Les pauvres

Ah ces pauvres qu’on ne veut plus voir! Que ce soit sur la rue, dans le métro, à l’épicerie, il y en a partout. Une vraie épidémie! Qu’ils disparaissent, qu’ils s’éduquent, qu’ils se rasent, se trouvent un emploi comme tout le monde!

Pourtant, ils sont utiles les pauvres. S’ils n’étaient pas là, pourquoi y aurait-il des gens qui travaillent au salaire minimum dans des conditions minables? Pourquoi se faire chier à 8$ de l’heure dans un dépanneur ou une station-service si on ne risque pas de tomber plus bas? C’est la peur d’un plus grand échec qui pousse des gens à accepter un échec juste un peu plus tolérable.

On lit ou on entend parfois: qu’ils aillent à l’école chercher un diplôme pour enfin sortir de la pauvreté! Mais pourtant, que se passerait-il si tout le monde avait un diplôme collégial, par exemple? Ça prendrait un baccalauréat pour travailler chez McDo. Car dans notre monde capitaliste, c’est la lutte de tous contre tous, la lutte de moi contre toi, de lui contre nous, de mon voisin contre le tien. Dans un monde globalisé ayant des besoins déterminés et non infinis en matière d’employés qualifiés, si moi – toi, ou nous – j’ai un diplôme et un emploi, c’est que quelqu’un quelque part est en compétition avec moi pour un emploi. Et les entreprises vont prendre la personne la plus qualifiée et pour le moins cher possible.

La lutte de tous contre tous. La loi de la jungle.

Les pauvres, ils ne peuvent pas disparaître, parce que le système a besoin d’eux. Ce sont eux qui poussent les salaires à la baisse; ce sont eux qui font le bonheur d’entreprises milliardaires qui n’ont pas à bien payer leurs employés grâce à cette masse de pauvres qui seraient prêts à faire le même travail pour moins cher.

En conséquence, si vraiment on voulait éliminer la pauvreté, ce ne serait pas en donnant des coups de pied dans le cul à ceux qui en sont victimes comme le fait la droite, mais plutôt en valorisant des changements économiques et politiques permettant une meilleure redistribution de la richesse.

Car tant et aussi longtemps que nous refuserons de bien répartir cette prospérité, les pauvres existeront et entraîneront nos salaires et nos conditions de vie vers le bas. Et puisqu’ils sont en compétition contre tous les pauvres de la planète, nous ne pourrons jamais les aider – et nous aider – en laissant le libre-marché décider de tout.

C’est à l’État de prendre ses responsabilités et d’assurer un niveau de vie décent pour tous, car nous en serons tous gagnants, pauvres comme ceux qui ont peur de le devenir.

About these ads

55 Réponses

  1. On peut attendre après l’État où, si jamais c’était pas assez rapide, s’organiser collectivement et exiger collectivement notre dû. Historiquement, le syndicalisme et les mouvements sociaux ont toujours été de bien meilleurs outils de répartition de la richesse et de lutte à la pauvreté que l’État. D’ailleurs, s’ils n’avaient pas revendiqué, l’État ne s’en serait jamais mêlé…

    * * *

    Il y a quelques années les TCA avaient une jolie campagne de pub. Ça disait en gros "ils veulent nous faire revenir aux conditions de vie du siècle dernier; rappelons leur ce qu’étaient les mouvements sociaux dans ce temps là."

  2. Il faut aussi toujours rappeler que la légitimité de l’État, du gouvernement, c’est nous!

    Sauf que je pense que NOUS nous en souvenons de moins en moins puisque nos principaux partis politiques sont pas loin d’être lobotomisés…

    Et le peuple va continuer de voter pour eux parce qu’ils ont l’air sérieux. C’est comme avec la pub, entre deux produits, la majorité des gens vont acheter le produit le plus visible même si l’autre est mieux. Nous ne sommes plus dans une démocratie, mais bien dans une marketie, pour trouver un néologisme poche…

  3. Le point central de votre argument est celui-ci selon moi: "En conséquence, si vraiment on voulait éliminer la pauvreté, ce ne serait pas en donnant des coups de pied dans le cul à ceux qui en sont victimes comme le fait la droite, mais plutôt en valorisant des changements économiques et politiques permettant une meilleure redistribution de la richesse." Bien dit.

    Mais ça veut dire quoi au juste des "changements économiques et politiques permettant une meilleure redistribution de la richesse" ?
    Il me semble que de manière générale, la société offre déjà de multiples possibilités aux gens pauvres d’améliorer leur condition si ils le désirent sérieusement: système d’éducation de qualité à prix raisonnable, des programmes de formation et de soutien à la main-d’oeuvre, etc. C’est sans compter tous les à-côtés qui facilitent la vie comme notre système de garderies, des soins de santé de base publics, une assurance-médicament publique, etc.

    Il me semble que c’est bien suffisant.

    Car pour le reste, se sortir de la pauvreté et du salaire minimum demande des efforts personnels qu’aucun programme ou politique de "redistribution de la richesse" ne pourra donner. On parle ici de persévérance, d’ambition, de discipline, d’organisation et d’intégrité.

    Au-delà de cela, "redistribuer la richesse", ca veut souvent juste dire de demander à Jacques (l’État) de dévaliser Paul (le riche) pour engraisser artificiellement Pierre (le pauvre).

  4. La pauvreté, c’est le cancer qui ronge notre planète, à commencer par notre propre société Québécoise.

    Mais quel bon moyen, en effet, de justifier le serrage de ceinture de la classe moyenne et de diviser pour régner.

    Pour avoir baigné dedans, mais vraiment dedans, la pauvreté au Québec c’est

    -La Faim
    -Maladie (on recommence à avoir des cas de tuberculose, la moitié des antidépresseurs prescrits le sont à des assistés sociaux)
    -Pauvreté culturelle des enfants pauvres
    -Un stress incroyable de ne pas pouvoir s’aquitter de ses obligations
    -Trafic d’enfants
    -Violence
    -Criminalité
    -name it

    De plus, chaque fois qu’une personne de la classe moyenne perd son job, c’est 7 personnes qui perdront le leur en chaîne parce que cet argent ne se retrouve plus dans la chaîne économique.

    Il faut commencer à voir l’économie comme la chaîne alimentaire. Si tu affames ceux qui sont en bas, tu ne crée qu’une illusion de création de richesse, parce que sur du moyen terme, ça va remonter jusqu’en haut.

    Le pire, c’est que les vrais ennemis de la classe pauvre, c’est la classe moyenne. Certaines personnes ont lancé et continuent de répéter des préjugés et des mensonges qui se sont enracinés au fil des ans. Généralement, quand on entend "Ouais, moi je connais quelqu’un qui…", on en est déjà au 5è degré de séparation, l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’homme…

    On se console avec les petits déjeûners, la guignolée des fêtes, histoire de se faire pardonner le container de mépris du reste de l’année. Quand les résidents et les touristes chiâlent sur nos itinérants, plutôt que d’y voir un message pour régler le problème, on légifère pour cacher le problème.

    La classe moyenne se tire dans le pied en tirant sur les pauvres. La classe riche se tire dans le pied en laissant pauvres et petits bourgeois se chier dessus.

    Tout ensemble de personnes est aussi fort que son maillon le plus faible. En occident, nos maillons les plus faibles sont en haut ET en bas de la pyramide. Ça augure mal, mais, vous savez quoi? Quand on atteint le fond du baril, on ne peut que remonter.

  5. Vivre avec le minimum, ce n’est pas de la pauvreté.

    Ce dépend où tu vis.

    Les pauvres sont surtout dans les villes. Plus la ville est grande, plus les pauvres sont pauvres.

    En campagne, y’a tout.

    La pauvreté c’est une affaire culturelle.

    Un type qui travail au salaire moyen et qui dépasse sa cappacité réelle de crédit, est aussi pauvre que "les pauvres". Il devient esclave de son crédit, esclave de ses possessions matérielles innutiles. Il travail en esclave pour çà et les intérêts à ceux qui l’ont convaincu que là résidait le bonheur.

    Des pauvres, il y en a dans toutes les couches de classes sociales.

    Lord Black souhaitera bientôt donner sa place à un pauvre en campagne avec sa ptite famille.

    Y’a beaucoup de pauvres qui savent pas qu’ils sont pauvres.

  6. "En conséquence, si vraiment on voulait éliminer la pauvreté, ce ne serait pas en donnant des coups de pied dans le cul à ceux qui en sont victimes comme le fait la droite, mais plutôt en valorisant des changements économiques et politiques permettant une meilleure redistribution de la richesse. "

    Hum! Euh… Pfff! Excusez. Pou… Pouaaaaaahahahahahahaahaha!

    Haha! Est bonne. Travaillons 70h semaine pour leur donner les 40 premières directement dans le chapeau qu’ils ont à leurs pieds!

    Allez: valorisons l’effort pour que ce soit les autres qui en profitent!

    Le Québec aux Québécois … lâches !

    Pathétique!

  7. @Le Bum

    Pourquoi venir perdre ton temps ici afin de caler nos textes et nos commentaires? Tu n’as pas mieux à faire?

  8. @ Jimmy

    Le Bum n’est pas très diblomatique, mais si ce que votre texte propose c’est que la communauté travaille plus fort pour sortir les pauvres de la pauvreté sans qu’eux ne fassent le moindre effort, je suis d’accord avec lui.

    Je ne suis peut-être pas partisan des "coup de pieds dans le cul", mais il ne faut pas déresponsabiliser les gens non plus. Pour que les pauvres puissent sortir de leur pauvreté, il faut d’abord qu’ils se prennent en main. On peut leur donner des outils, certes, mais au bout de la ligne, ils doivent faire l’effort pour s’en sortir.

    Comme dit le proverbe: "Aides-toi et le ciel t’aidera", mais pas avant.

  9. "Clarifions. Pour moi, chaque individu porte en lui un potentiel de départ, variable d’une personne à l’autre. On ne doit pas être privé de le développer parce qu’on est né dans un milieu peu privilégié.

    Une gauche responsable, c’est donc essentiellement trois choses pour moi.

    C’est agir de façon à réduire cette inégalité des chances au départ. Après, tout est affaire de talent et d’ambition. L’égalité des chances n’a rien à voir avec l’égalité des résultats. C’est aussi voir l’État comme un outil positif plutôt que comme une nuisance. Tout dépend de ce qu’on fait avec. C’est enfin prendre soin correctement de ceux qui ne sont pas responsables de leur situation.

    Cette gauche responsable, c’est celle de René Lévesque, de Michel Rocard, de Tony Blair. Avec ses succès et ses échecs, mais avec les deux pieds ancrés dans le réel, et qui gouverne pour tous, pas seulement pour ses partisans.

    De gros problèmes

    Mais j’ai effectivement un gros problème avec deux catégories particulières de pseudo-progressistes.

    D’abord, avec cette gauche caviar, qui n’est pas celle de Marc Laviolette, qui aime le peuple abstrait mais déteste le peuple réel.

    Entre un vernissage et un festival de cinéma d’avant-garde, elle dit vouloir émanciper les masses, mais n’a que mépris pour ceux qui s’intéressent au Canadien, regardent les téléromans ou lisent le journal que vous avez entre les mains.

    L’autre pseudo-progressisme qui me tape sur les rognons, c’est ce qu’on appelle chez nous la «go-gauche».

    J’ai effectivement un gros problème avec ceux pour qui les syndicats ont, par définition, toujours raison, et qui ferment les yeux sur les comportements de voyou de certains syndiqués.

    J’ai un problème avec ceux pour qui les entrepreneurs doivent être endurés plutôt qu’encouragés.

    J’ai un problème avec ceux pour qui gérer les finances publiques avec prudence est une politique néo-libérale.

    J’ai un problème avec ceux pour qui repérer les talents et les encourager est un dangereux élitisme.

    J’ai un problème avec ceux pour qui une personne en difficulté est toujours une victime du système et n’est jamais responsable de rien.

    J’ai un problème avec ceux qui donnent l’impression de mordre dans un citron quand ils prononcent des mots comme ambition, réussite et mérite.

    J’ai un problème avec ceux qui s’opposent à tout changement dont ils ne profitent pas personnellement.

    Si on définit de cette façon un conservateur, cette gogauche est profondément conservatrice.

    Et si elle me déteste, c’est parce que je le lui dis carrément. Et je n’ai pas fini.

    Zéro résultat

    Et le SPQ dans tout ça? Je lui pose trois questions. Où sont les nouveaux électeurs qu’il devait amener au PQ? Où sont les anciens électeurs qu’il devait ramener au bercail? Le SPQ sert-il à faire avancer les positions du PQ dans la société québécoise ou les positions du mouvement syndical au sein du PQ?

    Marc Laviolette répond franchement: des passages entiers des documents péquistes, dit-il, sont des «copier-coller» des résolutions des congrès syndicaux. Voilà qui va ramener beaucoup d’ex-péquistes partis à l’ADQ.

    «Je ne vois pas ce qu’il a de dépassé», dit-il aussi du programme péquiste de 2005. Aidez-le à voir quelqu’un."

    – ———-

    Si tu trouves que Joseph Facal est dans le champ avec ce qu’il a écrit ci-dessus, tu as un cr*** de problème!

    Pourquoi se fendre le cul si on ne peut pas en profiter? Votre vision de l’effort est pathétique: force mais pour les autres, pas pour ta famille.

    Ben continuez à travailler comme crisseur dans une épicerie pour être sûr de ne pas payer d’impôt et attendez que ceux qui sont travaillant paient pour VOS services sociaux.

    La sociale-démocratie est désuète mais surtout ridicule!

    Voilà Jimmy, vu que tu ne veux rien comprendre!

  10. * pardon, la sociale-démocratie "à la" sauce québécoise est désuète et ridicule. Je tenais à le préciser!

  11. Car n’importe où ailleurs sur la planète, même dans nos provinces voisines, je serais considéré comme un sociale-démocrate pendant qu’au Québec, on me considère comme extrémiste de droite!

    Pas d’allure!

  12. Au Saguenay : l’opinion sur des discours actuels à : http://www.ledevoir.com/2007/07/16/150461.html

  13. Bon, voilà qu’il se prend pour Pierre Fortin votre bum intello. Un social-démocrate, lol. Dans social démocrate, il y a :

    1. Social : relatif à une meilleure qualité de vie pour l’ensemble de la population

    2. Démocrate : Si 50%+1 de la population pense et/ou désire quelque chose, elle est dans son droit et l’ensemble doit suivre.

    Ainsi, un social-démocrate devrait être avant tout empathique, soit être en mesure de regarder l’ensemble de la situation en se mettant à la place des autres pour les comprendre. Exit, le chiage sur le monde, les principes inébranlables, le nombrilisme, le victimisme (je travaille 70h par semaine, maman, beuuuh heuuuuu!).

    De plus, de par le "démocrate" du mot, un démocrate se plie à la volonté de la majorité. Point. Ah, il peut tenter de faire changer les gens d’idée, mais la décision tient tant qu’il n’a pas le 50%+1 de son bord. Il peut aussi partir vers des contrées pas si lointaines ou la droite règne en maître, pour à peu près 1500$ de déménagement. C’est quoi, 1500$ pour se libérer des gauchisses?

    En passant, grande victoire pour la gauche, l’institut Fraser est venu porter main forte à son bébé, l’Institut économique de Montréal. La social démocratie a beau être malade, elle est coriace.

    Dieu merci.

    Et il semble avoir beaucoup de problèmes avec beaucoup de choses.

    Mais, étrangement, comme moi, il a des problèmes avec les extrémistes (voir sa liste). Mais c’est pas parce que j’aime pas Henri Massé que je hais les syndicats (les pays les plus économiquement productifs sont syndiqués à 80%). C’est pas parce que j’aime pas les entrepreneurs poche que je hais l’entreprise privée.

  14. (suite)

    Faudrait que le Bum arrête de faire des généralités avec les exemples du "pire" pour justifier tous ses problèmes. Qu’il regarde le bon un peu, il va décolèrer.

    Mais bon, vous êtes ses seuls amis, il doit bien vous aimer pour venir se "faire chier" avec tous ceux pour lesquels il a un problème. Sa vie doit être misérable.

    C’est l’avantage d’un site social-démocrate, les gens sont fins. :)

  15. "J’ai un problème avec ceux qui donnent l’impression de mordre dans un citron quand ils prononcent des mots comme ambition, réussite et mérite." (Facal)

    Surtout quand il sagit des ambitions, réussites et mérites des syndicats, des coopératives, et institutions finacières collectives (SGF, etc…)

  16. "D’abord, avec cette gauche caviar, qui n’est pas celle de Marc Laviolette, qui aime le peuple abstrait mais déteste le peuple réel."(Facal)

    Le Canadian Jewish Congress?

  17. "Entre un vernissage et un festival de cinéma d’avant-garde, elle dit vouloir émanciper les masses, mais n’a que mépris pour ceux qui s’intéressent au Canadien, regardent les téléromans ou lisent le journal que vous avez entre les mains." (Facal)

    C’elle-là est décidément la plus abjecte de sa liste.

    Le journal en question est biensûr Le Journal de Montréal, journal "jeaune" et de qualité douteuse. Facal tente clairement de se faire le défenseur des lecteurs de ce journal en suggérant que c’est la seule lecture à leur niveau et donc qu’ils ne peuvent se défendre eux-mêmes sur son blogue Internet. Il le fait donc pour eux, ce saint homme.
    Sa condescendance envers ce "monde ordinaire" est à ce point qu’il est certaint qu’ils n’ont pas la cappacité intellectuelle d’apprécier un film d’avant-garde.
    C’est pourquoi M. Facal passe son temps à Télé-Québec, la télé qui diffuse des films d’avant-garde, chez la très "ménagère" France Bazzo, et dans les salons mondains de l’élite montréalaise qui le reconnaissent comme des leurs, à se sacrifier à manger du caviar pour l’occasion, afin de glisser un mot en défense du peuple ordinaire.

    Il mérite la canonisation, rien de moins.

  18. "L’autre pseudo-progressisme qui me tape sur les rognons, c’est ce qu’on appelle chez nous la «go-gauche».
    J’ai effectivement un gros problème avec ceux pour qui les syndicats ont, par définition, toujours raison, et qui ferment les yeux sur les comportements de voyou de certains syndiqués."(Facal)

    Biensûr il est question de ceux dont les ambitions, réussites, et mérites, donnent l’impression à Facal de mordre dans un citron.

    "pseudo-progressistes"?

    Progrès veut dire "profit".

    Ces syndicats nagent dans les profits par leurs investissements et placements de la richesse collective des travailleurs. Ils sont un succès dans le système capitaliste. Les capitalistes syndicalistes ne sont pas moins voyous que les autres.
    Le problème qu’a Facal ici, c’est qu’il ne fera jamais partie lui-même des réussites et profits de ce groupe.

  19. "J’ai un problème avec ceux pour qui repérer les talents et les encourager est un dangereux élitisme." (Facal)

    Et pourtant, c’est exactement ce que faisait l’Union Soviétique et fait encore la Chine, la Corée du Nord, et autres pays communistes.

    C’est pourquoi ils gagnaient toujours les médailles.

    Biensûr, Facal se voit lui-même dans l’élite des "repéreurs".
    En effet, les élites des pays communistes ne subissent pas le régime. Ils sont là pour défendre les intérêts et le bien du "monde ordinaire" (les lecteurs de journeaux jeaunes).

  20. "J’ai un problème avec ceux qui s’opposent à tout changement dont ils ne profitent pas personnellement." (Facal)

    Pourquoi s’opposer?

    Il suffit de supporter les changements qui profiteront à tous.

  21. "Et si elle me déteste, c’est parce que je le lui dis carrément. Et je n’ai pas fini."(Facal)

    Elle ne vous déteste pas.

    Elle est opposée à tous changements collectifs qui ne profiteront qu’à vous.

  22. Ok Zach, c’est beau. Tu dois être de philosophie communiste "à la" sud américaine pour penser comme ça.

    Tu dois déjeuner en lisant l’Autr’journal devant ton poster d’Hugo Chavez. C’est ça?

    Mon nom est Bondo. Eric Bondo. Un Martini avec ça?

    Ce que tu considères sociale-démocrate au Québec est plutôt du communisme.

    Moi, je dis qu’on doit pogner les BS qui fourrent le système ou qui s’assoient sur leur steak pour en donner plus aux assistés sociaux AVEC de VRAIS limitations au travail. On enlève aux crosseurs et on donne un salaire annuel de 30 000$ par année aux vrais gens dans le besoin. Ah non c’est vrai: pour les gauchistes, à 30 000$, on est riche!

    Tu es contre ma proposition 007 ? Je suis plus sociale-démocrate que toi mon homme !

    Ta sociale-démocratie elle, vénère ceux qui fourrent le système; pour toi, c’est des héros. Ils méritent donc notre appui. Alors, laissons-les faire, récompensons-les, donnons leur un logement, payons leur bouffe !

    Et ben TA sociale-démocratie mon champion, c’est de la m**** ! Et TA vision sociale-démocratie est partagée par la plupart de Blogueurs Souverainistes qui polluent de leur fiel Internet. C’est malheureux.

    Aider les gens à pêcher au lieu de leur donner du poisson, c’est sociale-démocrate SAUF au Québec.

    Permettre aux meilleurs étudiants de s’épanouir, au lieu de leur demander de ralentir pour se mettre au niveau des autres comme je l’ai subi tout au long de mon primaire, c’est sociale-démocrate SAUF au Québec.

    Laisser les gens croupir dans les bas fonds de la société au lieu de leur aider à découvrir et utiliser leur potentiel, ça c’est VOTRE vision de la sociale-démocratie.

    Ben moi, votre monde qui vénère les losers et qui crachent sur ceux qui s’en sortent me répugne!

    Ma sociale-démocratie est loin de la vôtre.

    Et Bondo, commence par relire et par comprendre les définitions de sociale et démocratie que tu as écrites et après, et seulement après, essaie de me prouver que j’ai tort.

    Ou juste pour faire fâcher les Souverainistes racistes: Prove me wrong!

  23. "Moi, je dis qu’on doit pogner les BS qui fourrent le système ou qui s’assoient sur leur steak pour en donner plus aux assistés sociaux AVEC de VRAIS limitations au travail. On enlève aux crosseurs et on donne un salaire annuel de 30 000$ par année aux vrais gens dans le besoin. Ah non c’est vrai: pour les gauchistes, à 30 000$, on est riche!" (Bum Intello)

    Wow! Le "Big Picture" hein?
    T’as une philosophie pour le problème des chiens errants aussi? Ou la hauteur qu’on devrais tondre notre pelouse pour sauver de l’énergie?
    Qu’on devienne riches!

    "Aider les gens à pêcher au lieu de leur donner du poisson, c’est sociale-démocrate SAUF au Québec."(Bum Intello)

    Faut avant tout une rivière pour pêcher, fiston.

    Tiens, à propos des rivières du Québec, une information que la médiacratie québécoise ne t’apprendra pas (si tu peux y comprendre keckchose)(on est pas dans le Craft-Diner, là):

    Alcan, entreprise privée, négociateur en chef pour le gouvernement du Québec, dans les discussions de propriété des territoires publiques de la nation québécoise avec le Amérindiens (sous juridiction fédérale).
    C’est bien le Président d’Alcan, M. Louis Yves Fortin, qui a été nommé en 2006 par le Premier Ministre du Québec, John James Charest, pour négocier le territoire publique québécois avec les Innus. Sans en informer ni consulter la nation québécoise biensûr.

    Mais qui donc peut encore croire que le PQ est un parti indépendantiste ou même un parti qui voit à la protection des intérêts de la nation québécoise?

    Voici la réaction de ce parti suposément indépendantiste face à l’intention de vente d’une partie du territoire et de l’hydro-électricité de la nation québécoise à un cartel minier du Royaume Uni:

    "Le Parti québécois a bien accueilli l’annonce de l’achat du géant de l’aluminium par un nouveau groupe. « Bien que nous aurions souhaité que la société Alcan demeure entièrement québécoise, cette transaction nous semble plus intéressante que l’offre d’achat faite récemment par Alcoa », a commenté la députée Rita Dionne-Marsolais." (La Presse)

    Voici ce que disent des économistes québécois sur ce joyaux que l’on veut nous départir:

    "…l’absorption d’Alcan par Rio Tinto permet à cette dernière d’acquérir les substantielles concessions hydroélectriques que le Gouvernement du Québec a consenties à Alcan tout au long du 20ième siècle."(Rodrigue Tremblay – http://www.vigile.net/article7688.html)

    "Dans le contexte énergétique actuel, caractérisé par l’épuisement des réserves fossilisées, des limites dans les sources renouvelables ainsi que l’absence de nouveaux apports miraculeux, l’industrie mondiale de l’aluminium fera bientôt face à un problème stratégique d’alimentation en intrants.
    À cet effet, la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean s’avère relativement bien positionnée en matière énergétique, non seulement au niveau hydroélectrique mais aussi sous l’angle de l’éolien, de la biomasse, du gaz naturel, voire du solaire éventuellement. Ladite «Vallée de l’aluminium» possède en réalité un avantage comparatif considérable pour son développement, si elle sait bien exploiter cette richesse localisée en amont de la filière industrielle." (Marc-Urbain Proulx- http://www.ledevoir.com/2007/07/16/150465.html)

    Voici une idée du Directeur, de l’entreprise privée, qui a été nommée par notre gouvernement québécois afin de négocié notre territoire avec des sujets (Amérindiens) sous juridiction fédérale (Canada anglais):

    Louis Yves Fortier

    Administrateur et président du conseil d’Alcan Inc.
    Directeur associé Ogilvy Renaud

    Patron d’honneur de la Fondation Historica du Canada.

    Patron d’honneur du Conseil de l’Unité Canadienne.

    Représentant pour le Canada à la Cour internationale de Justice à La Haye dans le différend opposant le Canada et les États-Unis relativement à la délimitation territoriale dans le golfe du Maine.

    Négociateur en Chef du Canada dans le différend sur la pêche opposant le Canada et la France.

    Conseiller juridique principal du gouvernement du Canada dans le dossier du renvoi concernant le Québec devant la Cour suprême du Canada.

    Ambassadeur et représentant permanent du Canada auprès des Nations Unies, à New York.

    Président de la London Court of International Arbitration (LCIA).

    Gouverneur et Administrateur de la Compagnie de la Baie d’Hudson et a siégé au conseil d’administration de la Banque Royale du Canada, de Corporation Nortel Networks, de Nortel Networks Limitée, de Nova Chemicals Corporation.

    Gouverneur de l’Université McGill.

    Officier de l’Ordre du Canada.

    Compagnon de l’Ordre du Canada.

    Boursier Rhodes (Oxford University, 1960)

    (Je rappelle que Cecil Rhodes est considéré comme le plus grand colonialiste britannique et est le fondateur du cartel minier De Beers. Un pays d’Afrique a même jadis été nommé en som nom: la Rhodésie)

    De Beers, Rio Tinto, et toutes leurs entreprises minères au Canada et Québec qui sont sous des noms différents par croisements d’actions et partenaria, font partie du cartel minier du Royaume Uni qui exploite déjà la majorité des pays d’Afrique.

    Dois-je rappeller aussi que tout territoire qui sera accordé aux Amérindiens tombera sous propriété fédérale et non plus québécoise?

    Depuis 2006, la rénumération de M. Fortier pour son travail de négociateur avec les Innus a été de 890,000$.

  24. Wow! Il n’y a pas de rivière pour pêcher?

    Cibole, quel loser tu es!

  25. Mais il a l’âme bien obscurcie le bum. Si il n’aime pas son monde, qu’il le quitte. Pour 18$ par mois, on a World of Warcraft, Lord of the rings online, City of Heroes, City of Villains, Star Wars Galaxies, Everquest, et j’en passe. Des tonnes de gens, la possibilité de tuer virtuellement ses ennemis, et peut-être, une romance tant attendue?

    Pour ce qui est de la colère, je recommanderais "tommy’s bookmarks" ou "democratz teenies getting spanked". Recommandé par

    Je l’ai déja dit, prove you’re right and I’ll prove you wrong. Ça manque d’imagination, couper le BS pour créer des salaires à 30 000 par année, c’est pas la masturbation qui rend con, c’est son absence.

    Qu’il profite, le bum, du fait qu’il ait des amis ici (bon, vous le répugnez, mais c’est juste sa façon un peu gauche de vous dire qu’il vous aime).

    En tout cas, moi, je l’adore. Parce que s’il n’était pas là, on se prêcherait en convertis, comme une secte cheap. Il est un excellent sparring partner pour une préparation aux lignes ouvertes pour toute personne qui débute. Soyez reconnaissants.

    Mais en matière de pauvreté, les critiques d’un "noob" me laissent de glace. Totalement,

  26. "Wow! Il n’y a pas de rivière pour pêcher?"(Bum intello)

    Je savais que c’était au dessus de tes forces, Bum.

    Y’a vraiment un mot de trop dans ton nick.

  27. Cher Bum, t’es vraiment un de ceux-là que Facal décrit comme ne pouvant comprendre que le Journal de Mourial.

    Comment va Paris Hilton, en passant?
    Est sortie de prison?

  28. "Mais il a l’âme bien obscurcie le bum. Si il n’aime pas son monde, qu’il le quitte. Pour 18$ par mois, on a World of Warcraft, Lord of the rings online, City of Heroes, City of Villains, Star Wars Galaxies, Everquest, et j’en passe. Des tonnes de gens, la possibilité de tuer virtuellement ses ennemis, et peut-être, une romance tant attendue?

    Pour ce qui est de la colère, je recommanderais “tommy’s bookmarks” ou “democratz teenies getting spanked”. Recommandé par

    Je l’ai déja dit, prove you’re right and I’ll prove you wrong. Ça manque d’imagination, couper le BS pour créer des salaires à 30 000 par année, c’est pas la masturbation qui rend con, c’est son absence.

    Qu’il profite, le bum, du fait qu’il ait des amis ici (bon, vous le répugnez, mais c’est juste sa façon un peu gauche de vous dire qu’il vous aime).

    En tout cas, moi, je l’adore. Parce que s’il n’était pas là, on se prêcherait en convertis, comme une secte cheap. Il est un excellent sparring partner pour une préparation aux lignes ouvertes pour toute personne qui débute. Soyez reconnaissants.

    Mais en matière de pauvreté, les critiques d’un “noob” me laissent de glace. Totalement,"

    —————–

    Aye Bondo, écrit pour qu’on te comprenne ok? 18$ par mois, de quoi tu parles? De ton Playboy Channel? Shit ! Yo, Man, Chill, Buzz, c’est quoi ça? Lâche la drogue man!

    Zach et Bondo, si je vous comprend bien, vous dites: pas question que les handicapés reçoivent 30 000$ par an d’aide sociale grâce à l’argent récupéré auprès de ceux qui sont aptes au travail et qui abusent du système?

    Zach et Bondo, si je vous comprend bien, vous dites: il ne faut pas leur apprendre à pêcher pour qu’ils puissent sortir de leur cycle de pauvreté et de violence qu’ils subissent de père en fils? On les apprécie plus lorsqu’ils quêtent à Berri-UQAM?

    Zach et Bondo, si je vous comprend bien, vous ne dites que des affirmations extrémistes et des insultes gratuites, c’est ça?

    Et ben les gars, vous vous dites sociale-démocrates mais vous êtes plutôt de purs égoïstes! Je vous souhaite de devenir paraplégiques à 18 000$ par année pour voir! Vous serez les premiers à appeler TVA et à monter aux barricades pour vous plaindre de votre pauvreté.

    Jimmy, Renart, Louis: vous prônez ce que prêchent Zach et Bono?

    C’est ça VOTRE sociale-démocratie ? Et bien si vous trois me répondez que Zach et Bondo ont raison, et bien je ne me décrirai plus comme de centre-droit mais de gauche et vous d’extrémistes de droite!

    SVP les boys, rassurez-moi!

    —————–

    PS: Zach, tu nous écris d’où? Du Portugal? De l’Argentine? Du Brésil? On ne sait rien de toi!

    Serais-tu plutôt parmi les BS aptes au travail qui nous fourrent et ce serait pour ça que tu les défends bec et ongles?

    Allez, parle-moi de toi, ça m’intéresse. Rassure-moi et dis-moi que tu ne demeures pas au Québec, je t’en prie!

    Tu es quoi, écrivain? Propagandiste? Permanent syndical? Chargé de cours en sociologie à l’UQAM? Tueur à gages? Prête-nom? Psychiatrisé?

    Zach, quand j’ai commencé à consulter uhec.net suite à ce que Louis soit venu m’insulter sur mon blogue dès son premier commentaire, tu ne faisais pas partie des participants et c’était plus intéressant comme ça. Tu es l’équivalent de Jacques St-Pierre qui se pensait si important qu’il a senti le besoin de faire une sortie théâtrale lorsqu’il nous a annoncé qu’il n’écrirait plus ici !

    Pense donc à faire pareil car j’ai beau essayé de passer outre tes commentaires, tu réponds tellement souvent à un même article et tu insultes tellement de monde au passage qu’à chaque commentaire fait par d’autres que je lis, il y a toujours une phrase qui parle de toi pour répliquer à tes insultes.

    C’est fatiguant!

    Lire Manx est un régal. Philippe David amène souvent des points de vue différents. Hugo est très intéressant. Antipollution, même Nicolas.

    Toi ? Un billet de Jimmy, 10 réponses et 20 insultes de ta part. Un billet de Renart, 14 commentaires, 21 insultes. Ça fera bordel! Un billet de Louis … bof, tu as compris ce que je veux dire bon!

    Zach, lâche le morceau et GET A LIFE! Tu dois bien ça à Louis.

    Et si ça te tentes de cracher partout, part toi un blogue, donne nous l’adresse et nous irons répondre à tes insultes sur TON BLOGUE, qu’est ce que t’en penses?

    Force toi et réponds moi sans insulte. Commence à te pratiquer dès aujourd’hui, ok!

  29. @bum

    J’aime pas me répéter, je suis un manager minute.

    Google search, c’est pas seulement pour les idiots.

    18$ par mois, tu entres dans un monde virtuel massif (15000 personnes) ou l’économie est pure : tout le monde peut devenir riche, ou rester pauvre. Le monde est séparé en deux factions. Qui se tapent dessus quand elles se croisent.

    Tu vas voir, ça fait du bien quand on trouve le monde con.

    Par ailleurs, tu auras remarqué que je te parle personnellement cette fois. C’était bien mérité, ton commentaire sur la Chine était, ma foi, pertinent, concis et d’un ton qui pourrait t’amener loin dans la vie.

    Sur les pauvres : ton discours se rapproche de celui de Gilles Proulx. Or, ce monsieur ne fait pas de l’information, mais un show.

    Je l’ai déjà dit sur ce blogue anyways: la logique la plus élémentaire dit que si t’as le choix entre récupérer 8 milliards à 10 000 personnes et récupérer 100 millions à 100 000 personnes, il n’y a aucune, mais AUCUNE raison de privilégier la seconde solution.

    Récupérer le premier montant (paradis fiscaux)demanderait quelques inspecteurs et un peu de couilles politiques. Récupérer le second nous coûte déjà plusieurs dizaines de millions de dollars par année, puisque la fraude à l’aide sociale, c’est en petites coupures et on paie des équipes entières de monde pour tenter de les piéger alors qu’ils crèvent déjà de faim, même avec une job au noir.

    Quant à "Apte au travail", j’ai des petites surprises pour toi. Tu fais probablement partie de la première génération Québécoise à devoir fréquenter l’école jusqu’à 16 ans.

    Aujourd’hui, en 2007, pour travailler comme pompiste, éboueur, ou balayeur de Van Houtte, ça prend un secondaire 5.

    49% des prestataires n’ont pas un secondaire IV. Pourquoi? Parce qu’ils ont pratiquement tous au-dessus de 50 ans, et que dans leur temps, tu pognais une job à vie sans savoir lire. Les services de ressources humaines n’existaient pas dans ce temps-là. T’allais voir le boss pis tu commençais 10 minutes après.

    La moitié des aptes au travail sont des vieux dont plus personne ne veut, qui savent à peine lire, écrire est compté. L’autre moitié est composé de mères monoparentales avec enfants en bas âge, puis de quelques jeunes qui, en moyenne, passent rarement plus de 3 mois en ligne sur l’aide sociale. Après 6 mois, généralement tu développes des problèmes de santé mentale, alors les jeunes y décrissent vite.

    L’aide sociale refuse à toute personne de plus de 35 ans toute forme de formation, à moins de te battre jusque parfois en cour suprême (Lambert vs MSS).

    Autre surprise : Une mère monoparentale avec deux enfants reçoit à peu près 650$ par mois de BS. Si elle va travailler, le gouvernement va débourser 35$ par jour par enfant pour les faire garder. 20 jours par mois, pour les deux, c’est 1400$.

    Pas pour rien qu’on les laisse chez-elles.

    Enfin, certains ont souvent pensé que j’étais à gauche. Droite et gauche sont des concepts archaïques. J’aime les bons coups, j’hais les mauvais. J’aime assez le monde pour pencher à gauche, mais j’aime pas le nivellement par le bas.

    J’espère que ce cours BS 101 t’auras appris quelque chose et que tu iras revérifier tes notes et tourner tes doigts sept fois au-dessus de ton piton "envoyer", noob ;)

  30. Noob, yo, chill: t’as quel âge mon éternel ado!

    À choisir entre règler l’évasion fiscale et remettre le monde au travail, je choisi carrément les deux, pas toi?

    Pour les pauvres, c’et toi qui fait un show. Toi,les pauvres, tu les aimes mieux pauvres? Pas moi.

    La dignité humaine pour moi n’a pas de prix et je ne veux pas qu’une autre génération d’enfants vivent dans la honte et la misère.

    Et ce n’est pas en laissant les BS aptes au travail chez eux que l’on construira un monde meilleur?

    En tout cas, continue à glorifier la pauvreté, et le Playboy Channel ! 18$ par mois, c’est cher me semble?

  31. "Zach et Bondo, si je vous comprend bien…"(Bum intello)

    Tu comprends rien, Bum.

    Arrête de te casser la tête. Vas regarder LCN.

  32. "…il ne faut pas leur apprendre à pêcher pour qu’ils puissent sortir de leur cycle de pauvreté et de violence…" (Bum intello)

    C’est toi qui vas leur apprendre?

    J’ai déjà de la misère à concevoir comment t’arrives à te faire un sandwich pour te nourrir. :-)

  33. "Et ben les gars, vous vous dites sociale-démocrates…"(Bum intello)

    Trouves-moi l’endroit où j’ai dit que j’était social-démocrate.

    Dans tes rêves ça compte pas.

  34. Zéro culture, zéro crédibilité. Tu me fais penser à Roland Béton (que tu ne dois sûrement pas connaître non plus). Ben tant pis pour toi, tu vas continuer de te coucher niaiseux, j’ai pas fait un bac en orthopédagogie. J’avais de la misère à croire quand on me disait que t’étais peut-être Alain Stanké qui nous faisait une blague de longue durée.

    Plus maintenant.

  35. "Tu es l’équivalent de Jacques St-Pierre qui se pensait si important qu’il a senti le besoin de faire une sortie théâtrale lorsqu’il nous a annoncé qu’il n’écrirait plus ici !"(Bum intello)

    Ah! Ça c’était bon!
    Il a déchiré sa chemise! La vierge offensée!

    Du grand St-Pierre, pas de doute. Un Oscar.

    J’ai apprécié aussi.

  36. "Zach, tu nous écris d’où? Du Portugal? De l’Argentine? Du Brésil? On ne sait rien de toi!"(Bum intello)

    D’ici.

    Gebello, Bondo, Intello, même ethnie.

  37. "…il y a toujours une phrase qui parle de toi pour répliquer à tes insultes." (Bum intello)

    Je n’insulte pas, Bum, je fais des diagnostiques.

    Mais toi tu sais pas la différence.

  38. "Un billet de Louis … bof, tu as compris ce que je veux dire bon!"(Bum intello)

    C’est pas parce-qu’une personne contemple en silence un tableau qu’il en pense rien, ou bof.

    Louis est un artiste.

    Les artistes éveillent la conscience des gens. Leur font voir ce que la majorité ne vois pas.

  39. "Zach, lâche le morceau et GET A LIFE!" (Bum intello)

    You don’t GET a life, you MAKE it.

  40. Essayons le plus possible, SVP, de rester poli et de concentrer les attaques sur les arguments plutôt que sur les gens.

    De mon côté, par exemple, j’aimerais bien que le Bum m’explique comment il peut qualifier le Québec de « communiste » alors que la propriété privée existe et qu’un processus de privatisations et de désengagement de l’État sont en cours depuis 1982…

  41. "À choisir entre règler l’évasion fiscale et remettre le monde au travail, je choisi carrément les deux, pas toi?" (Bum intello)

    Bondo a expliqué on ne peut plus clairement et par une conscision étonnante. Tu fais toujours semblant pas comprendre ou t’es vraiment incappable comprendre.

    Tu ferais le plus mauvais homme d’affaire, Bum.
    Chercher fortune dans les poches des BS.
    Franchement.

  42. "De mon côté, par exemple, j’aimerais bien que le Bum m’explique comment il peut qualifier le Québec de « communiste »"(Louis)

    Il a raison.
    Lui-même suggère de forcer les BS au travail à des bas salaires. C’est ce que faisaient les communistes.
    Les entreprises se consolident en monopoles. C’est ce que les entreprises communistes étaient.
    De plus en plus dans un État policier dont la loi est décidée par une poignée de juges nommés par le pouvoir central. Exactement comme dans le communisme.
    Les médias obéissants et concentrés comme dans le communisme.

    Nous allons "droit" vers un régime communiste.

  43. Regarde ça Zach:

    Commentaire # 31, 32, 33, 35, 36, 37, 38, 39, 41 et 42 : tous des conneries et tous venant du même auteur. Misteeeeeeeeeeeeeer Zaaaaaaaaaaach !

    Je disais quoi donc à propos de toi au commentaire # 28? Ah, oui, je disais:

    —-

    "Toi ? Un billet de Jimmy, 10 réponses et 20 insultes de ta part. Un billet de Renart, 14 commentaires, 21 insultes. Ça fera bordel! Un billet de Louis … bof, tu as compris ce que je veux dire bon!

    Zach, lâche le morceau et GET A LIFE! Tu dois bien ça à Louis."

    ——-

    Et bien, tu me prouves encore une fois que j’ai raison à ton sujet.

    Et Zach, trouve l’endroit où je suggère de forcer les BS au travail à des bas salaires. Cré menteur impulsif va! Lâche les hallucinogènes, ça ne te va pas du tout !

    Et deux, même si c’était le cas, combien de gens ont commencé comme plongeur et qui après deux ans se sont ramassé chef d’équipe dans la cuisine voire gérant par après? Pas mal plus que ceux qui ont quitté le BS pour devenir immédiatement chef d’équipe !

    Imagine où ils pourraient être rendu avec une phrase du genre "j’ai débuté comme plongeur chez X pour passer ensuite d’aide-cuisinier, à chef-cuisinier, à chef d’équipe puis gérant au même endroit et ce de 2005 à 2007" dans sa lettre de présentation accompagnant son CV? Je sais que pour toi ce n’est pas évident mais essaie quand même d’imaginer ça!

    L’expérience, c’est au travail qu’on l’acquiert, pas en passant sa journée à insulter tout le temps sur ce blogue et sur combien d’autres comme tu le fais!

    Finalement, tu fais quoi dans la vie mon Zachary?
    Est-ce ta propre situation que tu défends?

    Et en passant, ce soir je prend la résolution suivante: que tu aies écrit ou non le mot Bum dans tes commentaires, je ferai comme je faisais avec St-Pierre: tes répliques d’extrémistes, je ne les lirai plus donc ne perd plus ton temps.

    Idem à Bondo, James Bondo!

    @ Louis

    J’aimerais si ça ne te dérange pas SVP de répondre à ma question au commentaire #28 et je te répondrai après. Même chose pour les 2 autres membres de la Sainte-Trinité: les BS aptent au travail doivent restés pauvres? Il ne faut pas leur forcer un peu la main pour qu’ils s’en sortent? Il ne faut les former? Ils doivent rester comme ça de génération en génération?

    As-tu peur de contredire Zach le gerbeur car il augmente le nombre de clics d’uhec.net?

    C’est pourtant ce que le gerbeur et 007 prônent. Renart, Jimmy, vous prônez la même chose que ces deux messieurs? Rassurez-moi SVP !

    @ Bondo, tu es donc ben chien avec Zach dans ton commentaire # 34 ? Je vous croyais ami !

    Hé hé! Renart, sors de ce corps !

  44. Je sais que c’est hors-sujet, mais ça me chicote… Comment se fait-il que Zach, avec ses 10 commentaires par billet ne paraît pas dans le top des blogueurs? Et le Bum aussi…

    Pourtant on a des types comme Yvon Thivierge qui est encore là, mais qui n’a pas posté ici depuis belle lurette (pas qu’on s’en ennuie).

    De quoi ruminer en prenant son café…

  45. Philippe, je ne vise pas monter dans le palmarès si tu veux mon avis.

    La curiosité est une belle qualité mais de ne pas connaître la réponse ne me dérange pas.

  46. Au cas où ça vous intéresserait, j’ai décidé pour le fun de taper "Zach Gebello" sur google et effectivement, Monsieur "sévit" un partout sur la blogosphère.

    Dès mon premier clic, je suis tombé sur le même genre de propos dénigrants qu’il laisse ici:

    ———–

    "Et dites moi donc, M. Ramos, est-ce que votre entreprise de mets "traditionels, latino-américains", Déli-Soleil, offre des produits "adaptés" "casher" pour les juifs et musulmans? Et est-ce que des ententes strictement "commerciales" sont possibles avec votre petit restaurant "latino-américain" pour des prières sur le plancher ou des bar-mitzva pour le Congrès Juif de Montréal?
    Mais avec un appel à boycotter Israel en première page de votre site de votre autre organisme, la "Confédération des associations latino-américaines de Québec inc.", vous ne risquez certainement pas d’avoir à prendre cette décision n’est-ce pas?

    Justement, parlant de votre Confédération des associations latino-américaines de Québec inc., le cours d’histoire de Québec que vous y donnez pour les immigrants potentiels donne l’heure juste sur votre vision "objective" du peuple québécois. En fait, il n’y en est jamais question. Un Brésilien qui lit ça a vraiment l’impression que nous sommes toujours les immigrants français arrivés avec Champlain en 1608 et que nous ne formont qu’une communatés linguistique comme les autres. La "communauté française nord-américaine" sommes-nous donc pour vous.

    Le rôle de votre association en confirme encore plus cette vision:

    "Aider les personnes d’origine latino-américaine à s’intégrer dans la société québécoise. Mieux faire connaître aux Québécoises et aux Québécois les cultures latino-américaines, et ce, dans leurs différentes expressions."

    C’est du pur discours multiculturaliste canadian.

    Il donne l’impression d’un inter-culturalisme en parlant d’intégration de l’arrivant, mais cette intégration n’est que dans la "société", c’est à dire dans la sphère "civique", services étatiques (gouvernement, institutions, emplois). L’éducation culturelle est remise aux Québécoises et Québécois, qui eux doivent intégrer la culture du nouveau arrivant.

    Le problème est le multiculturalisme canadian qui nourri le vote en bloc des immirants contre l’indépendance du peuple québécois. Rien d’autre."

    —–

    Dénigrant et raciste dès le premier clic! Édifiant!

  47. Ou mieux, Zach sur monvolant.ca:

    "Aller baiser sur Mars quand on a pas encore baiser sur la Lune. Et pourtant, entre l’astre qui représente l’amour et celui qui représente la guerre, le choix de Bush était pas difficile à faire.

    Est-ce qu’une femme sur la lune menstrue?

    Menstruations = mois = moon = lune."

    Wow!

    Sur 48 liens sur google, on apprend que Zach a participé à au moins 22 blogues ou forums différents.

    Je comprend mieux pourquoi tu ne veux pas que les BS 100% aptes au travail soient ramenés sur le marché.

    Ok, Zach, je lâche le morceau. Promis!

  48. Le bum a écrit: « les BS aptent au travail doivent restés pauvres? Il ne faut pas leur forcer un peu la main pour qu’ils s’en sortent? Il ne faut les former? Ils doivent rester comme ça de génération en génération? »

    Bien sûr qu’on peut les formes et les préparer au travail. Mais globalement, dans un contexte où le nombre d’emplois est limité internationalement, one ne fait que les mettre en compétition avec d’autres personnes qui travaillent déjà.

  49. Tu es sérieux Louis? C’est comme ça que tu vois ça?

    Tu suggères quoi alors?

    La gauche, elle suggère quoi?

  50. Elle suggère une redistribution de la richesse plutôt qu’une lutte entre pauvres et plus pauvres encore pour être moins pauvres que d’autres pauvres.

    Former les gens, c’est bien beau, mais si on ne prend pas du riche pour donner au pauvre (c’est bien ça la redistribution de la richesse, après tout) on aura simplement des pauvres éduqués.

    Nous vivons dans un monde global; il faut cesser de penser en vase clos.

  51. Je ne suis pas d accord, je crois qu il y a moyen de creer du nouveau travail en ouvrant de nouvelles entreprises travaillant, investissant et recherchant dans des domaines dont nous allons bien vite avoir besoin. Petit exemple: Le plastique #6 qui est presentement non recyclable au Quebec. Un groupe pourrait investir dans une usine = du travail. (Quand on sait en plus que le recyclage donne plus de travail que les dechets le manque de bonne volonte des gens a recycler est presque indecente…mais ca c est une autre histoire)

    Voyons a grande echelle. En se penchant sur des problemes qui vont devenir de plus en plus pressants, de nouvelles entreprises pourraient trouver moyen de faire de bons profits tout en donnant du travail dans des secteurs qui ne sont pas bien definis de par leur reglementation et leurs interrelations (recyclage de gaz de matieres dangereuses, de metaux lourd, production de produits biodegradable et remplacement du plastique). Je sais que certaines recherches existent sur ces sujet mais je parle d une echelle beaucoup plus grosse. Gros centre de recherche, enorme usine de recyclage= travail. Ils auraient besoin de toute sorte de salaries, pas seulement des diplomes.

    (Dans un monde ideal le gouvernement ne donnerait les avantages fiscaux qu aux entreprises s impliquant socialement ou ecologiquement dans leur milieu, mais la je m egare…)

    Ce qui serait bien aussi c est qu a la longue toute cette nouvelle industrie aurait besoin de specilistes de plus en plus informes, il devrait donc se former de personnes et etablissement enseignants = travail

    D ailleur je me demande vraiment ce que les riches de ce monde attendent… ils pourraient faire le $ dans quelques annees tout en ayant le capital de sympathie du public…

    Mais pour revenir au sujet principal j ai trouve ceci, qui avec les interventions de E. Bondo resume parfaitement ce que je veux dire.

    http://www.pressegauche.org/spip.php?article817
    (Je sais je vais me faire lapider par les gens qui pensent que tout ce qui a gauche d ecrit dedant est inexorablement associe a la decheance du monde civilise …)

  52. Louis, j’aurai tout entendu avec ton commentaire 50.

    @Le bum

    J’ai lu ailleurs que Zach était de St-André-Avellin. Ma famille élargie étant native de ce village de la Petite-nation en Outaouais, je peux te dire qu’à part l’industrie du commerce au détail et du tourisme, il n’y a pas grand emploi. Sinon, il faut aller à Papineauville, Montebello, Plaisance ou Thurso pour en trouver! Peut-être que Monsieur Zach soit invalide au travail.

  53. Louis, ok, j’entend ce que tu me dis mais j’aime les réponses concrètes, comme celle de Pwel. Je suis un gestionnaire de formation scientifique, que veut tu!

    On redistribue la richesse. D’accord.

    La richesse de qui? On est riche à partir de quel revenu annuel?

    Et corrige-moi su je me trompe, mais ce que je comprend, c’est qu’on laisse les gens qui sont pauvres sans emploi car ça ne donne rien.

    Et là, on prend à ceux qui gagnent 200 000$ par année brut (mettons 125 000$ net) on prends 20% de ce qu’il paie en impôt soit 15 000$ et on parraine un BS apte au travail avec ce 15 000$ pour qu’il puisse poireauter toute la journée.

    Ainsi, à deux salariés de 200 000$, on donne deux fois 15 000$ et le BS apte au travail, ah pi tiens, je suis tanné de le spécifier: qui au Québec appelle BS un personne inapte au travail? Personne. Donc si je dis BS, il est apte et si je dis assisté social, il est inapte, ok? Bon!

    Donc Louis, deux fois 15 000$ et on parraine un BS pour qu’il ne connaisse jamais ce qu’est la dignité humaine. Ai-je compris?

    Explique-moi et sois concret car tes explications serviront à d’autres que moi.

    PS: les chiffres sont aléatoires et ne servent qu’à alléger le texte. Merci

  54. Bien sûr, pas de réponse. Du vent!

    Idéologie vs action: deux choses ben différentes.

  55. Tout à fait d’accord avec Pwel. Création de nouvelles entreprises=création de nouveaux emplois. Création de nouveaux emplois=nécessité de main d’oeuvre qualifiée.

    Vous croyez que le gouvernement sait pas ça? Vous croyez que je ne l’ai pas dit, en rencontre privée, à Claude Béchard, Michelle Courchesne et Michel Audet, et ce à plusieurs reprises? Les esprits obtus pensent à tort que le mouvement de lutte à la pauvreté veut des plus gros chèques pour des paresseux. Encore une idée qui vient de la Boîte.

    Les groupes de défense de droits demandent un revenu minimum pour survivre, que nos analphabètes apprennent à lire et écrire, et qu’on donne à tous une formation minimale pour trouver du boulot. Ah, et que quelqu’un qui travaille 40h semaine au salaire minimum atteigne au moins le seuil de pauvreté. À l’heure actuelle, on est presque 6000$ en dessous.

    Faites-moi un budget tout inclus avec bouffe pour 545$ par mois (le montant du chèque de base)à Montréal, juste pour voir. Ou 830$ pour un couple. Dans Hochelaga-Maisonneuve, un loyer avec une chambre approche du 500$. La moyenne montréalaise est de 530$.

    On a même été blâmé deux fois par l’ONU, dont l’année dernière, pour non respect des droits économiques et sociaux alors que nous en avons amplement les moyens. Le Canada ET le Québec ont été blâmés.

    Nos politiciens savent ce qui se passe avec l’emploi.Plutôt que de viser le plein-emploi, ils visent environ 15% de sans emploi pour maintenir des salaires bas et la main-d’oeuvre plus qualifiée reste docile.

    Et ça marche. Regardez comment s’est terminé le conflit à Olymel. Baisse de salaires des employés, hausse de salaire des cadres. Après avoir fait miroiter le spectre de la fermeture, on leur montre une couple de personnes sur l’aide sociale et on leur demande : "C’est ça que tu veux?". Ça vous vire une assemblée générale en deux temps trois mouvements.

    La pauvreté est une affaire de volonté politique, pas de logique, ni de dignité. Dans la salle de réunion du Ministre de l’Emploi et de la solidarité sociale, on retrouve une grande peinture, représentant des silhouettes sans visage qui tendent la main à une autre silhouette qui passe devant. Quant on leur avait fait remarquer l’ironie de la chose, ils ont semblé surpris.

    Aux dernières nouvelles, la toile est toujours là.

Comments are closed.