre le choc des idées permet précisément d’empêcher la guerre ouverte. La guerre rend humble ; beaucoup de certitudes s’effondrent face à la réalité organique de corps humains en décomposition. Le compromis devient beaucoup plus intéressant quand on a observé — et subi — les conséquences d’idées poussées jusqu’à leur intransigeance la plus extrême.

Ces idées ont une vie qui leur est propre et elles peuvent s’affronter dans les livres, les colloques, les journaux, les médias sociaux ou ailleurs. D’une certaine manière, seules les idées sont vivantes ; ou nous leur permettons librement de circuler, de se battre entre elles, ou nous devenons leurs avatars et nous nous faisons la guerre en leur nom.

Ce qui se passe aux États-Unis en ce moment — et par extension ailleurs en Occident — est épouvantablement dangereux. On suspend un professeur d’université parce qu’il ne veut pas annuler ses examens pour les étudiants noirs. On met sous enquête un autre parce qu’il a lu un texte de Martin Luther King comprenant le mot « nègre ». On renverse des statues ; on leur coupe la tête. On pousse un conseil municipal à abolir sa police. On force la démission d’un président d’entreprise qui a osé, sur Twitter, affirmer que les émeutes étaient injustifiées. On force des personnes blanches à dénoncer en public leurs soi-disant « privilèges ». On se révolte au New York Times parce que l’éditeur a osé publier un texte ayant un point de vue opposé à celui de la foule en colère. Au Canada, l’image du premier ministre ployant le genou au milieu de la foule, après des mois à vanter la distanciation sociale, constituait un moment symbolique très fort.

Quand on censure, on fait étalage de sa faiblesse. Le message n’est pas : « Nous sommes assez forts pour faire taire ces opposants ». Non. Le message se lit plutôt ainsi : « Nous sommes trop faibles pour faire face à une opinion différente ». Dans le cas du New York Times, par exemple, que penseraient les journalistes qui ont couvert la première guerre mondiale dans les tranchées, qui sont parfois morts sous les obus, de leurs confrères contemporains, qui ont peur de se mettre « en danger » en travaillant pour un quotidien ayant publié un article s’opposant aux émeutiers ? Ce ne sont plus des journalistes, ce sont des mauviettes.

Sur Twitter, Facebook ou d’autres médias sociaux, la génération-mauviette se déchaîne, demande des serments d’allégeance, expulse de ses « amis » ceux qui ne se montrent pas assez sympathiques à la cause du moment. Elle intimide les récalcitrants en publiant en ligne leurs numéros de téléphone et adresses, leurs employeurs. Elle cherche à exclure définitivement du débat public qui que ce soit qui pourrait proposer des idées contraires. Elle pense pouvoir vaincre une idée, ou l’image qu’elle a d’une idée, en la soumettant à l’opprobre général.

Combien de qualificatifs autrefois pertinents ont ainsi perdu tout leur sens ? Il fut une époque où le raciste était celui qui croyait à la supériorité d’une « race » sur une autre. Maintenant, le « raciste » est celui qui ne ploie pas le genou ou qui refuse d’accepter qu’on mette le feu à toute une ville. Ce sont les mêmes jeunes mauviettes qui traitent le président américain de fasciste sans craindre, le soir venu, qu’un quelconque commando de Waffen-SS les enlève et les envoie dans un camp de concentration.

Les mots ne veulent plus rien dire, car ils sont devenus de simples bruits « chauds et réconfortants », ou « froids et irritants », comme l’écrivait l’auteur John Michael Greer. Ce sont des slogans creux qu’on crie non pas pour dialoguer avec l’autre, mais pour s’encourager soi-même. On crie « Black Lives Matter » (chaud et réconfortant) ou on traite les autres de racistes (froid et irritant). Ces mots n’ont aucun sens au-delà de la réaction émotionnelle qu’ils provoquent chez ceux qui les scandent. La réalité, dessous, est très simple : on refuse l’autre, on refuse ses idées, on refuse ses valeurs. On a oublié que la véritable force se trouve dans le compromis avec l’autre.

Cette convergence d’une génération ayant été élevée dans la ouate, ayant grandi en se faisant surprotéger et tributaire d’une éducation déficiente, ayant la conviction que son opinion en vaut n’importe laquelle même si elle ne peut avancer le moindre fait, cette convergence, dis-je, avec l’idéologie du marxisme culturel, produit la catastrophe actuelle. Dans des scènes dignes de la révolution culturelle chinoise, où on encourageait les jeunes à détruire toute trace de l’histoire et à faire un « grand bond vers l’avant », où on obtenait des serments d’allégeance à la pointe d’un fusil, et où jusqu’à vingt millions de personnes sont ultimement décédées, la présente génération montante fait état de toute sa faiblesse et s’enferme dans une logique guerrière qui ne peut avoir d’autre finalité que la désintégration totale et absolue de la société.

Cette génération-mauviette est dangereuse précisément à cause de son ignorance de l’histoire et du triste rôle qu’elle y est en train de jouer.

À nous de l’éduquer avant qu’il ne soit trop tard.

Et si on limitait le « droit » au divorce ?

2 mars 2020 - Leave a Response
Texte publié dans Le Harfang.

Comment savoir quand une société est prisonnière d’un paradigme ? Elle l’est lorsqu’elle refuse, même face à l’intransigeance des faits, de considérer une manière différente de faire les choses.

 

Source de l’image

Le divorce, par exemple. Nous « fêtons » le cinquantième anniversaire de son boom. Suite à sa légalisation par le gouvernement Trudeau (père) en juillet 1968, s’est opérée une véritable course à la séparation. L’indice de divortialité est rapidement passé de 9 pour 100 mariages, en 1969, à 14 en 1970, 36 en 1975, 41 en 1982 et il oscille entre 50 et 54 depuis 1995. Pour donner une idée de la révolution opérée, il est intéressant de noter qu’il y a eu, dans le district judiciaire de Montréal, 253 divorces entre 1795 et 1879, contre 11 030 entre juillet 1968 et septembre 1970 !

Jour après jour, on parle du haut taux de suicide québécois, de la faible natalité, du problème des valeurs, de l’indiscipline des enfants à l’école, des maladies mentales, de la confusion identitaire, de l’anxiété, etc. Ces problèmes ne sont pas apparus comme par magie. Même si ces troubles sont complexes, a-t-on encore le droit de faire les liens qui doivent être faits et de considérer froidement les faits ?

En effet, la destruction de la famille et le fréquent passage à la monoparentalité sont à la base d’une augmentation du suicide chez ceux ayant vécu cette situation étant enfants. On remarque également une hausse marquée des risques de problèmes psychiatriques ou reliés à l’alcool et aux drogues. Ces enfants sont également plus agressifs, plus soumis ou moins assertifs que les enfants étant élevés par leurs deux parents. Ils ont aussi des résultats scolaires plus faibles et fréquentent l’école moins longtemps. Rien de très joyeux !

Mais chut, c’est un secret.

En effet, il est périlleux de tenir un tel discours de nos jours. Car, voyez-vous, s’attaquer au « droit » de divorcer, c’est s’attaquer aux sacro-saints « droits » de la femme. Considérant que la plupart des études démontrent qu’entre 70% et 90% des ruptures sont initiées par des femmes, le fait de revenir à la valeur première de l’engagement du mariage (« jusqu’à ce que la mort nous sépare ») heurterait de plein fouet nos chères amies féministes, toujours prêtes à défendre des droits, mais plus rarement des responsabilités.

Et quelles responsabilités sont plus importantes que celles impliquant les enfants du couple se séparant ? Pensons-y : connaissez-vous beaucoup de contrats où celui qui le viole s’en tire sans conséquences, reçoit des subventions gouvernementales et où les victimes de ce bris — les enfants — n’ont aucun recours ?

La gauche féministe rétorque qu’on peut  limiter les dégâts avec une garde partagée et des ressources (car que peut faire la gauche, à part lancer à tout-vent l’argent des contribuables dans des ressources ?), mais peut-être serait-il temps de ne plus limiter, mais plutôt empêcher ?

Le génial Jordan Peterson écrit, dans son formidable livre 12 règles pour une vie :

« Était-ce vraiment une bonne idée, par exemple, de libéraliser à ce point le divorce dans les années 1960 ? Je ne suis pas sûr que ce soit l’avis des enfants dont l’existence a été déstabilisée par la liberté hypothétique que cela était censé amener. Derrière les murs si sagement érigés par nos ancêtres sont tapies l’horreur et la terreur. Nous les abattons à nos risques et périls. Inconsciemment, nous patinons sur la fine couche de glace d’un lac gelé où, dans les eaux glaciales, des monstres indescriptibles attendent notre moindre faux pas ».

Pendant des milliers d’années, et après d’autres milliers d’années d’essais et d’erreurs, nos ancêtres ont découvert qu’une façon optimale de faire fonctionner la société consiste à… * roulement de tambours *… assurer la présence du père et de la mère, ensemble, au sein d’une cellule familiale stable et durable. L’assaut féministe contre la forteresse de l’institution du mariage a peut-être temporairement réussi, mais qui peut, sans rire, affirmer que nous sommes, collectivement, plus heureux qu’il y a plus de cinquante ans ? Qui peut dire, sans sourciller, que nos enfants s’épanouissent tout aussi bien, que la courroie des valeurs de nos ancêtres à nos descendants se transmet tout aussi normalement ? Que la famille se porte bien au Québec ?

Le yin et le yang

Eckhart Tolle, écrivain et conférencier canadien dans le domaine de la spiritualité, affirmait récemment qu’un des gros problèmes dans le monde, actuellement, consiste en une trop grande préséance du yin sur le yang. Le yin, associé au féminin, représente notamment l’inconnu, le chaos ; le yang, masculin, est relié au connu, à l’ordre.

Depuis la révolution féministe, notre société, dans son ensemble, se désintègre. Le chaos a gagné ; tout ce qui était stable a été déstabilisé. La matrice nous avale. Même nos mots sont devenus interdits. La guerre masculine, globale, rationnelle, basée sur des idéaux, a été remplacée par une vengeance aveugle féminine, où le mariage est devenu un outil de prise de possession par la femme de l’homme, un outil d’asservissement et d’accaparement des ressources masculines par la femme. C’est un lieu de bataille où les enfants représentent des dommages collatéraux, des victimes à qui on refuse même le droit d’exprimer la cause de leurs malheurs.

Si un enfant devait, par exemple, blâmer sa mère d’avoir fait éclater sa famille, ne lui offrirait-on pas simplement des services psychologiques — généralement octroyés par une femme — et ayant comme finalité de rappeler à l’enfant la nécessité de respecter le « choix » de sa mère ? Ce choix (yin), qui constitue souvent, selon le psychologue Yvon Dallaire, une incapacité de la femme à s’adapter au quotidien après la lune de miel, devrait-il avoir préséance sur le devoir (yang) de respecter l’intégrité familiale permettant d’assurer le meilleur développement possible des enfants ?

Cette préséance du yin a transformé notre société d’un lieu où on reconnaissait certaines responsabilités et certaines limites à un lieu où tout est permis, où le chaos intérieur qui rôde en chacun de nous peut librement se transformer en destruction. Le devoir, loin d’être célébré comme le sain rempart des désirs éparpillés, est devenu un mot honni, car limitant l’hédonisme ambiant et empêchant la réalisation de tous les fantasmes. Dieu, dans son église, devant qui chaque marié devait s’agenouiller et se soumettre, est devenu un cadre kitsch où on consomme une illusion qui peut éclater à tout moment et tout emporter avec elle. La cérémonie du mariage sonne faux parce que le mariage est devenu faux ; le contrat éternel devant Dieu et les hommes a été rendu caduc et temporaire par un État s’étant substitué à la présence divine, aux valeurs diamétralement opposées à celles qui ont été les nôtres depuis des milliers d’années et qui ont servi de base à la civilisation et au peuple dont nous sommes les tributaires.

A-t-on le droit, en tant que nation, de tolérer cette désintégration, avec tout le malheur et les coûts sociaux qu’elle entraîne ? Combien d’enfants et de familles ont ainsi été sacrifiés au nom d’un idéal égoïste de liberté individuelle ? Ne serait-il pas temps de réintroduire un peu d’ordre et de responsabilité dans ce chaos, et de mettre des limites au « droit » au divorce ?

Les enfants du futur nous remercieront.

Le culte de la diversité

14 novembre 2019 - Commentaires fermés sur Le culte de la diversité
Texte publié dans Le Harfang.

 

« Afin de détruire un peuple, il faut d’abord détruire ses racines. »

— Alexandre Soljenitsyne

Lancez dans une discussion l’idée que la diversité ne serait peut-être pas une si grande richesse que ne le laisse entendre l’intelligentsia gauchiste au pouvoir, et vous aurez droit au mieux à des regards condescendants, au pire à du mépris et des insultes. L’idée que la diversité serait quelque chose de souhaitable dans notre société est tellement établie qu’il aurait probablement été moins risqué de remettre en question l’existence de Dieu sous l’Inquisition au Moyen Âge.

Source de l’image

Pourtant, les faits n’appuient pas ces prétentions. De nombreuses études font état de l’infériorité de la diversité culturelle au sein d’une communauté ; l’homogénéité sociale, loin d’être un problème, apparaît plutôt comme la solution à de nombreux maux au sein de nos quartiers et de nos villes.

Robert D. Putnam, un politologue américain, a développé l’idée de capital social pour définir une richesse intangible au sein de nos communautés. Ce capital regroupe les caractéristiques de la société, les réseaux, les normes et la confiance qui permettent une meilleure coordination et coopération entre les citoyens. Ce capital social permet, par exemple, de laisser sa maison sans protection dans un quartier où les voisins se connaissent, de permettre à son enfant de marcher vers l’école sans craindre pour sa sécurité, d’organiser une vie de quartier par des barbecues et des fêtes communes, etc. Putnam note l’effritement de ce capital social aux États-Unis depuis les années 1960, notamment par une plus grande diversification des communautés ; il explique, dans un essai publié en l’an 2000, que la société multiculturelle conduit à l’isolement, voire à l’anomie sociale des habitants.[1] Dans un autre essai publié en 2007, il fait état du retrait de la vie publique des citoyens de communautés très hétérogènes, de la tendance de ses citoyens à ne pas faire confiance à leurs voisins, « à se retirer même des relations avec des amis proches, à attendre le pire de leur communauté et de leurs dirigeants, à être moins bénévoles, à moins voter, à exiger plus ardemment des réformes sociales, sans avoir espoir qu’elles aboutiront ».[2] La diversité, selon l’analyse de Putnam, réduit l’esprit de communauté et détruit le capital social.

Une autre étude, basée sur l’analyse comparative d’une soixantaine de pays, fait état d’une corrélation directe entre l’homogénéité ethnique et la confiance qu’ont les citoyens entre eux.[3] Cette confiance, définie selon la croyance que les gens ne nous feront pas mal s’ils peuvent l’éviter et qu’ils nous aideront s’ils le peuvent, est systématiquement plus basse dans les pays ayant une plus forte hétérogénéité ethnique. À l’inverse, les citoyens des nations jouissant d’une plus grande homogénéité se font plus confiance entre eux.

Ces résultats sont conformes aux données récoltées par l’auteur Jacques Houle dans son livre Disparaître[4]. Celui-ci compare la société japonaise (ethniquement homogène) et la société étatsunienne (ethniquement hétérogène). Il note, par exemple, que les taux d’homicide, d’incarcération et de consommation de drogue au Japon constituent une fraction de ceux aux États-Unis. Selon lui, la différence fondamentale entre les deux pays tient à l’attachement nippon aux « traditions ancestrales caractérisées par une éthique exemplaire, une grande courtoisie et un sens du devoir qui harmonisent les rapports entre les citoyens » et qu’il est donc normal que les Japonais s’opposent à une immigration à l’occidentale qui « pourrait miner la cohésion sociale sur laquelle repose tout l’édifice sociétal »[5].

Cette idée de cohésion sociale se trouve au cœur d’une autre recherche, qui cherche à définir les principaux facteurs de confiance au sein d’une communauté.[6] Un peu à l’image des résultats de l’étude de Putnam, les auteurs établissent que le fait de vivre au sein d’une communauté très hétérogène d’un point de vue racial contribue à réduire la confiance qu’ont les citoyens les uns à l’égard des autres. Dans de telles communautés, la participation dans des groupes nécessitant des contacts directs entre les membres est amoindrie. En outre, les politiques publiques sont moins efficaces dans de telles communautés hétérogènes, car celles-ci ont plus de difficultés à partager et à financer les biens publics.

Le problème immigrant

Il est difficile de parler d’hétérogénéité ethnique sans aborder le thème de l’immigration. Considérant que le Québec constitue un des endroits au monde recevant, proportionnellement à sa population, le plus d’immigrants, il s’agit d’un enjeu incontournable, surtout que nous ne jouissons pas d’une indépendance permettant de mieux asseoir notre identité sur des lois et une identité bien établie, contrairement aux autres pays souverains. Les conséquences négatives de l’immigration de masse sont connues, mais certains aspects plus locaux le sont moins.

Par exemple, une étude étatsunienne établit que l’importance relative de la population immigrante dans un quartier est positivement reliée à la probabilité que la population native déménage dans un autre quartier et, à l’inverse, qu’une large population immigrante dans les quartiers voisins réduit la probabilité de son déménagement.[7] Sur le même thème, une autre étude démontre qu’un quartier où 20% de la population est immigrante augmente de plus du double la probabilité de déménagement de la population native, et que ce déménagement se fait systématiquement vers des quartiers avec moins d’immigrants.[8]

Cette fuite généralisée de la population native face à l’immigration de masse a une conséquence directe sur la valeur des propriétés. Une recherche démontre que la valeur des logements dans les quartiers à forte proportion immigrante augmente comparativement moins rapidement que dans les autres quartiers.[9] En d’autres mots : la population native est prête à payer une prime pour habiter dans un quartier où il y a moins d’immigrants.

Reconquérir la réalité

Il aurait été possible de publier de nombreuses autres études faisant état des désavantages d’une trop grande diversité. Ces études existent, ont été publiées, et sont toujours lues aujourd’hui. Elles sont cependant largement ignorées par les intellectuels de gauche car ceux-ci, il semble, ne sont pas tant intéressés par la réalité que par la promotion de leur idéologie. Cette réalité qu’on nous cache et dont il est de mauvais goût de parler en public, n’est-ce pas celle d’un peuple en voie de disparition ?

Certains commentateurs de gauche font des pieds et des mains pour tenter d’expliquer la fuite des Québécois de l’île de Montréal vers les banlieues, alors que la réponse est si évidente : les Québécois ont envie, comme les populations natives étudiées dans ces études, de vivre entre eux et, peut-être, de jouir du capital social dont parle Putnam et d’une plus grande cohésion sociale.

D’autres larmoient sur une époque révolue de la vie de quartier, des enfants qui jouaient dehors au lieu de s’éterniser devant leurs jeux vidéo ; réalisent-ils qu’un quartier où les gens ne se font plus confiance, où nos voisins ne partagent ni notre langue ni nos référents culturels, ne donne pas envie ni aux enfants ni aux adultes de s’y investir ?

La réalité est là, devant nous, en pleine lumière du jour, mais c’est parce qu’on a peur de la nommer — parce qu’une élite intimide ou menace de représailles quiconque s’y risque — qu’on refuse d’y faire face. Notre mode de vie n’est pas en train de changer, de se détériorer, de s’impersonnaliser, par un hasard divin ou par la force des choses : il s’agit d’une conséquence directe de l’idéologie multiculturaliste, de l’immigration de masse et du culte de la diversité qu’on nous impose dès notre plus jeune âge.

Et si on osait laisser repousser nos racines, dans nos quartiers, dans nos villes, dans notre pays, afin qu’elles courent librement et recréent cette unité si normale dans l’histoire de l’humanité et ailleurs sur la planète mais dont on veut désormais priver l’Occident ?

La science est de notre côté. Utilisons-la à bon escient.

[1] Putnam, R. D. (2000). Bowling Alone: The Collapse and Revival of American Community. New York, États-Unis : Simon & Schuster.

[2] Putnam, R. D. (2007). E Pluribus Unum: Diversity and Community in the Twenty-first Century. Scandinavian Political Studies, 30(2), 137-174. < https://louisp.ca/etudes/putnam2007.pdf&gt;

[3] Delhey, J. et Newton K. (2005). Predicting Cross-National Levels of Social Trust: Global Pattern or Nordic Exceptionalism? European Sociological Review, 21(4), 311-327. <https://louisp.ca/etudes/delhey2005.pdf&gt;

[4] Houle, J.  (2019). Disparaître ? : afflux migratoires et avenir du Québec. Montréal, Québec : Liber.

[5] Ibid., p. 115.

[6] Alesina A. et La Ferrara E. (2002). Who  trusts  others? Journal  of  Public  Economics, 207-234. < https://louisp.ca/etudes/alesina2002.pdf&gt;

[7] Crowder, K. et al. (2011). Neighborhood immigration and native out-migration. American Sociological Review 76(1), 25-47. < https://louisp.ca/etudes/crowder2011.pdf&gt;

[8] Hall, M. et Crowder, K. (2013). Native Out-Migration and Neighborhood Immigration in New Destinations. Demography (2014) 51: 2179. < https://louisp.ca/etudes/hall2013.pdf&gt;

[9] Saiz, A. et Wachter S. M. (2006). Immigration and the Neighborhood. American Economic Journal: Economic Policy  3(2), 169-188. <https://louisp.ca/etudes/saiz2006.pdf&gt;

Le féminisme contre le mariage

12 septembre 2019 - Commentaires fermés sur Le féminisme contre le mariage

Comment sait-on qu’une idéologie a atteint sa limite extrême ? Quand elle nuit même à la ceux (celles !) qu’elle devait porter au pouvoir. Ainsi en est-il du féminisme. Une nouvelle étude étatsunienne affirme que la baisse du taux de mariage est causée par un manque d’hommes ayant un statut économique intéressant.

Contrairement à certaines croyances, le mariage est avant tout une transaction économique. Un homme, accompli, recherche une femme (souvent plus jeune et belle) pour fonder une famille et offrir le maximum de chances de survie à ses enfants ; une femme, tributaire de millions d’années d’évolution et poussée vers l’hypergamie, cherche systématiquement à se mettre en couple avec un homme d’un statut économique supérieur, afin d’assurer les meilleurs gènes possibles à son enfant.

Or, ce que cette étude démontre, c’est qu’il y a maintenant un manque d’hommes ayant un statut économique intéressant. Le féminisme ayant gangrené le système d’éducation et permettant qu’aujourd’hui la très grande majorité des universitaires soient des femmes, empêche ainsi l’hypergamie inscrite dans les gènes féminins. En d’autres mots : les femmes réussissent mieux que les hommes et ne peuvent donc pas trouver d’hommes qui réussissent mieux qu’elles pour assouvir leur instinct les poussant à se servir de leur sexe pour gravir les échelons sociaux.

Le résultat ? Des femmes éduquées et malheureuses, seules, trouvant tous les hommes autour d’elles insuffisants. Et des hommes sous-éduqués, malheureux, seuls, trouvant toutes les femmes autour d’eux inaccessibles. La belle réussite féministe !

Oser la tradition

Traditionnellement, l’homme travaillait et gagnait un salaire parce qu’il était plus disposé, génétiquement, à le faire. Et sa femme restait à la maison à s’occuper des enfants pour les mêmes raisons. La folie féministe consistant à dire que les deux sexes seraient égaux (ce qui est rigoureusement et scientifiquement faux) et qu’une femme serait ainsi aussi bonne qu’un homme dans n’importe quel métier tandis qu’un homme serait aussi adroit à s’occuper des jeunes enfants, prive la société de nombreux talents.

En effet, de nombreux hommes sont prisonniers d’emplois sous-payés ou dégradants parce que d’autres emplois plus intéressants sont occupés par des femmes ; à l’inverse, de nombreuses femmes pourraient se réaliser bien davantage à la maison, avec des enfants, qu’à travailler toute la journée. Doit-on rappeler qu’il y a à peine un demi-siècle un seul salaire réussissait à faire vivre toute une famille ? À qui a profité la révolution féministe ? Certainement pas aux familles !

Si les gens ne se marient plus, s’ils n’ont plus assez confiance pour s’engager les uns envers les autres (et devant Dieu… ou devant son simulacre laïc), ce n’est pas une mince affaire.

Legault affirmait vouloir stimuler la natalité au Québec ; comment cela peut-il être possible sans s’attaquer aux dogmes féministes ? Si on veut stimuler la natalité, il faut donner de bons emplois aux hommes et permettre ainsi aux femmes de trouver satisfaction à leur hypergamie innée.

Si on veut stimuler la natalité, il faut s’attaquer au féminisme.

Mais Legault en aurait-il le courage ?

La peur de l’homme blanc

6 août 2019 - Commentaires fermés sur La peur de l’homme blanc

Texte publié dans Le Harfang, juin-juillet 2019.

QUI A PEUR DE L’HOMME BLANC ?

Le retrait forcé, le 11 avril dernier, du mémoire qu’avait soumis la Fédération des Québécois de souche (FQS) à l’Assemblée nationale dans le cadre du projet de loi 9 sur l’immigration a démontré, par l’absurde, l’étendue de la peur qu’inspire toute référence à l’ethnicité. Passons sur le fait que plusieurs des dénonciateurs de ce mémoire ne l’avaient pas lu ou que l’accusation d’être antiparlementaire ne tient pas la route. Le « crime » de la FQS a simplement été de suggérer que notre identité ethnique serait quelque chose méritant d’être protégé.

Le mémoire de la FQS s’est fait bannir parce qu’il considère l’identité ethnique, mais celui de la Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes, qui traite presque les Québécois de racistes, et parle du « racisme, un fait tangible au Québec », a été retenu. En quoi serait-il antiparlementaire d’un côté de prôner l’identité ethnique de la majorité, mais tout à fait parlementaire d’insulter cette même majorité en parlant de racisme généralisé au Québec ? Comme l’aurait écrit Voltaire : « Pour savoir qui vous dirige vraiment il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. »

On nous donne encore le droit de parler d’immigration, mais cette discussion doit se faire dans le cadre de la bienséance multiculturaliste, en évitant absolument certains termes risquant de dégager une tendance de ce qui apparaît de plus en plus comme un remplacement de population à l’échelle de notre civilisation.

NOS RÉALISATIONS

La civilisation blanche occidentale, dont notre peuple fait partie, est engluée dans cette dynamique autodestructrice. À écouter les revendications d’une certaine gauche, le fait d’être blanc constituerait un « privilège », nos sociétés seraient basées sur le racisme systémique et beaucoup des symboles qui y sont associés devraient être détruits. Nos réalisations, en tant que civilisation, sont dénigrées, et nos croyances ridiculisées ; c’est une attaque frontale contre ce que nous sommes. On réécrit l’histoire pour nous éliminer, nous qui, pourtant, sommes à la base des plus grandes réalisations de l’histoire de l’humanité.

Regardons n’importe quelle carte du monde, et l’Occident se démarque par la supériorité de son mode de vie : meilleure espérance de vie, indice de développement humain, alphabétisation, PIB par habitant, etc. Nous nous démarquons également par notre technologie : regardons autour de nous et presque tout, de la réfrigération à Internet en passant par le téléphone cellulaire ou la pénicilline, a été inventé par des hommes blancs occidentaux. Partout dans le monde, c’est en Occident qu’on souhaite vivre. C’est ici qu’on veut être soigné. C’est ici qu’on cherche à s’instruire.

Cela ne veut évidemment pas dire que les personnes ne vivant pas en Occident sont inférieures ; cela signifie seulement que du point de vue de l’expérience humaine, aucune autre civilisation n’a été capable de produire de telles conditions de vie pour ses habitants. Nous sommes les meilleurs — excusez mon manque de rectitude politique — mais on nous demande de changer et on nous interdit de célébrer ou de chercher à protéger notre caractère unique. Nous avons, de par notre mode de vie, élevé l’humain à des niveaux jamais connus depuis la nuit des temps, mais il serait temps de remettre en question ce que nous sommes et de s’attaquer à ces valeurs ou ces symboles qui nous sont si chers.

NOTRE HÉRITAGE CHRÉTIEN

Disons-le tout de go, ce qui nous sépare avant tout des autres civilisations est notre héritage chrétien. Je lisais récemment, à ce sujet, un magnifique livre du philosophe Frédéric Lenoir : Le Christ philosophe. Sa thèse est la suivante : l’enseignement de Jésus, basé sur l’égale dignité de tous, la justice et le partage, la non-violence, l’émancipation de l’individu à l’égard du groupe, l’égalité homme-femme, la liberté de choix, la séparation du politique et du religieux, et la fraternité humaine, a jeté les bases de l’humanisme moderne, qui a dû se débarrasser de l’institution ecclésiastique pour réaliser, de manière laïque, les idéaux prônés par le Christ. Lenoir appelle cela le « christianisme invisible », c’est-à-dire que nous sommes encore des Chrétiens, mais seulement désillusionnés par l’institution de l’Église. Nos valeurs, elles, demeurent celles du Christ. Nous nous identifions encore à Jésus, comme lorsqu’il va parler à la Samaritaine et considère cette femme, d’une tribu rejetée par les Juifs, comme son égale.

Les valeurs fondamentales de cet héritage chrétien constituent la base de notre civilisation. Il est donc normal que lorsque tentent de s’implanter ici d’autres religions, aux valeurs différentes, se produise un choc. Cela ne serait pas un problème en soi si nous recevions une immigration normale. Cependant, l’Occident a fait le choix de remplacer sa faible natalité par une immigration de masse. À long terme, ce choix, qui n’était pas obligatoire, porte un nom : remplacement de population. Il ne fait aucun doute qu’une masse immigrante à forte natalité finira par remplacer une population de souche à faible natalité. Aucun doute. La clé : l’intégration.

Or, cette intégration ne peut être possible qu’en donnant le goût aux immigrants de s’intégrer, c’est-à-dire, pour parler franchement, de rejeter une grande partie de leur héritage pour adopter le nôtre. Et pour cela, il faut leur donner un modèle d’intégration, une société où les habitants sont fiers, une société qui s’assume, une société donnant le goût d’y participer.

LE GOÛT D’EXISTER

Quand une société a honte, quand elle se censure elle-même, quand elle détruit ses mythes fondateurs et se présente non pas comme la plus haute réalisation humaine qu’elle est, mais comme une espèce de cancer détruisant tout sur son chemin, donne-t-elle envie aux autres cultures de s’y intégrer ?

Mettons-nous un peu à la place d’un immigrant qui arrive au Québec. Que constate-t-il ? Il observe un peuple peureux, qui a peur d’affirmer sa langue, qui n’a pas eu le courage de faire sa propre indépendance, au sein d’une civilisation ayant rejeté ses héros, rejeté son architecture, rejeté sa religion, rejeté ses valeurs fondamentales, et gangrenée par des groupuscules gauchistes bien-pensants agissant comme censure collective de quiconque oserait n’exprimer qu’un début de fierté de soi. Alors, quoi, peut-on croire que cet immigrant aura envie de s’intégrer à cette société ?

Il faut le dire et le redire : nos ancêtres ne sont pas des monstres. Les hommes blancs occidentaux n’ont pas, de manière concertée et généralisée, commis de génocide contre les Amérindiens ; ce sont nos virus et nos germes, beaucoup plus virulents, qui les ont décimés. Les hommes blancs occidentaux n’ont pas non plus créé l’esclavage ; ils y ont mis fin. Les hommes blancs occidentaux ont peut-être été à la source des deux pires guerres que le monde a connu, mais nos sociétés sont infiniment moins violentes et mortelles que beaucoup d’autres — un mort sur un champ de bataille est plus spectaculaire que des millions de morts dans des bidonvilles où on crève de la malaria ou de la diphtérie.

Comme l’écrit Frédéric Lenoir :

« Le christianisme invisible de nos sociétés modernes a sans doute des défauts, il repose certes sur une forme séculière de transcendance qui fonde nos valeurs… mais on n’a pas encore trouvé mieux pour légitimer et tenter de mettre en œuvre une éthique universelle du respect de l’autre. […] À tout prendre, ne vaut-il pas mieux une éthique humaniste issue du message judéo-chrétien que la barbarie ? »

DEUX POIDS, DEUX MESURES

La sentence d’excommunication publique qui est tombée sur la FQS par rapport à son mémoire contribue à nous rappeler que nous vivons à l’ère du deux poids, deux mesures. Non seulement les réalisations occidentales et chrétiennes sont systématiquement dévalorisées et ceux qui osent en parler soumis à la vindicte médiatique, mais on donne ouvertement la parole ou on ferme les yeux quand des adeptes du marxisme, une idéologie responsable de près de cent millions de morts, prennent la parole.

RÉCLAMER LA LIBERTÉ

Le combat de la FQS n’est pas seulement celui du peuple québécois. Il ne s’agit même pas seulement du combat occidental contre l’immigration de masse. Il est question ici de l’essence même de la liberté, c’est-à-dire d’avoir le droit d’exister et d’avoir sa propre opinion sans se faire mettre à l’index, se faire diffamer ou exclure.

Quand on permet à des gens ayant une opinion différente de la nôtre de s’exprimer, on s’assure que ce droit sera le nôtre plus tard. On écoute d’abord en vue d’être écouté plus tard. On fait le choix citoyen de participer au processus démocratique, qui nécessite le combat des idées afin d’éviter le combat de la rue.

L’alternative, on la connaît. Quand les gens cessent de se parler, quand ils se félicitent de la censure et de l’exclusion des idées qui ne sont pas les siennes, quand ils se jugent dignes de décider de ce qui a le droit d’être exprimé ou non, la démocratie meurt et l’expression légitime des préoccupations censurées prend une expression autrement plus funeste.

Laval, une ville perdue pour le français ?

20 juin 2019 - Commentaires fermés sur Laval, une ville perdue pour le français ?

Il y a un peu moins d’une dizaine d’années, je compilais des statistiques sur ce que j’appelais alors une invasion anglophone à Laval. Presque une décennie plus tard, les choses ont-elles changé ? Pas vraiment.

La carte interactive ci-dessous (basée sur les aires de diffusion de Statistique Canada) fait état de l’indice de vitalité linguistique (IVL) de l’anglais et du français à Laval. Cet indice est calculé en divisant le nombre de locuteurs de langue d’usage par celui de langue maternelle ; un résultat de 1 constitue un équilibre linguistique parfait. J’ai ensuite soustrait l’IVL français à partir de l’IVL anglais pour obtenir un différentiel de vitalité. En clair, si le différentiel est positif, il y a une plus forte vitalité anglaise (rouge sur la carte) et, à l’inverse, si le résultat est négatif, c’est le français qui jouit d’une plus forte vitalité (bleu sur la carte).

[iframe src= »https://louisp.ca/cartes/laval/ivl-laval.html &raquo; width= »100% » height= »500″]
https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Le résultat est aussi clair que déprimant : sauf quelques rares exceptions, la carte est presque entièrement rouge. Dans presque tous les quartiers de Laval, c’est l’anglais qui prime, c’est l’anglais qui gagne des points, c’est l’anglais qui transforme des locuteurs qui avaient une langue maternelle autre en langue d’usage anglaise. C’est l’anglais qui, dans une nation soi-disant de langue française, « intègre ».

Ce qui est encore plus inquiétant est la force de cet attrait de l’anglais : dans de nombreux quartiers, l’IVL anglais dépasse 2, voire 3, ce qui est énorme ! Par exemple, le secteur 185, autour du métro Cartier, a seulement 1,3% de sa population de langue maternelle anglaise, mais 5,3% qui ont l’anglais comme langue d’usage, pour un IVL de 4.11 ! Que de telles anomalies se produisent dans un deux quartiers serait surprenant mais possible, mais ce genre de données se répète un peu partout dans toute la ville de Laval.

La Loi 21 constitue peut-être un pas dans la bonne direction, considérant l’ampleur de l’immigration massive qu’on nous impose — tout ce qui peut rendre le Québec moins accueillant pour un immigrant constitue une avancée — mais il faudra des mesures beaucoup plus agressives et ciblant directement les privilèges anglais, des privilèges qu’aucune autre majorité sur cette planète n’accorde à sa minorité.

Si nous continuons d’attendre, Laval sera perdue. D’ailleurs, il est peut-être déjà trop tard…

Où est la pauvreté à Saint-Jérôme ?

17 juin 2019 - Commentaires fermés sur Où est la pauvreté à Saint-Jérôme ?

Bien que Saint-Jérôme se trouve au troisième rang des villes avec le plus de criminalité dans la région de Montréal, on y trouve plusieurs quartiers très intéressants pour fonder une famille. Bien qu’il soit parfois possible de savoir si un quartier est défavorisé dès le premier coup d’œil, ce n’est pas toujours le cas. Afin de bien choisir son quartier, ne serait-il pas intéressant de mieux savoir à quel endroit se trouvent les zones les plus pauvres ? On vous donne la réponse ici !

Il est possible de consulter la carte, ci-dessous, qui classe les différents secteurs de Saint-Jérôme selon la proportion des ménages faisant partie des deux déciles inférieurs des revenus. Cette carte (optimisée pour un écran d’ordinateur) est basée sur les aires de diffusion du recensement de Statistique Canada (2016).

[iframe src= »https://louisp.ca/cartes/pauvrete-saint-jerome.html »%5D

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Ce qui frappe, sur cette carte, est l’extrême pauvreté du centre-ville de Saint-Jérôme. Les secteurs délimités par la rivière-du-Nord, le boulevard Lajeunesse, Labelle et de Martigny sont particulièrement touchés, avec une extrême pauvreté atteignant entre 66% et 75% des ménages ! Le secteur au bout de la rue Ouimet est également très pauvre, avec 67% des ménages dont le revenu se situe dans les deux déciles inférieurs. Il s’agit également d’un quartier avec une très grande population immigrante

À l’inverse, plusieurs secteurs de Bellefeuille ont des taux de grande pauvreté atteignant seulement 3% à 9% de la population. Idem, dans une moindre mesure, pour les secteurs de Saint-Antoine, dans le sud-est, avec une pauvreté affectant entre 11% et 13% des ménages.

LES CONSÉQUENCES DE LA PAUVRETÉ

Plusieurs études font la démonstration des conséquences très négatives de la pauvreté.

Par exemple, Shaw et al. (2007) font état d’un fort lien entre l’ampleur du problème de la drogue et les inégalités économiques. Chetty et al. (2016) expliquent qu’un revenu plus élevé mène à une espérance de vie plus longue. La différence d’espérance de vie entre le 1% le plus riche et le 1% le plus pauvre est de 14,6 années. Hegedus (2018) fait état d’un fort lien négatif entre le niveau de pauvreté et l’accomplissement scolaire : plus un enfant provient d’un milieu défavorisé, moins bonnes sont ses chances de réussite académique.

Bref, la pauvreté ne constitue pas une situation banale. Si, individuellement, tout citoyen est capable du meilleur ou du pire et qu’il faut éviter de généraliser, collectivement, la pauvreté a de graves conséquences sur la vie d’un quartier et peut, pour plusieurs personnes, les inciter à choisir leur quartier en conséquences.

Les quartiers avec le plus d’enfants à Sainte-Thérèse

14 juin 2019 - Commentaires fermés sur Les quartiers avec le plus d’enfants à Sainte-Thérèse

Quand on choisit de s’établir dans une ville pour fonder une famille, il y a une donnée qu’on néglige parfois : y a-t-il beaucoup ou peu d’enfants dans le quartier visé ? Même si un quartier peut sembler intéressant, s’il y a peu d’enfants, cela signifie probablement moins de services de garde, moins de camarades de jeu, moins d’amis pour ses propres enfants. Quels sont les quartiers de Sainte-Thérèse où il y a le plus d’enfants ? La réponse ici !

Il est possible de glisser le curseur de la souris sur la carte interactive ci-bas pour voir quels sont les secteurs de Sainte-Thérèse où il y a le plus d’enfants. Les numéros des secteurs sont basés sur les données déjà compilées dans un précédent article sur les meilleurs quartiers de la ville.

[iframe src= »https://louisp.ca/cartes/sainte-therese-enfants.html &raquo; width= »100% » height= »600″]

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Si on fait exception du secteur 15, vers le sud-est de la ville, la plupart des secteurs les plus intéressants sont situés dans Sainte-Thérèse-en-Haut, avec une proportion de la population ayant moins de quinze ans atteignant entre 15 et 20% de la population totale. À l’inverse, les quartiers du centre-ville ont une population infantile beaucoup moins importante ; une seule personne sur vingt a moins de quinze ans dans le quartier 17, par exemple.

Avec une telle carte en main, on peut choisir un quartier qui correspond davantage à ses besoins… et à ceux de ses enfants !

Où vivent les pauvres dans la région de Montréal ?

9 juin 2019 - Commentaires fermés sur Où vivent les pauvres dans la région de Montréal ?

Il n’est pas toujours facile, quand on considère s’établir dans une ville, de savoir s’il s’agit d’une municipalité où les citoyens sont aisés ou pauvres. Si la réponse est évidente dans plusieurs cas, ce n’est pas aussi facile pour d’autres. Quelles sont les villes de la région de Montréal où il y a le plus de pauvreté ? La réponse ici !

Voici, ci-bas, une carte qu’il est possible de cliquer pour agrandir et qui fait état des endroits où il y a le moins de ménages pauvres (en vert) et le plus de ménages en situation de pauvreté (en rouge). Les deux déciles inférieurs du revenu ont été considérés pour établir la pauvreté des habitants.

//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

On remarque, en observant cette carte, que la région est, grosso modo, divisée en trois : la rive-sud est généralement favorisée, l’île de Montréal généralement défavorisée, tandis que Laval et la rive-nord ont des conditions plus variées.

La présence d’une forte proportion de la population vivant dans la pauvreté a des conséquences très négatives.

Shaw et al. (2007) font état d’un fort lien entre l’ampleur du problème de la drogue et les inégalités économiques.

Chetty et al. (2016) expliquent qu’un revenu plus élevé mène à une espérance de vie plus longue. La différence d’espérance de vie entre le 1% le plus riche et le 1% le plus pauvre est de 14,6 années.

Hegedus (2018) fait état d’un fort lien négatif entre le niveau de pauvreté et l’accomplissement scolaire : plus un enfant provient d’un milieu défavorisé, moins bonnes sont ses chances de réussite académique.

Concrètement, une ville avec davantage de pauvreté est une ville où il y a davantage de drogue, où les gens vivent moins longtemps et où les enfants réussissent moins bien à l’école. S’agit-il d’un endroit intéressant pour élever une famille ? On peut en douter.

Voici les résultats, pour chaque ville (il est possible de cliquer sur les sous-titres pour classer les données) :

La proportion des ménages vivant dans la pauvreté, selon la ville, dans la région de montréal

[table id=4 /]

Source : Décile inférieur et deuxième décile du revenu, Recensement de Statistique Canada (2016) N.B. Les données pour L’Île-Cadieux n’étaient pas disponibles.

//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

On constante que les trois meilleures villes, c’est-à-dire celles où il y a le moins de pauvreté, sont :

  • Boucherville ;
  • Sainte-Julie ;
  • Vaudreuil-sur-le-Lac.

À l’inverse, les trois pires villes sont :

  • Montréal ;
  • Montréal-Est ;
  • Saint-Jérôme.

Personne n’est condamné par la présence de poches de pauvreté dans son quartier ou dans sa ville. Cependant, si on désire assurer à sa famille le meilleur milieu de vie possible, il peut être intéressant de consulter ce tableau et de choisir en conséquence.

Où vivent les familles monoparentales à Repentigny ?

7 juin 2019 - Commentaires fermés sur Où vivent les familles monoparentales à Repentigny ?

La ville de Repentigny se situe dans la moyenne des meilleures villes de la région de Montréal pour élever des enfants et parmi les meilleures quant à la faible criminalité. Plusieurs de ses quartiers offrent des conditions très avantageuses pour fonder une famille. Qu’en est-il des familles monoparentales ? Quels sont les quartiers à privilégier si on veut offrir les meilleures chances à ses enfants d’éviter d’avoir trop de camarades issus de telles familles ? La réponse ici.

Voici, ci-bas, une carte qu’il est possible de cliquer pour agrandir et qui fait état des endroits où il y a le plus de familles monoparentales (en rouge) et ceux où il y en a le moins (en vert).

//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

On remarque, en observant cette carte, que les pires secteurs sont principalement localisés dans trois zones : dans l’ouest du secteur Le Gardeur, au nord de l’école secondaire Jean-Baptiste-Meilleur, et, surtout, dans le quadrilatère formé des boulevards Industriel, Iberville, Brien et de l’autoroute 40.

Les meilleurs secteurs, à l’inverse, sont presque tous situés le long de la rivière L’Assomption du côté du secteur Repentigny.

Quand vient le temps de choisir un quartier où élever une famille, il y a plusieurs facteurs à considérer, et celui de la proportion de familles monoparentales n’est pas à négliger. Les études sont unanimes quant au fait que la monoparentalité constitue un facteur de risque pour un enfant.

Ziol-Guest, Duncan et Kalil (2015) font état d’une plus faible scolarité pour les enfants ayant grandi dans un contexte de famille monoparentale. S’appuyant sur des travaux ayant déjà démontré le même phénomène, ils font état d’une aggravation du phénomène depuis qu’ont été publiées les premières recherches sur le sujet.

Usakli (2013) démontre que les enfants étant élevés dans un contexte de monoparentalité sont plus agressifs, plus soumis et moins assertifs que les enfants étant élevés par leurs deux parents.

Sauvola et al. (2000) font état de l’augmentation du risque de suicide pour les jeunes adultes de sexe masculin ayant été élevés dans un contexte monoparental.

Weitoft et al. (2003) arrivent sensiblement à la même conclusion : le fait de grandir avec un seul parent comporte des risques importants pour la santé de l’enfant. Même en ajustant les données en fonction notamment des conditions socioéconomiques, les auteurs font état d’une augmentation marquée des risques de problèmes psychiatriques, de tentatives de suicide, de problèmes reliés à l’alcool et aux drogues pour les enfants ayant été élevés par un seul parent.

Il ne s’agit là que d’un bref aperçu des nombreuses études faisant état des conséquences négatives de la monoparentalité sur les enfants qui la subissent.

Il y a bien sûr des exceptions, mais ce n’est pas parce qu’une jolie fleur peut occasionnellement pousser dans une fissure du béton qu’un jardinier expérimenté utiliserait le béton pour autant dans ses plate-bandes. Un secteur avec une forte proportion d’enfants issus de familles monoparentales offre des conditions moins avantageuses et augmente les risques de comportements non-souhaités.

Voici les résultats détaillés, pour chaque secteur. À titre de référence, la proportion de couples mariés a été ajoutée. Il est possible de cliquer sur les sous-titre pour classer les données.

[table id=3 /]

Comme on le constate, les trois meilleurs secteurs sont le 39, 53 et 74, qui offrent respectivement un taux de monoparentalité de seulement 5% et 6%. À l’inverse, les secteurs 91, 14 et 90 ont des données catastrophiques, alors que jusqu’à 48% des familles sont en condition de monoparentalité.

Il n’est pas toujours évident, quand on visite une propriété qu’on considère acheter, de se faire une idée précise de la composition démographique du quartier. En utilisant ces statistiques et toutes les autres disponibles sur louisp.ca, il devient possible de faire un choix plus avantageux et d’offrir un quartier de choix à ses enfants.

Et un tel quartier, lorsqu’on veut mettre toutes les chances de son côté, a nécessairement une proportion de familles monoparentales plus faibles.